14/05/2016

Black dog

cov.jpg3.jpgD'après NOIR, aux éditions Barbier & Mathon.

Scénario : Jean-Claude Götting

Dessin : Jacques de Loustal

Editeur : Casterman

72 pages – cartonné

Sortie : 27 avril 2016

Polar

 

Présentation de l’éditeur :

La descente aux enfers frénétique d'un loser absolu.

Stefan n'était pas avare de sa sueur ni de ses mains.
Tant que la paye tombait en fin de semaine, il était prêt à les plonger dans le cambouis ou dans l'eau sale.
Ou dans n'importe quelle autre merde...

2.jpg

Elle est blonde, délaissée par son mari, partage ses journées entre la
piscine et les dépanneurs de climatiseur.
Il est paumé, bricole un peu de mécanique dans un garage et n’a plus rien à perdre. Il aurait mieux valu pour lui, ne jamais la croiser et surtout se tenir à l’écart de son univers bling-bling et malsain, de son mari malfrat notoire et puissant. Il aurait dû savoir qu’il faut être d’une autre trempe pour pouvoir abattre un homme de sang-froid. Mais trop tard, il a foiré. Sa main a tremblé, il a raté le contrat. Il sait qu’il est foutu. Perdu pour perdu il se dit qu’il va soigner sa sortie et en faire une jolie apocalypse. Doigt tranché, incendie, chien monstrueux noyé dans la piscine, essence et taule froissée, Loustal et Götting nous servent ici un polar violent en forme de cauchemar éveillé.

9.jpg

 

Mon avis :

Loustal et Götting se livrent ici à un exercice stylé. Sur base de Noir, un roman graphique de Götting, au titre explicite, paru en 2012, les deux complices récidivent pour un remake très étudié, une sorte de variation sur un même thème. Les conditions de lecture idéales seraient de pouvoir découvrir les deux albums en même temps, de pouvoir comparer leurs similitudes et différences, de (re)découvrir les choix graphiques des auteurs, d’analyser l’évolution de leurs visions narratives. Exercice fascinant qui mènerait aux sources de la dynamique de la création, à une réflexion active sur les rapports entre textes et images.

1.jpg

Dans Black dog, les textes illustrés, qui sont la marque de fabrique de Loustal, se mélangent à des passages plus en mouvement ; le trait se fait plus charbonneux, façon Götting. Les cadrages sont totalement revus, avec une touche très cinématographique. On sent l’importance accordée au story-board dans ce travail à quatre mains.

4.jpg

Le scénario est conservé, on change de cadre spatio-temporel, mais si c’est la même histoire qui est racontée, l’effet produit sur le lecteur par cette adaptation est sidérant : si proche et si différent.

11.jpg

La puissance d’attraction de la reprise de ce récit noir, illustré en couleurs, de ce travail sur un genre très balisé, est une invitation élégante à une lecture plus approfondie, plus mature. C’est pour moi la grande qualité de cet album.

black dog,loustal,götting,casterman,27 avril 2016,polar

 

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

L'interview de Loustal sur le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

 

12/05/2016

Ma première BD

001.jpg003.jpgTextes : Hélène Beney

Dessins : Mathilde Domecq, Thomas Priou, Domas

Éditeur : Bamboo

Collection : Pouss’ de bamboo

Sortie : 04 mai 2016

Enfance

 

 Présentation :

Jack et le haricot magique

Alors qu’il se rend au marché pour vendre sa vache qui ne donne plus de lait, Jack rencontre un homme étrange qui le convainc d’échanger son animal contre des haricots «magiques». À son retour, Jack est puni par sa mère qui jette les haricots par la fenêtre. Le lendemain, Jack découvre une gigantesque tige de haricot pointant jusqu’au ciel. C’est alors qu’il décide de l’escalader…

 

Hansel et Gretel

Hansel et Gretel sont les enfants d’un pauvre bûcheron. Craignant la famine, leurs parents se décident à les perdre dans la forêt. Mais Hansel et Gretel entendent leur plan et le font échouer, grâce à de petits cailloux blancs qu’ils sèment pour marquer le chemin jusqu’à chez eux…

005.jpg

 

Les musiciens de Brême

Un âne maltraité par son maître meunier décide de tout quitter pour devenir musicien dans la ville de Brême. En chemin, il rencontre un chien, un chat et un coq, tous laissés-pour-compte. À eux quatre, ils prennent la route de Brême, des rêves de musique plein la tête.

ma première bd,bamboo,pouss' de bamboo,beney,domecq,priou,domas,04 mai 2016,enfance

Mon avis :

La collection Ma première BD est destinée aux tout jeunes apprentis-lecteurs et s’enrichit ce mois-ci de trois titres.

Le principe pédagogique et éducatif proposé ici est basé sur une interaction intéressante entre le livre et l'enfant. Le but poursuivi est de permettre à ce dernier de développer son imagination tout comme sa créativité artistique. Une leçon de dessin suit chaque histoire dessinée (sans textes) et constitue une accroche à l’art difficile de la BD. Tous les albums respectent le principe de cette collection.

ma première bd,bamboo,pouss' de bamboo,beney,domecq,priou,domas,04 mai 2016,enfance

La lisibilité de la narration, exclusivement visuelle, conjuguée à des dessins charmants donne des résultats très agréables.

Les enfants ont en plus droit à un bonus : en milieu d’album, un cours de dessin décompose le traçage par étapes des personnages principaux.

Les parents ne sont pas en reste : le texte intégral du conte clôture le livre pour une éventuelle lecture à voix haute.

 

 a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gifMoyenne

 

Le site internet des Editions Bamboo : ICI

 

 Skippy.

10/05/2016

L'indien bleu

l'ndien bleu,sidney bruce,carin,rivière,plae du sablon,16 février 2016,thrillerl'ndien bleu,sidney bruce,carin,rivière,plae du sablon,16 février 2016,thrillerSérie : Sidney Bruce - Réédition
Scénariste : François Rivière
Dessinateur : Francis Carin
Éditeur : Place du Sablon
Paru le 10 Février 2016
Thriller

 

 

 Présentation de l'éditeur :

Sydney Bruce, jeune orphelin féru de littérature et de théâtre, vit des jours paisibles chez son oncle, inspecteur à Scotland Yard.


Tout bascule le jour où le jeune Sydney est témoin d'un meurtre au Strand Theatre. Le cadavre est emporté sous ses yeux par un nain, que Bruce identifie comme étant « L'Indien Bleu », un personnage de littérature populaire.

Avec l'aide de son chien Jasper et de Mr Bryars, clochard de son état, il décide de faire toute la lumière sur cette affaire, contre l'avis de son oncle, l'inspecteur Mallory.

l'ndien bleu,sidney bruce,carin,rivière,plae du sablon,16 février 2016,thriller

 

Mon avis :

Les éditions Place du Sablon ont réédité dans une intégrale luxueuse en noir et blanc et en tirage limité, une série qui, lors de sa première édition à la fin des années 80, n’avait connu que deux épisodes. Il semblerait que l’idée porte ses fruits puisqu’ une nouvelle version couleur de chaque album vient de sortir et qu’une suite est prévue pour cette année : "Le signe de Sokari" sortira normalement au deuxième semestre.

l'ndien bleu,sidney bruce,carin,rivière,plae du sablon,16 février 2016,thriller

Le scénario de ce premier titre, reflet d’une véritable fascination pour l’époque victorienne, souffrait d’un défaut de jeunesse : la confusion d’un rythme trop rapide, mal maîtrisé. Qu’à cela ne tienne, la nostalgie qui se dégage de cet album lui donne un charme indéniable. L’atmosphère inquiétante de Londres à la fin du XIXème siècle, la passion de la littérature et du théâtre, l’hommage à la collaboration Hergé-Jacobs sur l’album Les sept boules de cristal, font de cette intrigue un récit qui reste tendu et captivant.

l'ndien bleu,sidney bruce,carin,rivière,plae du sablon,16 février 2016,thriller

Les débuts de Francis Carin au dessin portent ici la marque des années 80, son graphisme riche et précis accorde de l’importance aux détails et donne des cases de toute beauté. Les teintes plus sombres de cette nouvelle colorisation renforcent les ambiances grand-guignolesques, à la limite du fantastique noir cher à François Rivière. 30 ans après, ils vont donc reprendre le personnage de Sydney Bruce pour une nouvelle aventure. Expérience qui sera intéressante à plus d’un titre, le potentiel narratif de ce héros bien ancré dans son époque et la maturité des auteurs augurent d’un formidable défi. Affaire à suivre…

l'ndien bleu,sidney bruce,carin,rivière,plae du sablon,16 février 2016,thriller

 

 

  a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gifMoyenne

 

Skippy.

 

07/05/2016

La trajectoire des vagabonds

1.jpg5.jpgScénario et dessin :

Serge Annequin

Editeur : EP, Emmanuel Proust

88 pages – cartonné

Sortie : 27 avril 2016

Roman graphique–thriller psychologique

 

Présentation de l’éditeur :

Début d'été, Banjo traverse la France du nord au sud pour écrire l'histoire d'un chercheur de trésor. En chemin, il croise Syd, une jeune Finlandaise à la beauté androgyne. Cette rencontre sera le point de départ d'un curieux jeu de séduction. Mais lorsqu'un troisième protagoniste s'invite dans la danse, le doute s'installe et la réalité vacille...

Des mystérieuses forêts du Pilat au mythique village de Rennes-le-Château, la trajectoire des vagabonds se teinte de rouge sang.

2.jpg

 

Mon avis :

Avec ce scénario existentialiste, Serge Annequin signe un thriller psychologique, un road-trip de province, dont la trame narrative tisse de façon habile une toile de faux-semblants qui assure un suspens intense. Par petites touches très suggestives, les secrets des différents protagonistes de l’histoire, agrémentés de leurs rêves et cauchemars peuplés de fantômes, se dévoilent avec une lenteur calculée jusqu’au dénouement final. Le sentiment de malaise et d’ambiguïté ne quitte jamais le lecteur qui reste jusqu’aux dernières cases pris dans les interrogations et les pistes d’interprétations semées par un auteur décidément bien inspiré.  

4.jpg

Le dessin, libre, léger, simple et stylisé, ajoute un surcroît de fragilité et de décalage à des ambiances parfois glauques, mais toujours intimistes de ce jeu de piste(s) sanglant. La colorisation participe à la cohérence harmonieuse d’une atmosphère pourtant angoissante.

6.jpg

La force suggestive et le climat pesant font de ce polar, au ton très personnel, un excellent moment de lecture. Les indices semés par le petit chaperon rose sur la route rouge sang de la couverture, les mystères qui entourent le curieux modus operandi du serial killer sont accompagnés d’une bande-son particulièrement judicieuse (un minimum de connaissance de l’anglais est requis). Au-delà des apparences, de l’aspect anodin de certaines scènes, de leur dimension légèrement fantastique et onirique, la construction de ce roman graphique réussit à entretenir le doute du lecteur tout en lui laissant des opportunités d’interprétations et de construction d’hypothèses.

 

 a07-3e78901.gifDessin

a08-3e78906.gif      Scénario

a08-3e78906.gif      Moyenne

 

Le site internet des Editions Emmanuel Proust : ICI

 

Skippy.