05/11/2017

les chroniques courtes 147 Après la pluie T2,Le Fulgur T2,

Après la pluie Tome 2

après la pluie.jpgaprès la pluie tome 2.jpgDessin : Mayuzuki Jun.
Scénariste : Mayuzuki Jun.
Éditeur : Kana.
Sortie : 3 juillet 2017.
155 pages.
Genre : seinen, tranche de vie.

Masami Kondô, 45 ans, est divorcé et a un fils en garde partagée.C’est un homme ordinaire, plutôt distrait, le genre d’homme qui atoujours les cheveux en bataille, ou qui oublie de fermer sa braguette.C’est de lui qu’Akira Tachibana, 18 ans, lycéenne, est tombée amoureuse. Elle vient d’ailleurs de lui déclarer sa flamme.
Mais cet amour a-t-il une chance de se concrétiser ?

Il y a quelque chose de touchant dans ce manga. Les (trop rares) moments où ce couple improbable se rencontre sont assez magiques. On y retrouve une belle sensibilité assez rare dans ce genre d'ouvrage . Le reste , c'est de la comédie, une coupe de cheveux ratée, un rdv improbable, le quotidien dans le resto, un autre amoureux transit sont au menu de ce tome2. C'est agréable à lire et on comprend facilement le succès de cette série au Japon.A lire assurément .
Samba.

a07-3e78901.gif

__________________________________________________

Le Fulgur T2/3 Les survivants des ténèbres.


mayuzuki,après la pluie,kana,romancemayuzuki,après la pluie,kana,romanceScénario : Christophe Bec.
Dessin : Dejan Nenadov.
Editeur : Soleil.
55 pages.
Sortie : octobre 2017
Genre : aventure historique.

 

 

Suite à une terrible « tempête », le Fulgur sombre dans une fosse sous-marine. Son équipage n’a plus qu’à trouver une sortie bien incertaine.
Suite de cette adaptation du roman de Paul de Sémant (1910) qui sent bon les récits à la Jules Vernes et plus précisément au voyage au centre de la terre. Si vous avez lu ces romans du temps de votre adolescence, c’est un retour en « nostalgie » à laquelle nous convie Christopher Bec. Je dois dire que j’ai plus apprécié ce tome 2 que l’album initial. Le suspense y est mieux rendu je trouve. Déjà on est gâté en explications techniques mais on y sent clairement plus l’angoisse, il faut dire que les mystères et les lieux insolites se succèdent allégrement. Le dessin de Nenadov dont je ne suis pas un grand fan (surtout la colorisation) a comme qualité première ce côté retro et désuet qui colle parfaitement au récit. Bref, ce tome 2 s’avérera certainement une agréable surprise sauf pour les claustrophobes.


Samba

a07-3e78901.gif

 

 

___________________________________________________

 

03/11/2017

Plus près de toi

plus près de toi.jpgplus près de toi t1.jpgScénario : Kris
Dessin : Fournier
Editeur : Aire Libre
Sortie : octobre 2017
66 pages.
Genre : guerre.

 

 

Le résumé.
Lorsque la Seconde Guerre mondiale est déclarée, nombreux sont les hommes valides à être dépêchés en urgence pour servir la France ; parmi eux, Addi, séminariste sur le point de rentrer dans les ordres à Dakar. Contraint d'échanger sa robe contre l'uniforme militaire, le jeune Français sénégalais se confrontera à un tout autre monde, un champ de bataille où les hommes s'exécutent sans concession et où la moindre marque de douceur est une rareté. Aux côtés de son ami Ibrahim, Addi sera fait prisonnier, échappera à la mort, développera un réseau d'entraide pour les minorités étrangères.

« Aussi, je lève mon verre à ces instants rares qui réunissent les hommes de bonne volonté d’où qu’ils viennent ! »

Mon avis.
Mes bien chers frères, mes bien chères sœurs,
Nous sommes aujourd’hui réunis dans ce lieu de débauche intellectuelle pour purifier ce blog. Rappelez-vous il n’y a pas si longtemps, on y parlait de K7 sacrificielle sans aucune retenue rédactionnelle. Honte et opprobre à ces pseudo-chroniqueurs d’opérette.
Louons le seigneur et chantons ensemble si vous le voulez bien.
« Plus près de toi, mon Dieu
J’aimerais reposer : Kris ressuscité c’est toi qui as créé cette BD avec Fournier.
Mon cœur est sans repos tant que je n’aurais pas le tome 2 de ce diptyque. »
Des tirailleurs sénégalais dans un camp de prisonniers en Bretagne, cela semble si improbable que j’en ai douté tout comme l’attitude plutôt « complaisante » de certains soldats allemands. Mais effectivement, il y a bien eu 8 à 12.000 soldats « noirs » détenus dans 3 grands camps en pays breton. Quant à l’attitude des soldats allemands, je suppose qu’ils n’étaient pas tous des nazis convaincus. Ces parenthèses de fraternisation sont d’ailleurs la seule lueur d’espoir dans ce cauchemar des années de guerre. Pour le moment, nos héros (bien fictifs eux) semblent s’en tirer « honorablement » mais Stalingrad arrive et les pires heures du nazisme sont encore à venir. Cette noirceur est aussi adoucie par le dessin très « Spirounesque » de Fournier (74 ans déjà !). Son style est maintenant connu voire archiconnu, je suis toujours amusé de constater que ces « têtes » sont soit hyper sympathiques ou alors complètement détestables en fonction des personnages. C’est très expressif en tout cas comme trait.
La lecture se fait également sans heurt grâce à une trame linéaire claire et précise.
Bref, un tome très prometteur et qui a le mérite de mettre en lumière le courage des soldats « coloniaux » qui se sont battus pour la France.

plus près de toi t.jpg



Sambanégal.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

31/10/2017

Giacomo C. T1 : retour à Venise.

giacomo c.jpggiacomo c t1.jpgDessin : Griffo
Scénario : Jean Dufaux.
Editeur : Glénat.
Sortie : 18 octobre 2017
56 pages.
Genre : comédie historique.

 

 

Résumé.
Partout dans Venise, la nouvelle fait grand bruit : après cinq ans d’absence, Monsieur de C. est de retour ! Et si certaines se languissent de l’accueillir à draps ouverts, d’autres préfèreraient le passer par le fil de l’épée. Maris jaloux, aristocrates bafoués… le séducteur ne s’est pas fait que des amis à travers la Sérénissime. Enzo Mazeo, nouveau protecteur de la ville et successeur du marquis de San Vere, n’a d’ailleurs qu’une seule idée en tête : mettre Giacomo aux fers. Mais c’est sans compter sur les véritables raisons de son retour... Mandaté par le commandant en chef des forces navales de la République de Venise, Giacomo a une mission : débusquer un traître qui œuvrerait au sein même du Conseil des Dix !


« -Ce monstre ! Ce débauché, cet aventurier, ce sodomite, ce mécréant, ce va-nu-pieds, ce…ce...
-Abrégez Signor Pandolfi. »

 

Mon avis.
Crévindiou, un album de Giacomo.C, mon idole, mon étalon, mon échantillon de référence, mon inaccessible étoile est de retour après une absence de 10 ans. Dans ce tome, on parle d’un exil de 5 ans mais c’est une billevesée, une affreuse chausse-trappe. Sur ce coup-là, je serai donc sous influence car à la création de ce blog, il aurait pu s’appeler au lieu de Samba Bugatti (son 1er nom pour ceux qui s’en souviennent) Giacomo C ou Santiag des deux mêmes auteurs.
Par contre, pourquoi numéroter cet album par le numéro 1 alors qu’il s’agit en fait du tome 16 et pas d’une réédition comme on pourrait le croire sans y regarder de plus près. Là il faudra qu’on m’explique, en tout cas, ça risque d’en perturber plus d’un. Le pourquoi de cette réactivation, là aussi, il faudrait demander aux auteurs, si l’info passe par ici, laissez impérativement un commentaire ou deux voire plus si affinité.
Bon revenons à ce tome 1, un album qui ronronne. Les bons mots et les traits d’esprit si caractéristiques à cette série sont toujours bien présents. On est entre gens de bonne société, respectueusement amis lecteurs. On y retrouve aussi de la brette, de la séduction, du charme souvent accompagné d’une petite coucherie, de la turpitude administrative et surtout notre cher Pamerno, cette bonne vieille canaille. Les retrouvailles se prolongent, se prolongent tellement que l’intrigue se développe sans grande surprise. Elle a surtout permis à Giacomo de retomber sur ses pattes pour repartir vers de nouvelles aventures.
Pour le dessin de Griffo, il faudrait se replonger dans d’anciens tomes pour savoir si mon impression d’un trait plus épuré est réelle. Là, aussi je vous mets au travail amis lecteurs.
Sinon, on prend les mêmes ingrédients et on recommence pour le plus grand plaisir des fans de la première heure, pour les autres, ils y verront une sorte de préquel un peu fade il faut l’avouer.

 

giacomo c retour-a-venise.jpg

 

Samba C.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

19/10/2017

Maîtres inquisiteurs T7 : Orlias.

les maitres inquisiteurs t6.jpgmaitres inquisiteurs.jpgDessinateur : Andrea Cuneo.
Scénariste : Sylvain Cordurié.
Éditeur : Soleil
Sortie : 27 septembre 2017.
Genre : héroïc-fantasy.

 

 

Le résumé.
Depuis la trahison d’Assynia, l’Ordre ne peut plus faire respecter la loi en Oscitan. D’un coup, on envoie le maître inquisiteur Orlias à la forteresse de Yagoss rééduquer des brebis galeuses.


« Tu sais, combien l’Inquisition est fragile. Notre premier devoir est de lui rendre sa grandeur ».

Mon avis.
Encore une série concept annoncée initialement en 6 tomes qui n’arrive pas à stopper la cavalerie. Effectivement mais comme j’ai toujours trouvé les maîtres inquisiteurs de bonne facture, on ne va pas cracher dans la soupe non ? J’imagine aussi qu’il doit avoir succès sous roche sinon on se serait arrêté là.
Bon revenons à nos sorciers policiers. L’Ordre ne se porte pas bien, on peut même dire qu’il est moribond, d’un coup on fait appel à Starky et Hutch pour réinitialiser des jeunes pousses parqués dans une forteresse lointaine. Comme pour la saison 1, on suit un nouveau couple inquisiteur/elfe avec certainement une apothéose dans l’ultime tome 5. C’est un peu comme dans Game of thrones, on réduit le nombre d’épisodes avec les saisons. Par contre, ce qui ne change pas, c’est la cohérence et la complexité de cet univers. Là, on peut remercier Sylvain Cordurié car il a su rendre crédible cette épopée. De bons dialogues, des personnages souvent charismatiques, des enjeux politiques et pas mal d’action sont de nouveau au programme. Et comme pour les autres tomes, le dessin est de qualité. Cette fois, c’est l’italien Andréa Cuneo qui s’y colle. Un trait expressif, des décors détaillés, une colorisation attrayante et on est de nouveau sous le charme.
Voilà, une saison II qui semble bien partie, sur de bons rails. Il ne manque plus qu’un maître inquisiteur féminin pour nous surprendre.

02.jpg



Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif