16/01/2016

Philippe, Roi des Belges

Picture 080.jpgPicture 082.jpg1. Où est la fête?

Scénario et dessin : Charel Cambré

Editeur : Kramiek (Paquet)

48 pages - cartonné

Sortie : 02 décembre 2015

Humour (belge)

 

Présentation de l’éditeur :

Depuis 2013, le Prince Philippe est fièrement Roi des Belges.
Nouvellement couronnée, Sa Majesté s'est jetée avec courage et abnégation sur sa nouvelle tâche, et a démontré qu’elle se sentait responsable de sa population belge. Mais en coulisses, ce rôle ne se fait pas toujours sans heurts…
Charel Cambré épingle avec un humour tout royal les soucis de Philippe, Roi des Belges : les relations avec Albert, Paola et Fabiola, la famille princière et les rivaux politiques …

philippe,roi des belges,1. où est la fête?,cambré,paquet,kramiek,humour,02 décebre 2015

Une série de gags autour de la maison royale belge, qui nous plonge dans les arcanes de la diplomatie outre-quiévrain… Hilarant, non peut-être !

philippe,roi des belges,1. où est la fête?,cambré,paquet,kramiek,humour,02 décebre 2015


Mon avis :

Voici un objet un peu particulier : il s’agit d’une série humoristique, composée de gags d'une page, exclusivement consacrée à la famille royale de Belgique.

Charel Cambré est surtout connu pour son reboot réaliste de Bob et Bobette, dessiné par Marc Legendre et édité chez Paquet. Mais il est aussi dessinateur et compte une importante bibliographie d’ouvrages réalisés en solo. Kramiek propose ici le premier tome traduit en français de cette nouvelle série. Avec un dessin proche des canons de l’Ecole de Marcinelle (Magazine Spirou, Franquin), l’auteur décline tous les petits travers de cette famille pas comme les autres.

philippe,roi des belges,1. où est la fête?,cambré,paquet,kramiek,humour,02 décebre 2015


Si Charel Cambré caricature très efficacement ces figures royales et le petit monde politique belge, l’album est d’abord destiné au public belge francophone, qui devrait apprécier cette sympathique initiative. On sourit volontiers, mais je me demande ce que pensent les intéressés de la manière dont ils sont présentés et représentés. Par ailleurs, certains gags ont déjà vieilli. La Reine Fabiola y apparaît encore alors qu’elle est décédée. En fait, un deuxième tome existe déjà mais seulement en flamand. Les lecteurs non belges auront beaucoup de mal à faire la différence entre fiction et réalité, ce qui pimente encore plus la teneur de certains traits d’humour. Au final, le charme opère et on se laisse prendre au jeu.

philippe,roi des belges,1. où est la fête?,cambré,paquet,kramiek,humour,02 décebre 2015

 

a07-3e78901.gif

Dessin

 

a07-3e78901.gif

Scénario

 

a07-3e78901.gif

Moyenne

 

 

Le site internet des Editions Kramiek : ICI

 

SKIPPY

 

18/12/2015

Mystères!

Picture 055.jpgPicture 066.jpgAuteurs : Tibet, Vincent Odin

Préface : Albert Uderzo

Postface : A.-P. Duchâteau

Editeur : Daniel Maghen

364 pages – cartonné

Sortie : 19 novembre 2015

Une biographie en images

Présentation de l'éditeur :

Mystères! de Tibet

Cinquième titre de la collection Biographie en images, Mystères! est l’occasion de pénétrer dans l’atelier d’un grand classique de la bande dessinée franco-belge. Les originaux rassemblés grâce à la famille et à une poignée d’inconditionnels retracent l’itinéraire étonnant de celui qui fit à la fois l’admiration d’Uderzo, auteur de la préface de l’ouvrage, et celle de Trondheim, recueillant les propos du dessinateur alors âgé de 73 ans : « ... Tibet, je voudrais être à sa place. Il fait deux albums par an et il a toujours du plaisir à dessiner ! » 
Dessinateur prodige, entré à seize ans aux studios Disney puis à vingt ans au journal Tintin, créateur de Ric Hochet (avec A.P. Duchâteau) et de Chick Bill, auteur d’une oeuvre immense (près de 200 albums en 60 ans de carrière), Tibet a contribué à écrire l’Histoire de la BD, aux côtés des plus grands... dont il prétendait ne pas faire partie ! 

Picture 057.jpg

Mystères! reprend le principe des précédents titres de la collection : des dessins connus présentés sous un jour nouveau, de nombreux inédits, une présentation en fac-similé et une qualité d’impression réservée aux livres d’art. Pour respecter la règle de la collection — donner la parole à l’auteur et à lui seul — les textes accompagnant les dessins sont extraits d’interviews accordées par Tibet tout au long de sa carrière. 

Picture 056.jpg

Mon avis : 

Après Juillard, Vicomte, Cosey et Tillieux, les éditions Daniel Maghen publient une cinquième Biographie en images consacrée à Tibet. En six chapitres, 350 pages et plus d’un millier de dessins puisés dans les archives du patrimoine familial, le concepteur et réalisateur, Vincent Odin, donne la parole à l'auteur en puisant dans les différentes interviews qu'il a accordées au cours de sa longue carrière. Les chapitres font référence aux  principaux personnages-héros de Tibet : de Alain Brawl, le premier détective créé par l'auteur à l'âge de 14 ans, jusqu'aux célèbres Chick Bill et Ric Hochet, qui firent du dessinateur un des piliers du Journal Tintin, sans oublier toute une panoplie de séries humoristiques éphémères scénarisées par Goscinny ou Greg.

Ci-dessous, je n'ai pas résisté au plaisir de vous montrer cette planche originale, extraite de Mystère à Porquerolles,  pour le travail sur les ombres, typique de l'influence de l'Ecole de Bruxelles (Hergé). 

Picture 065.jpg

Artiste hors normes par sa capacité de travail, fou de dessin, Tibet a produit une œuvre abondante, classique, inventive. Il a touché plusieurs générations de lecteurs tout en gardant un style personnel immédiatement identifiable. Ses scénarios pour Chick Bill (sa série préférée) allient efficacement action, humour, calembours et suspense. Avec Mystères!, on découvre la chronologie d’une œuvre certes populaire, mais aux qualités esthétiques exceptionnelles : esquisses, dessins, crayonnés, illustrations, couvertures, planches et même caricatures, rien n'a été oublié! On accompagne un auteur qui s’est défait progressivement de l’influence de ses maîtres, dont Hergé et Franquin,  pour finalement trouver sa propre voie, celle d’un réalisme très dynamique, parfois humoristique, avec un sens inné du mouvement et de l'action. Un bel exemple : ce projet de couverture!

Picture 068.jpg

Cette iconographie, très riche, méritait un écrin. C’est chose faite. D'abord grâce au talent remarquable de Vincent Odin qui a noué une réelle complicité artistique avec la famille de Tibet pour lui rendre cet hommage. Mais aussi  grâce au soin accordé au travail éditorial et à la qualité de l’impression de l'ouvrage.

Picture 067.jpg

Mystères! est une somme patrimoniale indispensable pour l’amateur de BD et un des plus beaux livres publiés cette année dans ce domaine. Une édition limitée réunit les six chapitres de l'édition brochée, sous forme de carnets séparés, accompagnés d'un cahier de 32 pages intitulé “Le Dynamiteur”. Les 7 chapitres de la biographie sont insérés dans des chemises à rabats individuelles et réunis dans un double coffret. Chaque exemplaire de ce tirage limité est imprimé sur papier de création et numéroté de 1 à 300. Un incontournable pour le passionné comme pour le collectionneur!

Picture 069.jpg

 

 

  Conception

  Choix des textes

   Moyenne

 

Le site internet des Editions Daniel Maghen : ICI

 

La rédaction de cette chronique doit beaucoup à la rencontre que j'ai pu avoir avec les membres de la famille de Tibet, son fils Bibi et son épouse, le jeudi 03 décembre 2015. Nous avons conversé en visionnant l'exposition de planches et dessins originaux exposés à La maison de la BD à Bruxelles. 

Skippy 

16/12/2015

Le courant d'art

Picture 059.jpgPicture 058.jpgScénariste, illustrateur et coloriste :  Bezian Frédéric

Editeur : Soleil

Série : Le courant d’art

Collection : Noctambule

54 pages - cartonné

Date de parution : 23 septembre 2015 

Historique - artistique

 Résumé – présentation de l’éditeur :

Le Courant d’Art de Frédéric Bezian, une union sublime entre l’art et la bande dessinée. 

Aux prémices de ce projet, un livre The Elements of Euclid par Oliver Byrne, mathématicien du XIXe siècle qui entreprit d’illustrer la géométrie d’Euclide avec des formes géométriques : des ronds, des triangles, des carrés... rouges, jaunes, bleus... Une théorie évoque la possibilité que Mondrian aurait pu s’en inspirer.

Ainsi, Le Courant d’Art raconte – au gré de spectaculaires envolées graphiques – De Byrne à Mondrian et De Mondrian à Byrne. Un livre accordéon qui se lit d’un côté puis de l’autre et inversement, un mariage sublime entre l’art et la bande dessinée.

Picture 060.jpg

Prélude de Bezian – De Byrne à Mondrian

Imaginons : vous découvrez dans un grenier un livre dont il ne reste que les illustrations en couleurs et les extraits qui les accompagnent.

Sa lecture parcellaire vous laisse deviner l’histoire presque authentique d’Olivier Byrne, mathématicien irlandais du XIXème siècle, d’un rêve prémonitoire, d’une rivalité amoureuse, du noir, du blanc et des trois couleurs fondamentales …

Picture 062.jpg

Prélude de Bezian – De Mondrian à Byrne

Imaginons : vous découvrez dans un grenier un livre dont il ne reste que les illustrations en couleurs et les extraits qui les accompagnent.

Sa lecture parcellaire vous laisse deviner l’histoire de Piet Mondrian, peintre néerlandais du XXème siècle, d’un rêve prémonitoire, d’une rivalité amoureuse, du noir, du blanc et des trois couleurs fondamentales …

 

Mon avis :

Le scénario est basé sur une démonstration artistique mise en cases et en planches de façon audacieuse, voire originale. La mise en évidence de la vie et la carrière de deux hommes célèbres, chacun dans sa discipline, l’évocation du Bauhaus et l’évocation de ses liens avec l’histoire de la BD, se matérialise sous forme de bande au sens propre puisqu'il s'agit d'un leporello, un livre accordéon. Le lecteur est ainsi invité à déplier Le Courant d’art, d’un côté puis de l’autre, et à parcourir une dizaine de scènes, autant de tableaux, pour chacun d’eux.

Picture 063.jpg

 Au niveau du dessin, les traits appuyés, anguleux  frisent avec l’illustration, la fresque ou même le tableau. Les aplats bleus rouges et jaunes aux accents modernistes apportent suffisamment d’émotion pour que cette histoire d’êtres torturés et amoureux. 

Picture 064.jpg

Objet curieux et inclassable, ni livre d’art ni BD, à la fois livre d’art et BD, authentique performance formelle pour bibliophiles, Le courant d’art est une superbe évocation de l’histoire de la géométrie, de la peinture, de l’architecture et de la BD. Devant autant de maestria, le lecteur est subjugué jusqu’à la fascination et poussé à approfondir ses connaissances des différents sujets évoqués.

 

     Dessin  

     Scénario   

     Moyenne

 

Le site internet des Editions Soleil : ICI

 

J'ai rédigé cette chronique assis sur une sculpture monochrome rouge en feuille d'acier dépliée en forme de Z, hommage personnel à la  chaise dite Z, de l'architecte Gerrit Rietveld, inspirée des toiles de Mondrian et emblème du mouvement De Stijl. Toute mon admiration va à ces maîtres déjà anciens et à Bezian qui les fait ici revivre, nous incite à les (re)découvrir.

 

Skippy 

 

14/12/2015

La gloire de mon père

Picture 051.jpgPicture 049.jpgD’après l’oeuvre de Marcel Pagnol

Scénario : Serge Scotto et eric Stoffel

Dessin : Morgann Tanco

Editeur : Bamboo

Collection : Grand Angle

Sortie : 04 novembre 2015

Récit de vie autobiographique

Présentation de l’éditeur : 

« L’âge de mon père, c’était vingt-cinq ans de plus que moi et ça n’a jamais changé. L’âge d’Augustine, c’était le mien parce que ma mère, c’était moi… »

Les vacances d’été dans la garrigue sont une révélation pour le jeune Marcel Pagnol et son petit frère, qui tombent amoureux des collines, de sa végétation sauvage, de ses massifs de roche : Garlaban … Scènes truculentes de vie, humour et souvenirs nostalgiques, le sens inné de Pagnol de la mise en situation, son goût de la farce émaillent ce récit chaleureux, dont le charme se partage entre les décors et la saveur ciselée des dialogues.

la gloire de mon père,marcel pagnol,scotto,stoffel,tanco,bamboo,grand angle,récit autobiographique,novembre 2015

"Les mots qui ont un son noble contiennent toujours de belles images"

Première partie des Souvenirs d’enfance, écrits sur le tard (en 1957, Marcel Pagnol a 62 ans), La Gloire de mon père est une de ses rares œuvres qu’il n’a pas portée lui-même à l’écran.

Dans cet ouvrage, il raconte ses origines et celles de sa famille : la nomination de son père Joseph, instituteur à Marseille, la rencontre de tante Rose avec l’oncle Jules, puis le voyage et les vacances d’été dans la maison de campagne louée dans la Garrigue, la Bastide Neuve, près d’Aubagne.

Ces vacances sont une révélation pour le jeune Marcel qui tombe amoureux de la végétation sauvage du Garlaban et découvre le bonheur des escapades dans les collines avec son copain Lili des Bellons.

Viendra ensuite la mythique chasse à la Bartavelle, la perdrix royale, le fin du fin du gibier … qui fera la « gloire » de son père …

Scènes truculentes de vie, d’humour et de souvenirs nostalgiques … Avec La Gloire de mon père, c’est un Pagnol au sommet de son art qui nous replonge dans une enfance heureuse et inondée de soleil … avec une magie toujours intacte.

 

Mon avis : 

Tout d’abord je tiens à saluer l’initiative de l’éditeur qui, à l'occasion du 120ème anniversaire de la naissance de Marcel Pagnol, se lance dans l’adaptation en BD de l’intégralité des écrits de l’enfant d’Aubagne dans une collection fidèle à son auteur. Par les temps qui courent, une telle audace mérite le respect.

la gloire de mon père,marcel pagnol,scotto,stoffel,tanco,bamboo,grand angle,récit autobiographique,novembre 2015

 

Ensuite, le duo Serge Scotto et Eric Stoffel au scénario signe ici sa deuxième production  en s’attaquant à l’un des chefs d’œuvre de la littérature française hyper connu, hyper lu, grâce au cinéma d’ Yves Robert et grâce aux programmes de lectures scolaires. Le défi est donc de taille. Et on peut dire que le résultat est très respectueux du récit original avec un sens affiné de l’utilisation des décors et un découpage chronologique audacieux. Les deux compères, qui apparaissent d’ailleurs dans la première case de la page 86, ont parfaitement intégré les codes cinématographiques de l’écriture pagnolienne. Champ, contrechamp, plan général, gros plan, plongée, contre-plongée, séquence, montage, la BD utilise le même langage que le cinéma.

la gloire de mon père,marcel pagnol,scotto,stoffel,tanco,bamboo,grand angle,récit autobiographique,novembre 2015

Enfin, le dessin semi-réaliste de Morgann Tanco et les couleurs lumineuses de Sandrine Cordurié s’accordent parfaitement. Regardez la planche qui suit , ce décor qui fait penser à un  western, cadre parfait qui pour le petit Marcel devait lui donner un sentiment d'aventure.

la gloire de mon père,marcel pagnol,scotto,stoffel,tanco,bamboo,grand angle,récit autobiographique,novembre 2015

 

Adapter une grande œuvre classique n’est jamais simple, mais c’est la possibilité de prolonger le travail d’un écrivain qui n’avait pas peur de l’adaptation puisqu’il a porté lui-même plusieurs de ses textes à l’écran. L’ambition de donner une nouvelle jeunesse en BD aux personnages de Pagnol va, je l’espère, ravir les nostalgiques et entraîner de nouvelles générations de lecteurs vers la découverte d’un univers savoureux.

 

   a08-3e78906.gif  Dessin 

 

  a08-3e78906.gif  Scénario 

 

  a08-3e78906.gif  Moyenne

 

Le site internet des Editions Bamboo : ICI

 

Skippy