15/07/2015

Le procès Carlton

Couv_248240.jpgPlancheA_248240.jpgAuteurs : François Boucq et Pascale Robert-Diard

Éditeur : le Lombard

Sortie : 3 juillet 2015

Genre : chronique judiciaire de 136 pages.

 

Vous souvenez-vous du procès Carlton ?

C'était en février dernier, à Lille.

Pour "Le Monde", la journaliste Pascale Robert-Diard et François Boucq assistaient au procès. La première a tout noté, le second tout dessiné... ou presque.

 

« Cette affaire a transformé 60 millions de Français en voyeurs. »

 

Extrait du dossier de presse.

C’est un procès presque surréaliste aux airs de téléfilm américain, qui se tenait à Lille au début de cette année 2015. La conclusion de trois ans d’enquête, d’acharnement médiatique, de révélations scabreuses.

Les croquis de François Boucq décrivent, en quelques traits, l’apathie d’un DSK épuisé par le déluge de scandales qui déferle depuis quelques temps sur ses épaules …Ou bien la lèvre pleine de Dodo la Saumure, maquignon sûr de son droit qui bavarde avec insouciance avec le juge, en homme habitué des tribunaux. Des dessins réalistes, mais qui se permettent aussi d’outrer certains traits .Comme le dit François Boucq »rendre excessifs certains aspects des personnages permet d’affirmer son point de vue, de dire : moi, je choisis cet angle parce que je vois les personnages ainsi. Je ne suis pas neutre .j’assume ma position. »

 

Observatrice silencieuse mais à la plume efficace, la journaliste Pascale Robert-Diard, chroniqueuse au journal le Monde, fut témoin privilégié de cette sage judiciaire aux allures de huis clos .Elle livre ici, sans jugement, mais sans concession non plus, un compte rendu presque clinique du procès.

 

Au final, on peut réellement se demander si le juge d’instruction n’a pas été instrumentalisé car au final, l’évidence apparaît, la justice ne se rend pas avec le code moral mais bien avec le code pénal.

Le premier a enfanté un monstre médiatique, le second a révélé un néant juridique.

 

a07-3e78901.gif

 

archives-afp-francois-lo-presti.jpg



Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

09/07/2015

Le retour d’Antoinette.

Couv_248335.jpgPlancheA_248335.jpgAuteur : Olivia Vieweg.

Editeur :EP(Paquet)

Sortie :8 juillet 2015.

Genre : Roman-graphique.



Le résumé.

 

Antoinette doit y retourner une fois encore. Retourner dans son village natal. Retourner dans l’ombre des forêts et des maisons à colombages. Retourner sur les lieux de ses tourments et humiliations. Une dernière fois... Retourner en enfer.

« Après tout, peut-être que je suis mort ? »

Mon avis.

 

3-format43.jpgOlivia Vieweg est née à Jena en Allemagne en 1987 .Elle débute sa carrière en réalisant des mangas et des adaptations littéraires comme Huckberry Finn. Aujourd’hui, elle travaille sur des œuvres plus personnelles et plus sensibles comme le retour d’Antoinette .Elle a également reçu la bourse Egmont remise par le grand éditeur allemand pour un auteur « montant ».

Son trait est dans la veine semi-réaliste à  la « poisson pilote ». Souvent avec ce style dessin, on y adhère ou pas, il y a rarement de la demi-mesure dans cette appréciation.

Perso, j’ai bien aimé  le coté fraîcheur et un peu candide de son dessin.

Le récit de ce roman graphique est lui assez singulier. On y parle de blessures d’enfance, d’une recherche introspective avec au final une belle petite surprise. C’est bien raconté et on rentre vite dans la tête d’Antoinette et on comprend facilement ses obsessions. 

Par contre, la conclusion m’a laissé un peu perplexe, je cherche toujours à l’interpréter.

Au final, une bonne petite histoire mais dans le même style, j’ai préféré la princesse des glaces nettement plus aboutie.

a06-3e788fc.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifGlobal 

Samba.

anto_37.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

06/07/2015

Biguden T2 Bugul-Noz

biguden.jpgbiguden t2.jpgAuteur : Stan Silas.

Editions : EP(Paquet).

Sortie : 27 mai 2015.

Genre : Jeunesse.

 

Le résumé ….que vous trouverez difficilement sur le net !!

Gaud a rendu son dernier souffle et laisse un folklore breton vacillant, dépendant jusque là de la dernière bigoudène du village .Et pourtant, ce dernier ne s’est jamais aussi bien porté .Il faut dire que Biguden a pris la relève et prend son rôle très au sérieux. Mais les légendes ne comptent pas que de gentilles créatures .Le Bugul-Noz et les enfants imprudents vont en faire l’horrible expérience.

 

«  je ne suis pas là mais vous pouvez me laisser un message après le bip ».

 

Mon avis.

Comme notre spécialiste jeunesse est aux abonnés absents (Bonjour Isa), je me suis dévoué pour réaliser cette chronique. Chez SambaBD , on n’ a peur de rien !

N’ayant pas lu le tome 1, je me suis quand même demandé où j’arrivais.

Cet album, c’est une rencontre entre deux mondes improbables, la culture bretonne et japonaise. Un manga au pays des  fest-noz  en somme. C’est assez étonnant  mais comme le dessin tout en rondeur de Stan Silas est agréable et dynamique à suivre, on se prête vite au jeu.

Les personnages sont assez succulents, une mention spéciale à la maman restauratrice ne sachant pas réaliser les fameuses crêpes bretonnes ! 

On ressent aussi de la candeur, de la découverte  et de l’amitié, ce qui ravira les plus jeunes.

Cet univers décalé est original, il n’empêche que c’est parfois difficile à suivre, je ne sais pas si c’est à cause de mon âge avancé mais c’est  complètement allumé comme truc.

 

Bon sinon, j’ai toujours milité pour un résumé en début d’album de quoi permettre à un lecteur lambda de débuter une série même au tome 2. C’est pas grand-chose à faire et ça peut rapporter gros !

Sur ce, j’ai envie d’une bonne crêpe d’un coup.

 

a07-3e78901.gifDessin 

a04-3e788e4.gifScénario 

a05-3e788c9.gifGlobal 

Samba.

stanbiguden.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

03/07/2015

Pépin Cadavre T1 :Caramanitran.

pepin cadavre.jpgpepin.jpgAuteurs : Milhaud et Kernel.

Editeur :Glénat.

Sortie : 24 juin 2015.

Genre : jeunesse.

 

 

 

Rebouteux, détective, chimiste... le spécialiste reconnu de l’étrange !

Le jeune Sebastian Melmoth est un détective de l’étrange ! Son agence occulte, « Pépin Cadavre », a pour mission de chasser les esprits du monde parallèle d’Asper qui sèment la panique dans le monde réel. Et grâce à sa large connaissance des remèdes, de la science et de la magie, il n’y en a pas beaucoup qui lui résistent ! Sauf que Sebastian déchante un peu lorsqu’il apprend qu’il va devoir renvoyer le redoutable Caramantran : un esprit divin qui, à l’approche de flammes, devient force primitive, chaos et renaissance brute par la désolation... tout un programme !

 « Ah Sébastian, il faudra que tu ailles faire des courses, on a plus de Ragouminou ».

Mon avis.

Avec Pépin Cadavre, la collection « Tchô! L’aventure... » Inaugure ici un nouveau héros courageux et attachant qui évolue dans un univers fortement inspiré des œuvres de Miyazaki, empreint de fantastique, de créatures étranges et de mystères !

Le titre est génial : « pépin cadavre », c’est plutôt  bien trouvé et ce nom d’agence de l’étrange  interpelle. Une fois cette BD ouverte, je me rends vite compte que cet ouvrage est destiné à un public « jeunesse ». J’ai eu l’impression de voir une suite des cases tirées d’un dessin animé (l’hommage aux œuvres de Miyazaki est manifeste). Malgré un dessin plutôt énergique et imaginatif, j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans cette histoire  avec une impression de lire un tome 7 ou 18. Pas mal d’éléments sont en effet manquants pour bien appréhender ce monde étrange.  Et cerise sur le gâteau, la colorisation  date d’un autre âge.

Quelques idées sont plutôt originales mais font références à d’autres standards comme Harry Potter pour les voyages instantanés via un frigo au lieu d’une cheminée. Le train à vapeur avec ses étranges créatures n’est pas loin de celui de Poudlard également. 

J’ai aussi trouvé le personnage principal très prétentieux et sans nuances. Par contre, la jeune médecin m’a l’air beaucoup plus sympathique et marrante.

Sinon, ça plaira peut être à un public jeune de 8 à 10 ans  qui trouveront un univers ludique et énergique. je vais d’ailleurs vite donner cet album à mon filleul qui aura certainement un avis plus pertinent que le mien.

a05-3e788c9.gifDessin 

a03-3e788b8.gifScénario 

a04-3e788e4.gifGlobal 

Samba.

pepin ca.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : pepin cadavre, milhaud, kernel, glénat, jeunesse |  Facebook | |