26/08/2013

L’ANNÉE DU LIEVRE

année du livre,au revoir phnom penh,tian,gallimard,bayou,guerre,khmers rougeannée du livre,au revoir phnom penh,tian,gallimard,bayou,guerre,khmers rouge

TOME 1 AU REVOIR PHNOM PENH 

TOME 2 NE VOUS INQUIETEZ PAS



Scénario, couleurs, dessin : Tian
Dépôt légal : 04/2011 (T1) et 06/2013 (T2)
Editeur : Gallimard
Collection : Bayou
Planches : 118

En Avril 1975, les troupes Khmers Rouges prennent Phnom Penh. Sous prétexte d’un risque de bombardement Américain, tous les habitants des villes sont évacués « de façon provisoire », chassés de leurs maisons et jetés sur les routes. Un monde s’écroule. Khim, jeune médecin, doute « du bonheur, de l’égalité, de la justice, de la démocratie sans riche, ni pauvre, sans classe exploitante » annoncé. Entre les nouveaux dictats de vie communiste et la peur omniprésente, il va falloir survivre dans ce nouveau monde…

Selon Wikipédia, « les Khmers rouges ont pris le pouvoir au terme de plusieurs années de guerre civile, établissant le régime politique connu sous le nom de Kampuchéa démocratique. Entre 1975 et 1979, période durant laquelle ils dirigèrent le Cambodge, leur organisation a mis en place une dictature d'une extrême violence chargée, dans un cadre autarcique, de créer une société communiste sans classes, purgée de l'influence capitaliste et coloniale occidentale ainsi que de la religion. »

 

année du livre,au revoir phnom penh,tian,gallimard,bayou,guerre,khmers rouge

L’auteur raconte le vécu de ses parents et ses grands-parents avec une grande simplicité. Il décompose la tragédie cambodgienne. Non pas du côté des grands faits historiques mais bien du côté du quotidien des gens ordinaires. L’histoire fourmille de détails sur les faits et gestes pour survivre. Car tout manque et la débrouille et l’entraide sont les maitres mots. Par-dessus tout la peur plane sur tout à chacun. Le système vire paranoïaque et chacun se méfie de son prochain. L’endoctrinement des enfants fait partie du programme de « rééducation », les couples sont séparés, les intellectuels pourchassés et abattu comme des chiens. La tension est palpable dans chaque case. 

année du livre,au revoir phnom penh,tian,gallimard,bayou,guerre,khmers rouge

On lira avec beaucoup de plaisir la préface de Rithy Panh, cinéaste connu pour le film documentaire S21. Il donne le ton de la bande dessinée sur la machine de mort khmère rouge. Il parle de « succession de petits miracles » qui ont permis de fuir, de survivre, de recevoir l'hospitalité malgré le danger. C’est ce que se propose de raconter Tian.

 

année du livre,au revoir phnom penh,tian,gallimard,bayou,guerre,khmers rouge


Sur un sujet aussi grave, le lecteur s’attend à un trait dur et des couleurs agressives. Mais Tian opte pour un trait naïf et un style semi réaliste. Il utilise des couleurs pastel délavées contrastant sans doute volontairement avec la dureté du thème abordé. La lecture ne s’en trouve que facilitée, même s’il est parfois difficile de faire le distinguo entre les différents personnages.

Ces deux premiers tomes d'une trilogie plongent le lecteur dans le drame de 1975 où 1,7 millions de personnes (20% de la population) vont mourir au nom d’une idéologie totalement irréaliste. La folie des hommes n’a pas fini de nous attrister ! L’année du lièvre poursuit avec efficacité son travail pédagogique de mémoire.


Note : 8.5 / 10

Tigrevolant


Quelques références :

-        Le génocide au Cambodge (1975-1979). Race, idéologie et pouvoir [1998], trad. de l'anglais par Marie-France de Paloméra, 736 pages, Collection NRF Essais, Gallimard de Ben Kiernan
-        http://lanneedulievre.blogspot.fr/
-        Film « la déchirure » de Roland Joffé inspiré de la véritable histoire de Sydney Schanberg (Prix Pulitzer en 1976)
-        Film « apocalypse now » de Francis Ford Coppola, adaptation libre du roman de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres (Heart of Darkness).

19/08/2013

AIR FORCES VIETNAM

wallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historiquewallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historiquewallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historiqueTome 1 : Opération Desoto
Tome 2 : Sarabande au tonkin

Scénario : Wallace, JG
Dessin / couleurs : Cash, J.L. 
Dépôt légal : 02/2011 et 2012
Editeur : Zéphyr Éditions
Planches : 46

 

Le 25 novembre 1963, le président John Fitzgerald Kennedy est assassiné à Dallas. Son successeur, le vice-président Lyndon Johnson choisit deux jours plus tard de soutenir SAIGON avec le mémorandum 273 qui officialise le déploiement des forces américaines au Vietnam.

JimmyBooster, fils du « Bobby la poisse », fini son apprentissage de pilote de l’aéronavale. Affecté sur le porte-avions « Constellation », il va connaitre, avec son équipier Isaac Brown, ses premières armes dans le golfe du Tonkin.  Il faudra composer avec la dangerosité des missions au-dessus du territoire Nord Vietnamien mais aussi avec toute l’animosité de ses équipiers d’escadrille. Le danger n’est pas forcement là où on l’attend ….

 

wallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historique

Zéphyr est une maison d'édition fondée par le photographe aéronautique Alexandre Paringaux en 1998. Cette maison d'édition est spécialisée dans la publication de bandes dessinées traitant majoritairement de l'aéronautique (histoire de l'aviation, Première et Seconde Guerre mondiale, aviation militaire moderne française et étrangère etc.). L’aviation ayant joué un grand rôle dans le conflit vietnamien, il est logique de lui consacrer une série en trois tomes.

 

wallace,cash,lepelletier,aviation,navy,air forces vietnam,guerre,historique

Vous l’avez compris, ici les avions tiennent le premier rôle. Et pour le moins, toi, lecteur averti de l’aviation, toi le féru de maquettes aériennes, ou toi le technicien de l’aéronavale moderne tu vas en avoir pour tes 14 € (environ). Là, virevoltent, sous la plume aérienne de « Cash » (pseudo de Julien Lepelletier) les Crusaders, les Phantoms, les Skyhawks et autres Skyraiders. Les avions sont splendides. C’est un régal. Cash connait indéniablement son sujet. Non seulement il maitrise les détails des aéronefs mais également leurs évolutions : les techniciens apprécieront aussi l’évolution du FH au F-4 phantom par exemple. Il donne à cette série ses lettres de noblesses. Il y ajoute un découpage dynamique et des évolutions aériennes de même facture donnant une lecture limpide. En revanche, J Lepelletier est nettement moins à l’aise avec les personnages, assez peu expressifs et avec des erreurs de proportions. « Mais cela est un petit défaut courant chez les illustrateurs » (dit-on dans les milieux avertis du dessin de l’aviation !)

 

Nous n’aurons hélas pas autant de compliments pour le scénariste. Dans Air Forces Vietnam, le héros est droit, fort, professionnel et loyal; bref, parfait même s’il doit vivre avec son héritage paternel … (sic !). Son négatif est veule, arrogant, raciste …. C’est d’un manichéisme affligeant. Ce scénario à l’américaine mille fois interprété et totalement éculé n’est pas pour pimenter le récit. Le manque de profondeur des personnages reste une grosse faiblesse du récit. Heureusement le fil historique est là pour tenir l’ensemble de la narration.

 

Chez Zéphyr, et c’est sans doute une marque de fabrique, il existe une version de l’album avec un livret documentaire de 80 pages sur le sujet (ici l’engagement de la navy au Vietnam).

Chez Zéphyr on aime l’histoire et les combats qui la font. Chez Zéphyr, on soigne ses dessins et les notes historiques augmentant ainsi l’intensité du récit. Tout cela est bien présent dans « air force Vietnam » mais il faudra impérativement améliorer la qualité du scénario sous peine de lassitude.

Note : 6/10

Tigrevolant

12/08/2013

CARTON BLEME

 

carton bleme,beuzelin,oppel,siniac,casterman,anticipation,polar,noir,rivage noircarton bleme,beuzelin,oppel,siniac,casterman,anticipation,polar,noir,rivage noirScénario : Oppel, Jean-Hugues 
Dessin : Beuzelin, Boris
Couleurs : Beuzelin, Boris
D’après : Siniac, Pierre
DL : 06/2013
Editeur : Casterman
Collection : Rivages/Casterman/Noir
Planches : 88

Bienvenue dans un pays surpeuplé, violent et pollué ! Dans un monde futuriste, hélas pas trop loin, la valeur d’un être humain se mesure à l’aune de son état de santé : un score supérieur à 22% équivaut à un « carton bleu » sésame pour pouvoir bénéficier de la protection de la police et donc, de droits; les autres se verront attribuer un « carton blême » devenant de fait des sous-hommes même pas dignes d’un regard des forces de sécurité ! L’inspecteur Héclans se débat entre humanité et devoir pour résoudre une série de meurtres perpétrés sur des « cartons blêmes » par un serial killer. Perdu au plus noir de la cité, l’enquête le mènera au plus haut des sommets du pouvoir …. !

 Issue du mariage entre la littérature noire, le polar et la bande dessinée, l’aventure de la collection Rivages/Casterman/Noir commence en 2008, lorsque Payot/Rivages et Casterman créent une nouvelle collection hybride. Bien connue des lecteurs de BD et d’amateurs du genre, elle nous gratifie d’une mise en images de noms prestigieux de la littérature par des non moins talentueux dessinateurs de la BD.

Le scénario de cette parution est signé de Pierre Siniac. Le prolifique auteur français, de son vrai nom Pierre Mitsos Zakariadis est un nom connu dans les univers suintants des bas fond (Femmes blafardes, Luj Inferman…). Il est également au scénario de l’adaptation cinématographique navrante des morfalous. 

 carton bleme,beuzelin,oppel,siniac,casterman,anticipation,polar,noir,rivage noir

« Carton blême » est une dystopie (contre utopie !). Tout est fait pour vous mettre mal à l’aise. Du dessin au résumé, de l’historique du scénariste aux dessinateurs. Commençons, une fois n’est pas coutume, par les dessins ! La première chose qui frappe c’est le suintant, le blême, le livide des couleurs. Cela explose à la figure à chaque case ! Une impression de « monde de merde ». Et malheureusement la suite va donner raison à toute la virtuosité du dessinateur. Jean-Hugues donne une dimension bien poisseuse du scénario de pierre Siniac. Il n’économise ni le sordide, ni les rebondissements. Ecrit en 1985, cette peinture futuriste morbide devient crédible dans notre futur proche (sic !). On est sans voix, mais en même temps pas vraiment surpris, devant le cynisme de la société imaginée par Siniac. La non-assistance à personne en danger, précepte déjà bafoué dans les Etats-Unis des années 1990 (sous peine de procès), se voit légitimer par le pouvoir démocratique. Un vrai suicide collectif !

Finalement, l’enquête de police n’est qu’un faire-valoir pour dénoncer les dérives de la société Française à 2 vitesses. Et l’implication des politiques véreux dans le trafic de « cartons » est juste une suite logique de la lente progression individualiste de nos sociétés contemporaines. 

Ce genre scénaristique a déjà été employé par le passé dans la littérature  ("Le meilleur des mondes" d’Huxley ou "1984" d’Orwell) ou dans la BD (le très bon SOS bonheur de Griffo/Van Hamme). Pour le moins inquiétant, ce genre de littérature rappelle à notre bon souvenir la nécessité de veiller tous les jours à ne pas tomber dans la barbarie. Siniac/Beuzellin/Oppel enfoncent le clou !

Note : 6,5/10

Tigrevolant

09/08/2013

LA PEAU DU RHINOCEROS

peau du rhinoceros,powel martin,rodriguez,kipling,ep éditions,contepeau du rhinoceros,powel martin,rodriguez,kipling,ep éditions,conteScénario : Powell, Martin
Dessin : Rodriguez, Pedro
Couleurs : Rodriguez, Pedro
Adapté de : Kipling, Rudyard
Dépôt légal : 06/2013
Editeur : Emmanuel Proust Éditions
Planches : 32

En ce temps-là, le rhinocéros arborait un magnifique costume bien ajusté fermé par trois boutons. Quand il faisait trop chaud, l’animal n’avait qu’à ôter sa peau pour se baigner tranquillement… Jusqu’au jour où un jeune garçon voulut lui faire une farce, et glissa des miettes de gâteau dans son costume…Avec l’auteur du Livre de la jungle, résolvez les énigmes du monde animal !

Eh non ! L'éléphant n'a pas toujours été pourvu d'une trompe. Et il fut un temps où le chameau ne possédait pas de bosse, où le kangourou marchait à quatre pattes, où le chat était soumis, le pelage du léopard sans taches... Il leur a fallu, certainement, vivre de curieuses aventures pour acquérir de telles bizarreries... En 1902, Rudyard Kipling publie Histoires comme ça (Just So Stories). C’est un recueil de douze contes pour sa fille Joséphine. Il y revisite la création du monde et ses origines sur un mode onirique et humoristique. Depuis ils sont devenus d'incontournables classiques. Évidemment, il ne faut chercher ici ni rigueur scientifique ni théories darwiniennes. Les Histoires comme ça sont à prendre... comme ça, comme de jolis récits à la saveur exotique, des mythes et légendes qui font rêver, voyager et rire. C’est à ce voyage que nous invite cette version du duo Powell – Rodriguez.

peau du rhinoceros,powel martin,rodriguez,kipling,ep éditions,conteCette version illustrée de la « peau du rhinocéros » n’est pas une première. Même R Kipling à dessiné une vignette de cette histoire ! Mais ici le trait de Rodriguez –Powell donne un ton nouveau. D’abord c’est une BD et je ne crois pas en avoir vu avant. Ensuite, elle a le mérite de mettre des images sur des récits mille fois racontés. La narration est totalement linéaire, sans aspérité : pas de doute, c’est une BD à destination des enfants.

Cette vision du conte est une réussite. C’est clair (même, ligne claire !), les couleurs sont lumineuses et les décors dépouillés. Le dessin est très rond et accentue le coté songe.

Un message dans ce comte pour enfant ? Je n’y ai pas vu malice…. Juste un moment d’enfance et de rêve.

Attention BD pour enfant !

Note 7/10 

Tigrevolant