25/05/2017

Chronosquad T3 : Poulet et cervelle de paon à la romaine.

Poulet-et-cervelle-de-paon-a-la-romaine.jpgChronosquad-T3-.jpegScénario : Giorgio Albertini
Dessin : Grégory Panaccione.
Éditeur : Delcourt.
232 pages
Sortie : 3 mai 2017
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Les chances de récupérer les deux adolescents perdus au bronze ancien s'amenuisent et la décision de Silverberg de les séparer ne va pas faciliter la tâche des Chronosquads. Alors que l'enquête de Penn et Bloch dans la Rome de Septime Sévère pourrait mettre au jour les agissements d'organisations illégales, Professeur Korais doit s'expliquer auprès du Premier ministre sur les failles de la prison du Dévonien

« Toute personne a le droit inaliénable de jouir de la circulation temporelle »

Mon avis.

A mon avis Grégory Panaccione a trouvé une faille spatio-temporelle pour ralentir son temps présent car dessiner 230 pages en 6 mois, ça relève du miracle ou alors il a une armée d’esclaves à son service. Rappelons que l’esclavagisme est (re)devenu légal suite aux accords de Knossos de 2003. On nage en pleine science-fiction, c’est clair !
Bon je dois avouer que je n’ai pas tout compris à cette affaire. Rien d’étonnant quand on vous pond des phrases pareilles « il n’existe qu’un présent sans fin sur lequel on peut agir en permanence ». Un bon sujet de philo assurément !
Un album avec un ton particulier très loin du burlesque du 1er tome. On enchaîne les longues scènes sans parole (une spécialité de Panaccione) avec d’autres nettement plus chargées en texte. Tout comme on mélange des scènes parfois légères ou désinvoltes voire inutiles avec d’autres nettement plus dramatiques et sérieuses. C’est clairement déroutant.
Un tome 3 donc nettement moins loufoque, plus mature qui se caractérise néanmoins par un final assez confus qui méritera certainement une relecture. Une série qui au final me donne un drôle de sentiment mitigé, l’idée est géniale mais j’ai eu du mal à tout comprendre, perdu dans les limbes temporels certainement.
Je m’attends pour le dernier tome 4 à une phrase célèbre « tu es mon fils » mais sans l’asthmatique de service.  
L'interview des auteurs chez BDgest .

 

bd-planche-chronio-3.jpg


Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

18/05/2017

Centaurus Tome3 : Terre de folie.

centaurus tome 3.jpgcentaurus t3.jpgScénario : Leo et Rodolphe
Dessin : Zoran Janjetov.
Editeur : Delcourt(neopolis).
48 pages.
Sortie : 3 mai 2017
Genre : science-fiction

 

 

Le résumé.
L’équipe de reconnaissance qui a débarqué sur la planète Véra se retrouve face à un mont Saint-Michel fidèlement reconstitué mais totalement abandonné. Les mystères autour de cette planète se font de plus en plus étranges et les dangers de plus en plus grands.

« Plus nous avançons, plus les mystères nous tombent dessus »

Mon avis.
Visiblement le dessinateur des Technopères ne s’est pas croisé les bras pour la couverture. Elle intrigue et donne envie de lire ce 3e opus. Par contre, je suis toujours un peu surpris par l’attitude figée des personnages avec leurs bras le long du corps. Je dirais presque que les bras m’en tombent. Les visages aussi restent un peu bourrus mais sinon le reste est adopté à bras le corps. Avec comme bras droit, une très bonne colorisation et une faune vraiment effrayante. Le bras de fer contre « les crevettes » ne m’a pas fait tomber dans les bras de Morphée, ça c’est certain.
Sinon, pour l’intrigue, on ne va pas baisser les bras avant le tome 5, on veut savoir, sommes-nous de retour sur terre ? J’espère que les aventuriers auront le bras long car les dangers semblent de plus en plus nombreux.
L’air de rien, Leo et Rodophe enchaînent les scénarios à tour de bras ces derniers temps avec quelles collaborations bras dessus, bras dessous.
Allez, Centaurus a un grand mérite, celui de nous tenir en haleine et comme le cliffhanger est imparable, il vous sera impossible de ne pas continuer cette série. Désolé mais ça va vous coûter un bras !

centaurus.jpg


.
Sambras.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a08-3e78906.gif

 

17/05/2017

Retour sur Belzagor Episode 1/2

retour sur belzagor.jpgretour sur belzagor episode 1.jpgScénario : Philippe Thirault.
Dessin : Laura Zuccheri.
Editeur : les humanoïdes associés.
54 pages
Sortie : avril 2017
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
L'ex-lieutenant Eddie Gundersen revient sur Belzagor où il a laissé naguère ses illusions de jeunesse, la femme de sa vie et un passé honteux de colonisateur. Aujourd'hui la planète a été rendue à ses deux espèces intelligentes : les Nildoror et les Sulidoror. Endossant le rôle de guide d'une expédition scientifique aux confins des terres indigènes, Gundersen va se confronter à ses démons et régler ses comptes avec une planète qui ne lui avait pas livré tous ses secrets.


« T’as pas intérêt à être revenu pour foutre la merde »


Mon avis.
Attention, drapeau pour tous les fans des mondes d’Aldébaran de Léo. Pourquoi je parle de l’auteur brésilien alors qu’il s’agit ici d’une adaptation d’un roman de Robert Silverberg ? Et bien car on y trouve une flore et une faune très dépaysantes, une planète colonisée par l’homme, des remous sentimentaux, quelques débats sociétaux etc. Bref, hormis les douches tout y est et même le logo fait un clin d’œil à la série de Léo. En tout cas, c’est un plaisir de retrouver le trait de la dessinatrice des épées de verre. C’est réellement un enchantement pour les yeux. On ne peut qu’admirer la beauté et la minutie des décors et son imagination pour créer ce monde mystérieux de Belzagor.
Le personnage principal, Eddie Gunders, ne parait pas très sympathique de prime abord mais son ambiguïté a fini par m’intriguer. On assimile pas mal d’info et aussi un peu de délirium tremens en début de tome mais une fois le voyage « initiatique » commencé, la lecture se fait plus aisée.
Comme anecdote, le personnage de Kurt a pris les traits de son créateur, Silverberg.
Autre point positif, il s’agit d’un diptyque donc pas d’aventures interminables à craindre.
Alors qui est prêt pour embarquer pour la terre de Holman ?

belzagor.jpg

 


Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a09-3e78912.gif

 

a08-3e78906.gif

15/05/2017

Teach me love T3

teach me love.jpgteach me love t3.jpgAuteure: Ai Hibiki.
Editeur: Soleil Manga.
Sortie : octobre 2016.
Genre : Shojo érotique.

 

 

 

Le résumé.

Mahiro et Rei sont encore plus amoureux depuis qu’ils se sont unis autant sentimentalement que physiquement.
Le problème, c’est qu’ils ont des examens en fin d’année. Pour calmer Rei, Mahoro lui impose l’abstinence et les plaisirs solitaires !

« Je ne dois pas bouillir comme ça dès que je le vois »

Mon avis.
On les sentait bien chaud nos deux amoureux dans les 2 premiers tomes mais là, c’est carrément torride. Notre dévergondée (c’est elle qui le dit) a visiblement le feu au cul. Pour refroidir cette centrale nucléaire, elle décide de refroidir son cœur et surtout ses fesses en ne pourtant plus de petite culotte. Vous l’aurez compris, le ton est résolument débridé et décomplexé. Mais cela reste une comédie, un tour de force quand on parle d’exhibition et de domination mais tout ça se déroule dans un esprit léger et guilleret. On est loin de certain titre où le sexe est intellectualisé à outrance et qui finit par en devenir chiant.
On y retrouve aussi la sensibilité féminine de l’auteure plus tournée vers le plaisir que sur la performance physique. Elle doit aussi s’accommoder de la censure classique du pays du soleil levant (pas de poil beurkkk !).
Mais on sent aussi clairement que la demoiselle, elle s’éclate dans ses nombreuses scènes de jambes en l’air.
Allez, il est temps d’aller faire la vaisselle.

Verso_289831.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 


Inscrivez-vous à la newsletter.