18/03/2008

Okko, Le cycle de l'eau I

couv-okko-T1
 
L’histoire (scénario et dessin : Hub, couleurs : Stephan Pelayo, Hub)

An 1108 du calendrier officiel de l'empire du Pajan. En cette période tumultueuse, communément appelée l'ère Asagiri ou l'ère de la brume, les clans majeurs s'entre-déchirent depuis des décennies pour s'emparer du pouvoir.Loin des champs de bataille, Okko, le rônin sans maître, est à la tête d'un petit groupe de chasseurs de démons et arpente ainsi les terres de l'empire. Il est accompagné de Noburo, singulier géant qui cache son identité derrière un masque rouge, et du moine Noshin, bonze fantasque et grand amateur de saké. Ce dernier a la faculté de d'invoquer et de communiquer avec les forces de la nature.Tikku, jeune pêcheur, va faire appel à Okko pour retrouver Petite carpe, sa soeur enlevée par une horde de pirates.

L'avis de Gnès

Les couleurs et le dessin sont assez agréables, quoique parfois trop chargé et donc difficile de distinguer les personnages. Surtout lors de batailles et/ou tempêtes en mer.
Il y a donc beaucoup de batailles, un univers froid et souvent cruel, qui ne me plaisent pas plus que cela.
Cependant, l’aventure qui est au rendez-vous, ce mystérieux personnage qui se cache derrière son masque, que je souhaiterais bien découvrir, et ce petit garçon qui veut retrouver sa sœur m’intriguent assez.

Pour conclure
Je lirai la suite du cycle de l’eau pour savoir comment ils retrouveront Petite Carpe, mais je ne pense pas aller plus loin. C’est trop sombre et encore trop de batailles pour moi, sans aucun humour, c’est trop froid.

Ma note
6/10

17/03/2008

La Licorne, Le dernier temple d'Asclépios

couv-licorne-T1L’histoire (scénario : Mathieu Gabella, dessin et couleurs : Anthony Jean)

1565. Plusieurs anatomistes réputés meurent dans des conditions étranges. À Paris, Ambroise Paré, chirurgien du roi en bute aux médecins de la Faculté – qui voient en lui un rustre parvenu – constate le décès de l’un d’eux. En enquêtant, il croise d’inquiétantes créatures et découvre que certaines recherches – que le pouvoir et l’Église cherchent à étouffer – sont en jeu…

L'avis de Gnès

Les couleurs et le dessin ne sont pas trop mal. L’histoire ne m’a pas vraiment emballée car il y a trop de batailles et de sang, c’est très sombre. Il y a un passage où il faut s’accrocher pour comprendre tout un tas de détails techniques scientifiques.
Enfin, il n'y a pas que ça, car j'ai quand même compris Clin d'oeil, c'est tout simplement dans son ensemble que cette BD m'a moyennement plu.

Pour conclure
Je ne lirai pas la suite.

Ma note
5,5/10

09/03/2008

Djinn, tomes 4 à 7

L’histoire (scénario : Jean Dufaux, dessin et couleurs : Ana Mirallès)

A quoi sert un harem ? Au plaisir d'un souverain bien sûr. Mais bien naïf celui qui le limite à cet unique but. Car il est dit : ''Satisfait un homme et tu obtiendras de lui tous les trésors de la terre''. Y compris ceux de la guerre.
Voilà pourquoi le harem du sultan Murati, surnommé le sultan noir, est pour lui une arme plus puissante que bien des armées dont disposent ces Anglais, ces Allemands qui se disputent ses faveurs et son alliance.
Fleur entre les fleurs, arme entre les armes, Jade, sa nouvelle favorite, est chargée par le maître d'Istanbul de mener à bien l'assaut d'un diplomate anglais à travers son talon d'Achille. Sa femme...

Info (je ne le savais pas en fait
Embarrassé) : les tomes 1 à 4 font parti d’un premier cycle se déroulant en Turquie.
Les tomes 5 à 7, d’un second cycle qui se passe en Afrique, cycle qui se terminera par le tome 8 (pas encore sorti).

L'avis de Gnès

couv-djinn-T4 Pour terminer sur le premier cycle (avec le tome 4), même appréciation que les tomes 1 à 3 : j’ai beaucoup aimé ! Sourire

 

 

 

 

 

 

couv-djinn-T5couv-djinn-T6

couv-djinn-T7

 

 

 

 

 

 

 

 
Pour le second cycle en Afrique (tomes 5 à 7), je note que la couverture des albums est, comme à l'accoutumée, superbe. Ma préférence va à la couverture du tome 5, vraiment très belle.
Dessin et couleurs restent invariablement splendides, je dirai même mieux que les premiers tomes et surtout moins changeants dans les détails des visages, c’est plus agréable (mais là c’est du ‘’chipotage’’
Clin d'oeil).

La façon d’écrire est différente par rapport à celle du premier cycle. Le passé et le présent se trouvent moins (voire pas du tout) mélangés dans un seul et même album. C’est traité différemment, mais pas moins appréciable pour autant Sourire

Je rejoins Samba sur le fait que Jean Dufaux dévoile trop de choses dans la préface du tome 7. On sait déjà qu’il y a des morts certes, mais il donne les explications sur ces morts dès le début ! Etonnant ! Perplexe

Et pour Jade, je la préfère avec son cœur qui bat moi aussi. La déesse Anaktu est impitoyable, ça fait froid dans le dos… et dire qu’il y avait des peuples comme ça !! brrr…

Pour conclure
Je ne me lasse pas de cette BD et je vais continuer à la suivre. J’attends le tome 8 de pied ferme, et cette fois je ne serai pas en retard, surtout qu’il clôture le second cycle !

Ma note
9/10


EDIT du 10/06/09 : contrairement à ce que j'ai écrit dans l'article ci-dessus, c'est le tome 9 qui terminera le cycle africain, pas le 8, mea culpa.

08/03/2008

Le chat du rabbin, La Bar-Mitsva

couv-chat-du-rabbin-t1L’histoire (scénario et dessin : Joann Sfar, couleurs : Brigitte Findakly)

Le chat mange le perroquet de Zlabya, la fille du Rabbin, et du coup, le voilà doté de la parole et exigeant de faire sa bar-mitsva. Les discussions vont être longues tant avec le Rabbin lui-même qu’avec le Rabbin du Rabbin.

 
 
L'avis de Gnès

Chat à la maison oblige, j'ai été tentée par "Le chat du rabbin", doué de parole. J'aime bien quand les animaux parlent ou pensent dans les livres Embarrassé Clin d'oeil
 
Le dessin n'est pas mon style du tout, les couleurs sont chaudes et agréables.
L'écriture est originale car c'est raconté plus que "dialogué", ce n'est pas très français ce que je dis Perplexe. C'est-à-dire qu'il n'y a pas souvent de bulles entre les personnages.
 
Le sujet traité est intéressant : la religion et plus particulièrement le judaïsme, vu par un chat qui observe les adeptes de cette dite religion. C'est amusant sur le principe.
 
Pour conclure
Thème plaisant mais BD trop originale pour moi sur la forme. Je n'accroche pas du tout sur le dessin et le style d'écriture. Je n'achèterai pas le second tome. En tout cas pas tout de suite, je préfère me procurer des BDs qui m'attirent plus pour le moment (et il y en a beaucoup !!).
 
Ceci étant dit, maintenant je sais ce qu'est "Le chat du rabbin", ça m'intriguait Clin d'oeil

Ma note
6.5/10