21/10/2015

Love in the hell T2

511DtPeA10L__SY344_BO1,204,203,200_.jpg20151007180316_t2.jpgAuteur  : Suzumaru Reiji

Éditeur : Glénat

192 pages

Sortie le 23 septembre 2015

Genre : Humour érotique

 

 

Avis de l'éditeur :

Rintaro Senkawa, le damné accidentel (de son point de vue, du moins) poursuit ses tribulations en Enfer, condamné à expier ses péchés par des souffrances atroces. Il y découvre de nouveaux aspects de la société infernale (surtout les moins reluisants) dans autant de mésaventures qui l amèneront à faire face à ses responsabilités. Un peu. Peut-être. Enfin, c est un début. Le chemin de la rédemption est encore long...

 

Mon avis :

Suite à un premier tome riche en rebondissements, rempli d'humour et de situations cocasses, on espérait voir rééditer le même panache... Résultat des courses, ceux et celles qui ont été enthousiasmé par Love in the Hell seront dorénavant comblés. Les autres, hélas, il vous faudra aller voir ailleurs, sous d'autres tropiques.

Car avouons le franchement, les ingrédients qui ont suscités de l'intérêt réapparaissent pour ce deuxième tome, et déambulent sur le même fil conducteur.  Comme son nom l'énonce, Love in the hell (l'amour en enfer) présente une foule d'individus, tous aussi attachants les uns que les autres, et lorsqu'on y réfléchit à deux fois, n'est-ce pas presque une bénédiction qu'un malheur de se retrouver en pareil endroit?! Car même si la douleur et la persécution sont de mise, l'attrait pour cet endroit loufoque et excitant pourrait y pousser plus d'un. Sans oublier, toutes ces beautés démones et humaines, démones qui, pour certaines semblent y chercher du plaisir et de l'attention, tandis que les humaines pécheresses, n'ont pas jusqu'ici, annihiler leurs mauvaises intentions à caractère entre autres sexuel.

Les scènes de torture efficacement interprétées demeurent fidèles à elles-mêmes. Sachant que Rintaro ne s'est amendé que d'1 seul % jusqu'à présent, sa tâche reste compliquée afin d'un éventuel revers vers le paradis. Plus on souffre en enfer, plus on récolte de sous, plus on équilibre son processus vers un monde moins exigeant.

L'unique regret, finalement est de constater qu'il ne reste qu'un seul titre à cette série. C'est là, la réelle frustration, Reiji Suzumaru nous punit avec un tel sévisse, quel dommage de ne point prolonger davantage cette comédie satirique.

 
a08-3e78906.gif



Coq de Combat

 

 

24-e1416490802469.jpg

20/10/2015

Wild Love T1

wild love.jpgAuteure: Hiraku Miura.

Editeur : Soleil Manga

Sortie : 14 octobre 2015.

Genre : Shôjo.

 


Le résumé

Yuzuki Madoka est une jeune fille passionnée d’animaux qui a le cœur sur la main. Elle suit des études pour devenir toiletteuse. Un jour, un étudiant nommé ShiroÌ‚ Kuon, emménage dans la même résidence qu’elle. Ce dernier est gentil et toujours en demande d’affection. Petit à  petit, il attire la jeune femme à  lui. Mais il y a un problème : il cache un bestial secret que personne ne doit découvrir...

 

« T’es vraiment facile à cerner toi »

 

Mon avis.

Sambette est de retour pour vous chroniquer une nouvelle expérience, un shôjo érotique réservé à un public féminin averti. 

Mais quelle abnégation cette Sambette !

Allons droit au but, le coté olé olé de ce manga. C’est clairement bien dessiné avec des courbes et des positions affriolantes, par contre le ton reste très fleur bleue (Shiro, je vais bientôt …).

Le reste du scénario joue assurément la carte du fantastique avec la présence de loups garous. Décidément, les jeunes japonaises aiment visiblement les bad boys mais qui se révèlent souvent comme de gentils gaillards …une sorte de fantasme nippon ? L’ensemble fait un peu penser à Twighlight avec l’option «situation  théâtrale » typique du genre shôjo.

Par contre, je me suis souvent perdu dans l' identification des phylactères.

J’ai aussi noté quelques redites au début de chaque chapitre.

Bref, l’héroïne est assez attachante et ses « prédispositions » devraient attirer la lectrice potentielle mais je ne serais pas contre une meilleure fluidité dans les cases et des propos plus assumés.

 

 

 

a04-3e788e4.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 

a05-3e788c9.gifGlobal.

 

Sambette.

wild love 1.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

06/10/2015

Mariage mode d'emploi - tome 2

mariage mode d'emploi T2.jpgmariage mode d'emploi; fujii,manga,shojo,josei,romance,082015Auteur : Mitsuru Fujii

Éditeur : Soleil Manga

192 pages

date de sortie : août 2015

genre : romance, Josei

 

 

 

Haruka, mannequin, Miho, assistante dentaire, Kanuma, entrepreneuse, ont passé la trentaine et ne sont toujours pas mariées. Leurs carrières se précisent, mais elles continuent à se dissiper en amour, entre relations adultères, brouilles, jalousies, réconciliations, parties de jambes en l’air et rencontres régulières entre copines pour causer de tout ça, se donner des conseils ou se disputer.

Ce deuxième tome sur trois est celui d’une série qui est référencée comme un « Sex and the City » à la sauce nipponne où il n’est pas question de sacrifier sa carrière par amour, ni l’inverse.

Un truc pour les Amazones du XXIème siècle.

Alors, je ne sais pas si c’est parce que j’ai passé la quarantaine et que je suis mariée et heureuse en ménage, mais voyez-vous, je n’ai pas du tout été séduite ni par ces héroïnes ni par leurs conquêtes.

En outre, pauvre de moi, je ne regarde pas « Sex and the City », donc je ne peux pas apprécier la transposition de l’Occident à l’Orient.

Pour finir, je ne suis pas fanatique du genre manga, et il a fallu que je prenne sur moi pour arriver à parcourir cette histoire de la fin au début. Peut-être même que je n’ai pas tout compris, voire, que je suis passée à côté d’un chef d’œuvre ? (J’en doute…)

 

a02-3e788b1.gif

 

 

Virgule

 

 

Stray dog - tome 1 -

strya dog,vanrah,glénat,manga,global manga,loup garous,fantastique,510,092015strya dog,vanrah,glénat,manga,global manga,loup garous,fantastique,510,092015Scénario et dessin : VanRah

Éditeur : Glénat manga

320 pages

date de sortie : juillet 2015

genre : fantastique, seinen

 

 

 

 

Résumé

Les Karats... des démons capables de se fondre dans la société. Des créatures si terrifiantes qu'elles ont contraint l'humanité à les asservir pour s'en protéger. Parmi eux, Toru, un Lycan au destin funeste. Pour ce Karat réduit à combattre dans des arènes clandestines jusqu'à la mort, la rencontre avec le docteur Senri Aokideso pourrait bien être le moyen d'échapper à la malédiction qui le ronge. Mais pour cela, encore faudrait-il que la bête en lui accepte...

Entre l'être humain et le démon se tisse alors un lien inattendu qui pourrait bien changer à jamais l'existence de la fille de Senri...

 

strya dog,vanrah,glénat,manga,global manga,loup garous,fantastique,510,092015

 

Autant vous le dire tout de suite, ce type de manga n'est pas du tout ma tasse de thé. Ne suscitant guère plus d’intérêt de la part de mes collègues, je me suis dévoué pour chroniquer ce service presse. Répertorié en Seinen (je l'aurai plutôt mis dans la catégorie Shonen, mais bon ...) ce manga est en réalité un ... Global Manga. Ce qui explique le sens de lecture occidental. Le global manga, c'est du manga qui ne vient pas du pays du soleil levant. Réalisé par des auteurs occidentaux il reprend tous les codes des ouvrages asiatiques, à part – sauf exception – le sens de lecture. Si je ne m'étais renseigné sur l'auteur, j'aurais été bien en peine de vous expliquer tout ceci. En effet le graphisme et le style ont tout du manga japonnais : des visages très anguleux, beaucoup de gros plans et peu de décors. Aussi, est-il difficile de deviner que VanRah, à moins d'être une pointure du manga, est une une artiste Française qui a pas mal publié sur le net, sur des sites américains (inkblazers.deviantart.com) et qui est reconnue pour ses talents d'illustratrice.

 

Je ne suis pas trop friand de ce style de dessin où les mises en page paraissent surchargées et où les dessins se chevauchent trop souvent. Cela complique la lecture et donne une sensation de confusion. Mais il faut avouer que VanRah a un sacré coup de crayon et un talent indéniable. Son trait est finement ciselé, ces monstres sont convaincants et elle arrive à mettre un brin de sensibilité voire de poésie dans une histoire assez sombre.

 

 

strya dog,vanrah,glénat,manga,global manga,loup garous,fantastique,510,092015

 

 

Justement, parlons en de l'histoire. Il s'agit d'une histoire de loups-garous, où, dans un univers semi gothique futuriste, VanRah revisite le mythe de la bête du Gévaudan. Mais elle ne se contente pas de n'exposer que le côté sombre des créatures. Elle met aussi en avant leur part d'humanité et montre le combat qu'ils doivent mener contre leur côté obscur. Les hommes cohabitent avec les monstres et ont cherché à les asservir pour ne pas devenir leurs victimes. Toru est un des ces monstres qui accepte son sort et qui est devenu une sorte de monstre de foire. Il combat dans des arènes clandestines pour distraire les gens. Senri Aokideso est quant à lui le fondateur d'une société dont le but est de faciliter la cohabitation entre les monstres et les hommes. Alors qu'il est appelé par le propriétaire de Toru pour l'aider à le contrôler, des liens se créent entre Toru et Senri.

 

Si les personnages sont plutôt bien construits, l'intrigue n'est pas des plus évidente à comprendre de prime abord. Mais les choses finissent par se mettre en place et l'on saisi le cheminement des personnages. Toujours est il que ce tome se résume essentiellement à une confrontation/négociation entre Toru et Senri et on a quand même le sentiment d'avoir a faire à une mise en place de la série. Introduction très bavarde et qui dure quand même 320 pages ! Même si la tournure que prend l'histoire pique un peu la curiosité, je ne suis pas sûr pour autant de poursuivre l'aventure dans un deuxième tome ...

 

Un manga fantastique à la thématique intéressante mais dont le traitement graphique risque de ne plaire qu'aux lecteurs de mangas avertis.

 

a05-3e788c9.gif

 

 

 

Loubrun

 

La galerie de VanRah : ICI