11/05/2017

Une soeur

cov.jpg1.jpgScénario et dessin : Bastien Vivès

Editeur : Casterman

Parution : 03 mai 2017

216 pages – cartonné

Roman graphique intimiste

 

Présentation :

Antoine, 13 ans, passe, comme chaque été, ses vacances sur une île en Bretagne. Il y accompagne ses parents et son jeune frère. Hélène, 16 ans, et sa mère (qui vient de faire une fausse couche) viennent les rejoindre. Entre Antoine et Hélène va naître lentement une amitié complice qui laissera place à des sentiments amoureux et des attirances sexuelles. Antoine va vivre l’intensité douloureuse d’une première histoire d’amour.

3.jpg

Après Polina, le nouveau roman graphique de Bastien Vivès !

 « – Y a beau avoir plein de monde, j'ai toujours l'impression d'être toute seule.
– Même quand t'es avec nous ?
– Non, avec vous c'est chouette. »

4.jpg

Mon avis :

Entre deux épisodes de Lastman, son manga à la française, en quatre mois, l’été 2016, Bastien Vivès a réussi un tour de force exceptionnel : un roman graphique épuré, littéralement en apesanteur. Ma première impression à la lecture de cet album fut tout d’abord une lointaine réminiscence cinématographique des années 70. Ce sont des images de « Pauline à la plage » d’Eric Rohmer avec ses variations sur les émois des amours adolescentes qui se sont imposées à mon esprit. Et ensuite, je me suis rappelé avoir admiré l’auteur en dédicace au dernier festival de Bruxelles, sur le stand des éditions Casterman. Il se dégageait alors de sa personne une sérénité grave, une concentration tendue qui abolissait le bruit et la foule qui se pressait dans le chapiteau. Son style reconnaissable au premier coup d’œil (les visages sans yeux) s’imposait sur la page dans un calme quasi surnaturel.

5.jpg

D’une maîtrise absolue tant de de la simplicité graphique que du rythme narratif, alternant de grands moments d’émotions avec une évidence psychologique imparable, Une sœur touche au plus intime de nos sensations. On y sent tout l’apport personnel de l’auteur, tout son univers, au point de ne plus faire la différence entre autobiographie et autofiction. Impossible de ne pas sentir cette atmosphère tourmentée et ambigüe, de ne pas succomber au charme de ces cases panoramiques et de ces cadrages variés. Bastien Vivès raconte souvent qu’il a passé son enfance à dessiner avec son petit frère, en recopiant des Tortues Ninja, comme sur la planche ci-dessous.

2.jpg

Une sœur est de ces ouvrages qui continuent de hanter le lecteur longtemps après avoir fermé l’album. C’est un moment magique de lecture, précieux et rare.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

 La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

Le perroquet, Espé, Glénat, Roman graphique, tranche de vie, maladies mentales, famille, autofiction.

 

Skippy

06/05/2017

Mc Queen

1.jpg2.jpgTome 2/2 - Trois petits singes

Dessin & scénario : Emilio Van der Zuiden

Editions Paquet

Sortie : mars 2017

48 pages –cartonné

Polar, Thriller, Années ’60.

 

Présentation de l’éditeur :

Bouleversé par la mort de son associé, McQueen poursuit le récit de son enquête auprès de sa psychanalyste. Hammett lui ayant proposé de lui livrer la petite Maya en échange de la statuette, McQueen n'a plus le choix : il va tout faire pour mettre la main sur les Trois Petits Singes, tout en protégeant Millie, la nièce de De Crecy.

4.jpg

Mon avis :

Le détective privé à peau bleue et à face de macaque arrivera-t-il à résoudre le mystère de la statuette des trois singes ?

Réponse dans cet album qui revisite sur un mode citationnel et jubilatoire le polar hard-boiled des sixties.

Après un premier tome paru en 2014, suivi d’une intégrale noir et blanc format comics tirée à seulement 300 exemplaires en 2016, voici la fin de ce diptyque dans sa version couleur.

3.jpg

Côté scénario, on reste dans la tradition du genre avec son lot de belles femmes fatales, scènes de sexe et de violence, intrigues alambiquées et rebondissements imprévus. Le tout saupoudré d’allusions plus ou moins explicites à un genre littéraire (polar hard-boiled, Chandler, Hammet) et à un contexte historique (1967) bien campés.

5.jpg

Côté narration graphique, il faut souligner le soin apporté par l’auteur au dessin et à sa mise en page. Les astuces visuelles, les marges noires, les aplats noirs réservés aux pensées et paroles de Mac Queen, les jeux sur les cases et leur format, tout cela produit un effet de réel plaisir à la lecture.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

 

05/05/2017

Jazz

jazz,scotto,stoffel,dan,bamboo,grand angle,29 mars 2017,théâtre graphiquejazz,scotto,stoffel,dan,bamboo,grand angle,29 mars 2017,théâtre graphiqueScénario : Serge Scotto et Eric Stoffel

D’après l’oeuvre de Marcel Pagnol

Dessin : A. Dan

Editeur : Bamboo

Collection : Grand Angle

72 pages – cartonné

Parution : 29 mars 2017

Théâtre graphique

 

Présentation de l'éditeur :

Grand Angle adapte en BD l’intégralité de l’oeuvre de Marcel Pagnol.


À 56 ans, Blaise vient de terminer l’étude approfondie d’un texte inédit qu’il attribue à Platon. Cette thèse lui permettra d’accéder à une chaire à la Sorbonne. Mais la révélation par un spécialiste américain des erreurs d’hypothèses qu’il a commises ruine ses espérances.

Alors qu’il a consacré plus de trente ans à ce travail, Blaise réalise qu’il a oublié de vivre sa vie. Une vie qui s’avère désormais sans aucun but. Blaise, dépité et déboussolé, décide de rattraper le temps perdu et de vivre sa jeunesse, à l’âge où il n’est plus temps.

jazz,scotto,stoffel,dan,bamboo,grand angle,29 mars 2017,théâtre graphique

Mon avis :

Oeuvre moins connue de Marcel Pagnol, « Jazz » dont le succès au théâtre en 1926 fut limité, s’avère pourtant un beau texte, digne d’un bon scénario.  Comédie satirique et désenchantée ponctuée d’un brin de fantastique, Jazz illustre les préoccupations de son époque, ce qui lui donne un petit côté suranné certes, mais plein de charme. Les thèmes, eux, sont universels : les passions dévorantes, la fragilité de l’existence, la vanité des illusions … perdues, bien sûr. La tendresse et la tristesse finissent par tout envahir.

jazz,scotto,stoffel,dan,bamboo,grand angle,29 mars 2017,théâtre graphique

Le lecteur doit bien prendre conscience que « Jazz » est d’abord la mise en scène d’un microcosme littéraire et universitaire d’un département de Langues Anciennes, mais aussi un véritable manuel clinique de l’art de rater sa vie aux accents psychanalytiques. On y retrouve également cette atmosphère provençale si caractéristique : du chant des cigales on passe à la tragédie grecque.

jazz,scotto,stoffel,dan,bamboo,grand angle,29 mars 2017,théâtre graphique

Cela fait déjà le 7ème album de cette formidable collection qui va s’enrichir de l’adaptation du « Schpountz » prévue pour le mois prochain et « Le Temps des secrets »  pour novembre.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

8_10.png

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

8_10.png

Skippy

03/05/2017

Strange Fruit

cov.jpg1.jpgScénario : Mark Waid et J.G. Jones

Dessin : J.G. Jones

Editeur : Delcourt

128 pages – cartonné

Parution : 05 avril 2017

Aventures - fantastique

 

Présentation :

Dans la petite ville de Chatterlee, située dans le Mississipi, la Grande Crue de 1927 fut bien plus que la pire inondation survenue au cours de l’histoire de Etats-Unis. Ce fut en réalité l’époque d’un grand changement. Tandis que la rivière montait et que les digues cédaient, ravageant les terres, les villes et les plantations aux alentours, des tensions raciales et sociales éclataient. Si bien que lorsqu’un être littéralement descendu du ciel remit en question tout ce qui pouvait diviser les gens de cette région, cela changea les choses … pour toujours. Car cet être venu d’ailleurs était … noir !

4.jpg

Mon avis :

Récit engagé en faveur de la cause noire, fondamentalement anti-raciste, Strange Fruit doit son titre à une vieille chanson de Billie Holiday. C’est l’histoire d’une sorte de Superman noir qui fait irruption dans le Sud profond pour intervenir lors d’événements dramatiques. L’idée est en soi très intéressante et le traitement graphique frôle la perfection esthétique. Ce qui fait d’ailleurs tout l’intérêt de l’album. En effet, les couleurs aquarelles directes et le dessin réaliste donnent à chaque case une intensité remarquable. S’il n’y a rien à redire sur la documentation et la reconstitution du contexte historique, l’histoire laisse de nombreuses questions ou hypothèses de lecture sans réponses. Ce qui génère une sensation de trop peu. On a envie d’en savoir plus sur le personnage principal, on voudrait connaître son passé et les circonstances qui l’ont amené à ce moment et à cet endroit. On reste sur sa faim et sur cette fin … ouverte.

5.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

Skippy