01/04/2014

La grande évasion T7 :Asylum

Grande évasion (La)7.jpgGrande évasion (La)7s.jpgAuteurs :Lehman et Teague

Editeur : Delcourt .

Sortie : 03/2014

 

Vert j’espère.

Dans la cité d'Asylum, peuplée de criminels en puissance, vit une microsociété carcérale abandonnée depuis quatre générations. Confinés dans d'immenses cavernes artificielles, sans issue connue, les habitants sont soumis au règlement strict et violent instauré par une entité nommée Pastor. Personne ne songe un seul instant à s'évader... et pour cause : nul ne soupçonne l'existence du monde extérieur !

Le mélange des couleurs.

Malgré mon scepticisme pour tout ce qui est «  concept », ces grandes évasions  ne m’ont pas déçues pour le moment. C’est donc assez confiant que je suis rentré dans ce tome 7 « Asylum ». 

Étant fan des anticipations, je suis ravi de me trouver dans un milieu carcéral futuriste géré par une entité cybernétique. Les prisonniers sont classés par couleur, les rouges (les tueurs), les jaunes (les psychopathes), les bleus (les politiques) et enfin quelques mystérieux verts. L’univers aseptisé proposé m’a fait penser à des films comme THX 1138, the Island ou bienvenue à Gattaca. La lecture continue, plaisante et divertissante. On fait connaissance avec ces détenus aux habitudes bien étranges. Le scénario touche aussi à des thèmes comme le libre arbitre, à la discrimination d’une race par rapport à une autre ou encore à l’intelligence artificielle.

Le dessin de Dylan Teague est assurément une bonne surprise dans ce style d’univers. Une sorte de mix entre Buchet(Sillage) et Grun ( le métronom’) qui rend crédible cette immersion dans le futur. 

Un petit bémol (attention spoiler), je m’attendais à un ultime rebondissement en fin d’album au lieu du happy end traditionnel. 

 

En résumé, une lecture divertissante dans un milieu cohérent qui vous fera passer un agréable moment.

 

a08-3e78906.gifDessin

a07-3e78901.gif

Scénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba.

Grande évasion (La)7v.jpg

 

On en parle sur le forum

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

31/03/2014

Lancelot T4/4 Arthur.

Lancelot (Soleil)4.jpgLancelot (Soleil)4s.jpgAuteurs :Istin-Peru-Alexe-Héban

Editeur : Soleil (Soleil celtic)

Sortie : 03/2014

La table ronde.

Lancelot, Arthur, Guenièvre et tous les braves de la Table Ronde entremêlent leurs destins pour jouer l’acte final de leur tragédie. La guerre est aux portes de Camelot, la trahison et la rumeur rôdent autour de la Table Ronde, le secret de Lancelot est menacé... le rêve d’un monde de paix disparaît. L’amour, la fidélité et le courage ne suffiront pas à faire obstacle à la colère de Morgane et de son fils. La légende exige un tribut de sang. Les épées doivent être brandies encore une fois. Une dernière fois.

La magie et les faiblesses.

Et voilà, nous sommes arrivés au terminus de cette légende arthurienne nous narrant cette figure romanesque qu’est Lancelot du Lac. Pour moi qui ne connaissais  que cet univers via le film avec Sean Connery « first knight » , j’ai pu avec cette Lancelote approfondir ma quête du Graal . Et il faut l’avouer, cette histoire est parfois bien tarabiscotée, je comprends pourquoi on a souvent traité ce thème, c’est un vivier pour les scénarios. Pour cet ultime combat, préparez vos mouchoirs car on va faire dans le tragique. Mais rassurez-vous, on va aussi sortir les épées, on quitte la scène mais avec les honneurs et la lame haute. Le dessin de la belle Alexe est au diapason de cette apothéose, homérique et sombre. Je suis d’ailleurs nettement plus fan de ses « noirs et blancs » que du coloré final. Je ne sais pas trop pourquoi mais la colorisation absorbe une partie de la finesse de son trait.  A noter,  l'intégrale en tirage de tête de Lancelot par les Sculpteurs de bulles qui vient de sortir également, de quoi pourvoir admirer son dessin à l’état « brut ».

lancelot.jpg

 

J’ai aussi eu du mal à suivre quelques scènes de combat, à bien situer les personnages mais au global, c’est du bel ouvrage.

Voilà, si vous aimez les légendes et plus particulièrement celle d ‘Arthur, les auteurs nous offrent ici une belle variation qui, au final, retombe bien sur les traces de l’original. Ne dit-on pas que tous les chemins mènent à Camelot ?

 

a07-3e78901.gif Dessin

a05-3e788c9.gif Scénario

a06-3e788fc.gif Global.

 

Samba.

18999exlibrisLancelotSoleilCeltic20101_11112010_093412.jpg

 

On en parle sur le forum.

 

Inscrivez-vous à la newsletter .

 

21/03/2014

Paci T1 :Bacalan.

paci.jpgpaci dargaud.JPGAuteur : Pierrot Vincent.

Editeur : Dargaud.

Sortie : 03/2014

 

L’accélérateur.

À peine sorti de prison, Pacifique, alias Paci, est contacté par son ancien boss, Ashram, pour reprendre son job de livreur de drogue en voiture. Mais il veut se ranger, ce qui n'est pas du goût de tous. Les vieux réflexes reviennent, seule issue pour Paci : comprendre son passé pour mieux l'affronter.

 

Hawai police patraque.

Commençons par  la définition de Pacifique : qui aime la paix, qui désire la tranquillité.paci t1.JPG

Voilà bien à quoi aspire notre héros, Paci, en sortant de taule. Le problème, c’est que le milieu de la pègre  n’a pas oublié ses talents de pilote et va donc chercher à tout prix à le débaucher pour de nouvelles cavalcades.

Il espérait Tahiti et  le voilà dans les 40e rugissants du cap-Horn et ses tumultes. Pendant son voyage, on  a pu constater qu’il était fortiche dans la course de bagnole. Vu ses tatouages digne d’un samoan, il devrait aussi exceller dans les va’a (course de pirogue). En tout cas, il a quelques aptitudes pour bien manier la pagaille, à l’instar de JC Dusse avec son planté de bâton. 

Le dessin de Vincent Pierrot (Belleville story) se veut  nerveux et percutant  comme un bon  Haka des All blacks néo-zélandais. On est un peu comme dans la nouvelle démocratie des îles Vanuatu dans la mouvance « indépendant ». 

Au final, le lecture s’avère très rapide mais aussi addictive en espérant vite avoir dans les mains la suite des malheurs de Pacifique. Il parait qu’on appelle ça « El Niño ».

 

 

a06-3e788fc.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario

a06-3e788fc.gif Global.

 

Samba.

paci 1.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : paci, dargaud, polar, 032014, 610, vincent perriot |  Facebook | |

17/03/2014

Le Horla

le horla.jpgguillaume-sorel-le-horla-81.jpgAuteur : Guillaume Sorel.

Editeur : Rue de Sevres

Sortie : 02/2014

 

Sur les rives.

Le narrateur mène une vie tranquille dans sa maison au bord de la Seine, lorsque d'étranges phénomènes commencent à  se produire. C'est la carafe d'eau sur sa table de nuit qui est bue, des objets qui disparaissent ou se brisent, une fleur cueillie par une main invisible... Peu à  peu, le narrateur acquiert la certitude qu'un être surnaturel et immatériel vit chez lui, se nourrit de ses provisions. Pire encore, cet être, qu'il baptise le Horla, a tout pouvoir sur lui, un pouvoir grandissant... Du Horla ou de l'homme, l'un des deux doit périr. Le Horla comme les contes fantastiques écrits par Maupassant à la fin de sa vie, alors qu'il sombrait dans la folie, joue délicieusement avec nos nerfs en traitant de thèmes très actuels comme l'angoisse, la hantise du suicide, la peur de l'invisible.

Aux rivages de la folie.

 

Les éditions Rue de Sevres continuent leur petit bonhomme de chemin en nous proposant une adaptation d’une œuvre de Guy De Maupassant signé par le talentueux Guillaume Sorel.

Si vous me lisez fréquemment, vous devez connaitre mon admiration pour le talent du dessinateur  d’Algernon Woodcock  , des derniers jours de Stefan Zweig ou de l’hôtel particulier.

Le début de l’album permet justement d’admirer son trait, on contemple la nature, on scrute l’horizon ou on détaille un voilier majestueux. Le temps est  propice à la flânerie et la contemplation. 

Puis vient une sorte de crainte intérieure, une angoisse, une présence  que seul un chat guillaume sorel, sorel, le horla,(presque un fil conducteur dans l’œuvre de Sorel) a pu sentir. L’unique échappatoire semble être la fuite via des voyages ou de nouveau on se dit que le Guillaume, il a un talent fou. La visite au mont St Michel est saisissante à en donner le vertige !

Cet univers où le fantastique s’installe  progressivement est assez caractéristique aussi de la touche Sorel. Cet album c’est aussi une lutte  contre la folie, contre la solitude, contre la peur, contre l’angoisse .Toutes les explications nous amènent à l’orée du fantastique comme dirait notre narrateur. Le combat s’engage donc et la fin nous échappe.

Mais rappelez-vous toujours que les nuits mangent nos jours !

Mélisande rajouterait certainement « la nuit est sombre et pleine de terreur ».

 

a09-3e78912.gif dessin.

a06-3e788fc.gifScénario

a07-3e78901.gifGlobal.

 

Samba.

On en parle sur le forum.

guillaume-sorel-le-horla-1.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : sorel, la horla, fantastique, rue de sevres, 022014, 710 |  Facebook | |