04/03/2016

Day Men - Tome 1 - Lux in tenebris

day men,lux en tenebris,matt gagnon,michael alan nelson,fantastique,vampires,glénat comics,brian stelfreezeday men,lux en tenebris,matt gagnon,michael alan nelson,fantastique,vampires,glénat comics,brian stelfreezeScénario : Matt Gagnon, Michael Alan Nelson
Dessin : Brian Stelfreeze
Couleurs : Moore Darrin
Editeur : Glénat

88 pages
Sortie :
28 octobre 2015
Genre : vampires

 

Le monde est contrôlé par « 50 familles » ... de vampires ! Pour continuer de gérer leurs affaires au grand soleil, ils ont créé les Day Men, de simples mortels surentraînés pour devenir de véritables armes mortelles. David Reid, le petit nouveau au service de la famille Virgo débarque alors qu’une guerre s’annonce entre les Virgo et les Ramses.

 

day men,lux en tenebris,matt gagnon,michael alan nelson,fantastique,vampires,glénat comics,brian stelfreeze

« Day men » est une série directe « from America ». Les éditions Glénat ont lancé depuis peu leur collection comics. Il apporte un sang neuf dans les éditions françaises en prenant des risques avec autre chose que des blocks busters. Elles raviront les amateurs de nouveautés en provenance d’outre-Atlantique et sans super-héros. La collection apporte un grand soin à la présentation : format comics, création d’un logo, couverture gommée, papier glacé.... De nombreuses bonnes surprises émergent aussi de cette collection : SambaBd vous recommande, entre autres, « Infinity loop » ou « Lazarus ».

day men,lux en tenebris,matt gagnon,michael alan nelson,fantastique,vampires,glénat comics,brian stelfreeze

Dans « Day men » comme dans « Lazarus », il est aussi question de « famille » mais déclinée façon vampires. Ce thème mille fois rabâché, épluché et décliné, Matt Gagnon et Michael Alan Nelson arrive à nous étonner. Ils regardent par l’autre bout de la lorgnette et... font mouche. Au lieu de nous servir la soupe sur les vampires, ils focalisent sur leurs affidés, leurs sbires, leurs reitres exclusivement diurnes et finalement la face cachée des vampires à la lumière de l’astre suprême. C’est plutôt original !

Le récit est à la première personne et le lecteur suit David Reid au cours de ses pérégrinations très spéciales. Tout va très vite dans le scénario. Il faut parfois revenir en arrière pour comprendre qui appartient à quelle famille et donc situer les protagonistes. Les scènes d’actions ne manquent pas et le tout fait très « comics ». Action, introspection et enquête d’un non-vampire héliotrope font de cet album un bon moment.

day men,lux en tenebris,matt gagnon,michael alan nelson,fantastique,vampires,glénat comics,brian stelfreeze

Les dessins dynamiques de Brian Stelfreeze sont très soignés. Un tantinet rigides mais la vitesse et les sentiments ressurgissent bien. De plus les couleurs de Moore Darrin donnent un ton très propre (trop ?) très classe à l’ensemble de cet opus.

Cet album comporte les épisodes 1 à 4 de l’édition américaine. « Glénat a consolidé le volume d’une préface de Mike Carey et d’un dossier final comportant de nombreuses illustrations de couvertures, d’essais, de recherches de personnages par Brian Stelfreeze, de variant covers d’autres artistes ».

 

day men,lux en tenebris,matt gagnon,michael alan nelson,fantastique,vampires,glénat comics,brian stelfreeze

Cette série indépendante en provenance des Boom ! Studio, n’est pas forcement la révélation de l’année. Cependant, elle est très distrayante et c’est bien ce que l’on demande à une BD ! Gageons qu’un avenir radieux s’annonce pour « Day men » car l’éditeur californien de comics aurait cédé, pour une somme inconnue, les droits d’adaptation de "Day Men" aux studios Universal.

Scénario a05-3e788c9.gif
Dessin a05-3e788c9.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

13/02/2016

L'indivision

indivision (l'),zidrou,benoit springer,futuropolis,one-shot,inceste,drameindivision (l'),zidrou,benoit springer,futuropolis,one-shot,inceste,drameScénario : Zidrou
Dessin / couleurs : Benoît Springer
Editeur : Futuropolis
Sortie : 20/08/2015

64 pages

 

 

Virginie et Martin sont frère et sœur. Ils entretiennent des rapports très particuliers… ils sont amants.

Le sujet est évidemment très difficile à traiter, pour ne pas dire très risqué. En voyant le pitch vous serez interpelés ; peut-être même horrifiés. Comment aborder ce sujet ? Comment dissiper un malaise croissant au fil de la lecture ? En lisant l’histoire vous serez amenés à avoir des sentiments paradoxaux. D’un côté, le sujet vous donnera une nausée, de l’autre de la compassion naitra pour tous les protagonistes : les amants malades, le mari perdu (ou pas) et les enfants sacrifiés (ou pas). Tout est ambigüité dans ce scénario.

indivision (l'),zidrou,benoit springer,futuropolis,one-shot,inceste,drame


Mais Zidrou est habile (comme toujours !) : les sentiments contradictoires, l’angoisse mais aussi la frustration transpirent de chaque personnage. Les auteurs prennent la hauteur nécessaire pour ne porter aucun jugement (même s’il y a matière). L’indivision est donc un album fort et malsain en même temps. Le sujet est assez bien mené finalement. Il vous laisse à votre propre perplexité …. !!

indivision (l'),zidrou,benoit springer,futuropolis,one-shot,inceste,drame

Autre aspect, les scènes très crues de sexe. Cela rajoute une couche de malaise avec une sensation de voyeur. Si cela est voulu, afin d’appuyer là où cela fait mal, le contrat est réussi ! La fin est superbement traitée. Saluons le travail du scénariste : il fallait une belle pirouette pour sortir du sujet … je vous en laisse le bénéfice.

indivision (l'),zidrou,benoit springer,futuropolis,one-shot,inceste,drame

Benoît Springer relève le défi du dessin. Ce comparse de Zidrou est à l’origine des dessins du très atypique (encore un) album «  le beau voyage ». Dans « l’indivision », ils sont simples et expressifs. Le sujet est tellement difficile que le dessinateur a bien appuyé les expressions des visages et des corps. Les couleurs sont à l’avenant du sujet, tantôt ternes, tantôt flamboyantes. Mais à l’inverse de l’album «  le beau voyage », les zones d’ombres sont très nombreuses, notamment sur les visages. Evidemment les décors ne sont pas mis à l’honneur et sont réduits au strict minimum. Enfin, les phylactères s’effacent et laissent la part belle aux dessins ; histoire de bien ancrer le moment !

indivision (l'),zidrou,benoit springer,futuropolis,one-shot,inceste,drame

Peu de gens liront « l’indivision ». Beaucoup seront secoués à l’issue de ce one-shot. Fallait-il traiter un tel sujet en bande dessinée ? Que faut-il penser de l’inceste entre frère et sœur ? Le désordre psychiatrique des protagonistes est tel que l’on a du mal à avoir de la compassion ou même juste avoir un avis…
A vous de voir !

Bravo aux éditions Futuropolis d’avoir publié ce type d’histoire.

Scénario a06-3e788fc.gif
 
Dessin  a05-3e788c9.gif
Total  a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

12/02/2016

Combats

combats,daniel goossens,humour,fluide glacialcombats,daniel goossens,humour,fluide glacialScénario / Dessin / Couleurs : Daniel Goossens
Editeur : Audie
Collection : Fluide Glacial
48 pages
Sortie : 19 août 2015


 

 

« Combats » est ce que l’on pourrait appeler un album atypique. Si le format est, sans conteste, des plus classiques (une couverture, des dessins et une quatrième de couverture), le contenu est pour le moins déconcertant. Non pas bien sûr pour les aficionados de D. Goossens mais bien pour les néophytes de ce monument des magazines de bandes dessinées, « Fluide Glacial ».

 

combats,daniel goossens,humour,fluide glacial

Difficile de qualifier le travail de D. Goossens. Incapable de suivre des lignes directrices, cet immanquable de la BD, s’attaque à peu près à tout et n’importe quoi. Il glisse un regard féroce, inquisiteur sur des sujets allant de Dieu (rien que ça !) aux piliers de bars (divers et variés) en passant par les publicités pour la vente de femmes nues (si, si) jusqu’à la parodie de la célébrité. Evidemment le tout est nappé d’un humour potache, un subtil mélange de Gotlib et du regretté Desproges.

 

Pour comprendre et apprécier le travail de l’auteur, il vous faudra de la patience. Les albums Fluide Glacial sont des compilations d’histoires courtes imposées par le format du magazine. Si certaines sont d’approche plus facile, les histoires de D. Goossens sont plus ardues. Le format de chaque historiette est compact, concentré, appliqué avec beaucoup de texte. Le tout est un espace cohérent. Il s’appréciera par petites touches avec un goût de « reviens-y », une fois appréhendé le fond de l’histoire. Bref, hilarant !

 

combats,daniel goossens,humour,fluide glacial

Le dessin est comme de bien entendu hors norme : rond, expressifs mais surtout reconnaissable au premier regard. Impossible de se tromper d’auteur.

 

Bref, « Combats » c’est du Daniel Goossens 100%....tout est dit !

Dessin a05-3e788c9.gif
 
Scénario  a06-3e788fc.gif
Total  a06-3e788fc.gif

Tigrevolant

07/01/2016

La fille des cendres - Tome 1 - Enfants des abysses

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastiquefille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastiqueScénario / dessin / couleurs : Hélène V.
Editeur : Le Lombard
Date de sortie : 25/09/2015
Planches : 70

 

 

 

Harriet Ashtray est fille de pirate. Elle possède le pouvoir extraordinaire de faire brûler ce qui l’entoure d’un seul regard. Mais quelle est cette mystérieuse malédiction ? Pourquoi son père la retient-il captive ? Harriet n’est pas au bout de ses surprises....

 

La délicieuse Hélène Vandenbussche ou Hélène V tout court, est une artiste comblée. Elle a gagné, avec son scénario original, le prix de la jeune création 2015 de la fondation Raymond Leblanc (fondateur, entre autres, des Éditions du Lombard, du journal «Tintin», de l’agence de publicité Publiart et des studios de dessins animés Belvision – rien que ça ! -). Elle gagne ainsi le droit de publier cette première BD.

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastique

Le conte de fée ne s’arrête pas là. Le meilleur pour le lecteur est à l’intérieur de l’œuvre. « La fille des cendres » est une vraie production onirique.

La première impression est une sensation de douceur : le choix des couleurs soyeuses et le style crayonné du dessin rendent l’atmosphère agréable. Un peu comme une source de chaleur lors de grands froids. Sa ligne claire peut surprendre mais elle s’agrémente très bien de cette trame. Le regret viendra des scènes d’actions. Elles manquent de sensations de mouvements et de vitesse.

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastique

Vient ensuite la douce morsure du scénario. Il est tout en opposition avec le trait épuré. Le monde d’Harriet est un monde dangereux. L’auteure s’amuse à inventer tout un bestiaire de monstres marins empruntés à de nombreuses mythologies en passant par l’imaginaire de l’enfance et les contes de marins. Ainsi, l’équipage du Sirius, « un des plus grands clippers de ce siècle », rencontre, affronte des krakens, des sirènes monstrueuses, des sermacs féroces. Jouant sur les ressorts de l’enfant maltraité, de l’amour naissant, et une pointe de compassion, Hélène fait monter tout doucement la pression. Elle lève le voile petit à petit sur le terrible secret de l’héroïne. L’auteure a le bon goût de nous en apprendre suffisamment sur le monde des cendres d’Harriet pour ne pas être déçu par la fin. Cela est savamment distillé.

 

fille des cendres,conte,imaginaire,bestiaire,helene v,enfants des abysses,le lombard,fantastique

Cette bande dessinée se lit comme un conte de noël. Cela démarre (trop ?) lentement puis s’accélère progressivement jusqu’à vous laisser (comme de bien entendu) sur votre faim. La suite et la fin dans un tome deux. Si vous n’êtes pas convaincu par le talent d’Hélène V, je vous conseille de regarder en détail la couverture de cet album : tout y est !

Scenario a06-3e788fc.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a06-3e788fc.gif

Tigrevolant