22/06/2017

Le lendemain du monde

cov.jpg1.jpgScénario : Olivier Cotte

Dessin : Xavier Coste

Editeur : Casterman

152 pages – cartonné

Parution : 07 juin 2017

Anticipation

 

Présentation de l’éditeur :

Le monde a bien changé. La civilisation est revenue à l’âge de la vapeur. Suite à un bug planétaire, tous les appareils électriques ont été infectés, y compris les indispensables implants neuronaux. Qui en est l’instigateur ? Un cyber pirate mégalomane ? Un groupe de terroristes ? Un État voyou ? Les pistes qui mènent à l’origine de cette attaque informatique convergent au fin fond d’une jungle épaisse et reculée. Tout a été tenté, en vain, pour atteindre et réduire à néant le lieu en question. En dernier recours l’armée envoie un vétéran, vierge de tout implant, mener à bien une opération « à l’ancienne ». Son nom : James Graham Keran. Sa mission va se révéler bien plus compliquée que prévu…

3.jpg

Mon avis :

Tout de suite, ce sont le roman Au cœur des ténèbres et le film Apocalypse now qui surgissent comme références dans l’esprit du lecteur. En effet, la base du scénario, la lente remontée d’un fleuve par un tueur qui a accepté une mission suicide pour affronter et éradiquer la source du mal, constitue un voyage intime et envoutant à la manière de Conrad ou de Coppola. Ce récit que l’on pourrait qualifier d’ésotérique est aussi une variation philosophique sur divers sujets comme l’art, la musique, la place de l’humanité, …

4.jpg

Le dessin, magnifique, proche de la peinture, s’épanouit dans des cases pleines pages ou dans de longues suites de planches oniriques. L’aquarelle donne cet aspect irréel à certaines scènes contemplatives.

5.jpg

Par contre, les dérives verbales et les côtés obscurs de l’intrigue font de Le lendemain du monde une œuvre forte, mais cependant difficile à interpréter. A bon lecteur, salut !

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

15/06/2017

Jardin d'Eden

cov.jpg4.jpgScénario et dessin : Gilbert Hernandez

Editeur : Delcourt

Collection : Erotix

96 pages – broché

Parution : 17 mai 2017

Interprétation biblique

 

Présentation :

Mais comment ont bien pu s’occuper Noé et sa famille durant quarante jours et quarante nuits ?

1.jpg

Mon avis :

Gilbert Hernandez, avec ses frères Jaime et Mario, a participé à la création et au développement, depuis 1982, d’un monument (underground) de l’autobiographie en comics, Love & Rockets. Son intention de répondre aux fantaisistes théories créationnistes qui ont cours aux Etats-Unis trouve ici une approche qui se voudrait joyeusement hédoniste de l’amour, du sexe et de la famille.

2.jpg

En 96 planches, à raison de 2 cases par planche, les scènes de hard-sex alternent avec des paysages bucoliques. Le dessin est dépouillé à l’extrême, les aplats de couleurs réduits à une palette minimale, le tout est au mieux consternant au pire blasphématoire. La frontière entre pornographie et érotisme étant floutée, cette très libérée interprétation de la Bible reste une (pathétique) tentative de provocation qui se voudrait également une réflexion sur la puissance graphique de la représentation de la violence opposée à celle de l’amour physique le plus débridé.

Objectif non atteint, un coup dans l'eau !

3.jpg

Pour lecteurs sérieusement avertis donc !  

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

2_10.png

 

2_10.png

 

2_10.png

 Skippy

14/06/2017

Au pied de la falaise

cov (2).jpg2.jpgScénario et dessin : ByMöko

Editeur : Soleil

Collection : Noctambule

150 pages – cartonné

Parution : 31 mai 2017

Conte graphique

 

Présentation de l’éditeur :

Au pied de la falaise, c’est l’histoire initiatique d’un jeune garçon, Akou, en plein coeur de l’Afrique.

À travers un véritable cycle de vie, Akou n’a de cesse d’apprendre : apprendre l’étroitesse du lien qui unit la vie à la mort lors de la perte de son grand-père ; apprendre aux côtés de son père, chef de village ; apprendre le pouvoir de l’ombre et de la lumière ; apprendre à travers un rituel initiatique à devenir un Homme ; apprendre l’amour, la vie de famille, l’entraide… et apprendre à nouveau à perdre...

1.jpg

Mon avis :

La version BD de ce projet transmédia, http://aupieddelafalaise.com/, convainc dès les premières pages. Les tons lumineux et un dessin soigné, au service d’un scénario linéaire, donnent immédiatement au lecteur un sentiment de bien-être. Les courtes scènes de cette histoire se parcourent donc au fil du plaisir de la lecture.

3.jpg

Il s’agit d’une invitation à pénétrer dans un univers, d’y prendre place et de contribuer à l’enrichir. A la fois étranges et familières, les impressions ressenties baignent alors dans un climat dont l’harmonie qui s’en dégage fait tout le charme de cette aventure. Cette vision d’une Afrique traditionnelle a le mérite de jouer d’abord la carte de la séduction et de la culture au travers d’un récit initiatique qui mêle sagesse, humour et dépassement de soi. Clip vidéo, photos et bande sonore viennent compléter avec bonheur cette possibilité d’immersion dans un monde qui n'a peut-être pas totalement disparu.

Bon voyage!

4.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

 

Skippy

10/06/2017

Détectives Tome 7 - Else et la mort

cov.jpgcov2.jpgScénariste : Herik HANNA

Dessin : Sylvain GUINEBAUD

Editeur : Delcourt

Collection : CONQUISTADOR

72 pages – cartonné

Parution : 24 mai 2017

Policier

 

Présentation :

Trois ans après les sombres événements orchestrés par le tueur 7, Nathan Else profite d'une retraite londonienne méritée. John Eaton, son célèbre partenaire, voit néanmoins d'un mauvais oeil la sortie d'un nouveau roman consacré à leurs aventures, un récit macabre prédisant la chute du détective. Alors que Else s'amuse de cette parution, Eaton s'inquiète de nouvelles menaces qui, loin de la fiction, pourraient bien être réelles...

cov3.jpg

Mon avis :

Depuis 2012, cette excellente série nous a plongé dans de délicieuses atmosphères à la Agatha Christie ou à la Conan Doyle. Ce septième et dernier volume apporte un éclairage nouveau sur les six affaires précédentes, autant dire qu’il est plus qu’indispensable aux lecteurs fidèles. Pour les autres, je déconseille vivement de le lire s’ils n’ont pas lu les épisodes précédents. Encore une fois, en refermant l’album, le lecteur est pris d’une frénésie de relecture en jurant : « mais comment est-ce possible que je n’aie pas compris cela ? » Autant dire que le scénario, particulièrement retors, est digne de ses maîtres. Herik Hanna possède en effet une culture du récit policier classique dont il tire ici une matière jubilatoire teintée d’amertume pour une conclusion aussi surprenante que parfaitement en adéquation avec son sujet.

3.jpg

Sylvain Guinebaud avait déjà dessiné le premier tome et c’est logique que ce soit à lui qui revienne la douloureuse tâche de conclure cette longue quête d’une vérité toujours fragile et aléatoire.

Remarquable !

1.jpg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy