22/04/2016

L'odeur des garçons affamés

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastiqueL'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastiqueScénario : Loo Hi Phang

Dessin : Frederik Peeters

Editeur : Casterman

112 pages – cartonné

Sortie : 30 mars 2016

Western fantastique

 

Présentation de l’éditeur :

Texas, 1872. Oscar Forrest, photographe, répertorie les paysages de l'Ouest pour le compte du géologue Stingley. Entre Oscar et Milton, jeune garçon à tout faire du groupe, s'installe une relation ambiguë. ... Alors qu'autour de l'expédition, rôdent un inquiétant homme en noir et un Indien mutique. Stingley a conduit la mission aux portes d'une région hostile, dernier bastion de résistance des redoutables Comanches.
Sur cette frontière lointaine, les limites entre civilisation et sauvagerie s'estompent. Un western intense où la Nature révèle les secrets les plus troubles.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

Un western brûlant

L'Ouest sauvage
Une mission à la dérive
Un type qui rôde
Des Indiens tout-puissants
Un mystère

Et le désir, immense, insolent.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

 

Mon avis :

Le scénario de Loo Hui Phang dévoile lentement l’étrangeté du titre de cet album difficilement classable. Ni fantastique ni western, tout en étant, et fantastique et western et psychologique et onirique. Chaque chapitre, univers de la photographie oblige, s’ouvre avec deux cases à l’envers (les daguerréotypes sont des images inversées). Les dialogues percutants alimentent des thèmes aussi divers que l’amour trouble, le désir sexuel, le massacre des Peaux-Rouges, l’exploitation des richesses naturelles, les forces de la nature, les rêves, le chamanisme, …  Au centre de tout cela, le cheval apparaît comme un élément essentiel du récit, avec toute sa force esthétique et mystique. Les apparences sont trompeuses dans l’histoire de ces trois hommes plongés dans un milieu hostile, à savoir les plaines encore sauvages du Texas au lendemain de la guerre de Sécession. Ils seront rejoints par un chasseur de primes à l’air plus mort que vif, zombie-vampire qui se nourrit de sang de cheval, et par un vieil indien qui dessine des formes invisibles dans le ciel ; alors un souffle sauvage va surgir et tous les emporter.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

 

Le dessin de Frederik Peeters s’accorde bien aux décors « westerns ». Ses couleurs sont magnifiques avec une utilisation experte du sépia ou du bleu en monochrome, ses soleils éclatants.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique


L’odeur des garçons affamés est un album atypique, étrange et déroutant. Sa portée symbolique, sa puissance narrative et sa vision sensualiste en font un livre dont la finesse et la subtilité doivent se découvrir lentement au fil de lectures attentives. Du grand art !

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

 

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

Le site internet de Frederik Peeters : ICI

 

Skippy.

20/04/2016

Ludivine

ludivine,erroc,dany,rodrigue,glénat,02 mars 2016,humour adulteludivine,erroc,dany,rodrigue,glénat,02 mars 2016,humour adulteL’histoire sans dessous … dessous !

Scénario : Michel Rodrigue et Erroc

Dessin : Dany

Editeur : Glénat

Collection : Humour BD

56 pages – cartonné - 02 mars 2016

Humour - érotisme

 

L’Histoire dans tous ses ébats !

Ludivine, jeune, blonde et séduisante, rédige sa thèse sur l’influence du sexe sur le cours de l’Histoire. Mais à travers l’écran de son ordinateur, elle se retrouve mystérieusement projetée dans le passé, précisément à la rencontre des événements et des personnages qu’elle étudie ! De la préhistoire à l’assassinat de Jules César, en passant par la Guerre de Cent ans ou la Prise de la Bastille, Ludivine va découvrir que c’est bien souvent elle qui, par ses charmes, va être à l’origine de grands bouleversements... Resté dans le présent, son ami Jean-Baptiste va-t-il parvenir à la faire revenir ?

ludivine,erroc,dany,rodrigue,glénat,02 mars 2016,humour adulte

 

Pourquoi les Néandertaliens ont-ils disparu ?

Qui était vraiment Jeanne d’Arc ?

Pourquoi Napoléon a-t-il perdu à Waterloo ?

D’où vient l’idée des taxis de la Marne ?

Ludivine, étudiante pétillante et sexy, nous entraîne à son (joli) corps défendant dans les coulisses secrètes de l’histoire. Suivez-la pour connaître toute la vérité sur les grands événements qui ont marqué l’humanité… Ludivine, et l’histoire devient coquine !

ludivine,erroc,dany,rodrigue,glénat,02 mars 2016,humour adulte

 

Mon avis :

Dany, auteur d’Olivier Rameau et créateur de l’adorable Colombe, personnage très féminin et tout en courbes, s’est, depuis quelques années, adonné à la bande dessinée humoristique teintée d’érotisme. Aussi à l’aise dans la représentation pseudo-historique que dans le dessin coquin, Dany s’en donne ici à cœur joie pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. Un supplément de 12 pages de croquis et d’illustrations achève l’album en beauté.

Le scénario d’Erroc et Rodrigue suit une trame linéaire et chronologique pour revisiter sept moments-clés de l’histoire. Au cours de bonds temporels successifs, à travers quelques dates emblématiques, Ludivine, la plupart du temps topless, n’hésite pas à rectifier le cours de l’histoire : les assassinats de Jules César et d’Henri IV, la prise de la Bastille (où elle rate de peu le marquis de Sade), etc.

On reste dans l’humour grivois, sans tomber dans la pornographie, dans un érotisme léger sans se prendre au sérieux. Du pur divertissement !

ludivine,erroc,dany,rodrigue,glénat,02 mars 2016,humour adulte

Et Ludivine reviendra bientôt pour de nouvelles révélations historicoquines.

 

  a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gifMoyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

Skippy.

 

18/04/2016

Turbulences

T cov.jpgT2.jpgScénario : Anne Lambert

Dessin : Baptiste Virot

Editeur : Casterman

Collection : Sociorama

162 pages – broché

Sortie : 13 avril 2016

Documentaire - humour

 

Présentation de l’éditeur :

Quand auteurs de BD et sociologues de terrain s'allient pour décrypter les dessous de notre société.

Marion est phobique de l'avion; alors qu'elle embarque sur le vol Paris-São Paulo, elle scrute le moindre signe de catastrophe. À l'intérieur de l'appareil, pilotes, hôtesses et stewards suivent le cours ordinaire de leur travail. Pourtant, derrière les sourires commerciaux se cachent petits tracas personnels et conflits collectifs dans l'entreprise.

Attention, nous allons traverser une zone de turbulences : attachez vos ceintures !

T1.jpg

 

La collection Sociorama signe la rencontre entre bande dessinée et sociologie. D'un côté, des sociologues amateurs de BD qui ont créé l'association Socio en cases; de l'autre, des auteurs de BD curieux de sociologie. Ensemble, ils ont initié une démarche originale : ni adaptation littérale, ni illustration anecdotique, mais des fictions ancrées dans les réalités du terrain. Toute ressemblance n'est pas pure coïncidence...

T3.jpg

 

Mon avis :

Le scénario d’Anne Lambert, écrit à partir d’une enquête qu’elle a réalisée, entraîne le lecteur dans le milieu du transport aérien. Trois personnages de fiction : un pilote, une hôtesse et Marion, une chercheuse en partance pour le Brésil et phobique de l’avion, permettent d’entrer dans les coulisses des aéroports et de découvrir les rouages occultes de l’univers des personnels navigants des avions de ligne. Cadences des rotations, fatigues accumulées, relations hiérarchiques tendues, rapports entre les sexes parfois difficiles, grèves, conflits sociaux, restructurations de l'entreprise, salaires, statuts sociaux très hiérarchisés : absolument tous les aspects sont envisagés. On est très loin des aventures fantasmées de Natacha de Walthéry.

Le dessin humoristique de Virot, aux traits simplifiés, se focalise sur l’essentiel : les décors sont limités.  

T4.jpg

La lecture est plaisante et on apprend un tas de chose intéressantes. Par exemple : savez-vous qu’en tant que les passagers potentiellement à problèmes sont catalogués dès leur entrée dans un avion : PAXI 1 (passager indiscipliné, chiant mais inoffensif), PAXI 2 (passager turbulent) et dans le pire des cas PAXI 3 (passager dangereux). Sachant également que 2/3 des accidents ont lieu au décollage pour 2/3 à l’atterrissage, vous reprendrez bien un petit Lexomil lors de votre prochain vol, non ?

 

 a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gifMoyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

 

 

16/04/2016

Pandora N°1

pandora_couv.jpgpandora4.jpg27 histoires courtes originales

35 auteurs : dessinateurs et scénaristes de tous horizons

Des noms prestigieux, des débutants, des moins connus

Éditeur : Casterman

264 pages - broché

Un cocktail de genres et de styles

 

Présentation de l’éditeur :

Une nouvelle revue, un nouvel espace de liberté de création.

La revue Pandora présente des récits autonomes, des "short stories", et des nouvelles sous forme de bandes dessinées mais aussi de quelques textes littéraires illustrés.
Ouvrir Pandora est une expérience de lecture incomparable : la preuve par l’exemple que la bande dessinée conserve un immense potentiel de séduction et que l’imagination peut apporter une autre vision du monde.
Tous les sujets peuvent être abordés, tous les genres revisités, tous les styles inventés sans aucune thématique imposée. La créativité et le plaisir sont prioritaires.
Pandora s’adresse à tous les lecteurs, qu’ils soient des lecteurs de romans et de bande dessinée ou des spectateurs de films et de séries télé.
La diversité des talents publiés dans Pandora – diversité géographique, narrative et artistique – donne à la revue la dimension d’un panorama extrêmement complet du meilleur de la créativité de la bande dessinée en 2016 !

pandora,revue,numéro 1,casterman

 

Mon avis :

Mercredi 13 avril 2016, fin d’après-midi, bureaux des éditions Casterman. Je suis reçu par Benoit Mouchart, directeur éditorial BD de Casterman et rédacteur en chef de la nouvelle revue Pandora. Il est accompagné de Johan de Moor, auteur bien connu de la série La vache, qui signe ici une une histoire de l’humanité en 6 planches et 54 cases dont certaines sont d’un minimalisme étudié.

pandora,revue,numéro 1,casterman

Notre conversation porte d’abord sur le contenu de la revue et le choix éditorial : Benoit Mouchart explique la volonté de proposer une sélection d’histoires courtes, exercices de style et d’imagination, qui soient un panorama de la création contemporaine.

pandora,revue,numéro 1,casterman

Mes questions orientent ensuite l’entretien vers le choix du nom de la revue : Pandora, c’est le prénom de la fille de l’armateur Thomas Groovesnore qui ne laissa pas Corto Maltese indifférent dans La ballade de la mer salée, c’est la première femme de l’humanité dans la mythologie grecque, c’est … … c’est alors que Benoit Mouchart et Johan de Moor se mettent à chanter ???!!!!! Ils m’improvisent un duo et reprennent la 2ème chanson du film Tintin et le Temple du Soleil (1969, texte de Jacques Brel) :

Pourquoi faut-il qu'un Zorino s'en aille
Pourquoi faut-il mourir après la nuit
Pourquoi faut-il qu'un Zorino s'en aille
Qu'un Zorino quitte déjà la vie

Un moment abasourdi, je tente de reprendre le fil de la conversation. Et là, c’est un Johan de Moor passionné, totalement décomplexé, débordant d’énergie, qui entame un vibrant plaidoyer pour cette initiative ambitieuse, cette nouvelle revue consacrée à des récits autonomes, des "short stories" et des nouvelles sous forme de bandes dessinées mais aussi de quelques textes littéraires illustrés. Pandora est un semestriel de 264 pages au format 18x24 cm, disponible au prix de 18 euros, conçu sur le principe des "Mooks", c’est-à-dire des magazines-livres distribués en librairie. La surprenante couverture de Bastien Vivès représente un singe et un robot en train de s’embrasser.  Le contenu montre une grande diversité de talents avec des noms parfois prestigieux (Denis Bajram, Blutch, De Moor, Götting, Valérie Mangin, Mattotti, Katsuhiro Otomo, Christian Rossi, Art Spiegelman, Jean-Louis Tripp, …. ) et des histoires très variées, comme un récit post-apocalyptique, des classiques revisités, de l’érotisme, des variations poétiques,….

pandora,revue,numéro 1,casterman

Casterman, l’éditeur “historique” de la revue (A suivre), se lance donc dans une nouvelle aventure éditoriale, celle du recueil d’histoires courtes souvent  délaissé au profit des récits longs. Cette première livrée me paraît de haut niveau, une sorte de manifeste pour renouer avec la fièvre créatrice.

 

 La chanson la chanson ....