25/10/2015

Les chroniques courtes( 78) Sillage T18 Psycholocauste,Monika T2 :Vanilla Dolls,Amours fragiles T7.

sillage t18.jpgSillage T18 Psycholocauste.

Dessinateur : Philippe Buchet

Scénariste : Jean David Morvan

Editeur : Delcourt -Neopolis

Sortie : 23 septembre 2015.

Genre : SF.

Il y a un second être humain officiel à bord de Sillage et le conseil doit voter s'il lui accorde ou non la citoyenneté sillienne. Nävis l'espère vivement et prend ses responsabilités pour le convaincre. Mais très rapidement, cette préoccupation devient secondaire car un virus extrêmement puissant provenant de l'ornosphère convoité par le Magister et récupéré par Bobo.

« C’était déjà un enfer, ici…c’est devenu l’apocalypse ! »

Inutile de faire une longue chronique car si vous êtes au tome 18, soit vous aimez la jolie frimousse de Navis soit vous achetez pour compléter votre collection. A croire qu’on a été contaminé à la base. Cet album m’a fait penser à un film catastrophe où notre « agence tous risques » va sauver le convoi grâce à un beau travail d‘ équipe.

La trame générale avance, elle, à petits pas.

La partition graphique est fidèle aux précédents tomes.

Cette petite chronique s’autodétruira dans deux poukrams de temps.

 

a05-3e788c9.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifGlobal.

  

Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 ---------------------------------------------------------

Couv_253963.jpgPlancheA_253963.jpgMonika T2 :Vanilla Dolls.

Auteurs : March et Barboni

Editeur : Dupuis

Sortie : Octobre 2015

Genre : thriller érotique.

 

Par l'entremise de son ami Théo, la belle Monika monte sur scène aux côtés des Vanilla Dolls. Cette nouvelle performance masquée la trouble autant qu'elle l'épuise. Mais les Brigades Crucis veulent toujours accomplir leur rêve dévoyé d'un nouvel Occident .

« Un occident des origines, pur, débarrassé des scories humanistes, une nouvelle hyperborée »

 Mon avis.

 Quand on ouvre ce diptyque, on ne peut qu’être ébloui par l’esthétisme à la fois glaciale et sensuel du graphisme de Guillem March.  Ajoutez y une colorisation remarquable, on aurait dû avoir le thriller érotique  de l’année .Malheureusement, le scénario est digne d’une bonne débandade .Il se révèle très peu crédible (Monika est la petite amie du ministre de l’intérieur, comme c’est pratique, Monika connait un génie de la robotique capable de réaliser un humanoïde doué de sentiment, une première mondiale, sa sœur est aliénée par une idéologie toxique digne des pires sectes….franchement qui peut y croire avec un caractère aussi trempé ?)Les dialogues sont aussi trop cliniques et manquent de chaleur, un comble pour ce genre de BD. 

Au final, une belle impression de « peut mieux faire ».

 

a04-3e788e4.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifGlobal.

 

 

Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.

------------------------------------------

sillage,monika,buchet,morvan,delcourt,barboni,march,dupuisAmours fragiles T7 En finir..

Auteurs : Beuriot et Richelle.

Editeur : Casterman.

Sortie : 26 aout 2015.

Martin a été blessé sur le front de l'Est. Après sa convalescence, et grâce à quelques appuis, il est caserné en Allemagne, loin des combats. Se croyant à l'abri, il ignore qu'un danger encore plus grand le menace : il se trouve au sein d'un nid d'opposants au Führer qui préparent la funeste opération Walkyrie.

«  Nous aimerions vous poser deux ou trois questions.. »

Encore un album très plaisant à lire. Après le front de l’est, voilà le front intérieur tout aussi dangereux pour Martin vu son application dans l’opération Walkyrie. On sent bien la tension qui règne et les comportements qui traversent cette Allemagne de 1944.

« Amours fragiles » mélange habillement la grande Histoire avec la petite, à suivre assurément !

a07-3e78901.gifDessin 

a09-3e78912.gifScénario 

a08-3e78906.gifGlobal  

 

 

Samba.
------------------------------------------------

 

22/10/2015

Orphelins T02 : les esprits de l’ombre.

orphelins t2.jpgorphelins.jpgDessinateurs: Cavenago et Bignamini.

Scénariste : Recchioni .

Editeur : Glénat Comics.

Sortie : 14 octobre 2015

Genre : Science-fiction de 192 pages.

 

Le résumé.

En parcourant le passé des Orphelins, on découvre que Ringo a été condamné à mort pour indiscipline ! La seule façon pour lui de s’en sortir : accepter de se soumettre aux règles très strictes de Nakamura, provoquant pour la première fois de violentes tensions au sein de son équipe... Dans le présent, Pistolero s’écrase sur une planète extra-terrestre. Sans moyen de communication avec ses coéquipiers, il a pour unique compagnie un mystérieux œil mécanique du nom de « L’Hôte ». Mais il va progressivement découvrir qu’il n’est pas aussi seul qu’il le croit...

 

« L’échec n’est pas une option acceptable, tout est clair ? »

 

Mon avis.

Le plan de bataille est de plus en plus clair, le scénario se situe sur deux plans temporels .Le passé nous permet de mieux connaitre les personnages et le présent fait place à l’action pure. Le tout se révèle étonnamment accrocheur. J’ai eu nettement plus facile avec ce 2e tome à situer les combattants sur  la scène des hostilités. La stratégie graphique se caractérise par une très bonne fluidité tactique. Cette débauche d’adrénaline devient vite addictive et on part au combat la fleur au fusil. Certes, la psychologie est très militaire et on aime foncer dans le tas et réfléchir ensuite mais le coté science-fiction de cette saga intergalactique amène son lot de mystère qui attise l’intérêt du « tir au vlan » de  lecteur. 

Un peu septique au début, Orphelin monte en puissance et devrait plaire aux miliciens aimant les récits survitaminés.

Prochain rapport dans 3 mois !

 

 

a06-3e788fc.gifScénario

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gif Global.

 

Verso_257612.jpg

Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

20/10/2015

Wild Love T1

wild love.jpgAuteure: Hiraku Miura.

Editeur : Soleil Manga

Sortie : 14 octobre 2015.

Genre : Shôjo.

 


Le résumé

Yuzuki Madoka est une jeune fille passionnée d’animaux qui a le cœur sur la main. Elle suit des études pour devenir toiletteuse. Un jour, un étudiant nommé ShiroÌ‚ Kuon, emménage dans la même résidence qu’elle. Ce dernier est gentil et toujours en demande d’affection. Petit à  petit, il attire la jeune femme à  lui. Mais il y a un problème : il cache un bestial secret que personne ne doit découvrir...

 

« T’es vraiment facile à cerner toi »

 

Mon avis.

Sambette est de retour pour vous chroniquer une nouvelle expérience, un shôjo érotique réservé à un public féminin averti. 

Mais quelle abnégation cette Sambette !

Allons droit au but, le coté olé olé de ce manga. C’est clairement bien dessiné avec des courbes et des positions affriolantes, par contre le ton reste très fleur bleue (Shiro, je vais bientôt …).

Le reste du scénario joue assurément la carte du fantastique avec la présence de loups garous. Décidément, les jeunes japonaises aiment visiblement les bad boys mais qui se révèlent souvent comme de gentils gaillards …une sorte de fantasme nippon ? L’ensemble fait un peu penser à Twighlight avec l’option «situation  théâtrale » typique du genre shôjo.

Par contre, je me suis souvent perdu dans l' identification des phylactères.

J’ai aussi noté quelques redites au début de chaque chapitre.

Bref, l’héroïne est assez attachante et ses « prédispositions » devraient attirer la lectrice potentielle mais je ne serais pas contre une meilleure fluidité dans les cases et des propos plus assumés.

 

 

 

a04-3e788e4.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 

a05-3e788c9.gifGlobal.

 

Sambette.

wild love 1.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Meutes Lune rouge T1/2

meutes.jpgmeutes t1.jpgDessinateur : O.G.Boiscommun

Scénariste : Jean Dufaux

Editeur : Glénat.

Sortie : 7 octobre 2015.

Genre : 56 pages fantastique.

 

Otis Keller est une jeune femme presque comme les autres. Elle va au lycée, aime sortir le soir avec ses amies et s’apprête à passer le cap avec son premier petit copain. Sauf que la famille d’Otis appartient à une confrérie secrète. Une confrérie qui a la main sur Paris et qui a l’habitude de se retrouver tous les mois, à l’approche de la pleine lune, pour organiser une mystérieuse « chasse ». Une confrérie régie par ses propres codes, répondant à l’autorité du charismatique Oblast. Une confrérie... de loups garous.

« Une beauté que le temps n’atteint pas, une beauté qui ne craint pas les rides. »

À la manière de Rapaces avec les vampires, le grand Jean Dufaux revisite un autre mythe fondateur de la littérature d’épouvante populaire : les loups garous. En créant cette caste de l’ombre régie par ses propres codes et sa hiérarchie, il nous propose un univers à la fois complexe et cohérent ancré dans notre réalité, auquel O. G. Boiscommun donne vie avec toute sa science du fantastique.

 

Mon avis.

 

Normalement , vous venez sur ce blog pour avoir un avis sur une BD .Le problème avec cette nouvelle série de Dufaux , c’est qu’on a tous les ingrédients mais on ne sait pas si on aura du 4 étoiles ou du fast-food . Il s’agit clairement d’un album de mise en place, le savoureux ou non devrait suivre  très vite dès janvier 2016. Franchement, pour le moment, je ne sais pas sur quel pied danser avec ces loups garous très « urbain ». Je préfère botter en touche et attendre le 2e volume pour me prononcer sur  cette histoire qui fait inévitablement penser aux Rapaces. 

Comme Boiscommun est un gars vachement balèze, je qualifierais son trait « aquarelle » de sublimement machiavélique  et de somptueusement envoûtant.

Je tiens à mon intégrité physique lors d’une éventuelle future dédicace.  

Clairement, là, je viens de vous exécuter un chassé de chronique.

anim-3e7891e.gifScénario

anim-3e7891e.gifDessin 

anim-3e7891e.gifGlobal.

 

Samba.

meutes t1 d.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.