10/09/2016

Mort aux vaches!

cov.jpgmv1.jpgScénario : Aurélien Ducoudray

Dessin : François Ravard

Editeur : Futuropolis

112 pages – cartonné

Parution : 15 septembre 2016

Polar agricole nostalgique

 

Présentation de l’éditeur :

1996. Un quatuor de truands cambriolent l’agence du Crédit Agricole de Clermont l’Abbaye. Parvenant à échapper à la Police, les voyous se mettent au vert en attendant que les choses se tassent, en attendant d’être oubliés. Mais c’était sans prévoir la crise de la vache folle. La contamination de l’épizootie est à son plus haut pic, et les gendarmes sont très nombreux à battre la campagne. Coincés dans leur planque, ils vont devoir se supporter les uns les autres. Pour le meilleur et pour le pire…

mv3.jpg

Mon avis :

Le scénario de ce polar franchouillard se délecte de références cinématographiques et littéraires, revisitant la veine du récit policier en milieu rural. Tous les poncifs et clichés du genre sont recyclés pour un hommage bien agréable à la lecture. Des dialogues à la Michel Audiard, des situations à la Georges Lautner, en passant par les personnages atypiques façon Jean Vautrin ou des délires à la Charles Williams, c’est toute une spécificité du thriller bouseux qui est revue sans être nécessairement corrigée. La crise de la vache folle des années 90 permet par ailleurs un développement narratif astucieux et crédible.

mv4.jpg

Le tandem Docoudray-Ravard fonctionne parfaitement dans cette histoire nostalgique, sorte de comédie policière revisitée et bien servie par un dessin juste, ni trop caricatural ni trop réaliste. De quoi passer un bon moment sans se prendre la tête.

 

   a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gif  Scénario

a07-3e78901.gif  Moyenne

 

Le site internet des Editions Futuropolis : ICI

 

Skippy.

08/09/2016

Les aventures de Scott Leblanc

les aventures de scott leblanc,tome 4,echec au roi des belges,casterman,24 août 2016,espionnage,ligne claireles aventures de scott leblanc,tome 4,echec au roi des belges,casterman,24 août 2016,espionnage,ligne claireTome 4 : Echec au Roi des Belges

Scénario : Philippe Geluck

Dessin : Christophe Devig

Editeur : Casterman

48 pages – cartonné

Thriller vintage au suspense insoutenable

 

Présentation de l’éditeur :

Libérez le roi des Belges !

Scott Leblanc est ravi : il vient de décrocher une interview du roi Baudouin. En route pour Bruxelles !

Mais sa chance est aussi une aubaine pour un groupe terroriste. Après avoir assommé Scott, l’un de ces ignobles individus prend la place du célèbre reporter animalier pour approcher le souverain et le neutraliser.

Le plan diabolique des bandits peut désormais s’enclencher : le sosie qui se fait passer pour le roi des Belges va pénétrer le quartier général de l’OTAN et dérober toutes les informations essentielles à la sécurité européenne !

Heureusement, le professeur Moleskine veille au grain et n’abandonnera pas le jeune Leblanc.

e2.jpg

Mon avis :

Dès l’ouverture de l’album, avec la petite étiquette « ce livre appartient à », le lecteur se retrouve plongé dans l’univers graphique de la ligne claire, tendance Ecole de Bruxelles (Hergé – Jacobs – Martin). Cette quatrième aventure de Scott Leblanc, toujours aussi niais dans ses attitudes et réflexions, voit le héros s’effacer de nouveau au profit de l’improbable duo constitué de sa mère et du professeur Moleskine. Avec cette fois un allié aussi audacieux qu’inattendu, le Roi des Belges en personne, Baudouin Ier. On retrouve ici la verve excentrique de Geluck alliée au trait limpide de Devig pour une aventure belgo-belge à forte teneur bruxelloise. Autant dire que les amateurs de BD classique seront comblés.

e3.jpg

Rebondissements en cascades et en séries, répliques fantaisistes, désuétude assumée, situations invraisemblables, logique absurde, animaux sacrifiés, évolution narrative imprévisible, tout cela entraîne le lecteur dans un récit d’espionnage sans temps morts, rythmé pourtant par des bandeaux de textes d’une longueur parfois consternante.

Cet album-hommage à un âge d’or révolu devrait ravir les nostalgiques et piquer la curiosité des plus jeunes.

e4.jpg

 

   a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gif  Scénario

a07-3e78901.gif  Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

06/09/2016

Le crépuscule des idiots

Le crépuscule des idiots, Krassinsky, Casterman, 31 août 2016, roman graphique, fable Le crépuscule des idiots, Krassinsky, Casterman, 31 août 2016, roman graphique, fable Scénario et dessin : Jean-Paul Krassinsky

Editeur : Casterman

296 pages – cartonné

Parution : 31 août 2016

Fable satirico-religieuse aux accents nietzschéens

 

Présentation de l’éditeur :

Lorsqu’une capsule spatiale s’écrase sur les monts gelés de Jigokudani, avec à son bord un singe rhésus, les macaques du clan de Taro réalisent immédiatement que ce visiteur venu de l’espace est d’une essence supérieure à la leur. Le singe astronaute, lui, comprend vite que pour ces idiots, il est l’Élu ! Secondé par Nitchii, un jeune singe persuadé d’avoir à accomplir un destin hors du commun, l’apprenti prophète ne tarde pas à profiter de la situation : grâce à ses prêches enflammés, le culte de Diou compte chaque jour plus de dévots parmi le petit peuple des singes… Mais son influence ne va pas plaire à Taro, l’impitoyable chef du clan. Car la religion, c’est aussi le pouvoir… Et le pouvoir, ça ne se partage pas !

Le crépuscule des idiots, Krassinsky, Casterman, 31 août 2016, roman graphique, fable

Mon avis :

Tout d’abord, reconnaissons à Jean-Paul Krassinsky une sacrée audace scénaristique alliée à une maîtrise (quasi)divine du graphisme. Sur près de 300 pages, son récit tente de répondre à la question essentielle et existentielle, Diou existe-t-il ?, que se pose des singes qui nous apparaissent comme presque (trop) humains.

Le crépuscule des idiots, Krassinsky, Casterman, 31 août 2016, roman graphique, fable

Sur un ton autant caustique qu’inspiré, son histoire recycle avec une ironie subtile tous les travers des religions : perversions politiques, manipulations miraculeuses, organisation de la servitude librement consentie, abus de pouvoir, de sexe et de violences, rien n’échappe à l’œil inquisiteur d’un auteur qui semble planer en apesanteur sur son monde imaginaire, métaphore d’une humanité en proie à ses (vieux) démons.

Le crépuscule des idiots, Krassinsky, Casterman, 31 août 2016, roman graphique, fable

Le caractère universel et prophétique de ce pamphlet iconoclaste, rare moment de philosophie engagée en bande-dessinée et d’impertinence contrôlée, est admirablement présenté dans un écrin d’aquarelles qui s’imposent comme de véritables odes à la nature et qui invitent parfois à la méditation contemplative. Une forme épurée favorise ici une fluidité de la lecture, un découpage très étudié en courts chapitres tonifie le côté romanesque de la narration, le tout invite à la réflexion philosophique.

Le crépuscule des idiots, Krassinsky, Casterman, 31 août 2016, roman graphique, fable

Anecdote :

Le temps de gestation de l’œuvre fut long. Les premières recherches de scénarios débutèrent en 2008. Ces deux dernières années furent nécessaires au dessin. Années qui connurent les attentats de Charlie, du Bataclan et de Bruxelles. Autant de moments qui interpellèrent l’auteur et balisèrent son travail. Pendant quelques jours, il suspendit sa plume et ses pinceaux, surpris par l’impression bizarre, voire inquiétante, générée par la résonance de son travail avec les événements dramatiques de l’actualité.

 

le crépuscule des idiots,krassinsky,casterman,31 août 2016,roman graphique,fable

Cette chronique a été rédigée le lendemain d'une rencontre avec Jean-Paul Krassinsky , organisée par l'éditeur Casterman, à la Fête de la BD de Bruxelles, le dimanche 04 septembre 2016. Nous avons pu, Samba, Coq de Combat et moi, discuter avec l'auteur et parler de son travail pendant 50 minutes. Nous le remercions vivement pour son humour et sa sympathie. Il nous a ravi par sa rigueur et  sa vision décomplexée du sujet abordé dans l'album.

 

http://img96.xooimage.com/files/e/7/c/a09-3e78912.gif     Dessin

http://img96.xooimage.com/files/e/7/c/a09-3e78912.gif     Scénario

http://img96.xooimage.com/files/e/7/c/a09-3e78912.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

31/08/2016

Iroquois

cov (2).jpgi1.jpgAuteur : Patrick Prugne

Editeur : Daniel Maghen

104 pages – cartonné

Sortie : 25 août 2016

Aventures historiques

 

 

Avant-propos :

En 1608, Québec n'est qu'un nom griffonné sur une vague carte d 'Amérique du Nord, une grande bâtisse fortifiée construite sur les rives du Saint Laurent où une quarantaine d'âmes s'apprêtent à passer leur premier hiver. La France d'Henri IV se soucie peu de ces arpents de neiges habités par une poignée de sauvages. Plus préoccupée par les richesses que lui procurent la pêche à la baleine et la traite des fourrures, elle n'envisage nullement l'installation d'une colonie.

Samuel de Champlain, fondateur de Québec, n'aura alors de cesse de défendre "son" Canada. Il saura imposer un climat de paix et de confiance entre nations amérindiennes (Hurons, Alguonquins, Montagnais) et Français. De ces relations naîtra un commerce florissant. Peaux de castors et de loutres s'échangent à bas prix contre marmites, haches, clou et autres divers objets en fer. Ce juteux commerce ne dure qu'un temps…

Les raids meurtriers incessants que mènent les Iroquois dans la vallée du Saint Laurent contre les convois de pelleterie hurons ou algonquins exaspèrent très vite la petite communauté française.

Soucieux de consolider l'alliance faite avec ses alliés amérindiens, Champlain prend le sentier de la guerre à leurs côtés et part pour l'Iroquoisie. C'est dans ce contexte que se situe l'histoire qui suit. Le long de la Rivière des Iroquois, sur le lac Champlain, un mois de juillet 1609 en Nouvelle France.

i2.jpg

Présentation :

Grands espaces, guerres indiennes et personnages inoubliables sur fond de vérité historique.

i3.jpg

Samuel Champlain, envoyé du roi de France, est chargé de pacifier les rives du Saint Laurent pour y développer le commerce des peaux avec les différentes tribus, régulièrement menacées par les raids iroquois. Aidé d’une quarantaine d’hommes et de ses alliés hurons et montagnais, il s’enfonce en Iroquoisie, guidé par « Le Basque », un trafiquant assoiffé de vengeance qui connaît ces contrées comme personne. En plus de son alliance avec les tribus hurons et algonquines, Champlain dispose d’un atout en la personne d’une otage, « Petite Loutre », fille d’un chef iroquois qui lui servira peut-être de monnaie d’échange …

i4.jpg

Mon avis :

Après Pawnee, Frenchman et Canoë Bay , Patrick Prugne continue à explorer les grands espaces nord-américains. Dans ce récit d’aventures, il met sa virtuosité graphique au service d’un scénario linéaire et classique à l’issue dramatique. La narration alterne point de vue objectif et perception subjective : c’est au travers de la vision de « Petite Loutre » que le lecteur est parfois invité à suivre le cours des événements. Un souffle épique souffle sur cette histoire que de superbes aquarelles mettent en valeur. Elles conviennent parfaitement aux longs et lents silences traduits par des illustrations en grandes cases, pleines ou doubles pages.

i5.jpg

Le souci de précision historique de l’auteur est poussé très loin, en témoigne son cahier d’illustrations d’une douzaine de pages en fin d’album.

 

 

a08-3e78906.gif     Dessin

a07-3e78901.gif Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Daniel Maghen : ICI

 

Skippy.