05/04/2016

Online the comic - Tome 1

online the comic.jpgonline the comic t01.jpgAuteures : Midori Amagaeru et Tsukasa Kyoka
Editeur : Delcourt.
Sortie : 16 mars 2016.
192 pages.
Genre : Shonen

 

 

Le résumé.
Mai Yashiro est une jeune fille qui mène une vie tout à fait ordinaire. Mais son existence bascule le jour où elle reçoit un mystérieux jeu vidéo dans sa boîte aux lettres. Elle va alors être obligée d'affronter en duel des adversaires de plus en plus forts ! Quand l'un des deux joueurs perd une partie, il est condamné à être mutilé ou voir un de ses proches mourir...


« Les faucheuses sont des monstres rares de rang 55 ! »

Mon avis.
Ce manga est une adaptation d’un roman japonais publié en ligne qui a atteint le score appréciable de 40 millions de connexions. Je vous l’accorde, le pitch n’a rien d’original. Un jeu vidéo « qui tue », c’est presque un classique dans la littérature japonaise.
Mais j’ai trouvé cette lecture bien addictive. On se prend vite au jeu et on n’a qu’une seule envie, booster son héroïne pour démolir le boss final (4 tomes pour le moment au Japon). Les gamers d’un Final Fantasy par exemple devraient franchement apprécier surtout que l’empathie est réelle pour l’intelligente (mais aussi très mignonne) Mai.
Surtout que j’ai trouvé le dessin de très bonne qualité. Les cases sont souvent très chargées en information incluses dans un découpage très incisif. Les décors soignés sont aussi au menu avec des personnages élégants.
Vous remarquerez aussi un petit air de Shojo surtout quand on évoque les relations humaines. Une partie à prendre résolument avec le sourire.

Vivement la suite car le suspense est de mise.

Online-the-Comic-2.jpg


a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a08-3e78906.gifGlobal 

SAMBA.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

29/03/2016

La Cité des Esclaves - Tome 7

la cité des esclaves.jpgla cité des esclaves t7.jpgAuteur : Shinichi Okada et Hiroto Ooishi.
Editeur : Casterman.
Sortie : février2016.
Genre : fantastique.



 

La Cité des esclaves est un jeu de survie qui vous emmène aux limites des instincts et désirs humains.

Ennui, soif de vengeance, volonté de domination ? Le SCM est fait pour vous ! Rejoignez la communauté des porteurs de ce nouvel appareil révolutionnaire. Défiez ses membres et faites-en des esclaves qui obéiront aveuglément, même au plus inavouable de vos désirs. Mais soyez sûr de votre coup, ou c'est vous qui deviendrez la chose de votre adversaire !

« On finit toujours par récolter ce qu’on a semé»

Mon avis.

Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l'on me fait
Oh Marie si je pouvais
Avec ton SCM me prosterner

Évanouie ma liberté
Tu étais pour moi ma maitresse
Peu à peu tu ordonnes
Et sans effort, j’exécute

Et rien ne sera jamais plus pareil
J'ai vu plus d’esclaves que de maitres
Les esclaves sont devenus fous à lier
Ils donneraient tout à leur maitre

Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l'on me fait
Oh Marie si je pouvais
Avec ton SCM me prosterner

Et je cours toute la journée
En n’écoutant que toi
Dans le tumulte des combats
Je vois des hommes tomber bien bas

Demain ce sera le grand jour
Il faudra faire preuve de bravoure
Monter au front, en première ligne
Oh Marie je t'en prie fais de-moi ton esclave

A genou, je te servirais
J'ai vu le SCM dans son plus simple appareil
Elle m'a promis une servitude
Le SCM m'a permis cette dévotion

Oh Marie si tu savais
Tout le mal que l'on m'a fait
Oh Marie j'attendrai le 7e ciel
Si tu l’ordonnes

Signé : Guékkô (celui tout à gauche).

Verso_271885.jpg

 

a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario


a07-3e78901.gifGlobal 

Samba
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

10/03/2016

Ajin - Tome 4

Ajin T4.jpgScénario : Tsuina Miura
Dessin : Gamon Sakurai
Éditeur : Glénat Manga
194 pages
sortie : février 2016
genre : fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

L'appel de Sato a été entendu. Le premier rassemblement d'Ajin de l'Histoire va pouvoir avoir lieu. Sept d'entre eux, vivant cachés parmi les mortels, ont fait le déplacement. Accepteront-ils de prendre part au projet sanguinaire de ce leader auto-proclamé ?
Ignorant tout de ces tractations, Kei croit quant à lui avoir enfin trouvé un havre de paix de l'autre côté de la baie de Tokyo...

 

Mon avis

Ce quatrième tome marque un tournant dans la série. Le troisième se terminait en apothéose avec une évasion spectaculaire de Kei du centre de recherches laissant augurer d'une suite des plus palpitantes et l'espoir de quelques grandes révélations sur le héros. Mais Gamon Sakurai a décidé de surprendre le lecteur en apportant encore de nouveaux éléments à son histoire. Dans la première moitié du volume, il laisse de côté Kei et introduit un nouveau personnage, Nakano, qui lui servira à approfondir le personnage de kei. On lui découvre alors un nouveau visage, pas si sympathique que ça. Il semble prêt à tout pour préserver son refuge et cherche à se protéger de tout risque de menace extérieure. Peu lui importe ce qui peut se passer autour de lui et les projets fous de Sato.

Avec des scènes d'action très immersives et un dosage parfait entre révélations et nouvelles pistes, le récit est toujours aussi redoutable d'efficacité pour donner envie au lecteur de poursuivre l'aventure, même si on a parfois l'impression que l'intrigue peine à avancer.


Bien malin celui qui serait capable de prévoir la suite tant la propension à surprendre de Gamon Sakurai semble illimitée. Surtout après la fin de ce tome, inattendue, époustouflante et effrayante !

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

22/02/2016

Private secretary - Tome 1

private secretary.jpgAuteure : Aya Oda.
Editeur : Soleil Manga.
192 pages.
Sortie : 12 novembre 2015.
Genre : Shojo.




Résumé.


Ai Fukumoto n’a qu’une idée en tête : devenir la meilleure secrétaire du Japon ! Mais jusqu’ici, tous ses emplois se sont soldés par un échec et elle désespère de trouver le job de ses rêves. Elle finit tout de même par se faire embaucher par un fameux fournisseur de kimonos. Pleine de bonne volonté́, elle perd rapidement ses illusions face à son jeune patron, Takara Umenishi, qui n’hésite pas à profiter de son dévouement.

 

« Cette fonction était mon fantasme ».

 

Mon avis.

Le titre aurait pu faire croire à une autre sorte de manga mais il s’agit bien d’un shôjo pur jus.
J’ai terminé ma lecture avec une drôle de sensation. Déjà, ce n’est pas de la dévotion au travail mais presque de l’esclavage que notre héroïne s’est farci pendant la première moitié de l’album avant de passer du statut de sous-fifre à secrétaire pour finalement devenir la petite amie du patron (même pas un spoiler tellement que ça coule de source dans ce genre de récit).
J’ai vraiment eu du mal à y croire tellement son abnégation allait loin. Il faut être japonais pour avoir aussi peu d’amour-propre et penser en priorité à l’intérêt général. Sincèrement, je l’ai prise pour une belle cruche mais vous savez ce qu’on dit dans ces cas là : l’amour a ses raisons que la raison ignore.
C’est une sorte de boxe sentimentale, ce manga, avec un punching ball masculin imperméable et insondable et de l’autre coté, une boule de flipper qui va dans tous les sens mais toujours avec un grand sourire et un réel dynamisme.

Rajoutez-y les conventions typiquement japonaises pour corser l’affaire et le monde ô combien passionnant « du kimono » et vous aurez un manga loin d’être évident pour une européenne.

J’ai aussi moyennent apprécié le dessin qui fait la part belle aux gros plans (vous allez en bouffer du sourire et des yeux de cocker) mettant en scène à 90% exclusivement nos deux amoureux transis.

Bref, j’ai déjà lu mieux dans le genre.
Pour terminer sur une note plus positive, les petites annotations d’Aya Oda (Room paradise, avoue que tu m’aimes) qui parsèment l’album sont vraiment un plus à découvrir !

private-secretary-visual-1.jpg



a05-3e788c9.gifScénario

a06-3e788fc.gifDessin

a05-3e788c9.gif Global.

Sambette.
Inscrivez-vous à la newsletter.