19/12/2016

Genius Tome 1

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cowGenius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cowScénario : Marc Bernardin & Adam Freeman
Dessin / couleurs : Afua Richardson
Dépôt légal : 08/2016
Éditeur: Delcourt
Pages : 144

 

 

 

Destiny est née et a grandi dans les ghettos pauvres de Los Angeles. Si ce monde de violence la destinait à un sombre futur, elle va devenir l’égérie de ces quartiers déshérités. Car elle est, grace à son intelligence hors norme, le nouveau stratège urbain de son époque. Elle va réaliser l’impossible : fédérer les gangs, repousser les forces de l’ordre et faire sécession avec les États-Unis.

Top Cow est un label de l’éditeur Image Comics, fondé par Marc Silvestri. Les succès notables de Top Cow incluent les séries Witchblade et The Darkness dont Silvestri dessinera les premiers épisodes scénarisés par Garth Ennis. Top Cow a eu l’idée de proposer un concours nommé Pilot Season, lancé dès 2007. Le principe est simple : durant l’année, des one-shots sont proposés, et les lecteurs votent pour celui qu’ils préfèrent. En 2008 Genius fut le lauréat de cette consultation. Cet album de Delcourt reprend donc le pilote, suivi des cinq chapitres constituant la mini-série.

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cow

Imaginée en 2008, cette nouvelle est terriblement contemporaine : les ghettos, la violence des cités, les gangs, la drogue, la misère…. rien n’a changé depuis les premières émeutes. La violence des pages de Genius ne nous surprend même pas. Elle ne dérange même plus. Mais ici, Marc Bernardin & Adam Freeman imaginent l’impossible. Ils inversent le cours des choses. Les dealers et autres chefs de meutes sont « sympathiques » et non plus les flics. En se plaçant délibérément du côté de la misère, le lecteur ressent une empathie pour Destiny. Cette demoiselle abimée par son environnement dégage une puissance et un charisme étonnant.

Le sujet est difficile et il est donc impossible d’éviter les écueils. Mais Marc Bernardin & Adam Freeman ne tombent pas dans le piège du racisme ou des poncifs anti-polices. Par contre les auteurs n’abordent pas le fond des problèmes gangrénant les quartiers défavorisés. Et Genius banalise la violence où les victimes collatérales de ce genre de guerre urbaines.

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cow

Les dessins sont ceux d’un comics. Des splashs occupent l’espace et explosent le gaufrier pour dynamiser l’action. Malheureusement, cela ne fait pas tout. L’absence de décors (c’est le moins que l’on puisse dire) et l’utilisation à outrance de l’informatique appauvrissent la lecture. La colorisation est variable, tantôt agréable tantôt flashie avec des débordements donnant une sensation bizarre. Peut-être pour augmenter la perception de vitesse ?! Le lecteur aura plus la sensation d’être dans un jeu vidéo que dans une BD. Tout cela n’est guère probant.

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cow

Genius est donc un bon scénario sur un sujet plutôt délicat mais avec des dessins décevants. Finalement, Genius est-il une fiction ou un prolongement de la réalité ? La fin de ce premier volume de Genius reste ambiguë…

Scénario a06-3e788fc.gif
Dessin a05-3e788c9.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

23/11/2016

Reconquêtes. Tome 4. La mort d'un roi

Reconquêtes, Tome 4, La mort d'un roi, François Miville-Deschênes,Sylvain Runberg, antic-fantaisyReconquêtes, Tome 4, La mort d'un roi, François Miville-Deschênes,Sylvain Runberg, antic-fantaisyScénario : François Miville-Deschênes & Sylvain Runberg
Dessin / couleurs : François Miville-Deschênes,
Dépot légal : 09/2016
Editeur : Le Lombard
Pages : 46
Genre : antic-fantaisy

 

Acculée, diminuée, trahie, assiégée, la horde des vivants n’est plus que l’ombre d’elle-même. Mais le peuple Scythe n’a pas dit son dernier mot. Sa survie passe non seulement, par une victoire décisive sur les Hittites mais également sur elle-même. Et la petite scribe Thusia est sans soute leur meilleur atout.

N’y allons pas par quatre chemins, François Miville-Deschênes et Sylvain Runberg affichent un final à la hauteur des espérances du lecteur. En dehors des batailles toujours très crues et expressives, le scénario focalise sur un personnage secondaire : Thusia, la scribe témoin. Elle perce parmi l’ensemble des protagonistes et se révèle à double titre : elle est notre clef, notre passeport dans cette série et elle est aussi le va-tout de la horde. Mais laissons au lecteur toute la saveur de la surprise !

Reconquêtes, Tome 4, La mort d'un roi, François Miville-Deschênes,Sylvain Runberg, antic-fantaisy

La mise en scène du peuple Scythe est une vraie bonne idée. A ma connaissance le seul ayant fait une incursion dans ce peuple de nomade est Franz dans sa série « Poupée d’ivoire ». Mais ici les auteurs se veulent plus onirique avec une part d’heroic fantasy majeure. L’introduction de magie, de griffons ou autre figures majeures de la mythologie donne un beau souffle au scénario et aux scènes d’actions. Si les conteurs construisent leur scénario sur une part de vérité historique (les Sarmates, le nomadisme des Scythes…), ils laissent, bien sûr, vagabonder leurs imaginations et donnent, ainsi, une dimension tout à fait épique à « Reconquêtes ». En revanche, comme toute série à base historique, un cahier final sur le véritable peuple Scythe aurait été du meilleur effet à la façon du manga « les citées d’or » !!

Reconquêtes, Tome 4, La mort d'un roi, François Miville-Deschênes,Sylvain Runberg, antic-fantaisy

Les nombreux rebondissements sont magnifiés par le dessin et la mise en aquarelle de François Miville-Deschênes. L’imaginaire collectif entend cette époque sombre et dangereuse. Le dessinateur se veut au rendez-vous et vous gratifie de sang, de torture et de massacre tout à fait réalistes. Il contrebalance cette débauche barbare par une touche sensuelle frisant avec l’érotisme. Le sang et la volupté, l’essence de « reconquêtes », se mêlent pour décrire un monde troublé. Pour son final, le dessinateur donne dans l’envolé avec des pleines voire des doubles pages très impressionnantes. Depuis « Millénaire », François Miville-Deschênes a fait du chemin et fait de « reconquêtes » une vraie œuvre d’art.

Reconquêtes, Tome 4, La mort d'un roi, François Miville-Deschênes,Sylvain Runberg, antic-fantaisy

Encore une fois, et nous le répèterons jamais assez, François Miville-Deschênes, & Sylvain Runberg ont fait de « Reconquête » une réussite car c’est une série finie et cohérente dans le rythme de parution. Cette fresque mésopotamienne a un côté cinématographique type péplum tout à fait original. Les magnifiques dessins et la sensualité des couleurs y sont pour beaucoup. Je verrai bien un coffret pour la fin de l’année 2016, donnant un excellent prétexte de cadeau et de relecture des quatre tomes !

Note globale (incluant la série) a08-3e78906.gif

Tigrevolant

03/11/2016

Les trois Fantômes de Tesla Tome 1. Le mystère Chtokavien

Les trois Fantômes de Tesla, Le mystère Chtokavien, Richard Marazano, Guilhem, Le lombard, AventureLes trois Fantômes de Tesla, Le mystère Chtokavien, Richard Marazano, Guilhem, Le lombard, AventureScénario / Couleurs: Richard Marazano
Dessin : Guilhem
Dépôt légal : 08/2016

Editeur : Le Lombard
Pages : 46
Genre : Aventure

 

Eté 1942, le monde se déchire dans un conflit mondial. A New York, le FBI est à la recherche de Nicolas Tesla détenteur des  secrets du défunt Thomas Edison dont les découvertes sont la clef de la victoire. Au même moment, le jeune Travis, emménage dans un appartement à Manhattan avec sa mère. Sur le même palier vit le " le vieux fou", ainsi dénommé par les gamins du quartier pour son coté excentrique. Travis dois lui remettre un courrier écrit dans un langage inconnu.  Il ne le sait pas mais le destin réserve à Travis un futur hors du commun…..

« Pour leurs 70 ans, les éditions du Lombard renouent avec la grande aventure et la science-fiction, dans le plus pur esprit du journal de Tintin »

A l’occasion de cet évènement, les éditions du Lombard, sortent les petits plats dans les grands. Ils ont particulièrement soigné l’emballage, à commencer par la couverture. Elle est très attrayante et très belle. Le dessin, les couleurs et même la maquette de celle-ci attirent le lecteur potentiel. Ce très beau packaging donne le ton et sonne le clairon de l’aventure avec une envolée de robots célestes, non sans rappeler les fusées de l’infâme Bassam Dandu dans le Secret de l’espadon (premier hommage).

Les trois Fantômes de Tesla, Le mystère Chtokavien, Richard Marazano, Guilhem, Le lombard, Aventure

Autre point sympathique, en deuxième couverture, les auteurs ont eu la bonne idée d’intégrer des articles « d’époque » permettant de poser le décor. Quant au scénario, Richard Marazano emboite habilement plusieurs histoires. Il y a Travis avec son message Chtokavien (dialecte serbo-croate – on se cultive sur SambaBD -) et son livre de chevet, la machine à explorer le temps d’HG Wells (deuxième hommage), mais aussi l’énigme des lumières dans les eaux de l’Hudson. R Marazano cisèle ainsi son scénario. Il débute avec une scène de course poursuite, à base de robots, tout à fait dans l’esprit steampunk ouvrant le bal des interrogations. Enfin, il finit l'album avec une scène aux antipodes de New York, nous laissant encore plus sur notre faim. Même s’il introduit un bon nombre de personnages, il sait en tirer parti, répondre à des questions et nous mène tout droit là où il veut nous voir : le tome 2 et sans doute le tome 3 !

Les trois Fantômes de Tesla, Le mystère Chtokavien, Richard Marazano, Guilhem, Le lombard, Aventure

Le dessin de Guilhem est … surprenant. Son trait a franchement évolué depuis la série Zarla. Ou peut-être a-t-il plusieurs cordes à son arc ? En tout état de cause, son dessin est particulièrement soigné. Son trait est souple et précis. Ses cadrages sont efficaces et l’on prend un réel plaisir à lire son travail. La palette de couleurs, plutôt sombre, fait la part belle aux clairs-obscurs dans un univers rétro-futuriste. La colorisation est réalisée par R Marazano, lui aussi multicartes.

Les trois Fantômes de Tesla, Le mystère Chtokavien, Richard Marazano, Guilhem, Le lombard, Aventure

Marazano et Guilhem réalisent un bien bel album. Outre la magnifique maquette pour faire rêver le lecteur, les auteurs ont convoqué plusieurs maîtres de l’imaginaire : de E P Jacobs à Jules Verne sans oublier les grands savants de l’époque, Edison et bien sûr Nicolas Tesla ! Cette synthèse fonctionne joliment et entraine son lecteur dans les limbes de l’imaginaire. Malgré un nombre important de protagonistes et de ficelles narratives, le lecteur ne perd pas le fil. Et c’est là le vrai talent du conteur !

Total a07-3e78901.gif

Tigrevolant

27/10/2016

Questionnements sur l'amour moderne - www.chopadonf.com

Questionnements sur l'amour moderne, www.chopadonf.com, Ep Media, Ptiluc, Satyre socialeQuestionnements sur l'amour moderne, www.chopadonf.com, Ep Media, Ptiluc, Satyre socialeScénario / Dessin / couleurs : Ptiluc
Dépot légal : 06/2016
Editeur : EP Media
Planches : 120
Genre : Satyre sociale

« Les réseaux sociaux, Internet, l’ultra connectivité ont aussi transformé nos vies sentimentales ». Ni une ni deux, Ptiluc s’invite dans le débat et se penche sur les nouvelles pratiques amoureuses.

Ptiluc est connu pour sa production d’œuvres mi- sérieuses, mi- comiques. Il affectionne les thèmes sociologiques, anthropologiques voire philosophiques avec une bonne dose d’ironie. Sa vision libertaire sonne juste et atteint ses cibles. Je vous renvoie pour cela à l’excellente série « Rat’s » ou « La Geste de Gilles de Chin ». Mais pour atteindre le Graal, il vous faudra de la patience, de la persévérance. Ptiluc laisse beaucoup de place aux dialogues et à la réflexion. Les textes nombreux et introspectifs nécessitent une vraie attention. Atteindre Ptiluc, cela se mérite.

Questionnements sur l'amour moderne, www.chopadonf.com, Ep Media, Ptiluc, Satyre sociale

Les nouvelles pratiques amoureuses sont évidemment un sujet pour cet auteur. Il analyse cette « nouvelle économie de la rencontre amoureuse et libidinale ». En effet, « Le Net remplace le bal du village et les techniques marketing installent un univers marchand autour du sentiment amoureux ».
Tout y passe, les statistiques, les différents modes de rencontres, le matching, l’introspection du mental de l’homme et de la femme (forcement différent mais qui finalement se rejoint) devant un écran, le bestial comme le romantique, les motivations des connexions, les attentes, les pseudos très révélateurs des personnalités, la loi du marché….. Il décline les modes de gestion du processus d’approche : le plan baise, le prince et la princesse ou encore ceux qui papillonnent.

questionnements sur l'amour moderne,www.chopadonf.com,ep media,ptiluc,satyre sociale


Bref, une véritable thèse illustrée sur le sujet. Et ….c’est là que le bât blesse. C’est trop ! Cela en devient indigeste. Avec Ptiluc, il y a un mode d’emploi : ne pas lire tout d’un coup mais bien chapitre par chapitre avec des pauses. Sinon, le découragement vous guette !
Rassurez-vous, c’est drôle et bien vu. Et vous (vous ?) reconnaitrez un proche ayant déjà tâté du Tinder® ou du Meetic®.

 

questionnements sur l'amour moderne,www.chopadonf.com,ep media,ptiluc,satyre sociale

Les dessins de Ptiluc sont là pour agrémenter les réflexions de son créateur. Sans cases ni bordures, les personnages sont au centre du débat. Tout en rondeur, les représentations masculines ou féminines sont réalistes avec une touche caricaturale exprimant bien le désarroi devant cette mondialisation de l’amour. Du Ptiluc pur jus !

« Tu crois que la fin de l’amour, c’est comme la fin de l’éthique ; c’est proportionnel à la montée du cynisme marchand ? »

Les écrans deviennent omniprésents dans notre vie. Tout en côtoyant les modes de rencontre classique, ils changent résolument la donne. Saurons-nous dompter ces nouveaux modes de rencontre ? Ptiluc donnent des éléments de réponse avec son sens de l’humour qui lui est propre.

Scénario a05-3e788c9.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant