05/10/2015

Peau Neuve

Couv_255394.jpgPlancheA_255394.jpgAuteure :Elise Griffon.

Editeur : Delcourt

Sortie : Septembre 2015.

Genre : Roman graphique

 

Le résumé.

Avec ses vacances naturistes, Laura attire la curiosité malsaine des élèves. Dans un système normé, elle comprend vite qu'il vaut mieux porter l'armure que se montrer tel qu'on est. Laura se remémore son dernier été d'enfance et de liberté, deux mois plus tôt. Juste avant de subir une mutation physique: le passage à l'âge adulte. Finalement, n'est-ce pas l'occasion de faire « peau neuve » ? Un récit subtil et délicat sur les affres de l'adolescence

 

 

 

 « Même Tchernobyl, elle se fout de ta gueule »

 

 

Mon avis.

 

Ça fait  30 minutes  que je cherche un moyen d’aborder ce roman graphique. Car s’il y a bien une période de la vie que j’aime oblitérer, c’est bien cet âge bête de l’adolescence.

Ne pas se faire remarquer, rester dans les normes, voilà bien la règle de base pour traverser une cours de lycée sans encombre. Quel contraste avec la pratique du naturisme où l’on ne cache rien !

Bref, la vie tiraille de partout pour la jeune Laura. On peut d’ailleurs se poser la question de savoir quelle est la part d’autobiographie avec l’auteure de cette BD, Elise Griffon ?

Le dessin de cette passionnée de cinéma est assez classique voir candide et fait vraiment penser à une première œuvre. On a déjà connu mieux mais « peau neuve » se lit très facilement.

 

Sinon, le ton et l’esprit sont quand même très noirs et durs. La méchanceté des collégiens dépassent nos pires souvenirs. L’auteure joue de la symbolique pour terminer son album mais j’aurais aimé un peu plus de développement que cette pirouette pour clore ce chapitre de la vie de Laura.

 

Elle m’a foutu le cafard cette histoire !

 

a05-3e788c9.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a05-3e788c9.gifGlobal 

 

Samba.

peauneuve_127-ce0d4.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

01/10/2015

Alice Matheson Tome2 : Le tueur en moi.

alice matheson.jpgalice matheson t2.jpgDessinateur : Zivorad Radivojevic

Scénariste : Jean-Luc Istin.

Éditeur : Soleil(Anticipation).

Sortie : 23 septembre 2015.

Genre : horreur de 48 pages.

Une tueuse en série sous pression !
L’étau se resserre autour d’Alice, la brillante infirmiére psychopathe plongée au cœur d’une épidémie zombie

Entre le Docteur Barry qui se montre de plus en plus entreprenant, l’infirmière Alexandra Paynes qui l’a surprise en train de tuer une patiente et ce type étrange dénommé Harold Butler qui dit l’avoir connue autrefois, Alice traverse une mauvaise passe qui lui en ferait presque oublier les zombies. Reste que la cause de l’épidémie viendrait de l’hôpital lui-même

 

« Ma vie se complique, il va falloir que je la simplifie »

 

Mon avis.

En tant que chroniqueur, je lis pas mal de BD et souvent je constate que j’oublie très vite le contenu du scénario.  Ici, avec un personnage si atypique, une tueuse psychopathe, c’est loin d’être le cas avec Alice Matheson. Mais attention, notre jolie tueuse a des « principes », elle ne tue que les patients en phase terminale. C’est certainement ce coté amoral qui fait l’originalité de cette série par rapport aux autres séries « Zombie ». En plus, pour une fois, on s’attaque aussi à la cause de l’épidémie, on va enfin SAVOIR !!!! Enfin je l’espère.

C’est le serbe Radivojevic qui s’occupe du dessin du tome 2, dans une belle continuité par rapport au tome 1. Un dessin un peu plus clinique que celui de Vandaele mais comme on passe le plus clair de son temps dans un hôpital, ça tombe bien. A noter, la très bonne colorisation de Jean Bastide.

Une histoire qui se lit facilement, une sorte de Walking dead featuring Dexter.

Si vous aimez ce fléau de zombies dans une atmosphère d’apocalypse à London City avec des personnages pas trop fragiles dans des chambres de cryozone qui puent la mort, vous n’avez que 28 jours, mais pas plus, pour vous procurer cet album.

 

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gifDessin 

 a07-3e78901.gifGlobal.

alice matheson t.jpg

Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

30/09/2015

Kersten , médecin d’Himmler T2/2

kersten.jpgkersten 2.jpgDessinateur : Fabien Bedouel

Scénariste : Pat Perna.

Editeur : Glénat(Grafica)

Sortie : 16 septembre 2015.

 

 

L’Histoire oublie parfois ses héros...

 

Le 4 juin 1942, Reinhard Heydrich, adjoint de Himmler, est assassiné à Prague par des miliciens tchèques. Enfin débarrassé de celui qui se méfiait le plus de lui, le docteur Félix Kersten croit pouvoir enfin mener à bien sa périlleuse mission auprès de Himmler et monnayer des vies en échange de soins. Mais le remplaçant d’Heydrich va s’avérer être un ennemi encore plus dangereux et sournois... Constamment surveillé, épié, Kersten s’adonne à un véritable numéro d’équilibriste entre son marchandage au chevet de Himmler et sa coopération avec les Alliés. Il ne sera jamais vraiment à l’abri, pas même lorsque la guerre sera finie. Car dès 1948, Kersten, installé en Suède, devient la cible d’une enquête qui lui reproche sa proximité avec l’un des pires criminels nazis...

 

 « Lorsqu’on regarde trop longtemps le fond de l’abime, l’abime regarde aussi au fond de nous. »

 

Mon avis.

En faisant monter la tension crescendo, Patrice Perna et Fabien Bedouel terminent en beauté ce polar historique haletant basé sur l’incroyable histoire du médecin particulier de Himmler. Personnage injustement oublié de l’Histoire, Félix Kersten sauva pourtant des milliers de prisonniers des camps de la mort durant la seconde guerre mondiale...

 

Depuis l’or et le sang, je suis un fan du dessin de Fabien Bedouel. Il arrive admirablement bien à retranscrire la tension qui régnait autour du chef de la SS. Il a aussi cette fluidité de lecture, toute coule de source. Les expressions sont également très bien restituées. Et puis il y a cette colorisation sombre  et effrayante comme pour les planches 26 et 27 dont le noir jaillit des planches, du grand art.

Comme pour le tome 1, on est happé par cette histoire, presque hypnotisé, il faut dire qu’on pactise avec le diable et qu’il est difficile d’en sortir indemne.

Cette histoire est légèrement romancée, je n’aurais pas été contre une postface expliquant où la « fausse » histoire  s’écartait de la vraie .Voilà, il fallait bien que je trouve un peu truc à pinailler.

Au final, un excellent diptyque qui plaira aux historiens en herbe et aux gens intéressés par cette période.

 

Pour la suite, vu l’esthétisme de la  planche 17 où l’on voit une scène assez dénudée, je verrai bien Bedouel dans un registre complètement différent,  pourquoi pas un polar érotique ? 

a09-3e78912.gifScénario 

a09-3e78912.gifDessin

a09-3e78912.gif Global.

 

Samba.

kersten himmler.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

22/09/2015

Betty et Dodge.

Couv_176425.jpgPlancheA_176425.jpgDessinateur : Thomas Du Caju.

Scénariste : Pat Van Biers et jean-Claude Van Rijckeghem..

Editeur :  BDmust

Sortie : 2012.

Genre : aventures.

 

Années 1937-1938.
Betty, jeune et belle aristocrate anglaise part aux USA à la recherche de son père, un physicien nucléaire pourchassé par les espions d’Hitler. Dans sa quête, elle est aidée par Dodge, un photographe américain casse-cou. Espionnage, action, love-story et dépaysement à la veille de la seconde guerre mondiale. 

 

« Je suis dingue de toi, ma praline»

 

Mon avis.

 

Verso_176425.jpgAvouez que vous n’aviez jamais entendu parler de cette série avant de lire cette chronique. Moi non plus d’ailleurs, il a fallu que mon ami André me passe les 3 premiers tomes pour connaitre Betty et Dodge, ce couple volcanique d’aventuriers. A l’origine, cette série était éditée en néerlandais .BDmust que l’on connait plus comme éditeur de tirage de tête nous propose ici sa version française depuis 2012.8 tomes au total. N’hésitez pas à vous rendre sur le site de BDmust pour voir toutes les différentes éditions possibles.

Si vous aimez les histoires un peu « old school », cette série réussira à vous divertir. Ici, aucune prise de tête, l’intrigue est facile à suivre, les lecteurs plus « difficiles » pourront même dire prévisible avec un scénario bateau. C’est vrai que question originalité, on a déjà connu plus subtile. Mais bon, les auteurs jouent ici la corde du rocambolesque avec un duo  que tout oppose.

C’est en somme l’amour de risque à Downton Abbey avec option menace nazie imminente.

Le point qui a certainement faire fondre mon ami André, c’est son héroïne Betty, c’est vrai que la jolie rousse est assez craquante.

Le dessin de Du Caju m’a fait penser à un hybride entre celui de Francis Carin (Victor Sackville) et celui des frères Stalner  .A noter aussi une colorisation des plus agréables.

Au final, une série qui démarre sur les chapeaux de roue qui se lit facilement et rapidement  de quoi admirer l’esthétique de son héroïne.

 

 

 

a04-3e788e4.gifScénario 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gif Global.

 

Samba.

betty.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.