17/05/2017

Retour sur Belzagor Episode 1/2

retour sur belzagor.jpgretour sur belzagor episode 1.jpgScénario : Philippe Thirault.
Dessin : Laura Zuccheri.
Editeur : les humanoïdes associés.
54 pages
Sortie : avril 2017
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
L'ex-lieutenant Eddie Gundersen revient sur Belzagor où il a laissé naguère ses illusions de jeunesse, la femme de sa vie et un passé honteux de colonisateur. Aujourd'hui la planète a été rendue à ses deux espèces intelligentes : les Nildoror et les Sulidoror. Endossant le rôle de guide d'une expédition scientifique aux confins des terres indigènes, Gundersen va se confronter à ses démons et régler ses comptes avec une planète qui ne lui avait pas livré tous ses secrets.


« T’as pas intérêt à être revenu pour foutre la merde »


Mon avis.
Attention, drapeau pour tous les fans des mondes d’Aldébaran de Léo. Pourquoi je parle de l’auteur brésilien alors qu’il s’agit ici d’une adaptation d’un roman de Robert Silverberg ? Et bien car on y trouve une flore et une faune très dépaysantes, une planète colonisée par l’homme, des remous sentimentaux, quelques débats sociétaux etc. Bref, hormis les douches tout y est et même le logo fait un clin d’œil à la série de Léo. En tout cas, c’est un plaisir de retrouver le trait de la dessinatrice des épées de verre. C’est réellement un enchantement pour les yeux. On ne peut qu’admirer la beauté et la minutie des décors et son imagination pour créer ce monde mystérieux de Belzagor.
Le personnage principal, Eddie Gunders, ne parait pas très sympathique de prime abord mais son ambiguïté a fini par m’intriguer. On assimile pas mal d’info et aussi un peu de délirium tremens en début de tome mais une fois le voyage « initiatique » commencé, la lecture se fait plus aisée.
Comme anecdote, le personnage de Kurt a pris les traits de son créateur, Silverberg.
Autre point positif, il s’agit d’un diptyque donc pas d’aventures interminables à craindre.
Alors qui est prêt pour embarquer pour la terre de Holman ?

belzagor.jpg

 


Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a09-3e78912.gif

 

a08-3e78906.gif

15/05/2017

Teach me love T3

teach me love.jpgteach me love t3.jpgAuteure: Ai Hibiki.
Editeur: Soleil Manga.
Sortie : octobre 2016.
Genre : Shojo érotique.

 

 

 

Le résumé.

Mahiro et Rei sont encore plus amoureux depuis qu’ils se sont unis autant sentimentalement que physiquement.
Le problème, c’est qu’ils ont des examens en fin d’année. Pour calmer Rei, Mahoro lui impose l’abstinence et les plaisirs solitaires !

« Je ne dois pas bouillir comme ça dès que je le vois »

Mon avis.
On les sentait bien chaud nos deux amoureux dans les 2 premiers tomes mais là, c’est carrément torride. Notre dévergondée (c’est elle qui le dit) a visiblement le feu au cul. Pour refroidir cette centrale nucléaire, elle décide de refroidir son cœur et surtout ses fesses en ne pourtant plus de petite culotte. Vous l’aurez compris, le ton est résolument débridé et décomplexé. Mais cela reste une comédie, un tour de force quand on parle d’exhibition et de domination mais tout ça se déroule dans un esprit léger et guilleret. On est loin de certain titre où le sexe est intellectualisé à outrance et qui finit par en devenir chiant.
On y retrouve aussi la sensibilité féminine de l’auteure plus tournée vers le plaisir que sur la performance physique. Elle doit aussi s’accommoder de la censure classique du pays du soleil levant (pas de poil beurkkk !).
Mais on sent aussi clairement que la demoiselle, elle s’éclate dans ses nombreuses scènes de jambes en l’air.
Allez, il est temps d’aller faire la vaisselle.

Verso_289831.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 


Inscrivez-vous à la newsletter.

30/04/2017

Les chroniques courtes (128).Elle, un ange dans la résistance T1/2,Carton jaune !

elle un ange dans la résistance.jpgelle.jpgElle, un ange dans la résistance T1/2.
Auteure : Fanny Montgermont.
Éditeur : Paquet.
Sortie : avril 2017.
96 pages.

 

 

 

Cette BD est une réédition pour la collection mémoire 1939-1945 d’un diptyque sorti en 2003.
Nous sommes à Rennes en mai 1944. Hyppolyte, un jeune résistant va faire la connaissance de la mystérieuse Michelle, fille d’un chef de la milice.
L’histoire est intrigante puisqu’elle mélange des faits historiques avec des éléments religieux (Michelle déclare être un ange). Pas sûr que les amateurs de récits guerriers apprécient ce curieux mélange. Perso, j’attends de connaître la suite pour me prononcer surtout que le dessin proposé bien que parfois bien figé reste agréable à regarder.

a06-3e788fc.gif



Samba.

_______________________________________________________
carton jaune.jpgcarton jaune t.jpgCarton jaune !
Dessin : Hanouka Assaf.
Scénario : Didier Daeninckx.
Éditeur : EP éditions.
Sortie : 3 avril 2017.
52 pages.

 

 

Une autre réédition chez EP éditions d’un titre de 1999. Il s’agit de la transposition au monde du foot de l’histoire de Victor Young Perez, champion du monde de boxe assassiné par les nazis en 1945.
En 1999, j’aurais certainement crié au chef d’œuvre mais depuis on a pu lire de nombreuses BD sur le sujet et de très bonnes (Young de Tunis à Auschwitz ou à l’ombre de la gloire chez Futuropolis par exemple). Ici, le style narratif aseptise le sujet pourtant fort, on suit cette tranche de vie de loin sans grande empathie pour le héros. Cette BD, c’est aussi un focus sur les années 30 que le dessin de l’israélien (mais aussi très discret, plus aucune BD depuis 2008) Hanuka retranscrit très honorablement.

a06-3e788fc.gif


Samba.

28/04/2017

Le Fulgur T1/3 Au fond du gouffre.

le fulgur.jpgle fulgur t1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Dejan Nenadov.
Éditeur : Soleil.
64 pages.
Sortie : 19 avril 2017
Genre : aventure historique.

 

 

Le résumé.
1907. Suite à une tempête, un navire voguant dans le canal du Yucatan sombre dans une fosse sous-marine avec un gros paquet d’or dans ses soutes. Un groupe de savants et d’aventuriers embarque à bord du Fulgur, un sous-marin révolutionnaire, afin de retrouver la cargaison perdue. Leur aventure va vite prendre une tournure inattendue.

« Plus impressionnant encore que Padirac »


Mon avis.

Cette nouvelle série de Christophe Bec reprend les codes des récits du XIXe siècle, dans l’esprit de 20.000 lieues sous les mers. C’est aussi une œuvre librement adaptée du roman de Paul de Sémant (1910).
Un peu dans la même veine que le château des étoiles d’Alice, on part pour la grande aventure made in Jules Verne avec un cahier des charges bien respecté par l’auteur de Prométhée, de Carthago, d’Olympus Mons et j’en passe et des meilleurs. Mais je dois bien l’avouer si vous connaissez bien ses œuvres et les romans de JV, c’est aussi sans grande surprise qu’on découvre les multiples péripéties que nos héros affrontent. Mais reconnaissons-le, c’est efficace et c’est avec envie qu’on tourne les pages.
Par contre, j’ai toujours un mal fou avec ce style de dessin charbonneux (un peu typique de l’école serbe et consorts). Ce trait me donne une sensation que le travail fut laborieux avec un rendu final très peu dynamique. Néanmoins, le 3e chapitre sauve un peu la mise. Autre point délicat, la typo utilisée pour la narration, il faut avoir des yeux de sioux pour savoir la déchiffrer avec notamment un T qui ressemble surtout à un +. La colorisation est aussi dans la même veine : terne !
En résumé je dirais que Nenadov n’a pas eu de fulgur au poing mais que Bec sauve les meubles en récitant ses gammes habituelles avec ce best-of abyssal.

le fulgur t1 bec.jpg

 

Samba

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a04-3e788e4.gif

 

a05-3e788c9.gif

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : nenadov, bec, le fulgur, soleil, 042017, 510 |  Facebook | |