22/02/2016

Killer Instinct - Tome 1

Couv_270676.jpgkiller instinct.jpgDessinateur : Keito Aida.
Scénariste : Michio Yazu.
Editeur : Tonkam.
192 pages.
Sortie : 3 février 2016.

Genre : seinen.

Le résumé.

Un groupe de gens très différents mais avec en commun un mauvais fond se réveille dans une école en ruine totalement close. Autour d'eux ? Un écran affichant un compte à rebours de 7 jours, de l'eau, des caméras, une cocotte en terre cuite et un couteau. Le but : tenir sept jours en ne buvant que de l'eau. Ou devenir cannibale pour survivre. Coup d'envoi d'un jeu cauchemardesque.


« L’être humain n’est pas assez fort
pour arriver à rester seul
dans un lieu abandonné »


Mon avis.

Les auteurs japonais aiment décidément bien enfermer un groupe de jeunes soit sur une ile, soit dans un labyrinthe pour déclencher les pires horreurs possibles. Ici, nous sommes dans une école « prison » pour un jeu machiavélique et cruel. Rien de bien original sauf que ce manga se révèle être un terrible « page turner ». La tension n’arrête pas de monter au fil des pages. Une terrifiante lutte d’influences se met en place.
La réussite vient essentiellement de la mise en page du dessinateur Keito Aida. Il arrive à admirablement bien placer ses émotions via des regards qui peuvent être interrogateur, sournois, rageur, inquiet, etc. Un peu comme un coup de violon strident dans un film d’horreur.
Il s’agit  pour les auteurs de leur premier manga mais clairement c’est un coup de maître.
Attention, on n’est pas au pays des bisounours, on va au plus bas de la nature humaine, c’est même carrément retors comme histoire donc à réserver à un public averti .

killer i.jpg


a09-3e78912.gifDessin 

a08-3e78906.gifScénario 

a09-3e78912.gifGlobal 

 

SAMBA.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

27/01/2016

Enfin ensemble ! - Tome 1

enfin ensemble !.jpgenfin ensemble.jpgAuteure : Komomo Yamada
Editeur : Delcourt manga
Sortie : 20 janvier 2016.
Genre : Shojo

 

 

 

Résumé.


Kaede est une étudiante en archéologie qui vient de perdre ses parents. Pour subvenir aux besoins de son frère et de sa soeur, qui sont jumeaux, elle travaille dans une société de service. Un jour, alors qu'elle est au restaurant, elle renverse sa soupe sur le costume de son directeur. Elle s'attend à s'attirer les foudres de celui-ci qui bien au contraire lui propose de devenir sa petite amie. Comment va-t-elle réagir à cette étrange proposition ?

« Les sucreries, c’est une fois par jour ».

 

Mon avis.


Milliard ! Même pas 10 pages et on assiste déjà à un baiser, volé certes mais un baiser quand même. Pire, on a droit à des palpations 5 pages après. Mais, on va nous raconter quoi après ce début en fanfare ?
Eh bien le jeu classique de l’amour–haine avec fatalement un basculement vers le grand AMOUR .
Bref, rien de bien surprenant pour ce shojo prévu en 3 tomes. Entre les crises d’hystérie et d’incompréhension, nous avons un autre grand classique : la bouffe.
En somme, on aurait pu intituler ce manga : Bisous, crises et nouilles.
Voilà, une histoire très (trop) classique accompagnée d’un dessin élégant mais manquant parfois de clarté et jouant souvent du zoom sur le joli minois de l’héroïne.

enfin-ensemble-visual-2.jpg


a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 


a05-3e788c9.gif global.

Sambette.
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Kiss him, not me ! - Tome 1

kiss him not me.jpgkiss-him-not-me-ext-1.jpgAuteure: Junko
Editeur: Tonkam
Sortie: 20 janvier 2016
Genre : Shojo.

 

 

 


Le résumé.


Kae est à la fois une Otaku et une Fujoshi, très enrobée et presque inexistante. Un jour, elle est choquée par la mort de son héros de dessin animé préféré et, déprimée, elle s’enferme dans sa chambre plusieurs jousr durant. Après une perte de poids assez violente, elle revient au lycée et découvre qu’elle a dorénavant un physique de rêve, qui pourrait s’avérer ravageur...


« Tes bourrelets ont amorti ma chute »

 

Mon avis.
Salut les filles ! C’est Sambette , votre spécialiste Shojo.
Alors aujourd’hui, interro surprise.
Qui peut me dire ce qu’est une otaku ?
Oui Virgule, c’est une fan « ultra » de mangas ou d’animés, une activité d’intérieur très japonaise.
Nickel ma chère Virgule.

HKNM_top.jpeg


Alors plus dur, une fujoshi ?
Non, ce n’est pas un fongicide, Dgege !
Un irradié de Fukushima, non plus Loubrun.
Ah, je vous ai collés sur ce coup là (ils sont nuls les garçons !). Une fujochi est une fille qui aime voir les hommes ensemble.
Une dérive un peu bizarre mais pour la nana, c’est synonyme de bonheur absolu.
Le problème pour elle, c’est que suite à un jeûne « magique », la voilà transformée en top biche.
Alors, les garçons lui courent après… et vous n’imaginez pas la galère surtout dans la culture japonaise pour ne froisser personne.
Bref, on s’amuse assez vite de tout ce petit monde qui s'agite pour conquérir le cœur de Kae. Une douce folie plane sur ce shojo , on y joue même au foot féminin, c’est vous dire comme c’est débridé .
Tellement fou que ce manga a atteint le million d’exemplaire au Japon, 6 titres parus actuellement... ça promet !
Ah oui pour le dessin, l’héroïne est assez mimi avec des grands yeux et pour les garçons, il y en a pour tous les goûts : 2 blonds, 2 bruns, des attentionnés, des plus « bad boys », des charmeurs, des sympas, des plus timides… bref, on a l’embarras du choix là les filles !

kiss him.jpg

 

a06-3e788fc.gifScénario 

a07-3e78901.gifDessin 

a07-3e78901.gifGlobal.

Sambette.

 

21/01/2016

L’ère des cristaux - Tome 1

ere des cristaux.jpgere crisatx.JPGAuteure : Haruko Ichikawa
Editeur : Glénat Manga
Sortie : 13 janvier 2016.
Genre : Seinen

 

 

 


Résumé


Dans un très lointain avenir, les humains ont disparu. Ne reste qu’une nouvelle forme d’êtres vivants minéraux, les « gemmes », se livrant à une guerre contre les Séléniens, une race lunaire mystérieuse. Chez ces êtres de cristaux, la valeur guerrière tient à la résistance du cristal. Phos, être de cristal fragile, tente d’exister dans un conflit pour lequel il n’est pas taillé.  Incapable de guerroyer, il s’attelle alors à rechercher les origines du conflit dans l’Histoire de leur monde. Qui, de l’historien ou du combattant, mettra fin à la guerre ?


« Genre, pan dans les dents »

 

Mon avis.


Dans le style pénible, ce manga remporte haut la main le pompon. Heureusement qu’il y a un résumé car je pense que je n’aurais absolument rien capté à cette histoire. Au départ, en voyant le dessin élancé et atypique pour un manga, je partais avec un a priori favorable surtout que l’emballage avait attiré mon attention. Mais bien vite je me suis fracassé sur des dialogues complètement obscurs et souvent rédhibitoires. Tout prête à la confusion, comme le sexe de Phos , visiblement c’est « il » mais il a clairement une apparence de jeune fille. Ça doit être un transgenre minéral.
Les scènes de combat contre des envahisseurs venus d’ailleurs et qui ressemblent à des bouddhas, sont également complètement à la masse. J’ai rien compris de chez rien compris à ces combats. Mon dieu, quelle construction pénible pour ne pas dire un gros mot !
Franchement, il y a un fameux bug surtout quand je lis que ce manga a été classé 10e dans le classement Kono Manga ga Sugoi.
Au secours, vade retro  « ère des cristaux » !

ere-des-cristaux.jpg


a00-3e7889a.gifScénario 

a03-3e788b8.gifDessin 

a01-3e7889f.gif global.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.