04/11/2013

JOHN TIFFANY 1 . Le secret du bonheur

john-tiffany-bd-volume-1-simple-48994.jpgJF.jpgScénario : Desberg, Stephen
Dessin : Panosian, Dan
Couleurs : Panosian, Dan
DL : 09/2013
Editeur : Le Lombard
Collection : Troisième Vague
Planches : 54

 

John Tiffany est chasseur de prime. Même s’il est sans illusion sur le monde qui l’entoure (« c’est un métier de con »), son expérience est sans pareille : c’est le meilleur ! Comme tout bon chasseur, John a un cercle d’« amis » réduit. Question de survie ! Mais ce soir à Mexico City, sa tête a été mise à prix. Qui est le traître ? Le pasteur Lovejoy et ces citations rédemptrices ? Wan Chao le geek romantique ? Dorothy, son équipière républicaine jusqu’à la caricature ? Ou Magdalena, la « call-girl de sa vie » ?

johntiffany3.jpg

BD-Blonde-Tiffany-01.jpgEt revoilà Stephen Desberg avec un tout nouveau projet. Amateur d’histoires Américaines (Sherman, IR$, Tosca, Black Op ….), il nous revient avec un héros « atypique » sauce ricaine. Les codes du polar sont mis à mal dans ce scénario. Le héros s’en trouve décalé. Il est beau, il est riche, il est romantique, il est courageux et en plus il a le sens de l’humour. Ah oui, il est divorcé aussi. Avec son petit sourire en coin, son costume impeccable et des demoiselles aux appâts irréprochables qui virevoltent autour de lui, il nous fait penser à un James Bond des bas quartiers. Agrémenté de vannes humoristiques et de réparties bien saignantes cette BD a très clairement tiré ses origines dans les séries noires et le cinéma Tarantinesque ou des frères Cohen. Le côté décalé donne parfois des situations cocasses : un tueur et sa call-girl au conseil de classe de son fils ! Coté intrigue, tout tient évidemment sur l’identité du traitre. Charge au lecteur de trouver les indices afin de l’identifier. Mais cela en fait-il un scénario ? Il manque une étincelle pour embraser le lecteur. Par ailleurs, le petit côté romantique est contrebalancé par une impression tenace de misogynie et cela dès la couverture : une blonde sculpturale en second plan adossée à une voiture sport sous l’œil narquois (dominateur ?) du héros au premier plan. C’est un coup à se faire taxer de BD pour mâles en mal de testostérone par les féministes !

 

Les dessins ont été confiés à Dan Panosian, pour qui il s’agit de la première BD européenne, après avoir travaillé dans les comics américains (First Wave, X-men les origines…), les jeux vidéo (Duke Nukem) ou encore les films d’animation (Kung Fu Panda). Et effectivement le côté comics se retrouve dans les traits, les couleurs et la mise en image. Le tout est mené tambours battants. Les couleurs sont vives et les traits droits avec des encrages via l’informatique. Cela trouble parfois la lecture. Mais le tout se révèle terriblement efficace. Il permet de donner une impression de mouvement perpétuel.

PANOSIAN1.jpg

 Un aperçu du talent de Dan Panossian


BD-Portrait-John-Tiffany.jpgPrévu chaque fois en diptyque, cette série aura un rythme de parution « idéal » bis annuel. Le tome 2 est prévu pour Mai 2014. L’ensemble de la série comportera six albums. Parallèlement, la série sortira aussi sur le marché US et sera publiée chez Dark Horse, dans un format proche du comics. S’il elle se lit très bien, d’une traite, ce sera pour beaucoup un allé simple. En effet, le versant héros cool ne suffit pas à faire de cette nouvelle série un lot à part. Desberg est capable du pire (Sherman) comme du meilleur (IR$). Ici, il s’initie au genre anti-héros. Le résultat est mi-figue mi-raisin. Une transformation est demandée au deuxième tome. Enfin, la bonne idée est la venue d’un dessinateur bourré de talent, Dan Panosian dans la Franco-Belge. Bienvenue !

Note : 6.5 / 10

Tigrevolant

 

07/10/2013

Bob Marone. Le dinosaure blanc

bob marone,conrad,yann,lucie,aventuresbob marone,conrad,yann,lucie,aventuresTome 1 (integrale)
Scénario
Yann
Dessins
Conrad Didier
Éditeur Dargaud Benelux
Collection
Hors Collection Dargaud
Série
Bob Marone
Nbre pages 112

 

Frank Veeres, l’ami de toujours, a disparu ? Le commandant Bob Marone ira le chercher quitte à remonter le temps jusqu’au Crétacé. L’amitié est une valeur que l’on ne transgresse pas chez les Marone, môônsieur. Nanti de son fidèle Bill Gallantine et de son courage légendaire, le commandant devra affronter des démons bien plus terribles que le dinosaure blanc de l’ère secondaire.

 

bob marone,conrad,yann,lucie,aventures

 

Bob Marone est une série de bandes dessinées créées par Yann (scénario) et Conrad (dessin) dans Le Journal de Spirou dans les années 1980. Ce pastiche des aventures de Bob Morane a ensuite été publié dans Circus, et les albums édités par Glénat. Les éditions Dargaud rééditent une intégrale des deux premiers tomes sous un format « old fashion » luxe très agréable avec des bonus hilarants. Ce choix de format renforce l’hommage à l’immense œuvre de Vernes.

bob marone,conrad,yann,lucie,aventures

 

Bob Marone est bien sur la version parodique de l’immense œuvre d’Henri Vernes (210 romans et les quelques 60 BD, d’après Vernes lui-même). Cette version est tout de même très très irrévérencieuse. Jugez plutôt ! Bob et Bill sont des héros stéréotypés. Tous les poncifs du héros sont bien là : courage, amitié virile, domination, caractère trempé …. Bob Morane (le vrai) n’y trouverait rien à redire. Mais Yann et Conrad poussent la farce plus loin. Ils donnent à Bob une orientation homosexuelle. Le choc ! Toutes les valeurs défendues par le héros viril mises à mal par les facéties de Yann et Conrad. Cela a de quoi dérouter. Mais, ne vous y trompez pas, cette vision du héros des temps modernes est évidemment un hommage appuyé à l’œuvre de Vernes.

Yann (dans Auracan) : "Créer des héros homosexuels, ça me faisait rire. Ca n'existait pas en bande dessinée. Cela permettait aussi de donner naissance à quelque chose d'émotionnel, une espèce d'histoire d'amour. Astérix et Obélix sont en fait aussi deux homos, mais on ne le dit pas. Je regrette que cette série se soit arrêtée. (Je parle de Bob Marone évidemment... quoique en y réfléchissant...)

bob marone,conrad,yann,lucie,aventuresLes auteurs de la célèbre série « les Innommables » créent ainsi une œuvre convaincante. Le lecteur vibre avec le héros et s’esclaffe des traits d’humour appuyés. L’opposition entre la sensibilité homosexuelle de Bob et les traits de caractère caricaturaux propres à un « héros » renforcent le côté comédie. Ils en profitent pour solder leurs comptes avec la religion catholique, les valeurs de la bonne société bourgeoise, les préjugés des « culs-terreux »…

 

Les dessins de Conrad sont de la franco-belge pure souche avec des influences marquées de Franquin. Vous noterez le parallèle entre l’univers du village de Champignac et la « Maronière » fief de la famille Marone. Le dessin est touffu, les traits anguleux, sans gros plans avec un découpage on ne peu plus classique. Un changement très net de trait (moins fin) se fait sentir en fin d’album. Un coup de mou ?

 

Vous avez aimé Bob Morane ? Vous adorerez Bob Marone ! Ce côté fantaisiste dans la franco-belge a dû en 1984 donner un sérieux coup de pied dans les stéréotypes du genre. Évidemment, en 2013 cela ne donne pas forcement le même effet. Mais le lecteur du 21éme siècle y trouvera un vrai plaisir et écarquillera les yeux devant tant d’audace !

Note 7,5 / 10

Tigrevolant

Écrit par Tigrevolant dans Le retour des tigrevolants. | Commentaires (2) | Tags : bob marone, conrad, yann, lucie, aventures |  Facebook | |

24/09/2013

ABADDON

Abaddon, Shadmi Koren, ici meme, enfermement, perte de repere, boucle temporelleAbaddon Tome 1
Scénario : Shadmi, Koren
Dessin : Shadmi, Koren
Couleurs : Shadmi, Koren
Dépôt légal : 04/2013
Editeur : Ici Même Editions
Planches : 124

Un jeune homme, Ter de son prénom, cherche une chambre à louer et visite un appartement déjà habité par quatre colocataires. Mais, une fois entré dans ce lieu, il se retrouve dans l’incapacité d’en sortir : les fenêtres débouchent sur des murs, et la porte d’entrée – sans serrure – est comme scellée, infranchissable. Ter est piégé. Comment sortir quand toute tentative de fuite tourne en boucle, reviens au point de départ avec la complicité des autres ?

 

Le nom Abaddon provient du mot hébreu אבדון, signifiant « destruction » ou « abîme ». Le nom grec correspondant est Apollyon (le destructeur). Ce nom est utilisé comme nom propre pour désigner l'ange exterminateur de l'abîme dans l'Apocalypse de saint Jean : « À leur tête, comme roi, elles ont l'Ange de l'Abîme ; il s'appelle en hébreu "Abaddôn", et en grec "Appolyôn". »

 

abaddon,shadmi koren,ici meme,enfermement,perte de repere,boucle temporelle

 

 

A la base Abaddon est une BD créée pour le web et publiée pour la première fois en France (mais pas aux States !?). Premiers abord, la couverture : avec un format à l’italienne, elle est splendide, sobre. Un mur percé de fenêtres identiques. Elle donne le ton avec une sensation paradoxale de chaud et froid, d’anonymisation de l’individu. L’ouverture (fermeture) de la porte sur le héros est le préambule (mais aussi le fil directeur) de l’histoire. Koren Shadmi, illustrateur new-yorkais d'origine israélienne, ne donne aucune piste, pas d’indice au lecteur pour comprendre la situation. Il plonge son héros dans une ambiance kafkaïenne des plus glauques et par la même, toi lecteur, dans un abime de questions.

Ainsi, si les colocataires sont tous aussi barrés les uns que les autres, Ter n’est pas en reste car hanté par des souvenirs violents. C’est surtout leur acceptation de l’enfermement qui dérange. Personne ne cherche à fuir. L’appartement est un huis-clos « normal » sans repère (pas d’horloge, lumières allumées perpétuellement, les sculptures fondantes…). Les seules limites sont celles de l’appartement et celle des tentatives d’évasions de Ter qui tournent …en boucle !

Abaddon, Shadmi Koren, ici meme, enfermement, perte de repere, boucle temporelle

 

Cette intemporalité est frappante. L’oppression est renforcée par les notes désabusées de Ter jalonnant (tiens un repère !) la lecture : Exemple Note 1 : « J’ai décidé de commencer un journal. C’est le seul moyen de pouvoir à peu près mesurer le temps qui passe, vu qu’il n’y a pas d’horloges dans l’appartement, et aucun moyen de distinguer le jour de la nuit. »
Le délitement du réel et de l’espace est (encore) accentué par l’aspect « vivant » de l’appartement. Une matière visqueuse s’échappe des murs ou  des bruits terrifiants envahissent les pièces !

Les dessins sont blêmes à la limite du crayonné avec une association de couleur chaude (rouge) et de couleur froide (vert). C’est une vrai bonne idée : ce vert fantomatique renforce l’aspect irréel et le côté impalpable de l’histoire et le rouge (la vie ?) donne une sensation d’espoir dans cet univers dément.

 

Abaddon, Shadmi Koren, ici meme, enfermement, perte de repere, boucle temporellePour tout dire, Karen Shadmi « entretient la tension de ce perturbant thriller immobile, par la seule accumulation des questions non résolues ». Cette BD atypique est une performance graphique et scénaristique. L’absence de temps nous poursuit jusqu’à la…non fin ….avec un tome 2 prévu pour fin 2013 en format papier mais présent ici : http://abaddoncomic.com/
Un must-have pour les uns mais très loin des canons de la franco-belge ou des comics pour les autres!

Note : 9/10

Tigrevolant

20/09/2013

De plume et de fer nature

de plume s et de fer nature,remy michelin,zephyr,photographie,animal,aviationde plume s et de fer nature,remy michelin,zephyr,photographie,animal,aviationRémy Michelin
132 pages
Editions Zephyr

Un des rêves les plus fous de l'humanité était la conquête des airs. Avec envie et les yeux pleins d'espoir, nous nous sommes tournés naturellement vers les modèles de notre environnement. Icare, les pionniers de l'aviation (Clément Ader, Otto Lilienthal....) ne s'y sont pas trompés : c'est bien par le mimétisme que viendra la solution.

 

de plume s et de fer nature,remy michelin,zephyr,photographie,animal,aviation

 

Rémy Michelin se propose d’explorer par la photographie l’analogie du monde animal et le monde de l’aviation. Pas de texte, seulement une juxtaposition du monde de fer à droite et du monde animal à gauche. Pleine page, plein les yeux ! R Michelin n’explore pas seulement le monde animal aérien. Il s’attache à toute forme de mimétisme. Et cela il le démontre très bien avec un volet sous marin tout en glisse.

 

de plume s et de fer nature,remy michelin,zephyr,photographie,animal,aviation

 

En regardant ce magnifique recueil d'image, nous sommes frappés par les connexions entre ces deux univers. A la lecture de cet hommage à la beauté animale, la confrontation avec l'évidence vous frappera de plein fouet.

Enjoy !

 

de plume s et de fer nature,remy michelin,zephyr,photographie,animal,aviation

 

Mimétisme : Aptitudes de certains animaux ou de certaines plantes à prendre l'aspect d'éléments de leur milieu.

 

de plume s et de fer nature,remy michelin,zephyr,photographie,animal,aviation

 

Tigrevolant