04/01/2016

Dragon Ball z - 6ème partie - Le tournoi de l'Au-delà

51CHfPmB0pL__SX314_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_259192.jpgAuteur : Akira Toriyama

Éditeur : Glénat

177 pages

Sortie le 18 novembre 2015

Genre : Arts Martiaux

 

Avis de l'éditeur :

Les faits se déroulent juste après la victoire de Gohan sur Cell et avant l’apparition de Boo. Goku, alors au royaume des morts, va participer à un tournoi d’arts martiaux organisé par le grand Kaio. Ce tournoi réunit les meilleurs combattants décédés des quatre galaxies. Le grand vainqueur aura l’honneur d’être entraîné par Dai Kaio en personne. Goku réussira-t-il cet exploit ? Rien n’est moins sûr, car parmi ses rivaux on compte de très étonnants guerriers.

Mon avis :

L'histoire se déroule juste après le combat contre Cell, qui a vu l'anéantissement de ce dernier par Gohan, devenu à ce stade le guerrier le plus puissant. Goku s'étant sacrifié une fois encore pour sauver le monde, se retrouve dans l'Au-delà, accompagné de maitre Kaio, et de ses deux acolytes. La troupe emprunte le chemin interminable du serpent dans l'intention de rencontrer le vénéré Dai Kaio, à la tête des quatre Kaio cardinaux. Une fois sur place, Goku compte participer à un nouveau tournoi d'arts martiaux, regroupant d'illustres combattants de l'Au-delà, issus des quatre coins de l'univers. Des adversaires d'une autre envergure voient le jour, et un dénommé Pai Ku Han se démarque par sa vitesse et sa puissance d'exécution hors-normes. D'un geste, il défie en l'espace d'un moment, le duo de choc composé par Freezer et Cell. Goku n'a qu'à bien se tenir, car son adversaire tient la distance.

Issu des épisodes TV, cette partie ne provient nullement du manga original mais bel et bien d'une création des studios. Tout amateur de DBZ, connaît forcément d'entrée de jeu le déroulement des événements qui s'y produisent. Ce tournoi comparable aux premiers tournois de Dragon Ball, permet davantage de se reposer sur un humour titanesque, que d'assister à de la baston pure souche. Malgré quelques prises adéquates, et un rythme particulièrement boosté, difficile tout de même de savourer ce passage à parts entières. Déjà par le fait que Freezer et Cell sont réduits à l'effigie de menu fretin, vaincus d'une traite par un nouvel arrivant. Insérer des ennemis de plus en plus costauds est certes un des principes du manga de baston, mais la manière prime également. Or, cette phase prônant un tournoi de l'Au-delà, aurait pu être servi de manière plus exemplaire.

Et que dire de la qualité de l'ouvrage?! Colorisé, certes, en provenance directement de l'animé comic. La qualité du papier manque d'épaisseur... résultat des courses : on se retrouve avec des couleurs grotesques et étalées. Bref, pas le résultat escompté. Rien à faire, une version manga noir et blanc aurait davantage dégagé une aura bénéfique. Dragon Ball Z est certes indispensable, mais l'animé comic ne se classe malheureusement pas parmi ces indispensables !

 a06-3e788fc.gif

Coq de Combat

album-page-large-28143.jpg

22/12/2015

Ajin - tome 3

ajin, miura, sakurai, glénat, manga, horreur, fantastique, 8/10ajin, miura, sakurai, glénat, manga, horreur, fantastique, 8/10Scénario : Tsuina Miura

Dessin : Gamon Sakurai

Éditeur : Glénat manga

192 pages

date de sortie : novembre 2015

genre :seinen, horreur, fantastique

 

 

Résumé

Kei Nagai, lycéen devenu immortel, découvre que Sato, premier individu de la communauté ajin qu’il est amené à fréquenter, n’est qu’un terroriste assoiffé de sang. Marqué par les terribles expériences pratiquées sur lui au centre de recherche, Kei décide pourtant de sauver la vie de l’un de ses bourreaux humains. Un violent face à face éclate alors entre lui et Sato…

 

ajin, miura, sakurai, glénat, manga, horreur, fantastique, 8/10

 

Le troisième tome très attendu de cette série évènement au Japon (plus de 3 millions de tomes vendus) démarre sur les chapeaux de roues et nous embarque dans des scènes d'action dont on ne s'échappera pas avant la fin.

Difficile de parler de ce manga sans trop en révéler ! L'auteur lève le voile à très petites doses sur le mystère des Ajin tout en ajoutant rebondissements et nouvelles intrigues. A l'opposition entre humains et Ajin se greffe un conflit sanglant – pour ne pas dire mortel - entre les Ajin eux-mêmes qui ne sont pas tous animés des mêmes intentions dans l'existence. Idem du côté des humains où la peur que suscite ces "monstres immortels" semble bien servir les intérêts de quelques uns. Bref, le héros Kei n'est pas sorti d'affaires et la suite promet d'être des plus spectaculaire.

Ce volume, beaucoup plus axé sur l'action que sur la réflexion, semble un peu moins brouillon que les précédents au niveau de la narration et se lit d'une traite. Les scènes d'actions sont entrecoupées de brefs flashbacks donnant de précieuses informations sur Kei et donnant plus de relief à ce personnage.

Gamon Sakurai a tissé un récit ou la manichéisme ne semble pas avoir sa place et a par ailleurs le chic pour titiller la curiosité de ses lecteurs en les faisant trépigner d'impatience à la fin de chaque volume.

La suite pour février 2016.

 

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

voir les chroniques des tomes 1 & 2 : ICI

 

 

******

tome 4 à paraitre en février 2016

ajin, miura, sakurai, glénat, manga, horreur, fantastique, 8/10

 

04/12/2015

La Tour Fantôme T9

9782344008751-G.jpgAuteur : Taro Nogizaka

Éditeur : Glénat

256 pages

Sortie : le 18 novembre 2015

Genre : Détective

 

 

Avis de l'éditeur :

Taïchi a remporté la chasse au trésor et tué l’horloge de la mort. Tetsuo quant à lui, s’apprête à renaître dans un corps d’homme via un échange de cerveau avec Marube.
Taïchi a cependant un message important à lui transmettre avant qu’il ne commette l’irréparable. Mais devant sa beauté spectaculaire, il ne peut même plus le regarder dans les yeux. Parviendra-t-il à raisonner Tetsuo ?

 

Mon avis :

Les masques tombent, l'aboutissement de l'intrigue machiavéliquement ficelée atteint son apogée. Taïchi sait pertinemment que son temps est compté. Chaque seconde est vitale pour délivrer Tetsuo des griffes de Marube, cet être perfide, dont l'âme noirâtre et souillée n'a d'égale que sa grandiloquence.

Marube et Tetsuo partagent un secret depuis prêt de deux volumes, mais les enquêtes de Taichi le mènent vers une compréhension radicale, et ce dernier va jusqu'à mettre sa vie en jeu pour sauver son ami, qu'il aime profondément.

Cet énième tome est trash, on ne rigole plus du tout, même si on n'a jamais vraiment ricané avec la Tour Fantôme. Marube souhaite une transplantation d'organe, changer de cerveau et pouvoir jouir d'un corps juvénile... mais la folie de cet homme ne s'arrête pas en si bon chemin, il souhaite également pouvoir donner naissance. Il savoure déjà sa victoire, puisque Tetsuo a accepté don offre... sans réelles connaissances des tenants et aboutissants.

Tant de choses peuvent être racontées sur cette fin et ces 256 pages de lecture. J'irai droit au but sans dévoiler les nombreux ingrédients de ce chef-d’œuvre. Lisez mes chroniques précédentes pour vous faire un avis sur la Tour Fantôme, et ceux et celles qui voudraient partager un avis personnel, je serai ravi d'en discuter avec eux.

J’administre la côte maximale pour ce 9ème tome, mais également pour sa continuité durant toute l'évolution de la série. L'auteur tend le lecteur à emprunter un sentier qui de prime abords parait anodin, mais qui très vite dépasse le simple roman policier. Durant cette lecture, le temps semble s'arrêter, et offrir plus qu'un divertissement. La vie, la mort, la jeunesse, la beauté, l'horreur, l'instant présent, tant d'éléments que tend à justifier la trame de Taro Nogizaka, et qui au final procure une véritable introspection vers les méandres de l'esprit.

05-3e731b2.gif

la tour fantôme,taro nogizaka,glénat,112015,1010,détective

 Coq de Combat

Please love me! Tome 2

please love me.jpgpleaseloveme1-02.jpgAuteure : Aya Nakahara.
Editeur:Delcourt manga
Genre :Shôjo.
Sortie : 18 novembre 2015.

 

 

 

 


Résumé
Michiko se retrouve, à 29 ans, dans une situation bien délicate. Sa société vient de faire faillite et c'est sans le moindre revenu qu'elle continue d'entretenir son jeune amant encore étudiant. C'est dans cette situation complètement désespérée qu'elle va rencontrer par hasard Kurosawa, son ancien chef qu'elle détestait plus que tout. Ces retrouvailles pourraient bien bouleverser le cours de sa vie.


« Un Lennister paie toujours ses dettes ! »

 


Mon avis.
Flash info .
Nous prenons l’antenne pour vous annoncer que le quartier de Shojocity est bloqué suite à une alerte à la bombe d’une certaine Sambette qui menace de tout faire sauter. Nous lui donnons d’ailleurs la parole .
« Peuple de mécréants qui ne lisez ni mes chroniques ni des shojô , sachez que vous allez rater un bon moment de rigolade si vous passez à coté de Please Love me !
Rien avoir avec la chanson de Polnareff, il s’agit d’une histoire assez marrante avec une héroïne plutôt gaffeuse et très naïve se démenant pour stabiliser sa vie plutôt dissolue. Une tranche de vie qui devrait vous remettre sur le bon chemin des lectures saines et surtout d’une alimentation équilibrée. Punaise que cet album parle de bouffe, c’est visiblement tout un art au Japon ! Sinon, on sent que l’auteure Aya Nakahara a de la bouteille, un dessin très plaisant à regarder, une construction fluide avec des dialogues bien pensés. Bref, vous aurez dans les mains un album qui sort du lot.
Maintenant, jeunes filles, vous courez vous procurer cette série ou je vous oblige à lire du Bartoll… ne rigolez pas, c’est hyper casse-couilles comme lecture.
Notre peuple vaincra »
Un témoignage qui fait froid dans le dos.


a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario

a08-3e78906.gif Global.

Sambette.

please-love-me-visual-2.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.