29/08/2012

Tony Chu. Détective cannibale. Tome1 : Goût décès

 

tony chu,policier,cannibale,gout décès,910,humour,comicstony chu,policier,cannibale,gout décès,910,humour,comicsScenario: John Layman
Dessin / Couleurs : Rob Guillory
Dépot légal : 09/2010
Editeur : Delcourt
Format : Format comics
Planches : 150 

Et si la pandémie de grippe aviaire avait vraiment fait 116 millions de victimes dont 23 millions aux USA ? La prohibition du poulet deviendrait alors une réalité avec son lot de flics pour faire régner cette interdiction. Ca tombe bien c’est le boulot de Tony Chu. Pour mener ses enquêtes Tony utilise un don particulier : la cibopathie. Ainsi, il est en mesure de retracer l'histoire des aliments qu'il mange.

 

tony chu,policier,cannibale,gout décès,910,humour,comics

 Voila un scénario peu banal. A la lecture du résumé, le lecteur est ferré et il va lui aussi passer à la casserole. Bien lui en prend car John Layman et Rob Guillory nous donnent en pâture un super héros sortant des sentiers battus. Body-buildé ? Sauver la planète ? Affronter des aliens ? Que nenni, Tony Chu (prononcer « Chew » en VO, mâcher) est cibopathe. L’évocation des visions du passé des formes organiques goûtées par ledit inspecteur est tout simplement géniale. C'est une histoire de fous tout droit sortie de leur imagination fertile (ont-ils été pêcher ca ?). Cela donne lieu à des situations loufoques qui ne vous mettent pas forcement en appétit. « Déguster » un cadavre humain ou un vieux chien en état de décomposition avancée pour le bien communautaire est pour le moins surprenant. Mais attention, ce n’est surtout pas vulgaire, et cela ne va jamais dans la surenchère. Rajoutez par-dessus une histoire où le poulet se vend sous le manteau à prix d’or et où le blanc de dinde devient plus lucratif que la coke, cela devient hilarant.

tony chu,policier,cannibale,gout décès,910,humour,comics

 Evidemment avec le don de notre flic, les auteurs utilisent les flash-back comme ressort. Au risque de nous embrouiller et nous perdre. Mais comme la bouffonnerie est présente tout au long du récit, pas de danger. Ils en profitent pour disséminer des indices pour la suite des aventures de Tony. Ils poursuivent sur le thème de la nourriture avec une « saboscrivneuse », dont je vous laisse découvrir l’aptitude particulière. Le résultat ne se fait pas sentir : on a l’eau à la bouche pour la suite.

tony chu,policier,cannibale,gout décès,910,humour,comicsRob Guillory et John Layman ont mis le paquet également sur le graphisme et les couleurs. Tonny Chu est un sino-américain atypique et son équipier, Savoy, est le résultat improbable d’un croisement entre Orson Welles et un grizzli. On continue dans le loufoque ! Le dessin est à l’avenant : burlesque. Un petit bémol sur le dessin des personnes de sexe féminin : pas très, voir pas du tout sexy. Une amélioration dans les tomes suivants ?

Bref, voila un comic qui ravira les fans de super héros sans collant, ni biceps saillants (bien au contraire !). Vous pourrez également le déguster via l’écran car Showtime a racheté les droits pour une adaptation  par la chaine. Je suis curieux de voir ca !

http://chewcomic.blogspot.fr/

Note : 9/10

Tigrevolant

 

tony chu,policier,cannibale,gout décès,910,humour,comics

 

20/08/2012

BLUE ESTATE tome 1

Couv_141807.jpgpreview_page.jpgHistoire originale : Viktor Kalvachev et Kosta Yanev
Scénario : Osborne, Andrew
Dessin : Viktor Kalvachev, Tony Cypress, Nathan Fox et Robert Valley
Couleurs : Kalvachev, Viktor
Editeur : Ankama Éditions
Dépot Légal : 10/2011
Nb Pages : 80

Visualisez la sérénité ! Prenez l’exact opposé de la sérénité : une surdose d’adrenaline, une bd d’une rare violence, une comédie corrosive, des alliances foireuses, des quiproquos, des héros désespérés, d’impitoyables bad boys et une puissance de feu maximum.
Vous êtes maintenant dans l’état d’esprit de Blue Estate !

30729_1314742786_21_30729.jpgVoila comment un ersatz de Steven Seagall introduit ce polar à paillettes Hollywoodiennes. Si l’ouverture est surprenante, le reste est à l’avenant. Une kyrielle de personnages, aux profils convenus, vous mitraille les prunelles de leur présence et de leur disparition. La starlette sur le déclin est saoule du matin au soir. Les mafieux sont complètement cintrés et paranos jusqu’au bout de la ligne de coke, les effeuilleuses professionnelles sont des plus tatouées et galbées. Les références au cinéma (Snatch et/ou Get Shorty) ou au roman (de Dennis Lehanne, de Donald Westlake) sont précisément en filigrane. Cela donne une grande pantalonnade aussi noire que drôle. C’est vif, sauvage et Viktor Kalvachev utilise l’hyperbole avec brio : l’improbable engendre le rire !

Dans ce tome, regroupant les quatre premiers volumes, le scénario se met en place sûrement, les scènes s’enchaînent et se recoupent ; on comprend vite que chacun est lié dans cette affaire dont on ne comprend pas encore tous les enjeux.

Le grand remue ménage scénaristique avec son côté joyeux a les défauts de ses qualités. Il est difficile pour le lecteur de s’y retrouver. Une relecture est souvent nécessaire pour fixer le scénario. Mais ce n’est pas plus mal : cela permet de trouver des détails cocasses inaperçus au premier passage.

 

ep10_wlppr_1024x768.jpg

Reste une partie graphique intéressante. Quatre illustrateur se relaient : Viktor Kalvachev, Tony Cypress, Nathan Fox et Robert Valley. Cela donne un dessin nerveux, expressif. Ce coté punchy du dessin est renforcé par l’alternance des dessinateurs et cela parfois au milieu d’une planche. Cela surprend même s’il est difficile de faire le distinguo. Le format « comic » est bien respecté avec des add-on à intervalles réguliers qui renforcent le coté humoristique.

ep1_wlppr01_1600x1200_A_PERV.pngCe premier titre de la fraîche collection Hostile Holster des éditions Ankama a tout pour plaire aux amateurs de polar. Le scénario mené tambour battant, ne vous laissera pas vous reposer. Mais attention, ne vous attendez pas à une grande profondeur des personnages. D’ailleurs, nous ne sommes pas là pour cela !

“BLUE ESTATE it's a state of mind”. Viktor KALVACHEV

Note : 8.5 / 10

Tigrevolant

13/08/2012

L'or sous la neige

9782356482631_cg[1].jpgOr sous la neige (l’) Tome 1. Klondike
Scénario : Stalner, Éric
Dessin : Stalner, Jean-Marc
Couleurs : Pradelle, Bruno, Zielinska, Zuzanna Estera
Dépot légal : 06/2011
Editeur : 12bis
Planches : 46 

couv-orsousneiget2couv[1].jpgOr sous la neige (l’) Tome 2. Mersh
Scénario : Stalner, Éric
Dessin : Stalner, Jean-Marc
Couleurs : Pradelle, Bruno, Zielinska, Zuzanna Estera
Dépot légal : 01/2012
Editeur : 12bis
Planches : 46 

« De l’or, de l’or, des tonnes d’or ». Voila la manchette du journal le Seattle Daily Times du 18 juillet 1897 déclenchant une ruée vers l’or de milliers de personne. Bravant le froid, les privations, la promiscuité, plus de 50 000 personnes abandonnent tout pour le rêve. Matt est de ceux-là. Jeune paysan du Connecticut, il entend bien tenter sa chance dans ce nouvel eldorado, dont le nom résonne comme un mirage : le Klondike.

stalner,or sous la neige,8.510,vanier,12bis,aventure,klondike,ruée vers l'orimage03[1].jpg

Pour leur grand retour, les frères Eric et Jean -Marc Stalner ont choisi de faire l’adaptation en bandes dessinées du livre éponyme de Nicolas Vannier. Comme d’habitude avec ces deux-là l’aventure est au rendez-vous (Fabien M, Le fer et le feu…) et c’est pour le moins une réussite. Tout le monde a entendu parler de la rivière Klondike, tout le monde sait ce qu’est une ruée vers l’or mais peu de gens connaissent les dessous de l’histoire. Les Stalner nous racontent cette épopée au travers du destin de Matt. Ils collent à la réalité historique. Ainsi, ils nous font vivre pleinement les étapes de l'Odyssée : le débarquement près de Skagway, la terrible traversée du col du Chilkoot, la descente meurtrière du Yukon et des rapides de White Horse et de Miles Canyon, l'arrivée à Dawson la ville champignon, la lutte contre le froid ... autant de détails passionnants inconnus des néophytes comme moi.

 

OSN-1-pl2[1].jpgla-ruee-vers-l'or-charlie-chaplin_300[1].jpg

La vie et les épreuves incroyables de ces miséreux ont inspiré nombres d’auteurs avant Vanier/Stalner : Jack London ou Charlie Chaplin…. D’ailleurs, les auteurs payent leur tribu en faisant rencontrer Jack London et leur héros dans un bouge de la ville champignon.

Le premier tome mettait en place une aventure de chercheurs d’or avec des séquences actions faisant froid dans le dos.

Le second volet est plus intimiste. Vanier/Stalner sont sur le registre « survie » dans le grand nord. Ils en profitent pour administrer une pique contre « les valeurs civilisatrices » de l’homme blanc sur les autochtones.

Les dessins sont d’un incroyable réalisme avec, en bonus de l’aventure, les paysages de l'Alaska. Le style, la « patte » Stalner est reconnaissable au premier coup d’œil. C’est un dessin net et abouti depuis longtemps. Peu de changements de ce coté la. L’ellipse est parfaitement maitrisée et cela donne une grande fluidité dans la lecture.

L'Or sous la neige fera aussi l'objet d'une adaptation au cinéma de l'auteur lui-même. Le film, dont Robert Redford jouera l'un des protagonistes, devrait sortir sur les écrans en 2013.  

elcelxior_jpg[1].jpg

Voila une lecture que vous ne regretterez pas. C’est efficace et bien ciselé. Le tome trois nous est promis pour 2013. Nous serons au rendez vous….et vous aussi j’espère….

8.5/10

Tigrevolant

http://www.nicolasvanier.com

http://stalner.blogspot.fr/

06/08/2012

Les fondus. Tome 15. Les fondus de la rando

fondus,rando,richez,jytery,062012,610,bamboo,humour amouriq,alexandre,mirabellefondus,rando,richez,jytery,062012,610,bamboo,humour amouriq,alexandre,mirabelleScénario : Richez, Hervé
Dessin : Jytéry
Couleurs : Amouriq, Alexandre, Mirabelle
Dépot légal : 06/2012
Editeur : Bamboo
Planches : 44 


Re-voilà, les fondus ! 44 planches de gags sur nos amis les dingues de la montagne ou plutôt de la marche. Les personnages de la série (Thierry, Thomas ….) sont tous là et ils ont décidé de ne pas s'en laisser compter : qu’importe les quolibets, les contraintes imposées aux corps ou les coups du sort, le but de la balade doit être atteint. Coûte que coûte !
Les gags s’enchainent, un par page. Le lecteur sourit gentiment. Pour les gens ayant pratiqué ce genre de sport (honnêtement dans cet album, tout le monde) on cherche le vécu. Et cela sert bien les blagues ! C’est donc de la caricature tirée par les cheveux qui se veut sans prétention.

fondus,rando,richez,jytery,062012,610,bamboo,humour amouriq,alexandre,mirabelleA noter, pas de titre pour chaque gag, mais un petit dessin résumant l’histoire. Un peu à la façon de Franquin dans ses signatures.
Cette série initiée par Cazenove au scénario, laisse la place à Richez. Il est fidèle à l’idée originale et s’en sort bien. Dans cette série (en dehors du leitmotiv, « un album pour un thème ») les dessins peuvent être confiés à différents dessinateurs. Que ce soient des « huiles » (Seron –les petits hommes-) ou des cadors du genre humoristique (Bloz-les fonctionnaires-), de nombreux dessinateurs ont la possibilité de mettre en page les situations ubuesques. Cette fois ci, Jytéry est au crayon. Connu pour avoir repris la suite de Dany dans la série Arlequin (Attention !), il s’inscrit dans un nouveau style : ligne claire et décors minimalistes ; sans doute pour faire la part belle aux canulars.

Au final, ce n’est pas de la grande BD (ce n’est d’ailleurs pas le but), mais c’est doucement plaisant à lire. Un public néophyte et/ou enfantin y trouvera son compte de bonne humeur.

Vous trouverez une interview de Christophe Cazenove sur Samba BD, ici !

Note : 6/10

Tigrevolant

fondus,rando,richez,jytery,062012,610,bamboo,humour amouriq,alexandre,mirabelle