14/07/2017

James Bond

cov.jpg2.jpgTome 02 - Eidolon

Scénario : Warren Ellis

Dessin : Jason Masters

Editeur : Delcourt

Date de parution : 26 avril 2017

144 pages – cartonné

Espionnage

 

Présentation :

JAMES BOND ! Une icône incontournable de la culture populaire, issue de la littérature et du cinéma, trouve enfin une adaptation en bande dessinée à sa mesure. Deuxième album de cette nouvelle série, écrite par Warren Ellis !

Après la Seconde Guerre mondiale, les agences de renseignements de l'armée créèrent des cellules fantômes - baptisées les « Stay-Behinds » (ceux qui restent à l'arrière) - à travers toute l'Europe, au cas où les pays signataires du Pacte de Varsovie auraient décidé d'agir. L'organisation SPECTRE infiltra alors l'une de ces cellules avec des agents dormants. Et le moment de leur réactivation est venu...

1.jpg

James Bond est pris au piège à Los Angeles au côté d'un autre agent du MI6. Visiblement, quelqu'un en a après eux... au point de vouloir les éliminer. Cependant, la situation n'est pas plus sûre en Grande-Bretagne, où les cadavres ne se comptent plus. Les fantômes y resurgissent alors que se mêlent politique et espionnage...

 

Mon avis :

Le revoilà ! He’s back ! Bond. James Bond. Agent 007. Mais c’est celui de Warren Ellis. Plus littéraire, plus violent, avec moins des gadgets. Plus proche des livres de Fleming que du cinéma. L’intrigue est bien menée avec des scènes d’action percutantes entrecoupées de dialogues parfois bavards et un tantinet compliqués (faites bien la différence entre le MI5 et le MI6 !). Qu’importe, l’important ici est de laisser le charme agir.

3.jpg

Le titre de cet opus n’est pas très clair. Eidolon dont la racine grecque signifie : « fantôme », « apparition » ou encore (bien sûr) « spectre » : le spectre du SPECTRE en quelque sorte.

Côté graphisme, certains choix pourront peut-être paraître discutables : manque d’arrière-plans ou décors limités pour plusieurs cases, tramages, ombrages très (ou peu) marqués. C’est le style choisi par Masters et il me semble relativement pertinent sans nuire à la fluidité et au plaisir de la lecture.

james bond,tome 2,eidolon,delcourt,ellis,masters,26 avril 2017,espionnage

Les personnages de Felix Leiter et Moneypenny ont leur spin-off en comics chez l’éditeur original Dynamite, mais uniquement en langue anglaise dans l’état actuel des choses. Mention plus que très bien pour une Moneypenny, jeune et charmante « black ». Le tome 3 sera confié à des auteurs différents et portera le titre de Black box. Par ailleurs, le même éditeur proposera également les adaptations de deux des  romans de Ian Fleming pour la rentrée. On va être gâtés!

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

01/07/2017

Simon et Louise

cov.jpg4.JPGAuteur : Max de Radiguès

Editeur : Sarbacane

128 pages – cartonné

Parution : 03 mai 2017

Amours d’adolescence

Présentation :

Simon a 14 ans, il est en vacances à Arcachon avec sa mère. Il découvre sur Facebook que sa petite amie, Louise, a changé son statut de « en couple » à « célibataire ». C’est à cause du père de Louise : il trouve qu’elle est trop jeune pour être amoureuse. Simon ne peut pas l’accepter et décide de fuguer – en stop – pour rejoindre Louise, sa Louise, à Montpellier où elle est en vacances.

2.jpg

 

Mon avis :

Intégrale de 520 kms et de Un été en apnée, agrémentée de 4 planches inédites, Simon et Louise réunit les 2 actes d’une bien sympathique histoire. BD de vacances par excellence, construite sur une double focalisation qui en fait toute sa saveur et son originalité, Simon et Louise offre au lecteur une vision réaliste des états d’âmes des adolescents d’aujourd’hui. La belle fluidité du trait et la fraicheur limpide des couleurs s’allient à la perfection à la finesse du scénario. C’est que se placer de deux points de vue différents, celui d’un garçon puis d’une fille, autour d’un même événement, donne à la structure narrative un aspect psychologique implicite qui pousse à la réflexion.

3.jpg

La simplicité naturelle du propos, ici,  n’est pas sans rappeler celle de Une sœur de Bastien Vivès. Décidément, nous voilà comblés pour cet été !

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

28/06/2017

Nailbiter

cov.jpg1.jpgTome 3 – L’odeur du sang

Scénario : Joshua Williamson

Dessinateur : Mike Henderson

Editeur : Glénat comics

128 pages -  cartonné

Parution : 07 juin 2017

Polar – angoisse -épouvante – horreur

 

Présentation de l’éditeur :

Le diable passe à table !

Buckaroo, Oregon. Alors qu’il enquête sur la disparition de son meilleur ami, l’agent Nicolas Finch de la NSA fait équipe avec le diable en personne : Edward Nailbiter, tueur psychopathe réputé pour dévorer les ongles de ses victimes. Ensemble, ils découvrent que cette affaire a sans doute un lien avec le fait que cette petite bourgade paumée des États-Unis a vu naître 16 des pires serial killer de l’Histoire. La clé de cette morbide énigme se cache-t-elle dans l’esprit malade de Nailbiter ?

Nailbiter se confesse dans ce nouvel arc ! Alors que le voile se lève sur les mystères qui entourent Buckaroo, l’horreur se fait de plus en plus pesante… Aurez-vous le courage de venir à bout de ce thriller haletant, mêlant le mystère de Twin Peaks à l’horreur de SE7EN ?

5.jpg

Mon avis :

Ce troisième volume d’une série, qui en comptera six au total, reprend les épisodes 11 à 15 parus en magazines aux States en 2015. Il faut impérativement avoir lu les tomes précédents pour comprendre l’histoire. Au menu : une scène de torture, un interrogatoire violent, la suite de l’exploration des galeries souterraines, une populace vengeresse, un individu avec une longue robe noire et un masque de bouc, des scènes gore. Autant le dire tout de suite, le lecteur amateur de thriller horrifique sera une fois de plus ravi et scotché à ce récit particulièrement addictif.

2.jpg

Petit bonus en fin d’album : la double page composée de 40 petites cases de la même taille, qui narre en parallèle le massacre de l’apiculteur et la scène au cours de laquelle Finch torture Warren, est expliquée en détails. Williamson y livre sa méthode de travail et son sens aigu du découpage (si je puis dire !). On y sent la parfaite concertation entre les deux auteurs et leur talent pour faire vivre un thriller bien angoissant qui tient ses promesses.

4.jpg

A suivre ….

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

27/06/2017

Le sang des lâches

cov.jpg2.jpgTome 4 – Une enquête en enfer

Dessin et scénario : Jean-Yves Delitte

Editeur : Casterman

48 pages – cartonné

Sortie : 19 avril 2017

Aventure – thriller – historique

 

Présentation de l’éditeur :

Tous les coups sont permis à la cour du roi.

1666, malgré la restauration de la royauté, l'Angleterre connaît des heures sombres.
L'impétueuse République batave des sept Provinces-Unies dispute à la Royal Navy son hégémonie sur les mers et les océans.
Dans les campagnes, la famine et le désarroi poussent plus d'un brave homme au brigandage.
À la Cour, des complots se font jour pour renverser le roi Charles II.
Même les rues de la capitale, qui gardent encore les traces d'une effroyable épidémie de peste, ne sont pas épargnées par le trouble. Un terrifiant individu, caché sous les habits d'un médecin de la peste, éventre les femmes de petite vertu.
Le major Arthur J. Joyce Byron Pike, pour avoir porté secours à une favorite du roi, a été invité à la Cour. Mais ce qu'ignore alors l'officier supérieur, enquêteur principal dans la police du roi, c d'est qu'il vient de mettre le pied dans un nid de frelons où tous les coups sont permis.

1.jpg

Mon avis :

Le major Arthur J. Joyce Byron Pike, cette fois directement au service du Roi, doit maintenant affronter un ennemi de taille tout en évitant les retombées des complots qui pourrissent l’ambiance de la cour. Quasiment une mission impossible ! Mais le major manie son redoutable katana, sabre japonais, avec un sens particulier de l'expertise, cela lui sera d'un grand secours et l'occasion de quelques prestations d'escrime très performantes.

3.jpg

Si le scénario reste toujours bien charpenté autour d’une documentation irréprochable, il est toujours aussi magistralement servi par des dessins d’une précision quasi-clinique, particulièrement en ce qui concerne les scènes marines. De l’action, des intrigues, de l’action, de beaux bateaux, de l’action, des dialogues bien troussés, de l’action, de magnifiques doubles pages, de l’action, l’incendie de Londres, de l’action  … Aucun répit pour le major, ni pour le lecteur. Quel plaisir !

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy