09/12/2014

La main de Pangboche Tome 1

Main de Pangboche (La)1.jpgMain de Pangboche (La)1s.jpgDessin et scénario :André Taymans.

Editeur : Paquet

Sortie : 12 novembre 2014.

Genre : Aventure  de 46 pages.

 

 

Katmandou. 

 

Roxane Leduc, une jeune femme spécialisée dans les antiquités, assiste de peu à l’accident mortel d’un homme qui venait de lui confier les secrets d’une relique... Le doigt momifié d’un yéti qui a été volé dans le Monastère de Pangboche à la fin des années 90.

Roxane décide alors de partir, avec la relique, aux portes du parc national du Langtang, le « royaume des trekkeurs », afin de percer les mystères qui entourent cet étrange doigt. Première étape : rencontrer le policier qui a enquêté sur le vol. Mais Roxane y a été précédée... 

 

« Un tigre à bout de force ne fait pas le poids sur l’échiquier du temps ! ».

Main de Pangboche (La)1v.jpg

नेपालमा बनेको 

Février 2014, nous rencontrons Nicolas A, l’attaché de presse de Paquet, nous annonçant le futur album d’André Taymans chez l’éditeur suisse. Il nous demande de garder le secret  surtout qu’on le reconnait bien aux pages 13-14 et 15. Je dois dire que ce passage vaut  quelques roupies !

Le reste est plus attendu pour ceux qui connaissent les œuvres d’André Taymans . Comme pour le tome 14 de Caroline Baldwin, on met le cap sur les montagnes du Népal. On se dit aussi que le dessinateur belge doit particulièrement apprécier ce pays et ses habitants. Et ça se voit, cet album est tout d’abords une invitation à l’évasion et au voyage grâce aux dessins à l’aquarelle, ça donne envie d’y aller faire un trekking au milieu de ces paysages à couper le souffle. 

Le parallèle avec Caroline Baldwin ne s’arrête pas là car on retrouve un personnage récurent à cette série, Roxane Leduc . Une fille aussi un peu borderline fonçant dans les ennuis à une vitesse grand V. Ce qui est assez étonnant, c’est que les reliquats exposés  au début de l’aventure sont parfaitement authentiques. La course poursuite peut donc commencer et on attend la fin de ce diptyque pour réellement juger de l’ensemble.

Chaque chose en son temps comme dirait un bonze. 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifGlobal 

Samba

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

08/12/2014

Sunny tome1

sunny.jpgsunny d.jpgDessinateur : Matsumoto

Scénariste : Matsumoto

Editeur : Kana.

Sortie : 21 novembre 2014

Genre : Chronique sociale.

 

Le résumé.

 Centre d’accueil pour enfants en difficulté sociale abrite des personnalités fort différentes, mais tous portent en eux une solitude qu’ils gardent au fond de leur cœur. Leur lieu de prédilection : une vieille Nissan « Sunny». L’endroit où tout devient possible, où l’imaginaire n’a plus de limites !

 

Mon avis.

Comme ce titre se retrouve dans la sélection officielle d’Angoulême, je me suis dit que sa lecture devrait en valoir la peine. Visiblement son auteur jouit d’une belle réputation. J’ai même lu le qualificatif de chef d’œuvre pour ses anciennes parutions comme Amer Beton ou Number 5.

Bref, je m’attends à du lourd !

Franchement je déchante très vite, je tique déjà en voyant la couleur qui donnait indéniablement un plus disparaitre après quelques pages, ensuite, j’ai trouvé le trait de Matsumoto très peu attirant. Des gros aplats noirs dégoulinants, des phylactères parfois peu lisibles sont au menu de ma lecture. Il se peut aussi que la qualité du PDF soit bien pourave. Il n’empêche que la construction est assez banquable, on change de sujet sans crier gare et au lieu de me retrouver dans un orphelinat, j’ai l’impression d’être dans un asile de fous .En plus, il ne se passe pas grand-chose, c’est une suite de chroniques du quotidien agrémentées de rêves d’enfant. Mais comme tous les sentiments sont retenus (on est au Japon !), je me suis ennuyé grave à la lecture de Sunny .

Voilà, je ne dois pas être sensible à ce genre de poésie mais je m’interroge quand même sérieusement sur la présence de ce titre dans la sélection d’Angougou . 

Le seul point positif, c’est que ce titre m’a remis en tête la chanson des Kinks version Bouli Lanners , un grand moment celui là !

 

a03-3e788b8.gifDessin 

a01-3e7889f.gifScénario 

a02-3e788b1.gifGlobal 

 

Samba

1556_P5.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : sunny, matsumoto, kana, chronique sociale, 210, 112014, manga |  Facebook | |

03/12/2014

Les gardiens du Louvre.

le gardien du mouvre.jpgle gardier du louvre.jpgScénariste :Taniguchi

Dessinateur :Taniguchi.

Editeur :Futuropolis.

Sortie : 21 novembre 2014.

Genre:Visite onirique de 134 pages.

 

Le résumé.

Au terme d’un voyage collectif en Europe, un dessinateur japonais fait étape en solitaire à Paris, dans l’idée de visiter les musées de la capitale. Mais, cloué au lit de sa chambre d’hôtel par une fièvre insidieuse, il se trouve confronté avant tout à une forme de solitude absolue, celle des souffrants en terre étrangère, privés de tout recours immédiat au cœur de l’inconnu. Alors que le mal lui laisse quelque répit, il met son projet à exécution, et se perd dans les allées bondées du Louvre. Très vite, il va découvrir bien des facettes insoupçonnées de ce musée-monde, à la rencontre d’œuvres et d’artistes de diverses époques, au cours d’un périple oscillant entre rêve et réalité, qui le mènera pour finir à la croisée des chemins entre tragédie collective et histoire personnelle. 

Avec cet album en forme de voyage intérieur, Jirô Taniguchi nous invite à une traversée temporelle et artistique à la découverte d’un esprit des lieux, sous la houlette de quelques figures tutélaires, familières ou méconnues... Car le Louvre a ses gardiens.

Mon avis.

Au départ, on est déjà séduit en découvrant la qualité d’édition de cet album. Un grand format (23 cm sur 32.5 cm) à la sauce manga puisque le sens de lecture est inversé qui va nous permettre d’admirer le dessin de Taniguchi en cinémascope et en technicolor. C’est presque une œuvre d’art qui vous aurez entre les mains  tellement les dessins de l’auteur de quartier lointain illumineront votre lecture.

Par contre on est plus dans l’univers « d’un homme qui marche » ou « du gourmet » car le scénario est en mode contemplatif. Le but est de nous faire vivre la vie du Louvre à travers le temps qui coule. Mais la visite se veut aussi idéalisée, sans la foule agglomérée autour de la Joconde, sans bousculade ni bruit. Mais cette visite est aussi onirique car on va découvrir certain de ses habitants. On se promène dans les pas voir dans la tête de grands auteurs comme Vincent van Gogh par exemple. Par ce biais, Taniguchi essaye de nous expliquer l’art d’apprécier une toile ou une sculpture. On se rend aussi bien compte du rayonnement international du musée parisien. 

Vous l’aurez compris, cet album est destiné à l’amoureux d’art et culture. Un peu moins à l’amateur d’action virile ou d’aventure à la James Bond.

a06-3e788fc.gifScénario 

a09-3e78912.gifDessin 

a07-3e78901.gif global.

 

Samba.

le gardier v.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

01/12/2014

Merci

merci.jpgmerci,monin,zidrou,grand angle,chronique sociale,710,112014Scénariste : Zidrou

Dessinateur: Monin.

Éditeur : Grand Angle.

Sortie : 29 octobre 2014

Genre :Chronique sociale de 64 pages

 

Bredenne, dans la Marne.
9974 habitants et presque autant d’âmes. On parie combien que vous ne connaissez pas ? Faut dire aussi : entre Disneyland Paris et Bredenne, le choix est vite fait. Un peu trop vite peut-être Merci Zylberajch, bientôt 16 ans et gothique jusqu’au bout des ongles, a commis des actes répréhensibles, comme on dit. Elle n’était pas seule, mais elle a décidé de porter le chapeau. Ses actes n’en méritent pas moins une sanction, d’autant qu’elle n’en est pas à  son coup d’essai. Encore faut-il décider quelle sanction !

 C’est pour cela que l’état français paie Sébastien Pirlot, juge des enfants. Un juge un peu olé olé, si vous voulez mon avis. Pirlot ignore encore qu’en condamnant Merci à  une peine de substitution, il va offrir à  de nombreuses personnes une joie de substitution.

merci v.jpg

 

« Vous avez soufflé sur les braises, d’autres les auraient étouffées. »

En voyant la couverture et le nom de Zidrou , je me suis dis que j’allais avoir une lecture optimiste et vu la morosité ambiante , ça ne peut pas faire de mal . Merci (c’est juste son prénom, vous suivez Mr Pignon ?)  est l’occasion de donner la parole aux jeunes et le discours se veut résolument positif. Croquer le bon sens populaire dans l’émanation de la volonté politique  pourrait refroidir plus d’un dessinateur, mais Arno Monin (l’envolée sauvage, l’enfant maudit) l’a fait avec brio .Son trait semi réaliste donne vie à tout ce petit monde avec beaucoup de charme et à la fin, on a qu’une seule envie, c’est d’aller visiter Bredenne. Bon ça existe en Belgique (assez connu pour ses plages nudistes) mais pas en France visiblement, dommage car parcourir les rues en suivant un poète, l’idée est très sympathique.

Le plaisir est donc de suivre  ces petits moments du quotidien avec une petite dose d’humour et surtout beaucoup de tendresse.  Certain reprocheront d’ailleurs un effluve de bons sentiments nuisant à la crédibilité du sujet  mais bon, une chose est certaine, le Parmentier est un con !

Comme dirait une sacrée opportuniste, merci pour ce moment !

Ah, oui, il existe une version collector et limitée de cet album.9782818932162.jpg

 

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal

Samba




Abba -Take a chance on me 

 

Inscrivez-vous à la newsletter.