30/12/2012

LES MONDES DE THORGAL Louve : tome 2 « La main coupée du dieu Tyr »

Scénario : Yann
Thorgal (Les mondes de) - Louve2.jpgThorgal (Les mondes de) - Louve2e.jpgDessin : Roman Surzhenko
Couleurs : Graza
Illustration de couverture : Roman Surzhenko
Dépôt Légal : novembre 2012
Editeur : Le Lombard
Format normal
ISBN : 978-2—8036-3103-2
Planches : 46



Résumé :

Dans le tome 01, Louve est attirée vers un terrier mystérieux par une meute de loups… elle y découvre un paradis où la violence est bannie. Pour sauver son père, Louve laisse Azzalepston lui enlever sa part sauvage.

Dans ce second tome, la part sauvage de Louve doit récupérer la main droite coupée du dieu Tyr, et la rapporter à Azzalepston afin de devenir Louve à part entière. La moitié faible de Louve sera aidée par les dieux afin de participer à la même quête, dans le but de réunir ses deux moitiés et redevenir l’enfant qu’elle était !

Mon avis :

Dans le premier tome, le récit reste collé à l’univers de Louve, l’enfance ; les épreuves restent abordables par une enfant des dieux.

Dans le tome 2, le scénario alterne entre la quête de l’enfant et les débordements des adultes qui l’entourent : tentative de séduction de sa maman, galipettes de Vigrid… les adultes paraissent terriblement  « mortels »  par rapport au courage de Louve. L’histoire délaisse un peu l’univers scandinave, au profit de créatures fantastiques me faisant penser aux bestioles peuplant l’univers de Pelisse dans « la quête de l’oiseau du temps ». Le vocabulaire ne s’appuie plus sur la mythologie des dieux vikings pour nommer les nouveaux personnages : « Lannfeust », forgeron du village,  « evranim » (ou minerva) chouette mascotte de Louve, mage azzalepston… Cela me paraît un peu léger par rapport à la gravité de la situation de Louve. La BD mère n’a jamais pris par-dessous la jambe les différentes aventures de Thorgal et de sa famille, j’ai toujours associé les personnages à la quête de la perfection, de la pureté, défendant le bien contre le mal.
Je reste un peu sceptique quant à ce tome, Aaricia ne me convainc pas en tentant de repousser son séducteur, les créatures me semblent un peu trop monstrueuses pour être honnêtes.
Bref, si l’histoire était restée dans la veine du premier tome, ce spin off aurait pu s’adresser à un public jeunesse,  cela manque un peu de sérieux pour les fans de Thorgal.
Par ailleurs j’aime beaucoup  le dessin qui est très clair, un peu moins expressif que celui de Rosinski, très détaillé, semi réaliste, il est bien adapté à une série jeunesse. Premier album réalisé sans la patte de Grzegorz Rosinski, la couverture n’est pas mal du tout.

 
On en parle ici :

louve.jpg



Ma note :
Scénario : 6/10
Dessin : 8/10
Moyenne : 7/10
Planante

26/12/2012

LES MONDES DE THORGAL Kriss de Valnor : Tome 3 « Digne d’une reine »

Thorgal (Les mondes de) - Kriss de Valnor3.jpgThorgal (Les mondes de) - Kriss de Valnor3s.jpgScénario : Yves Sente
Dessin : Giulio De Vita
Couleurs : Graza
Illustration de couverture : Grzegorz Rosinski
Dépôt légal : novembre 2012
Editeur : Le Lombard
Format normal
ISBN : 978-2-8036-3129-2
Planches : 46



Résumé :

La sentence des Walkyries est irrévocable, Kriss se retrouve donc dans le monde des vivants. Tant qu’elle n’aura pas accompli une action digne d’élever une princesse en reine, elle n’aura plus le droit de prendre la vie d’un quelconque être vivant, au risque de réveiller la pointe de flèche sous son cœur qui le transpercera à jamais.

Dans ce troisième album, Kriss fait la connaissance d’une princesse viking, avec qui elle va traverser plusieurs épreuves, afin de récupérer un « bâton de commandement » symbole du pouvoir des rois du Nord Levant.

Parallèlement, les représentants d’un dieu unique et miséricordieux, par l’intermédiaire de l’empereur Magnus et des peuples du sud, envahissent les pays du nord afin de convertir par la force les adorateurs d’Odin et des dieux d’Asgard. Seul le « roi guérisseur »  essaye d’unifier les rois vikings du nord afin de faire face aux envahisseurs. Il utilise d’étranges pouvoirs, qui lui confèrent respect et reconnaissance de la part de quelques peuplades vikings, désireuses de conserver leur mode de vie et leurs traditions.

Mon avis :

Le scénario de ce troisième opus est assez convaincant, les quelques allusions aux différents albums de Thorgal permettent le lien de ce spin off avec la série, mais la seconde vie de Kriss de Valnor pourrait devenir une série à part entière. Nous arrivons à la charnière de l’ancien monde avec le mode de vie polythéiste des peuplades scandinaves et du nouveau avec  la montée du Christianisme et les massacres perpétrés par Charlemagne.
Le paganisme demeurant encore au 11ème siècle en Suède, Kriss de Valnor et le peuple viking ont encore de beaux albums devant eux.
Le trait de Giulio de Vita est plus pointu que celui de Rosinski, néanmoins, le personnage de Kriss en sort acéré, et fidèle à sa réputation.  Kriss de Valnor digne d’une reine ??  Bien sûr, qui en doutait !!
J’attends le quatrième tome avec impatience, et je vais relire les derniers albums de Thorgal, dont j’ai oublié certains passages….
Scénario : 8/10
Dessin : 8/10
surprises.smileysmiley.com.8.2.gifMoyenne

 

 

les mondes de thorgal,kriss de valnor,digne d'une reine,sente,de vita,112012,le lombard,810

PLANANTE

23/12/2012

"Magasin Général" Tome 8 : Les femmes

magasingeneral08-39e10cb.jpgScénario et dialogue : Régis Loisel et Jean Louis Tripp

Dessin : Régis Loisel et Jean Louis Tripp

Adaptation des dialogues en québécois : Jimmy Beaulieu

Couleurs : François Lapierre

 

Dépôt légal : novembre 2012

Editeur : Casterman

Format : Grand Format

ISBN : 978-2-203-04922-2

Planches : 60

Info édition : avec deux planches décrivant le travail respectif de Loisel et Tripp pour le dessin.

81694308_o-3a8fe39.jpg


 
Résumé :
L’hiver s’est installé dans la paroisse de Notre Dame des Lacs, les hommes sont repartis travailler dans la forêt, laissant le village aux mains des femmes. Mais quelles femmes !!! Depuis le retour de Marie de Montréal, tout est transformé.
A part ces bigottes de madames Gladu, les femmes profitent de leur féminité ; les envies de toilettes pour le réveillon s’affolent, « on va y aller, nous autres, les chercher ces tissus-là à St Siméon ! ».
Les souvenirs d’antan se déroulent, les préparatifs du nouvel an  se fignolent, le charleston se révise…le tout sous un paquet de neige typiquement québécoise !
Le père Réjean a une crise de « foi », Marie est en famille, et les sœurs Gladu pètent un câble ! Quel chambardement.

 

Mon avis :
Un huitième album dans la veine des 7 premiers, la maîtrise du dessin ne faiblit pas, le scénario se déroule doucement à l’image de la vie à Notre Dame. On devine la lumière rose du couchant dans certaines vignettes. L’hiver tout se ralentit, il faut se garder au chaud et ne pas perdre le moral.
Pas de grandes aventures pour les protagonistes, mais quelques coups du sort qui permettent d’imaginer la suite.
Loisel et Tripp ont pris un rythme de croisière. C’est un album plutôt calme et réservé, un peu comme Marie qui a du mal à laisser éclater ses sentiments.
Une valeur sûre dans l’attente des prochains tomes.

 

magasi-1-3a8fe68.png




Ma note :
Scénario : 9/10
Dessins : 9/10
Moyenne : 9/10

Planante

18/12/2012

Yoko Tsuno : tome 26 : "Le Maléfice de l'Améthyste"

yoko 0.jpgYoko Tsuno26.jpgScénario : Roger Leloup
Dessin : Roger Leloup
Couleur : Studio Léonardo
Dépôt Légal : Novembre 2012
Editeur : Dupuis
ISBN : 978-2-8001-4862-5
planches : 46

Résumé : Voici donc le 26 ème opus de l'électronicienne japonaise la plus connue dans le monde de la BD.
Dans ce tome, Yoko, pilote confirmée, se retrouve aux commandes de quelques bijoux de l'aéronautique.
Au départ d'un aéroport russe, Yoko et sa nouvelle amie de 14 ans "Emilia" se rendent en Ecosse auprès de leurs amis : Vic, Pol et Mieke. A leur arrivée, un notaire annonce à Emilia qu'elle hérite du cottage de son arrière grand tante, non loin d'Edimbourg.
Se rendant au cottage dans une "Lotus Elise", les deux amies rencontrent l'arrière grand oncle d'Emilia qui les supplie d'aller sauver la vie de sa fiancée retenue dans les années 30 par une tuberculose encore incurable à cette époque.



La machine lui ayant permis de voyager dans le futur, afin de se procurer les médicaments, risque de ne pas revenir de 1934. les filles sont envoyées à cette époque contre leur gré, mais mettent toute leur détermination à aider et sauver l'arrière grande tante d'Emilia de la tuberculose, maladie qui selon elle, aurait été amplifiée par une mystérieuse améthyste.

Améthyste maléfique, bientôt retrouvée, et destinée à un projet de plus grande ampleur...

Mon avis :
Yoko est à nouveau à son aise dans cette aventure à rebondissements, peut être un peu trop de rebondissements d'ailleurs.
L'histoire est un peu confuse mais une lecture attentive permet d'arriver au bout.
Roger Leloup à plus de 80 ans, reste au top de son art. Le graphisme toujours réaliste n'épargne aucun détail.
Peu de joyaux architecturaux dans ce tome (les différentes images de châteaux, cathédrales et autres places fortes faisant partie de mes vignettes préférées chez Yoko Tsuno) mais des véhicules divers toujours aussi bien exécutés par l'auteur.

yoko 1.jpg



On y trouve  un SU-27 russe, une Bugatti, un DeHavilland DH.89, un Handley-page HP.42 "horatius", un Tiger Moth, un JU.52, un hydravion Short Kent, et le gadget désormais bien connu, un petit appareil dont les ailes se replient qui décolle horizontalement : le Tsar.

yoko 2.jpg





Bref, un album pour les amateurs de modèles d'avions un peu particuliers, et pour les fans de Yoko bien sûr !

yoko 3.jpg


ma note :

scénario : 6,5/10
dessin : 9/10
moyenne : 7,5/10

Planante.

yoko 4.jpg