02/08/2016

Genpet 1. Tome 1. Nat & Niko

genpet,damian,fuentes, science-fiction, génétique, ankamagenpet,damian,fuentes, science-fiction, génétique, ankamagenpet,damian,fuentes, science-fiction, génétique, ankamaScénario : Damián
Dessin / couleurs : Alex Fuentes
Dépôt légal : 05/2016
Editeur : Ankama Éditions
Planches : 56
Genre : science-fiction

Dans le futur proche, la génétique a fait des progrès fulgurants. Il est dorénavant possible de créer des animaux de compagnie au goût du client : les genpets. Le père de la famille Kanan, n’a qu’une exigence : le genpet de son fils Nat doit pouvoir assurer sa protection. De retour à New York, la famille Kanan est agressée. Séparé de sa famille, Nat ne peut compter que sur son nouvel ami pour survivre dans la jungle urbaine.

genpet,damian,fuentes, science-fiction, génétique, ankama

Voici donc la nouvelle série des éditions Ankama. A la différence de sa production de dessins animés type Dofus, les éditions Ankama ancrent l’action dans le réel avec pour thème la génétique. Sous couvert d’un conte, Damián aborde les dérives d’une politique débridée en la matière. Il pointe l’absence de consensus international sur le sujet avec la possibilité de « création » dans des pays off-shore (la famille Kanan part en Chine pour rapatrier un Genpet aux USA) ou encore la dangerosité des apprentis créateurs (le non-contrôle des mutations anarchiques du genpet fait froid dans le dos). Ainsi, la peluche vivante de Nat remplit sa fonction de protection mais n’en reste pas moins dangereuse et échappe à tout contrôle. Le lecteur se demandera même jusqu’où va pousser Damian dans le processus de mutation du genpet !!! Tout cela donne un bon aperçu de ce que pourrait être un futur sans consensus international, à jouer les apprentis sorciers. Quelques incohérences parsèment, tout de même, cet opus. Le lecteur relèvera l’absence d’explication sur l’agression des parents de Nat (sans doute un teasing pour la suite) et plus difficile à expliquer l’interdiction de créer un genpet aux USA mais pas de souci pour en posséder un (les mystères du droit sans doute !) ?!

genpet,damian,fuentes, science-fiction, génétique, ankama

L’avantage des dessins tout en rondeur d’Alex Fuentes est de pouvoir exploiter un sujet grave (et récurrent) sur un mode "histoire pour enfant". Le genpet, même s’il  fait peur dans son développement, exprime une vraie sympathie et donne envie de le prendre dans ses bras à l’instar d’un doudou ou d’une peluche. Pour le reste, le lecteur trouvera un rendu très « dessins animé » avec des séquences d’animations et d’actions toutes à fait réussies.

genpet,damian,fuentes, science-fiction, génétique, ankama

Voilà une bd dans le cœur de métier de la société Ankama : la production de dessin animé. Une adaptation sur écran ne serait pas surprenante ! Les dessins d’Alex Fuentes feront merveilles. Genpet se veut donc résolument tournée vers les adolescents et les post adolescents. Par ailleurs, l’engagement de Damian sur un sujet aussi grave et emblématique est responsable. La bd se doit aussi de diffuser des messages politiques afin de sensibiliser, sur un mode léger (ou pas), le monde au danger des dérives de la génétique.

Scénario a06-3e788fc.gif
Dessin a05-3e788c9.gif
Total a06-3e788fc.gif

Tigrevolant

16/07/2016

Le maitre voleur. Tome 4. La Liste

robert kirkman,andy diggle,le maitre voleur,la liste,policier,shawn martinbrough,delcourt,felix serranorobert kirkman,andy diggle,le maitre voleur,la liste,policier,shawn martinbrough,delcourt,felix serranoScenario°: Robert Kirkman, Andy Diggle
Dessin°: Shawn Martinbrough
Couleurs°: Felix Serrano
Dépôt légal°: 04/2016
Éditeur°: Delcourt
Genre : policier 

Conrad Paulson est un voleur de génie. Il est le « Maitre voleur ». Surnommé Redmond dans le milieu, il enchaîne les « coups » audacieux sans jamais être inquiété. Mais ces « coups » réussis ne le mettent pas à l’abri d’ennemis, bien au contraire. Apres Venise et le vol d’un petit carnet noir aux lourds secrets, la mafia Romaine lui cherche des poux. Et en plus il doit gérer son rejeton marchant sur ses traces….

Le Maître voleur (Thief of Thieves) est une série créée par Robert Kirkman. Pour votre gouverne Robert Kirkman est le scénariste de Spawn, Haunt ou encore Walking Dead, excusez du peu ! Avec un palmarès pareil, difficile de ne pas s’arrêter sur cette série.

robert kirkman,andy diggle,le maitre voleur,la liste,policier,shawn martinbrough,delcourt,felix serrano

Conrad Paulson est un héros bien particulier. Acculé, menacé ou encerclé, il s’en sort toujours avec moult rebondissements et pirouettes, laissant le lecteur tout à sa surprise ! C’est donc un voleur charismatique. Mais attire-t-il à lui une sympathie pour la canaille ? Rien n’est moins sûr car Redmond a beau être un voleur classe réalisant des casses avec panache façon Arsène Lupin, il n’en reste pas moins cruel et n’hésite pas à tuer de sang froid !

Au bout du troisième tome, le pitch est éventé. Il s’agit donc de renouveler le genre. Et pour cela les éditeurs américains font appel à du sang neuf en la personne d’Andy Diggle. Ce dernier est un pur produit des comics. Reconnu dans le milieu, il signe entre autre la série « Losers ». Tout en respectant la ligne de Robert Kirkman, il introduit des éléments nouveaux en la personne de son fils, notamment. Cela lui permet de relancer les fils scénaristiques et cela fonctionne plutôt bien. Dans cet album, vous serez frappés par l’absence d’un acteur majeur de ce genre littéraire : la police. « La liste », est donc un huis clos entre malfrats, entre pègre et justicier ambivalent sans oublier l’action et la violence indissociable de ce genre de milieu.

robert kirkman,andy diggle,le maitre voleur,la liste,policier,shawn martinbrough,delcourt,felix serrano

Shawn Martinbrough accompagne cette série depuis le début. Ses dessins sont nets, tranchés. Tant et si bien que l’on a du mal à percevoir une cinétique. La colorisation numérique n’est pas du meilleur effet. Elle rend des aplats peu convaincants. Mais le dessinateur arrive à ses fins et installe une belle ambiance lourde et noire.

Sans révolutionner le genre, Robert Kirkman et Andy Diggle nous font passer un moment agréable. Les situations inextricables dans lequel s’est fourré Redmond n’ont d’égale que sa maitrise à en sortir (vivant mais pas toujours indemne). Le Maitre voleurs est une série ne demandant qu’à s’exprimer.

Scénario a05-3e788c9.gif
Dessin a05-3e788c9.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

07/07/2016

Kamarades - Tome 2 - Tuez-les tous

amour,drame,manigances politiques,benoît abtey,jean-baptiste dusséaux,rue de sèvres,mayalen goust,kamarades,tome 2,tuez-les tousamour,drame,manigances politiques,benoît abtey,jean-baptiste dusséaux,rue de sèvres,mayalen goust,kamarades,tome 2,tuez-les tousScénario : Benoît Abtey, Jean-Baptiste Dusséaux
Dessin & couleurs : Mayalen Goust
Dépôt légal : 01/2016
Éditeur : Rue de Sèvres
Pages : 54
Genre : Aventure romanesque

 

En 1917, le peuple russe gronde. Il fait trembler le monde, il emporte tout jusqu’à la famille impériale : les Romanov doivent mourir. Ainsi en a décidé Lénine... pas les services secrets Anglais et Allemands. Sauvés de justesse, l’ex Tsar de toutes les Russies, sa famille et Volodia, héros bien malgré lui de la révolution bolchevique, seront ballottés au gré des alliances et des trahisons. Il va falloir lutter pour survivre !

Ainsi, la villa Ipatiev, n’est pas, n’est plus le tombeau des Romanov. Voilà exactement le point de départ d’un nœud historique où tout peut basculer. Que serait devenue la famille impériale ? La révolution rouge aurait elle été menée à son terme ? Les armées blanches auraient-elles vaincu l’armée rouge ? Sous couvert d’une romance entre un cosaque de basse caste et la princesse Anastasia Romanov, Benoît Abtey et Jean-Baptiste Dusséaux développent une uchronie dans la plus pure tradition des « what if » !

amour,drame,manigances politiques,benoît abtey,jean-baptiste dusséaux,rue de sèvres,mayalen goust,kamarades,tome 2,tuez-les tous

Si vous pensiez tomber sur un synopsis à l’eau de rose, c’est raté ! Les auteurs mènent la vie dure à nos héros et n’hésitent pas à les jeter dans le chaos de la révolution. Ils y vont fort : trahisons, meurtres à grande échelle, basculement d’un camp à l’autre (je vous laisse la surprise de la fin de cet album ; truculent !)... rien n’est épargné à ce si joli couple. Les situations s’enchaînent, les rebondissements se télescopent le tout avec une vraie maitrise du scénario. Le duo des scénaristes nous octroie quand même de beaux moments de sentiments et de belles scènes de tendresse. Elles ne desservent pas le scénario pour autant et permettent de faire une pause dans cette cadence infernale.

amour,drame,manigances politiques,benoît abtey,jean-baptiste dusséaux,rue de sèvres,mayalen goust,kamarades,tome 2,tuez-les tous

Le trait est particulier : léger avec des couleurs délavées à limite de la transparence. Cela surprend toujours. Le contraste avec les scènes d’action s’en trouve doublement souligné. Mayalen Goust est en grande forme : elle joue avec les lumières, et parvient ainsi à imposer une notion de vitesse dans l’action. Par contre, le peu de décors (voire quasiment dépouillés) semble être une volonté de la dessinatrice. Cela permet de magnifier les superbes décors sauvages de l’hiver russe mais devient un handicap dans les scènes intérieures.

amour,drame,manigances politiques,benoît abtey,jean-baptiste dusséaux,rue de sèvres,mayalen goust,kamarades,tome 2,tuez-les tous

Si j’étais peu enthousiaste à l’ouverture de tome 2, je me suis retrouvé piégé par l’imagination des auteurs. Je ne m’attendais pas du tout à ce scénario. Et rien que pour cette très bonne surprise, je vous recommande ce tryptique. Car il y aura un tome 3. Si cet ultime tome est à l’avenant, cela promet un très bon moment en perspective.

Scénario  a06-3e788fc.gif
Dessin  a05-3e788c9.gif
Total  a06-3e788fc.gif

Tigrevolant

17/06/2016

Le signe

Le signe, angoisse, fantastique, horreur, noir et blanc, Philippe thirault, Manuel GarciaLe signe, angoisse, fantastique, horreur, noir et blanc, Philippe thirault, Manuel GarciaScénario : Philippe Thirault
Dessin : Manuel Garcia
Éditeur : Glénat

Collection : Flesh & Bones
Dépot légal : 03/2016
Planches : 128
Genre : angoisse, fantastique, horreur, noir et blanc

 

Tout sourit à Alex Morsen : écrivain à succès avec un bestseller, unanimement reconnu, encensé par la presse, l’amour de sa femme….. Mais le temps a passé et Alex tombe dans une routine se résumant à accompagner ses enfants à l’école le matin, et tenter de juguler l’enfer de la page blanche. A fleur de peau, il ne supporte plus les répétitions de sa voisine au piano. Elle devient l’excuse d’absence d’inspiration. Jusqu’au jour, où il lui lancera un « sort » qui ne sera pas sans conséquence pour lui et sa famille.

le signe,angoisse,fantastique,horreur,noir et blanc,philippe thirault,manuel garcia

« L'écrivain au fond, c'est le raté de tous les arts, poésie, musique, théâtre, politique ; le bâtard de toutes les muses ! Qu'il lui soit beaucoup pardonné. » Céline.

Au contraire de Céline, PhilippeThirault ne pardonne pas à son héros l’absence d’inspiration. Tout doucement, il distille son venin. Et il faut le dire c’est assez habile. Le point de départ est totalement banal, avec un héros (pourrait on le qualifier ainsi ?) sans vraiment de charisme. Le lecteur s’attend même à lire un récit type roman-graphique. Mais évidemment, « Le signe » n’intègre pas la collection « Flesh & bones » pour rien. Tout bascule très vite dans une spirale de violence et de tension. Le récit ira crescendo pour basculer définitivement dans l’horreur, le paranormal et le sang. Dire que l’épouvante, le frisson sont au rendez-vous serait forfaiture de ma part. Mais il existe indéniablement un petit quelque chose. Il s’instille lentement mais sûrement, et c’est, sans doute là qu’est l’intérêt de cette lecture.

le signe,angoisse,fantastique,horreur,noir et blanc,philippe thirault,manuel garcia

Le dessin noir et blanc fait aussi partie du cahier des charges de la collection. Manuel Garcia, connu pour ces incursions dans le monde du comics, a une belle plume. Les crayonnés sont très sombres, très noirs (forcément) et méticuleux.

« Le signe », comme toute cette collection, est à ranger dans la catégorie « horreur ». Il ne sera pas en tête de gondole de votre listing. Cependant, il faut lui reconnaitre une certaine efficacité avec son lot de questions sans réponse propre à ce genre de littérature. Normal, lorsque  l’on convoque le paranormal !

le signe,angoisse,fantastique,horreur,noir et blanc,philippe thirault,manuel garcia

 

Scénario a05-3e788c9.gif
Dessin a05-3e788c9.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant