24/10/2016

Le dernier assaut

cov.jpg3.jpgScénario et dessin : Tardi

Editeur : Casterman

112 pages - cartonné

Parution : 05 octobre 2016

Historique - guerre 14-18

 

 

Présentation :

Tardi replonge dans les tranchées pour une dernière « mise au point » sur l’horreur et l’absurdité de ce conflit.

1.jpg

Augustin Broutille, brancardier de son état égaré entre les lignes de front, enchaîne les rencontres toutes plus désagréables les unes que les autres... Du capitaine raciste de La Coloniale aux soldats « nains » du roi d’Angleterre, en passant par les effroyables trouvailles technologiques des Huns... tout le monde en prend pour son grade ! Ça ne serait pas aussi effroyable, on en rirait presque. Mais Tardi, passionné depuis plus de 30 ans par ce qui est devenu son sujet de prédilection, dénonce encore et toujours la bêtise et la cruauté des chefs, qui exploitent allégrement des pauvres gars qui n’ont jamais très bien compris ce qu’ils foutaient là.

4.jpg

Des deux côtés, des hommes à bout de force, enfouis dans les tombes qu'ils ont creusés à leur usage, s'appliquent méthodiquement à s'entretuer... Il n'y a pas pire guerre qu'une guerre de position qui s'éternise !

6.jpg

 

Notre avis :

Partant du quotidien d’un simple brancardier dont la voix off occupe une grande partie des textes de ce récit, c’est une plongée au fin fond du désespoir absurde qui attend le lecteur à chaque case.  Tardi passe en revue un impressionnant catalogue de détails historiques. Que ce soit les raffinements de la composition et des effets exterminateurs des gaz, l’ingénieuse mécanique des armements ou encore les pires compromissions politiques des gouvernements, le bilan est terrifiant. L’auteur réhabilite tous les soldats oubliés, ceux qui sont venus parfois de très loin, d’Afrique, d’Amérique et d’Asie pour trouver leur tombeau dans la boue des tranchées. Il dédie l’album aux animaux morts pour la France, utilisés dans cette boucherie. Il revisite cette histoire dramatique de l’Europe, rarement héroïque, cet héritage de tristesse macabre, souvenir d’un conflit dont l’irresponsabilité monstrueuse vient encore nous hanter.

5.jpg

Jacques Tardi, en parlant de son état d’esprit à sa table à dessin : « Ma tranchée, je la construis. Il s’y passe des choses. L’odeur des cadavres et des chiottes est épouvantable. Les soldats sont habitués à des visions horribles et quasi-quotidiennes. J’essaie de traduire ça en images. C’est éprouvant. Je suis indigné. Oui, c’est l’indignation qui reste le moteur de mon travail... »

2.jpg

Le graphisme est à l’image du sujet : puissant et rageur, violent et sombre. Un CD est joint à la fin de l’album, où le groupe Accordzeam accompagne les paroles de Tardi et la voix pleine de force de sa femme, Dominique Grange, dans des musiques inspirées et sensibles. Leur spectacle de tour de chants sur la première guerre avec des dessins projetés sur un écran de 9 mètres, est une sorte d’osmose, de fusion entre les textes lus par l’auteur, la musique et la chanson. Le public en sort souvent bouleversé par sa force d’évocation et sa puissance dénonciatrice.

Le dernier assaut. Un album essentiel, un CD incontournable, un devoir de mémoire, un grand moment de lecture, un grand moment d'émotion  !

 

 a09-3e78912.gif    Dessin

a09-3e78912.gif     Scénario

a09-3e78912.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Le jeudi 13 octobre nous avons eu le plaisir de converser avec Dominique Grange et Jacques Tardi. Ils nous ont captivé pendant 45 minutes lors de cet entretien organisé par les éditions Casterman dans leurs locaux de Bruxelles. Ils nous ont fait une belle démonstration de leur engagement artistique et nous en garderons un souvenir marquant.

 

le dernier assaut,tardi,grange,casterman,05 octobre 2016,historique,guerre 14-18

Skippy et Samba.

 

06/10/2016

Sherman

1.jpg2.jpgTome 7 – cycle 2 – Le dernier acte de Ludwig. Londres

Scénario : Stephen Desberg

Dessin : Magda

Editeur : Le Lombard

48 pages – cartonné

Parution : 23 septembre 2016

Thriller

Présentation :

Mais qui a tué le célèbre ténor Ludwig Melchior ? Cela faisait déjà plusieurs années qu’il avait élu domicile à Londres et qu’il paraissait y filer le parfait amour avec Jeannie, la fille de Jay Sherman, le milliardaire déchu à présent décédé. Tout en menant une brillante carrière internationale, cet artiste lyrique d’origine juive s’était investi dès sa libération d’Auschwitz, dans la dénonciation des criminels nazis. Correspondante de presse en vue, son épouse contribuait à la traque obsessionnelle qu’il menait. Est-ce là le mobile de son assassinat ? Serait-ce l’issue fatale d’une violente dispute conjugale ? Son passé douteux, des témoignages et sa disparition soudaine font bientôt peser des soupçons sur Jeannie. Pour sa fille, Kundry, c’est l’incompréhension totale. Elle ne va cependant pas tarder à comprendre qu’être une Sherman implique des secrets de famille très lourds et très dangereux à porter…

Sherman, tome 7, Le dernier acte de Ludwig. Londres, Desberg, Magda, Le Lombard, 23 septembre 2016, thriller


Jay Sherman est mort depuis vingt ans, mais la malédiction demeure.

Sherman, tome 7, Le dernier acte de Ludwig. Londres, Desberg, Magda, Le Lombard, 23 septembre 2016, thriller


Mon avis :

Après un premier cycle de six albums, Stephen Desberg en ouvre un nouveau pour la saga des Sherman, en passant à la génération suivante. Ce volume mêle l'enquête sur le meurtre de Ludwig et son passé de chasseur de nazis en une double progression narrative qui fait la part belle aux flash-back (marque de fabrique de la série).

Sherman, tome 7, Le dernier acte de Ludwig. Londres, Desberg, Magda, Le Lombard, 23 septembre 2016, thriller

Le dessin de Magda, qui succède à Griffo, assure une transition des plus harmonieuse : le style est limpide et d’une grande sobriété. Les scènes d’action sont trop figées à mon goût, mais les petits détails des décors sixties sont plaisants : la voiture de la marque Anglia qu’on retrouve dans quelques cases, par exemple.

Sherman, tome 7, Le dernier acte de Ludwig. Londres, Desberg, Magda, Le Lombard, 23 septembre 2016, thriller

Les auteurs nous livrent un album classique, certes, mais qui joue bien avec les conventions : l’enquête policière au climat très British et très années 60 avec en toile de fond les horreurs du régime nazi (scènes d’Auschwitz !!!).

Sherman, tome 7, Le dernier acte de Ludwig. Londres, Desberg, Magda, Le Lombard, 23 septembre 2016, thriller

Résultat : une lecture plaisante !

 

          Dessin

a07-3e78901.gif     Scénario

a07-3e78901.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Le Lombard : ICI

 

Skippy.


01/10/2016

Saint-Barthélemy

001.jpg004.jpgTOME 1 – SAUVETERRE

Scénario : Pierre Boisserie, Eric Stalner

Dessin : Eric Stalner

Editeur : Les Arênes BD

64 pages - cartonné

Parution : 24 août 2016

Historique

 

Présentation de l’éditeur :

« Arrive un moment où la question de tuer au nom de Dieu  ne se pose plus…

   Nous tuons, nous prions… et nous recommençons… »

003.jpg

Les guerres de Religion gangrènent la France dans sa totalité.

Le fanatisme s’instille patiemment, incontrôlable, dévastateur, aveugle.

En 1562, Élie de Sauveterre, un jeune protestant, rejoint l’armée du prince de Condé pour retrouver son frère et sa sœur enlevés par les papistes. Des premières escarmouches au déchaînement ultime de la Saint-Barthélemy, emporté comme les autres par cette vague de violence frénétique, il sera bien malgré lui le héros de cette histoire-là.

002.jpg

 

Mon avis :

Le scénario dévoile une des pages les plus sanglantes de l’histoire de France : la nuit de la Saint-Barthélemy (24 août 1572). Radicalisme et barbarie sous prétexte religieux restent des thèmes décidément bien actuels ! Dans cet opus, le mélange de fiction et de réel, y compris l’aspect didactique, est bien dosé et rappelle en partie la trame du film La Reine Margot de Patrice Chéreau, adapté du roman éponyme d’Alexandre Dumas. Au-delà des faits du cadre historique, la progression dramatique, centrée sur les malheurs de la famille de Sauveterre, est habilement menée. Le lecteur est plongé dans un feuilleton de cape et d’épées, les pages tournent vite au rythme d’un récit épique.

005.jpg

Le dessin souligne justement les émotions, les reconstitutions d’époque sont très réussies et l’atmosphère, toute en tension et en anxiété délétère, imprègne durablement la lecture.

006.jpg

Saluons ici l'éditeur Les Arènes qui continue de développer son catalogue BD avec autant d’audace que de discernement.

 

 a08-3e78906.gif     Dessin

a08-3e78906.gif      Scénario

a08-3e78906.gif      Moyenne

 

Le site internet des Editions Les Arênes : ICI

 

Skippy.

 

28/09/2016

Roma

1.jpg2.jpgTome 4 - La chair de mon sang

Dessin : Christian Gine

Scénario : Didier Convard, Chantal Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions : Glénat

Collection : Grafica

64 pages – cartonné

Parution : 14 septembre 2016

Péplum historico-fantastique

 

Présentation :

Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

An 37. Caligula, l’empereur fou, règne sur Rome par le sang, le viol, et la terreur. Il est habité par des visions envoyées par le Palladium qui le convoque et l’appelle. Mystifié par l’idole, il découvre la jeune vestale Aquilina en laquelle il croit retrouver sa défunte sœur Drusilla, dont il est toujours éperdument amoureux. Caligula fait trembler le Sénat et s’enfonce dans la paranoïa. Ker, la déesse enfermée dans le Palladium veut profiter de la démence de l’Empereur pour s’extraire de sa gangue d’orichalque et libérer enfin les ténèbres, puis se venger des Dieux et des Hommes. La très vieille vestale Laena peut seule s’opposer au Palladium et à Caligula, repoussant ainsi pour un temps la Malédiction.

3.jpg

Mon avis :

Petit rappel : à l’origine, Roma est une idée de Gilles Chaillet. Après sa disparition en 2011, Chantal Chaillet, son épouse, avait souhaité que ce projet puisse être développé et mené à terme. Elle a fait alors appel à Didier Convard, aidé par Éric Adam et Pierre Boisserie, pour finaliser les scénarios de cette immense fresque supposée couvrir l’histoire de Rome, de l’Antiquité à 2030, en terminant par un épilogue de science-fiction. A chaque album devait correspondre une époque et un récit indépendant.

5.jpg

Roma se présente donc comme une grande saga historico-fantastique de 13 albums, construite autour de la malédiction du Palladium. À raison d'une parution semestrielle, chaque album, formant une histoire complète et réalisé par un dessinateur différent, a pour cadre un épisode célèbre de l'histoire de Rome. Pour le premier cycle des 5 récits couvrant la période antique, un cahier historique préparé par Bertrand Lançon, spécialiste de la période romaine, vient systématiquement compléter l’ouvrage.

4.jpg

La Chair de mon Sang est donc le quatrième tome. Un titre qui en résume parfaitement le contenu avec la folie de Caligula expliquée par l’emprise du Palladium. Sexe et violence sont au menu pour les dernières heures du tyran. C’est avec plaisir que le dessin semi-réaliste de Christian Gine nous rappelle sa collaboration avec Chaillet sur les Les boucliers de Mars et sa superbe vision de la Rome antique.  

6.jpg

Le cahier documentaire de Bertrand Lançon, historien et professeur émérite d'Histoire romaine à l'Université de Limoges, vient apporter une heureuse et  indispensable touche à la bonne compréhension du contexte historique. Il fait une très intéressante mise au point sur les différentes manières dont le mythique Caligula fut perçu dans les plus ou moins récentes productions romanesques et cinématographiques. Il s’essaie à un plaidoyer pour la BD historique et nous conseille une bibliographie de quelques ouvrages pour nuancer nos connaissances du sujet. Le tome 5 dont l'action se situera en 326  abordera, je suppose, la conversion de l'empereur Constantin au christianisme. Une lecture qui s'avère d'ores et déjà passionnante : quel rôle va bien pouvoir jouer le Palladium dans ce bouleversement ?

1.jpg

 a07-3e78901.gif    Dessin

a07-3e78901.gif     Scénario

a07-3e78901.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

Skippy.