20/10/2014

Siberia 56 T2 :Morbius.

siberia 56.jpgsiberia 56 b.JPGAuteurs : Bec et Sentenac.

Editeur : Glénat.

Sortie : 10/2014

Seul rescapé de la 13e mission sur Siberia 56, Ned a finalement pu rejoindre la base humaine établie sur les terres blanches et immaculées de ce monde hostile. Il peut à présent mettre un nom sur le redoutable prédateur invisible qui a décimé son équipe : le Morbius. La colonie connait bien les dangers de cette créature, mais elle ignore encore tout de son comportement. D’après les rapports, elle serait responsable de la mort des membres de la première expédition sur Siberia, et de pas mal d’autres après elle...

Débriefing.

Vous savez quoi ? Ecrire une chronique avec des moufles, ce n’est vraiment pas évident.

J’ai du en mettre à la lecture de ce tome 2 de Sibéria 56 tellement le froid de cette planète traversait les pages. D’ailleurs chapeau à Alexis Sentenac pour cette belle immersion. Son univers graphique rend ce voyage très convaincant .Brrrrrr , sortez la doudoune ! En plus, dessiner un être invisible dans un univers blanc, bonjour le défi (un peu sadique le scénariste non ?) !

Le tome 1 nous avait fait froid dans le dos avec son atmosphère très « alien »   ou « pitch black ». Le tome 2 fait aussi écho à un classique de la  cinématographie SF très connu « le planète interdite » puisque son titre se  réfère au  nom du professeur de ce film.

Je ne voudrais pas être en froid avec les auteurs mais ce tome est un peu une copie conforme du tome précédent : un crash, un peu de survie en milieu hostile et enfin la mission de sauvetage. Mais si vous rajoutez une bonne petite musique bien crispante, la lecture sera toujours aussi agréable. Il faut dire aussi que Ned n’a pas froid aux yeux et que ses escapades sont tout sauf une promenade de santé. J’ai aussi un peu tiqué sur certaines solutions tombées du ciel pour trouver une porte de sortie.

Mais ce tome 2, c’est aussi quelques flashbacks expliquant quelques soucis ultérieurs. 

Maintenant, j’espère trouver un peu plus d’explication sur les artefacts extra-terrestres et pas seulement des missions de survie.

Bref, j’ai apprécié l’univers et le rendu graphique mais  j’ai trouvé qu’on se répétait un peu dans cet album. Ce qui ne m’empêchera pas d’attendre le tome 3 avec intérêt.

a06-3e788fc.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gifGlobal.

Samba.

siberia.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

18/10/2014

L’or et le sang T4

Or et le sang (L')4.jpgOr et le sang (L')4g.jpgAuteurs : Nury –Defrance-Bedouel-Merwan.

Editeur : Glénat

Sortie : 1er octobre 2014.

 

Pour l’honneur. Pour l’amitié. Pour la liberté.

Le Rif s’est embrasé. Le Maroc entier menace de le suivre sur la voie de la liberté... Calixte, converti à l’Islam, est devenu un véritable chef de guerre sous le nom de « Khalil al Islami ». Léon, confronté au dilemme de sa vie, préfère l’amitié à la fortune et rejoint les rebelles. Mais face à l’armée rifaine se dressent désormais deux puissances coloniales : la France et l’Espagne, réunies pour écraser à tout prix la République du Rif. La guerre semble perdue d’avance... Peu importe. À défaut d’être vainqueurs, ils deviendront des légendes.

 

T’inquiète, elle arrive la fin.

 

Les plus attentifs d’entre vous auront certainement remarqué le changement de maquette des couvertures. Le rachat de 12 bis par Glénat explique ce remaniement.

 

Je commence ma lecture et en deux bulles, on résume toute l’histoire, trop fort ! 

Après c’est reparti comme en 14 et fatalement c’est l’embardée explosive avec nos 2 héros.

Inch’allah , on va voir du pays !

Le 3e héros de cette série est assurément le Maroc que Nury et Defrance avaient  visité dans leur jeunesse.

Mais il faudra une vingtaine d’année pour voir adapter le roman non publié de Defrance en BD. Mais quelle bonne idée de faire un focus sur cette guerre méconnue et hélas pour les rifains perdue d’avance. Vous y rencontrerez quelques célébrités déchues de l’époque  comme Pétain et Franco qui « oseront » utiliser le gaz moutarde pour mater cette révolution (véridique !).

De l’autre coté, le courage, l’honneur et l’amitié feront des miracles. Il faut dire que Calixte est quelqu’un d’hors-norme, une sorte de Lawrence d’Arabie du rif .Léon est plus proche de nous mais tout aussi attachant.

Pour l’aspect graphique, Bedouel au storyboard  et Merwan à l’encrage  nous offre de l’action et de l’aventure avec un grand A.

 

L’or et le sang est indéniablement une des meilleures séries d’aventure du moment !

 

Samba

 

a08-3e78906.gif scénario

a07-3e78901.gifdessin

a08-3e78906.gif Global.

Or et le sang (L')4c.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

17/10/2014

Les elfes T6 : La mission, des elfes bleus.

elfes.jpgelfes 5.jpgAuteurs : Istin-Duarté-Saito.

Editeur : Soleil

Sortie : 06/2014.

Au cochon grillé.

C’est dans la ville d’Aspen logée dans le froid du nord que commence cette histoire. Alors que les jours s’amenuisent et que les nuits s’allongent, quelque chose dont le régent d’Aspen ignore la nature s’est éveillé

Lentement, il se distille dans l‘air comme une sensation qui refroidit et raidit l’échine des plus braves. On tue les hommes. On retrouve leurs cadavres aux lueurs de l’aube. Étrangement, ce sont les plus solides guerriers qui trépassent en premier. Puis leurs cadavres disparaissent...

Les gens d’Aspen ont peur. Le régent implore l’aide d’Aamnon, le roi des Elfes bleus du Nord qui répond à  sa requête. Une mission est envoyée dans le Nordrenn, une enquête menée par Lanawyn et Turin...

 

Mets ta cagoule !

Dans ma chronique du tome 1, j’avais émis le souhait de retrouver le duo Lanawyn et Turin pour une suite .Et bien voilà mon souhait exaucé.

C’est indéniablement l’univers des elfes bleus qui m’enthousiasme le plus. Déjà le dessin de Duarté est une véritable tuerie graphique. C’est magnifique du début à la fin avec en plus une colorisation impeccable. Franchement, il est difficile de faire mieux.

Pour le scénario, on remarque le talent de conteur de  Jean-Luc Istin . Le déroulement de cette mission de sauvetage est assez classique mais on est comme absorbé par cette histoire .Il faut dire aussi que les personnages reçoivent vite notre empathie .Rajoutez-y un crescendo dans la tension et vous obtenez un agréable divertissement.

 

Je suis souvent très critique sur les séries concept mais les Elfes sont assurément une réussite.

05-3e731b2.gif Dessin

a07-3e78901.gifScénario.

a08-3e78906.gif Global.

Samba.


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

16/10/2014

Urban T3 : Que la lumière soit ….

Urban3.jpgUrban3f.jpgAuteurs :Brunschwig et Ricci.

Editeur :Futuropolis.

Sortie : 09/2014

 

Alors que la ville de Montplaisir est sous le choc après l’extinction générale de toute son alimentation électrique, suite, semble-t-il, à une attaque terroriste de grande ampleur, Zacchary reste auprès de la dépouille du petit Neil, victime innocente de son combat avec le tueur Antiochus Ebrahimi. En dehors de la ville, la famille de Zach est attaquée par ses propres robots d’entretien…

 

Breaking news.

Suite à une action de protestation syndicale  s’occupant des services de presse, nous informons notre aimable assistance que cette chronique a été retardée d’un mois. On arrive donc après la guerre pour vous chroniquer ce tome 3 d’Urban !

Mais retrouvons tout de suite notre envoyé spécial, Lapinou, en direct de Montplaisir pour faire le point sur cette tragédie.

-Et oui, Samba, je me trouve à l’endroit même  où des terroristes ont déclaré la guerre à notre centre de loisir. Notre monde n’allait déjà pas très bien mais là, on est au bord du gouffre. C’est avec beaucoup d ‘émotion (et aussi pas mal de voyeurisme) qu’on  vous montre des images de détresse d’une mère pour son enfant disparu ou des familles pleurant la perte d’un proche.

Snif ! Ayons une minute de compassion pour ces malheureux mais crions aussi vengeance et traquons ces terroristes jusqu’en enfer (qui n’existe plus rappelons le). 

-Merci Lapinou pour ce témoignage édifiant qui montre qu’Urban ne ménage pas ses personnages. Il faut dire que son chef d’orchestre, un certain Luc Brunschwig , n’est pas à son coup d’essai .On y retrouve d’ailleurs sa marque de fabrique avec quelques flashbacks montrant le coté émotionnel de toute cette histoire .Il est aussi secondé par l’excellentissime Roberto Ricci qui a mis en image de manière très convaincante cette parabole selon Saint Luc. 

On peut aisément proclamer que ce tome 3 donne une nouvelle dimension à l’ensemble, le danger est incontestablement plus important que prévu.

Sinon, vous pouvez miser sur le nombre de like sur cette chronique, 5 dalsuns par proposition.

On se quitte comme toujours avec notre pin-up de jour, aujourd’hui la douce  Ishrat .

A demain.

urban_ascenceur.jpg

a08-3e78906.gifScénario

a08-3e78906.gifDessin 

a08-3e78906.gifGlobal.

Samba.

On en parle sur le forum.

Inscrivez-vous à la newsletter.