18/02/2017

Panini Comics

20 ans, 20 couvertures !

Initiative intéressante, pour ses 20 ans Panini Comics propose des éditions spéciales de récits iconiques avec des couvertures réalisées par des artistes de BD franco-belge.

12 comics seront concernés cette année.

4 sont disponibles depuis ce 08 février :

Bastien Vivès (Polina, Lastman, Le goût du chlore) pour Spider-Man « Un jour de plus »

1.jpg

Pénélope Bagieu(Les Culottées, Cadavre Exquis, California Dreamin) pour Miss Marvel #1

2.jpg

Lewis Trondheim (fondateur de L’Association et de l’OuBaPo) pour le comics Astonishing X-Men.

3.jpg

Boulet (l’auteur des Notes, le dessinateur de Donjon Zénith ou le scénariste de La Page Blanche) pour Deadpool « Il faut soigner le soldat Wilson » !

4.jpg

« Je suis Deadpool, et ceci est mon histoire. Enfin non, ceci est l’histoire de moi qui raconte mon histoire. Ou plutôt l’histoire de moi qui raconte mon histoire, racontée en BD par des gens dont le nom figure sur la couverture. En fait, ceci est vous, hallucinant ma voix dans votre tête en lisant le lignes écrites -par quelqu’un qui n’est pas moi- au dos de cet album. »

BOULET

 

 

16/02/2017

Lockgroove Comix

Couv_297773.jpgVerso_297773.jpgScénario et dessin : Jean-Christophe Menu

Editeur : Fluide Glacial

96 pages – cartonné

Parution : 18 janvier 2017

 

Autobiographie musicale dessinée

 

Présentation :

Une ode au disque vinyle et au rock'n'roll

Le Lockgroove, de l'anglais Locked Groove, est le « sillon sans fin » qui boucle chaque face d'un disque vinyle, habituellement silencieux mais parfois enregistré.

Le lockgroove désigne alors ce morceau de musique se bouclant sur lui-même et donc infini. Le symbole (∞) pour Jean-Christophe Menu est donc tout à la fois métaphysique et militant pour la cause de l'analogique ! Ce genre de fantaisies possible sur vinyls fait la joie des puristes qui apprécieront dans Lockgroove Comix cette ode au disque vinyle, à l'objet microsillon, et à la musique.

lgc2.jpg

Mon avis :

Compilation des albums aux mêmes titres parus à L’Association, Lockgroove Comix est une sélection de souvenirs de l’auteur avec comme fil rouge sa passion pour la musique, alternative de préférence. Cela tient plus du collage anachronique avec des flashs autobiographiques en guise de fixateur. Dans son style très personnel et très éclectique, J-C Menu va jusqu’à conférer à certaines stars du rock un statut de personnage à part entière. C’est le cas, par exemple, du déjanté David Thomas du groupe Père Ubu. Le chanteur Afric Simone est, lui, associé à Rama Yade, le tube Ramaya étant leur dénominateur commun!!!

LGC1.jpg

Loufoque, nostalgique, maniaque, érudit, passionnément bizarre, voire modestement prétentieux, ce bouquin est à l’image de son auteur, authentique pilier de concert :  attachant et irritant, tout à la fois.

De la contre-culture alternative en quelque sorte !

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

Skippy

15/02/2017

Pline

p cov 1.jpgp cov 2.jpgTomes 1 et 2

Scénario : Mari Yamazaki, Tori Miki

Dessin : Mari Yamazaki, Tori Miki

Editeur : Casterman

200 pages – broché

Parution : 18 janvier 2017

Manga historique

 

Présentation (résumé) :

Tome 1 : L’appel de Néron

20 ans avant sa mort dans l’éruption du Vésuve, Pline se rend en Sicile pour mesurer l’ampleur des destructions occasionnées par une éruption volcanique. Il y rencontre Euclès, jeune homme qui vient de tout perdre et qui, peu à peu, deviendra son scribe. Durant toutes les années qui suivent, et jusqu’à la mort de Pline, Euclès sera à la fois le témoin privilégié de son génie et le spectateur étonné de son quotidien rythmé par une curiosité insatiable, parfois au mépris des obligations propres à ses charges publiques.

p2.jpg

 

Tome 2 : Les rues de Rome

Après un long périple, Pline et Euclès arrivent enfin à Rome. Ce tome dépeint le quotidien des bas-fonds de Rome dans lesquels réside Pline, sur la rive du Tibre, où cohabitent cadavres, ivrognes et prostituées, alors que Néron se met à arpenter Rome la nuit pour commettre des purges politiques…

p7.jpg

 

 

Mon avis :

Après avoir clôturé Thermae Romae (succès international incontestable avec une dizaine de millions d’albums vendus), Mari Yamazaki et Miki Tori plongent dans les cendres du Vésuve pour retrouver la trace de Pline l’Ancien. Ce choix historique semble atypique et audacieux car l’auteur de la monumentale "Histoire naturelle", une encyclopédie de 37 volumes, reste plutôt difficile d’accès même pour les latinistes les plus motivés. Qu’importe ! On connaît peu de choses de la vie de Pline, à part les circonstances de sa mort racontées par son neveu. Il a vécu dans l’entourage des empereurs Néron et Vespasien, ce qui permet de laisser une large place à l’imagination quant à son rôle dans les affaires impériales. Du pain béni (et des jeux) pour les auteurs japonais qui peuvent ainsi tisser les fils d’une intrigue historique particulièrement captivante et développer leur passion pour la Rome antique. Passion partagée par ailleurs, tant ce récit m’a paru d’une intelligence rare dans le genre péplum. Le sens particulièrement aigu du détail et le soin minutieux apporté aux décors s’accordent en parfaite harmonie avec la lenteur étudiée de la progression de l’histoire. A la lecture, on sent la maîtrise du rythme narratif et l’érudition se conjuguer à la perfection, tout en jetant les bases d’une série que l’on souhaite aussi longue que riche.

p6.jpg

Cette biographie romancée, émaillée de citations, constitue une excellente introduction à la vie et à la civilisation romaine de l’Antiquité. Espérons qu’elle pourra aussi toucher de jeunes lecteurs et les sensibiliser à une passionnante période de notre histoire tout en les initiant aux codes des productions mangas.

p3 (2).jpg 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Skippy

11/02/2017

Tintin au pays des Soviets

001.jpg2.jpgDessin et scénario : Hergé

Editeur : Casterman

144 pages - cartonné

Parution : 11 janvier 2017

Mythologie de la bande dessinée

 

 

 « Je vous assure que je ne comprendrai jamais le succès de Tintin. »

Cette déclaration d’Hergé faite à Numa Sadoul reste plus que jamais d’actualité. Plus de 30 ans après sa mort et 40 ans après le dernier album achevé, malgré les controverses autour de la gestion de son héritage, Hergé reste un artiste consacré par la critique, le public et les investisseurs. Même les plus réfractaires à son œuvre ont bien dû lire au moins quelques albums. La notoriété de Tintin est autant incontestable que rarissime. Ce mois de janvier aura connu une controverse de plus : fallait-il coloriser ce vieil album ? N’était-ce pas trahir les volontés de son créateur ? Les deux camps (Hugues Dayez/Etienne Pollet) se sont affrontés, arguments et documents à l’appui. Résultat de ce match passionnant et érudit : avantage à Pollet et à l’éditeur Casterman.

002.jpg

Personnellement, je trouve le résultat de cette mise en couleurs très pertinent et très réussi.

003.jpg

Au-delà de la thématique naïve de ce premier des trois albums-reportages, cette œuvre de jeunesse affiche bien sûr un style encore non-maîtrisé. Les décors réduits au minimum, la représentation simpliste des costumes et des uniformes, le manque d’exotisme, l’indigence du scénario (Tintin court d’une aventure à une autre sans répit) et le peu de réalisme en ont fait un cas à part. Là est pourtant tout le charme de la nostalgie. On y sent l’œuvre en gestation et certaines cases sont déjà des petits bijoux du sens du mouvement dont Hergé fera sa marque de fabrique. La limpidité du style, la précision du détail et le souci documentaire viendront par la suite.

Les couleurs apportent ici un surcroît de lisibilité à cette première aventure en renforçant la netteté du graphisme. En 1930, son jeune auteur de 21 ans ne se doutait pas qu’il venait de créer un nouveau mythe universel. Cet album rend hommage à un génie, certes controversé, du 9ème art.

1.jpg

 

 

 

 

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

Franquin, idees noires, humour noir, noir et blanc, fluide glacial

Skippy