07/07/2014

Rencontre sur la transsaharienne.

transsaharienne.jpgtranssaharienned.jpgAuteurs :Verdier/Christin

Editeur :Aire Libre

Sortie :03/2014.

Sur le sable.

 

Au même moment, en trois points du monde, des jeunes gens se préparent à partir. Pour Fanny, Nico et Lila, c'est le grand départ pour l'Afrique, où les attend une mission humanitaire ; Diop et Norbert quittent leur village africain pour une vie meilleure en Europe ou ailleurs ; Karim et Shafiq s'apprêtent quant à eux à prendre l'avion qui les mènera d'Arabie Saoudite au Sahara, où ils doivent participer à une chasse. Ils n'ont rien de commun, mais ils vont tous emprunter la Transsaharienne, cette route sans fin perdue au milieu du désert, étrangement propice aux rencontres les plus improbables. Dans cette zone imprécise et comme hors du temps, vont se nouer et se dénouer des liens entre des êtres que rien dans leur vie, leur parcours et leurs motivations ne prédisposait à se rencontrer. 

 

Carnet de voyage.

Cette BD, c’est d’abord un carnet de voyage pour l’Afrique. Fanny veut faire quelque chose « d’utile » dans sa vie alors quand deux de ces amis lui proposent un voyage humanitaire, elle saute sur l’occasion. Le problème, c’est que ce road movie est avant tout une aventure d’amateurs. Mais il sera aussi l’occasion de faire des rencontres, de croiser d’autres cultures .C’est un hymne à l’entre-aide avec une lueur d’humanité au milieu de nulle part.

On est bien loin des voyages intergalactiques de Valérian pour Christin. 

Le dessin semi réaliste de Verdier (Ultamate Agency) convient bien à ce style d’histoire. Dommage cette rigidité sur les scènes d’action.

 

Ce qui m’a un peu étonné avec ce récit, c’est l’accélération de la narration en fin de tome, comme si on devait boucler l’histoire précipitamment. En plus vu la fin, on s’attend logiquement à une suite donc cette accélération est d’autant plus étonnante.

Dommage aussi qu’on ne ressente pas plus le caractère de Fanny qui en a visiblement beaucoup mais qui reste calé dans les bulles.

Au final, un honnête road movie réaliste sans parti-pris plaisant à lire mais manquant par moment de charisme pour être totalement indispensable.

 

 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario

a06-3e788fc.gif Global 

Samba

rencontre sur la transsaharienne.jpg

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

04/07/2014

Ils ont fait l'histoire:Jaurès.

Ils ont fait l'Histoire4.jpgIls ont fait l'Histoire4d.jpgAuteurs : Morvan-Voulyzé-Macutay-Duclert.

Editeur :Glénat-Fayard.

Sortie : 06/2014

 

L’internationale.

Orateur hors-pair, grand humaniste et fondateur du journal L’Humanité, Jean Jaurès est une figure de proue du socialisme français dont le nom incarne pour beaucoup l’opposition à la guerre qui s’annonce en 1914. Alors que le monde est sous tension après l’assassinat de l’archiduc Ferdinand, Jaurès met tout son poids politique dans ce combat pour la paix et finit assassiné à l’aube de cette grande guerre qu’il redoutait. Cet engagement ultime est le point d’orgue d’une carrière politique au service des exclus et des persécutés commencée dans les années 1880 par un soutien enflammé aux mineurs grévistes de Carmaux.

Vincent Duclert apporte son regard expert à Jean-David Morvan et Rey Macutay pour nous offrir le portrait détaillé et passionnant de cette figure universelle du socialisme et du pacifisme, dont s’inspirent encore nos dirigeants actuels.

 

Difficile d’accès.

Détaillé, certainement mais passionnant, je n’irais pas jusque là.

Je m’en expliquerai plus tard.

 Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? chantait Jacques Brel. Mais pour faire cette belle guerre qui s’annonçait pardi !

Une guerre qui fut amorcée  avec l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand (chez Grand angle) sous les balles du nationaliste serbe Gavrilo Princip( chez Futuropolis) . Franchement, si vous êtes féru d’histoire, cette année, on est gâté avec tous ces titres « historiques » sur la 1ère guerre mondiale. Il y a moyen de se confectionner une belle bibliothèque sur cette thématique.

J’ai donc abordé cette BD avec confiance vu la caution apportée par l’historien Duclert. On est déjà ravi d’avoir en main avant de commencer la lecture, une ancienne "Une" de l‘Humanité (réservé à la 1er édition).

Mais bien vite, je déchante. On assiste en fronçant les yeux (le lettrage est lilliputien) à une suite de discours politiques de l’homme de gauche. Certes, l’authenticité et la profondeur humaniste de Jaurès est respectée mais que d’ennui aussi. J’ai eu l’impression de voir des instantanés de sa vie, mais sans âme, les uns à la suite des autres. Il n’y a pas de fil dramatique dans cette histoire par exemple. En somme les auteurs en jouant la carte de la justesse du propos en ont oublié de rendre cette BD attractive.

Un écueil que la BD Ni Dieu ni Maître sur Auguste Blanqui (autre grande figure du socialisme) évite sans soucis. Ici, il faut réellement s’accrocher pour poursuivre sa lecture.

Le dessin du Philippin Ray Macutay n’aide pas cette BD à sortir de cette ornière, la mise en page est  trop classique  mais surtout sans sauce, sans liant.  Une suite de portraits certes bien rendus mais sans émotion.

Dire que je suis déçu par cette BD, c’est peu dire !

 

Cette figure du socialisme méritait mieux que cette BD sans saveur.

a03-3e788b8.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 

a04-3e788e4.gifGlobal.

Samba.

Jean-Jaures-au-Pre-St-Gervais_3285.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

03/07/2014

François-Ferdinand : La mort vous attend à Sarajevo.

francois.jpgferdinand.jpgAuteurs : Le Naour et Chandre.

Editeur : Grand angle.

Sortie : 06/2014

Au casse pipe

Vous connaissez sa mort, cause de la Grande Guerre. Mais connaissez-vous sa vie ? Plus que de l’attentat de Sarajevo, cette histoire vraie fait le récit de l’amour qui unit François-Ferdinand de Habsbourg et sa femme, malgré la pression de l’étiquette et les efforts de l’empereur François-Joseph qui a tout tenté pour les séparer. Jusqu’à  les inciter vivement à  se rendre à  Sarajevo.

Fierté mal placée.

Cet album est dans la droite ligne d’autres albums sortis pour la commémoration des 100 ans du début de la première guerre mondiale. Par exemple, le révoltant « la faute au midi »chez grand angle également.

Cet album est plutôt le pendant de Gravilo Princip édité tout récemment chez Futuropolis . L’un traitant du jeune nationaliste serbe tandis que celui çi nous fait découvrir sa victime, l’héritier de l’empire austro-hongrois, François-Ferdinand.

L’histoire bien que très classique dans son développement se lit avec intérêt. On y découvre un homme étonnant, d’un coté aimable avec sa famille et assez froid avec les autres. 

Dommage que sa fierté l’ait aveuglé au mauvais moment, il aurait compris que son oncle l’utilisait comme une marionnette pour allumer la mèche de la grande boucherie.

 

Cette BD, c’est un peu la chronique d’un attentat annoncé.

Dire que le vieux monarque n’a même pas eu la décence de cacher son mépris pour lui en ne mettant pas les drapeaux en berne à son décès.

 

Un récit instructif scénarisé par Jean-Yves Le Naour (Historien et spécialiste de la 1ère guerre mondiale) accompagné du dessin classique de Chandre (Saint Kilda, Agatha Christie). Un trait agréable à suivre  complété par un dossier de 8 pages .

Cette année il y a moyen de se créer une belle bibliothèque historique sur la guerre 14-18. Cet album en fait partie.

a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gif Global.

Samba.

ff.jpg

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter .

 

29/06/2014

Marina T2 : la prophétie de Dante Alighieri.

Marina2.jpgMarina2d.jpgAuteurs : Zidrou et Matteo.

Éditeur : Dargaud.

Sortie : 06/2014.

 

Prédications.

Zidrou et Matteo poursuivent leur série Marina dans la Venise du XIVe et du XXIe siècle. Histoire et fantastique se mêlent autour des sept prophéties de Dante Alighieri : tandis qu'en 1345, le Doge voit la naissance de sa fille Marina la «bâtarde» comme la 6e prédiction, la terrifiante acqua alta qui touche la Sérénissime de nos jours correspond à  la 4e... Comment Venise a-t-elle pu être sauvée de la malédiction huit siècles auparavant ? La Cité des Doges devra-t-elle sa sauvegarde à  son passé tumultueux ?

Vengeance.

Avec ce tome 2 de Marina, on assiste à un grand retour.

Le capitaine du Costa Concordia, Francesco Schettino, est de retour pour le plus grand malheur de la Sérénissime car sa conduite laisse toujours à désirer.

Il n’y a pas besoin de malédiction millénaire avec un gugusse pareil à la barre.

Du coté du moyen-âge, Marina va encore en baver. La couverture est assez parlante de ce point vue là. L’histoire prend la direction de « mensonges et trahisons » et les retournements de situation sont nombreux dans ce tome 2. On alterne entre les deux époques sans aucun souci. La lecture est seulement rendue un peu plus ardue avec les nombreux termes relatifs à la ville de Venise. Il s’agit ici d’une fiction jouant sur une veille prédication mais je pense que les auteurs ont encré leur histoire dans un contexte historique véridique.

Ce récit est âpre à l’image de son époque  mais comme celui-ci s’inscrit dans une belle fluidité de lecture, pourquoi bouderions nous notre plaisir ?

Surtout que le dessin de Mattéo est en progrès notamment pour la finesse du trait des visages.

La colorisation est aussi à souligner et apporte un plus à l’ambiance « crasseuse » de cette série.

J’ai souvent du mal avec ce genre d’histoire moyenâgeuse mais là, ça passe comme une lettre à la poste.

a07-3e78901.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gif global.

 

Samba.

marina.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : marina, zidrou, dargaud, moyen age, 710, 062014 |  Facebook | |