27/11/2015

Love in the hell T3

9782344003534-G.jpg20151121140313_t3.jpgAuteur : Reiji Suzumaru

Éditeur : Glénat

160 pages

Sortie : le 18 novembre 2015

Prix  : 6,90 euros.

Genre : Erotic soft

Avis de l'éditeur :

Rintaro Senkawa, damné égocentrique condamné à expier ses péchés dans la souffrance s’il veut quitter l’enfer un jour, sera confronté dans ce volume à la plus terrible épreuve de toutes : son propre passé. Parviendra-t-il enfin à faire face à ses fautes et à accéder à la rédemption ?

 

Mon avis :

3ème et dernier tome qui clôture cette agréable série qu'est Love in the hell. Au travers de cette lecture, vous verrez si oui ou non Rintaro parvient à libérer son âme de cet enfer dans lequel il fût plongé malgré lui... et à quel prix. Car finalement, ce petit monde rempli de diablesses coquines et de démons attachants, libère sur bien des points de nombreux visiteurs, qui n'ont pu se permettre autant de récréation durant leur vivant.

Soyons honnêtes, ce 3ème opus n'atteint pas le degré d'intensité des précédents volumes. La 1ère partie du récit n'apporte guère de nouveauté, et l'humour pourtant orienté au centième degré est loin d'être désopilant. Fort heureusement, la seconde partie du scénario redore légèrement le niveau, grâce à de nouveaux protagonistes ou d'anciens perdus en cours de route. Mais là encore, quelle déception de ne pas gratifier davantage ces personnages. Cette impression que l'auteur voulait trancher net, ou qu'il ait reçu des instructions de clôturer ce scénario. Car, avec un, voir deux tomes supplémentaires, on aurait pu voir venir, découvrir plus en profondeur l'étendue de ce royaume des enfers.

Sa relation avec la démone de son cœur Koyori prend évidemment une tournure radicale, loin de s'apparenter à un contexte érotique, on bascule presque vers une romance classique.

Rintaro en bout de course découvrira la raison de sa venue en enfer, et comment il peut racheter sa mauvaise action. Le final quoi que bien ficelé est légèrement téléphoné, pour ceux et celles avec un minimum de clairvoyance.


a06-3e788fc.gif

Coq de Combat

24-e1416490802469.jpg

25/11/2015

Diamond is unbreakable T3

61kFW44fq1L__SX327_BO1,204,203,200_.jpgdiamond_1-3.jpgAuteur : Hirohiko Araki

Éditeur : Delcourt - collection shônen

224 pages

Sortie : le 21 octobre 2015

Genre : arts martiaux

 

Avis de l'éditeur :

Koichi a finalement survécu en développant son stand. Alors qu' il se rend à l’école en vélo, il percute un sac laissé à l’abandon dans lequel il trouve un chaton ! Sans raison, Koichi se sent étrangement dévasté. Soudain, il découvre qu'un cadenas sorti de nulle part s’est greffé sur son cœur ! Le voici victime du stand « Lock », qui tire sa puissance de la culpabilité ! 

Mon avis :

Doit-on encore présenter l'univers controversé de Jojo's bizarre adventure? En tout évidence, oui! Car, de nombreux adeptes suivent de près l'évolution de cette série qui se classe parmi les plus longues de tous les temps au Japon. Longue en durée et sur le nombre de tomes parus! Kochikame tient actuellement la palme, comprenant 191 tomes, suivi par le tueur à gage Golgo 13 avec ses 173 tomes, Cooking Pa de Ueyama - 128 tomes, vient ensuite le seinen Minami  no tejou comprenant 127 tomes et enfin, le sujet de notre chronique Jojo bizarre adventure 111 tomes, et dont l'étendue de la trame évolue à ce jour en 8 arcs bien distincts. Chacune de ces séries citées sont toujours en cours de parution au Japon.

Au pays du soleil levant, on ne fait pas les choses à moitié, les séries qui fonctionnent ont droit à une avalanche de tomes, en voulez-vous, en voilà! Véritable industrie dans la matière, la série Jojo a vu le jour le 2 mars 1986 dans l'hebdomadaire Weekly Shônen Jump et propose une multitude de produits dérivés à couper le souffle : jeux vidéos - figurines d'une grande rareté - trading cards - affiches à tirage limités, sans oublier les différents animés, reprenant entre autres, la saga Stardust Crusaders avec son héros emblématique Jotaro. Chaque arc affiche un protagoniste central, évoluant à une période historique bien spécifique, autour de la lignée des Joestar, une famille issue de l’Angleterre victorienne. Chaque nouvel héros dispose de techniques et de pouvoirs surnaturels de plus en plus puissants.

Durant ces 111 tomes et presque 30 ans de parution, le style graphique d'Hirohiko Araki a évolué en fonction de la dramaturge et des différentes époques. Fin et précis, son trait peut fort bien subitement devenir plus agressif, à l'encrage plus épais, mettant en évidence un jeu d'ombre et de lumière. Ses protagonistes fougueux et charismatiques se démarquent à part entière : Polnareff, Kakyôin, Dio, Koichi... tous possèdent des Stands à partir de la 3ème série, qui représentent le psyché de chaque combattant. Ils peuvent ainsi contrôler de par leur Stand, un être vivant ou inanimé, un mur, une voiture, voir même un élément de la nature; Cela semble quasi sans limite. Provenant de la force vitale et spirituelle, les Stands sont de plus en plus puissants au fur et à mesure des adversaires des Joestar. A la différence, des séries comme DBZ ou Saint Seiya, dont les combats s'éternisent, la marque de fabrique des duels dans Jojo se déroulent généralement de manière plus expéditive, mais dés qu'un ennemi est vaincu, un autre apparait presque instantanément.

 

 Voici les 8 arcs que comprend actuellement la série Jojo:

- Série 1 : Phantom Blood (5tomes)

- Série 2 : Battle Tendency (7tomes)

- Série 3 : Stardust Crusaders (16tomes)

-Série 4 : Diamond Unbreakable (18tomes)

- Série 5 : Golden Wing (17tomes)

- Série 6 : Stone Ocean (14tomes)

- Série 7 : Steel Ball Run (24tomes)

- Série 8 : Jojolion (8 tomes en cours au Japon)

 Cette 4ème série qu'est Diamond is unbreakable a été initialement publiée en 1992. Son personnage central Koichi affronte pour ce 3ème tome un certain Tamami, dont le Stand révèle le remord à ces victimes. Dans la tradition des albums Jojo, il harmonise de l'humour décalé ainsi que des affrontements entre guerriers, détenteurs de Stands. Un agréable moment de lecture.

Les générations Joestar semblent prouver qu'elles ont encore à ce stade, pourtant avancé de la série, encore plus d'un tour de génie à démontrer.

 

a08-3e78906.gif

 Coq de Combat

diamond is unbreakable,hirohiko araki,delcourt,102012,810,arts martiaux araki

19/11/2015

Bad Boyfriend tome 2/2

bad boyfreind.jpgbadboyfreind.JPGAuteure : Saki Aikawa
Editeur : Soleil Manga
Sortie : 12 novembre 2015.
Genre : Shojo.
Résumé
Lorsqu’une jeune fille sage se retrouve prise dans les rivalités des clans Yakuza, cela peut créer de sacrées surprises et surtout une belle romance !
« Tu es celui que j’aime et qui m’est plus précieux que tout » (et ce n’est pas une citation du seigneur des anneaux)

Mon avis.
Un tome 2 qui enclenche résolument une vitesse supérieure aussi bien pour l’histoire que pour le dessin.
On s’attendait à des complications amoureuses classiques avec de longs questionnements sur leur amour mais non, ici, nos deux tourtereaux s’aiment, c’est une évidence. Pour mettre un peu de piment dans leur vie, on ajoute un petit coup tordu d’une rivale, une dose de came, une fugue avec option « les parents ce sont des cons, ils ne comprennent rien » et pour terminer en beauté, un petit kidnapping.
Le tout saupoudré des réflexions de l’auteure qui ajoutent un petit « plus » bien sympathique .
Une histoire donc plus consistante mais aussi avec un dessin en amélioration. Plus de décor et surtout une construction plus structurée aussi bien dans les cases que dans les dialogues qui contribuent à une meilleure lecture.
Il n’empêche que les grands yeux de l’héroïne sont parfois exagérés .Ca donne parfois l’impression qu’elle a pris une bonne dose de LSD, mais bon ça colle assez bien à son tempérament un peu fofolle.

Bref, bad boyfriend est loin de laisser un mauvais sentiment et les jeunes filles « fleur bleue » devraient apprécier cette série.


a07-3e78901.gifScénario 


a07-3e78901.gifDessin 


a07-3e78901.gifglobal.

Sambette.

hqdefault.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

17/11/2015

Dangerous love V1

dangerous love.jpgdangerous-love-ext-2.jpgAuteure :Kana Nanajima

Editeur :Soleil Manga

Sortie : 12 novembre 2015

Genre :Shôjo.

Le résumé
Nono est une lycéenne à la vie sentimentale bien compliquée. Après avoir connu diverses expériences peu concluantes, elle désespère de rencontrer un garçon avec lequel elle pourra

connaître le grand amour. Heureusement, son ami Kazuma est là, mais le jeune homme est un coureur de jupons…
Parviendront-ils à franchir cet obstacle ? Il faudra alors à nos deux « amis » faire un choix dangereux…

« frivole un jour, frivole toujours »

dangerous love t1.jpg

 

Mon avis.
Publiée en 2013 au Japon dans les pages du magazine Sho-comi de Shôgakukan sous le titre Kiken Mania, cette série terminée en deux volumes verra son premier tome paraître chez nous en novembre. Le second et dernier volume, lui, est prévu pour février 2016.

Le ton de ce shôjo se veut résolument enjoué .L’héroïne enchaine les mésaventures mais elle ne va pas jouer les fontaines à larmes pour si peu .Un de perdu 10 de retrouvés surtout que Nono( pas le petit robot) sait qu’elle plait à la gent masculine . Mais il serait temps , c’est elle qui le pense, de trouver le bon. Le pire , c’est qu’il se trouve juste à coté d’elle mais vous savez , l’amour rend aveugle même les filles frivoles comme Nono.

Le dessin de l’auteure est très agréable à lire. Un trait plutôt fin et expressif , ah les gros plans sur les grands yeux de notre héroïne, un vrai régal .Par contre, le point noir ( vite Biactol) vient du fait que les personnages masculins se ressemblent tous. Ok , ils sont beaux et sentent le sable chaud mais je me suis souvent demandé à qui j’avais affaire !

Dommage car ce Shôjo à un réel potentiel sympathie !

a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 

a06-3e788fc.gifGlobal 

Sambette

img_0.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.