21/01/2016

L’ère des cristaux - Tome 1

ere des cristaux.jpgere crisatx.JPGAuteure : Haruko Ichikawa
Editeur : Glénat Manga
Sortie : 13 janvier 2016.
Genre : Seinen

 

 

 


Résumé


Dans un très lointain avenir, les humains ont disparu. Ne reste qu’une nouvelle forme d’êtres vivants minéraux, les « gemmes », se livrant à une guerre contre les Séléniens, une race lunaire mystérieuse. Chez ces êtres de cristaux, la valeur guerrière tient à la résistance du cristal. Phos, être de cristal fragile, tente d’exister dans un conflit pour lequel il n’est pas taillé.  Incapable de guerroyer, il s’attelle alors à rechercher les origines du conflit dans l’Histoire de leur monde. Qui, de l’historien ou du combattant, mettra fin à la guerre ?


« Genre, pan dans les dents »

 

Mon avis.


Dans le style pénible, ce manga remporte haut la main le pompon. Heureusement qu’il y a un résumé car je pense que je n’aurais absolument rien capté à cette histoire. Au départ, en voyant le dessin élancé et atypique pour un manga, je partais avec un a priori favorable surtout que l’emballage avait attiré mon attention. Mais bien vite je me suis fracassé sur des dialogues complètement obscurs et souvent rédhibitoires. Tout prête à la confusion, comme le sexe de Phos , visiblement c’est « il » mais il a clairement une apparence de jeune fille. Ça doit être un transgenre minéral.
Les scènes de combat contre des envahisseurs venus d’ailleurs et qui ressemblent à des bouddhas, sont également complètement à la masse. J’ai rien compris de chez rien compris à ces combats. Mon dieu, quelle construction pénible pour ne pas dire un gros mot !
Franchement, il y a un fameux bug surtout quand je lis que ce manga a été classé 10e dans le classement Kono Manga ga Sugoi.
Au secours, vade retro  « ère des cristaux » !

ere-des-cristaux.jpg


a00-3e7889a.gifScénario 

a03-3e788b8.gifDessin 

a01-3e7889f.gif global.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

11/01/2016

Illégal rare - Tome 2

illegal rare.jpgillegal-rare-4813743.jpgAuteur : Hiroshi Shiibashi
Editeur : Delcourt manga
Sortie : 2 décembre 2015.
Genre : Shônen.

 

 

 


Résumé


Fukumen et Black Vampyr King AxL sont à la tête d'une organisation de défense des créatures surnaturelles en voie de disparition, les « Rares». Leur but ? Les protéger de l'inlassable traque dont elles font l'objet et leur permettre de vivre librement. Première mission : retrouver une sirène qui vient d'être kidnappée. Encore faut-il qu'AxL retrouve la taverne où les Rares se réunissent.

 

« Apportez-moi un lance-missile ! »

 

Mon avis


Difficile de se renouveler et surtout d’être original avec un récit qui parle des créatures de la nuit style « vampire and co». L’auteur tente une pirouette : prenant le contre-pied, il essaie de les faire passer pour des espèces menacées, mais franchement ça a du mal à prendre. D’ ailleurs, au Japon, cette série s’est arrêtée après seulement quatre  tomes, ce qui prouve qu'elle n’a pas trouvé succube à son pied.
Ce n’est pas spécialement mauvais mais il manque de l’intensité et surtout de l’émotion à l’ensemble. Primo, les protagonistes ont très peu de charisme à revendre. Axl paraît encore moins sympathique qu’un combattant de Daesh, son acolyte Kawasaki n’arrête pas de jouer au clown et leur chef, Fukumen, reste complètement imperméable sous son masque. Seule la Gargouille arrive un peu à sortir du lot.


Le ton est aussi assez spécial, on alterne le sérieux et la désinvolture quasiment à chaque page. C’est assez déroutant. Un exemple, j’ai toute une armée de tueurs à mes trousses mais c’est la grosse rigolade pour trouver la porte de sortie. On mélange aussi les genres, pour les scènes d’action, on est très proche des comics (Scarcity m’a fait penser plusieurs fois à Gotham) mais le bestiaire et les apparences restent très manga. Bref, je ne vois qu’un public hybride pour être touché par cette série.


En résumé, voilà typiquement le genre d’histoire où l’auteur aurait mieux fait de se focaliser sur un ou deux personnages au lieu de poursuivre plusieurs chimères à la fois, ou partir en vacances. On n’arrête pas de sauter du coq à l’âne ou plutôt de la sirène à la licorne sans autre intérêt que de relancer l’action au détriment du fond.

 

IllegalRare.png


a03-3e788b8.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 


a04-3e788e4.gifGlobal.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

05/01/2016

Yamada Kun & the seven witches - Tome 4

yamada.jpgyamada T7.jpgAuteur: Miki Yoshikawa.
Editeur: Delcourt Manga
Sortie : 2 décembre 2015.
Genre : Shonen.

 

 

 

 


Le résumé.
Ryu Yamada, cancre invétéré, embrasse involontairement la surdouée Urara Shiraishi, ce qui provoque un échange de corps ! Ils en profitent alors pour explorer ce nouveau physique et se donner des coups de main. Mais un tel pouvoir ne saurait rester longtemps secret et les embrouilles ne tardent pas à faire leur apparition au fil de découvertes toujours plus fantastiques.


« Feux d’artifice au programme ! »


Mon avis.
yamada t.jpgChroniquer un tome 4 sans avoir lu les tomes précédents, même si on est en alerte niveau 3, la rédaction de SambaBD n’a peur de rien et relève le défi !
Ne faites pas comme moi et allez tout de suite à la fin du tome qui est pour nous européens le début (vous suivez ?), vous y trouverez un lexique des différents protagonistes, ce qui est très pratique pour mieux comprendre qui est qui et surtout connaitre leur pouvoir.
Je dois avouer que j’ai été un peu dans la semoule en début de lecture surtout avec des personnages qui permutent de corps mais j’ai fini par situer les personnages surtout le grand cancre de service Yamada. L’humour est assez potache et s’amuse souvent de situations assez graveleuses. C’est en somme Charmed qui rencontre American pie ! Les sorcières sont fatalement jeunes et mignonnes et de préférence en maillot, tant qu’à faire !
Le dessin de Miki Yoshikawa, qui a été l’assistante de Mashima ( Rave,Rairy Tale) et auteure de Drôles de racailles, est plaisant à suivre. On sent clairement une bonne dynamique dans sa construction accompagnée de personnages souvent hauts en couleur.
On n’est d’ailleurs pas du tout étonné de savoir que cette série a été adaptée en dessin animé, le ton et l’esprit s’y prêtent clairement.
Au final, une série qui devrait plaire aux ados aussi bien filles que garçons, c’est fun, c’est débridé et un peu frappadingue.

a07-3e78901.gif dessin

a06-3e788fc.gifscénario

a06-3e788fc.gif global.

Samba.

yamada t d.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

04/01/2016

Dragon Ball z - 6ème partie - Le tournoi de l'Au-delà

51CHfPmB0pL__SX314_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_259192.jpgAuteur : Akira Toriyama

Éditeur : Glénat

177 pages

Sortie le 18 novembre 2015

Genre : Arts Martiaux

 

Avis de l'éditeur :

Les faits se déroulent juste après la victoire de Gohan sur Cell et avant l’apparition de Boo. Goku, alors au royaume des morts, va participer à un tournoi d’arts martiaux organisé par le grand Kaio. Ce tournoi réunit les meilleurs combattants décédés des quatre galaxies. Le grand vainqueur aura l’honneur d’être entraîné par Dai Kaio en personne. Goku réussira-t-il cet exploit ? Rien n’est moins sûr, car parmi ses rivaux on compte de très étonnants guerriers.

Mon avis :

L'histoire se déroule juste après le combat contre Cell, qui a vu l'anéantissement de ce dernier par Gohan, devenu à ce stade le guerrier le plus puissant. Goku s'étant sacrifié une fois encore pour sauver le monde, se retrouve dans l'Au-delà, accompagné de maitre Kaio, et de ses deux acolytes. La troupe emprunte le chemin interminable du serpent dans l'intention de rencontrer le vénéré Dai Kaio, à la tête des quatre Kaio cardinaux. Une fois sur place, Goku compte participer à un nouveau tournoi d'arts martiaux, regroupant d'illustres combattants de l'Au-delà, issus des quatre coins de l'univers. Des adversaires d'une autre envergure voient le jour, et un dénommé Pai Ku Han se démarque par sa vitesse et sa puissance d'exécution hors-normes. D'un geste, il défie en l'espace d'un moment, le duo de choc composé par Freezer et Cell. Goku n'a qu'à bien se tenir, car son adversaire tient la distance.

Issu des épisodes TV, cette partie ne provient nullement du manga original mais bel et bien d'une création des studios. Tout amateur de DBZ, connaît forcément d'entrée de jeu le déroulement des événements qui s'y produisent. Ce tournoi comparable aux premiers tournois de Dragon Ball, permet davantage de se reposer sur un humour titanesque, que d'assister à de la baston pure souche. Malgré quelques prises adéquates, et un rythme particulièrement boosté, difficile tout de même de savourer ce passage à parts entières. Déjà par le fait que Freezer et Cell sont réduits à l'effigie de menu fretin, vaincus d'une traite par un nouvel arrivant. Insérer des ennemis de plus en plus costauds est certes un des principes du manga de baston, mais la manière prime également. Or, cette phase prônant un tournoi de l'Au-delà, aurait pu être servi de manière plus exemplaire.

Et que dire de la qualité de l'ouvrage?! Colorisé, certes, en provenance directement de l'animé comic. La qualité du papier manque d'épaisseur... résultat des courses : on se retrouve avec des couleurs grotesques et étalées. Bref, pas le résultat escompté. Rien à faire, une version manga noir et blanc aurait davantage dégagé une aura bénéfique. Dragon Ball Z est certes indispensable, mais l'animé comic ne se classe malheureusement pas parmi ces indispensables !

 a06-3e788fc.gif

Coq de Combat

album-page-large-28143.jpg