24/01/2012

I LIKE SHORT SONGS, l'interview d'Olive BOOGER

9782930360447_cg.jpgPlanche_bd_16909_I LIKE SHORT SONGS.jpg

I like short songs est un récit dérangeant et sans concession d’une virée nocturne à quatre. C’est noir et ça suinte la violence de la vie, 180 pages qui prennent aux tripes.


Pour la parution de son premier album chez l’employé du moi, Olive Booger  impressionne par la qualité de son récit et de son dessin. Une œuvre qui s’adresse aux bédéphiles avertis et à ne pas mettre entre toutes les mains.


En exclusivité pour Samba BD, Olive BOOGER a accepté de se soumettre à l’exercice périlleux de l’interview dessinée. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’en sort haut la main. 

 

 

 


 

Mon travail est influencé par…

 

itw01.jpg

 

 

Mon parcours pour arriver jusque « I LIKE SHORT SONGS »…

itw02.jpg

 

 

L’après « I LIKE SHORT SONGS », mes projets…

itw05.jpg

 

 

Mon rêve absolu…

itw03.jpg

 

 

Dans la vie, il y a la bande dessinée et … 

itw04.jpg

Infos en vrac :

Noir et blanc

Parution : novembre 2011

Dessin et scénario : Olive BOOGER

Editions : l’employé du moi

Prix : 16,90 euros

 

employé-du-moi.org

grand-papier.org/olive-booger/

Le site d’Olive BOOGER : olivebooger.com

 

Une liste de librairies proposant I like short songs, et offrant un service d’expédition, est disponible sur le site de l’employé du moi. L’album se trouve également sur amazon.


Monsieur William

11/01/2012

La bande dessinée au cinéma en 2012.

Comme toujours, l’année cinéma va être chargée. Le nombre de productions augmente sans arrêt et il devient difficile de voir tous les films d’une année. Donc, il faut choisir, sacrifier, préférer, éliminer, jeter, trier, … et payer sa place de ciné qui, elle aussi, augmente chaque année. Les tarifs peuvent exploser si un film dépasse les deux heures ou s’il est en 3D. Les deux à la fois et votre portefeuille vous fait la gueule, surtout si en plus le cinéma ne vous fournit pas la fameuse paire de lunettes mais qu’elle se fait un plaisir de vous la proposer en vente à un prix fort peu démocratique. Ajoutez à ça un pop-corn et un coca, multipliez le tout par deux (car vous invitez au moins madame), voire plus (vive les familles nombreuses). Voilà, il ne reste rien de votre budget loisir (ou presque). Vous faites déjà la tronche alors que vous n’avez pas encore vu le film. Mais voilà que la séance commence et vous retrouvez le sourire à l’idée de passer un bon moment ciné. Lorsque, deux heures plus tard, c’est la douche froide car le film était effroyable, vous abandonnez madame et les enfants sur le parking, montez dans la voiture et tentez de franchir les 88 miles par heure pour remonter le temps et annuler cette soirée gâchée. 


C’est pour vous éviter de la tôle froissée que Monsieur William, votre serviteur, est allé se promener sur le Cloud pour  collecter des infos.


Décryptage en trois catégories…  

 

   

 

Voilà encore une belle bande de Comics.


Pour ceux qui font déjà une indigestion de collants et de capes, cette année ne va rien arranger.  Entre les sorties 2012, les films en chantier et les projets confirmés (puis annulés puis re-confirmés, puis re-annulés, puis rere-confirmés,…), il va être difficile d’y voir clair tant le secteur frôle la saturation.


Coté cours... (MARVEL


Ghost rider 2 : spirit of vengeance (15 février 2012) sera le premier de l’année mais risque aussi d’être le premier navet de l’année tant le film n’inspire rien de rassurant.  Les photos et la bande annonce nous laissent entrevoir un film de la même trempe que le premier où trop d'effets spéciaux et trop de Nicolas Cage ont tué un film dont on cherche encore le scénario. Nicolas Cage reprend donc son rôle de héros à la tête en feu et Christophe Lambert le rejoint au casting... attention, il ne peut en rester qu'un!!! (Voir zéro, c'est encore mieux).

christophe-lambert.jpg

Christophe Lambert dans Ghost rider 2 (interdiction de rigoler).

 

La suite du programme devrait, normalement, aller en s'améliorant. The Avengers (25 avril 2012) fait partie des films de super héros les plus attendus. Et pour cause, ça fait un moment maintenant que la pression s'est installée, depuis l'apparition de Nick Fury sous les traits de Samuel L. Jackson (comme dans la BD) dans Iron-man en 2008 et l'imagination débordante des fans Marvel du monde entier qui ont tout de suite vu le potentiel d'accueillir le patron du SHIELD. Capitaine America (Chris Evans), Thor (Chris Hemsworth), Iron-man (Robert Downey Jr.), Hulk (Edward Norton a jeté l'éponge au profit de Mark Ruffalo), Nick Fury (Samuel L. Jackson), la veuve noire (Scarlett Johansson) et Oeil de faucon (Jeremy Renner), ils seront tous présents. Et c'est une arme à double tranchant qui peut provoquer le naufrage du film. On risque d'assister à une guerre de stars plutôt qu'à une bataille de super héros. Le réalisateur Joss Whedon (créateur de Buffy contre les vampires) a-t-il eu du fil à retordre pendant le tournage? Réponse le 25 avril. 

11535L.jpg

La planète MARVEL va bien tourner cette année, après The Avengers, ce sera au tour de The Amazing Spider-man (04 juillet 2012). La saga s'offre un re-boot et Spider-man prend les traits d'Andrew Garfield (The social network). Jusqu'à présent, rien de laisse penser que le film va renouveler le personnage en profondeur et surpasser la version de Sam Raimi de 2002. La bande-annonce laisse même penser à un film très semblable et crée une petite polémique sur la spidey vision (caméra subjective qui évolue dans un environnement totalement en animation 3D) qui semble ne pas convaincre pour le moment. Sans douter une seconde que le succès financier sera au rendez-vous, MARVEL studio va devoir surveiller ses héros de près car le publique pourrait se lasser et aller voir ailleurs alors même que plusieurs films sont en préparation. Les suites de Thor, Iron-man, Capitaine America et X-men Origin: Wolverine sont en préparation, ainsi qu'un film sur Nick Fury, un autre sur Ant-man trainent dans les cartons MARVEL remplis de très nombreux projets à des états d'avancement très divers (certains sont annoncés pour 2013 et d'autres sont au bord de l'abandon).

 

 

... coté jardin (DC). 


Du coté DC Entertainment (propriété de Warner Bros), Batman avec The Dark Knight Rises (25 juillet 2012) est probablement LE film le plus attendu de l'année (tous genres confondus). Le réalisateur Christopher Nolan (Inception)  bouclera-t-il sa trilogie entamée en 2005 et 2008 avec son épisode le plus réussi? Il faut dire qu'il a lui-même placé la barre très haute avec The Dark Knight en réalisant probablement le film de super héros le plus réussi de l'histoire du cinéma (n'ayons pas peur des mots). Il n'a pas seulement renouvelé le personnage, il a également donné un énorme coup d'électrochoc à un cinéma américain qui se repose trop souvent sur ses acquis. Le carton que fait actuellement la bande-annonce sur le net est peut-être le premier signe que le film peut écraser les héros MARVEL qui sont obligés de se partager un film à plusieurs avec leurs tronches de premier de classe. Le Batman de Christopher Nolan est différent car il en prend plein la g... (aussi bien le personnage que l'image) et est finalement plus en guerre avec ses démons intérieurs qu'avec des super vilains. Ce côté sale et sombre qui casse l'image trop lisse du super héros semble avoir également été adopté sur le prochain Superman, Man of Steel (prévu pour juin 2013). Les photos du tournage montrent un Superman barbu loin des cheveux gominés et du sourire étincelant qu'on connait. Tous les espoirs sont permis pour ce film réalisé par Zack Snyder qui a déjà prouvé qu'il est très à l'aise avec les adaptations de Comics (Watchmen et 300).

Banniere-US-The-Dark-Knight-Rises_reference.jpg

 

Les enjeux sont de taille pour les studios Warner Bros car le bilan de 2011 n'est pas à la hauteur. Depuis trois ans, Warner était en tête des recettes au box-office mondial mais, l'année passée, il s'est fait dépasser de 5 milliards de dollars par la Paramount (Transformers 3 et Mission impossible 4). Les studios de Bugs Bunny vont devoir batailler ferme avec la Paramount mais également avec Mickey car Disney est propriétaire de MARVEL depuis 2009. Finalement, on en revient aux fondamentaux: Bugs Bunny vs Mickey Mousse, Warner vs Disney.

image_diaporama.jpg

Superman avec une barbe.

De-nouvelles-images-du-tournage-ont-filtre_diaporama.jpg

Superman sans le fameux slip rouge.

 


Après l'échec de 
Green Lantern en 2011, ce ne sont pas les projets Warner qui manquent. Le tournage de Man of Steel n'est pas encore terminé qu'une suite est déjà confirmée, apparemment les premiers rushes ont convaincu les studios. Un re-boot de la saga Batman est déjà annoncé pour 2015 et on peut espérer voir ressortir des projets tels que Wonder Woman ou Justice league.


Entre MARVEL et DC, le judge Dredd va devoir trancher.


Après une année 2012 chargée, Dredd (10 novembre 2012) peut-il créer la surprise générale? C'est difficile à dire. Le juge et bourreau du futur nous revient sous les traits de Karl Urban (Star trek, le seigneur des anneaux) qui a une certaine expérience dans ce genre de production et d'univers. Le réalisateur Pete Travis, qui ne compte pas encore de film marquant dans sa filmographie, s'est fait virer en pleine postproduction et remplacer par le scénariste. Ce dernier, Alex Garland, est déjà l'auteur des scénarios de Sunshine et 28 jours plus tard, deux films de Danny Boyle. Au final, le film accuse déjà un sérieux retard, on parle même de retourner certains plans. Espérons que ce soit pour la bonne cause.

Karl Urban Dredd.jpg

Karl Urban dans Dredd

 

 

 

 

Après le franco-belge made in U.S. en 2011, voici le retour des productions françaises.


 

Malgré Largo Winch 2 et l'élève Ducobu, l'année 2011 fut surtout marquée par deux adaptations américaines de bandes dessinées franco-belges, les Schtroumpfs et Tintin. 2012 sera plus calme de ce côté de l'atlantique car il faudra attendre l'été 2013 pour voir débarquer les Schtroumpfs 2 sur nos écrans. Sans oublier que le deuxième volet des aventures de Tintin est également sur le feu ainsi que l’adaptation du premier album de Benoit Brisefer.


4ecbd206989c2.jpgSur la piste du Marsupilami (04 avril 2012) pourrait donc être l'adaptation franco-belge de l'année. La présence d'Alain Chabat à la réalisation nous rappelle le succès d'Astérix: mission Cléopâtre. L'humour made in Chabat semble bien présent (jusque sur l'affiche) mais il persiste encore une grande inconnue: à quoi ressemble le marsupilami en 3D? A moins de trois mois de sa sortie, pourquoi ne peut-on voir que le bout de sa queue? Est-ce en lien avec l'histoire qui portera d’avantage sur le mystère marsupilami ou bien y a-t-il quelque chose à cacher? Finalement, trois mois, c'est vite passé.


La suite de l'année n'inspire rien de bon. Les vacances de Ducobu (20 juin 2012) rassemble tous les ingrédients pour faire le même four que le premier film, l'élève Ducobu. Même production, même réalisateur, même casting (ou presque) et toujours basé sur la BD Ducobu, les vacances risquent de tomber à l'eau. La bande dessinée est effroyable, le premier film est un navet critique mais un succès publique, alors pourquoi le deuxième serait-il différent?


Asterix-et-Obelix-ont-du-boulot_diaporama.jpgAstérix et Obélix: au service de sa majesté (17 novembre 2012) sera la grande inconnue de l'année. Que faut-il penser de ce projet mais surtout que faut-il en attendre? Certains prédécesseurs de Laurent Tirard, le réalisateur (le petit Nicolas), ont franchement craché dans la soupe. De plus, les traits du petit gaulois ont de nouveau changé et s'affichent avec l'acteur Edouard Baer. Gérard Depardieu reprend, quant à lui, son rôle d'Obélix pour la quatrième fois. Notons la présence de deux acteurs belges, Bouli Lanners et François Damiens, au casting. Alors que faut-il en attendre? Rien mais ce qu'il donnera de bon sera bon à prendre.


 

Y a-t-il un manga pour sauver l’avion ?


 

Ce début d'année sera marqué par la sortie de La collines aux coquelicots (11 janvier 2012), la nouvelle production des studios Ghibli qui réussissent déjà depuis de nombreuses années à nous faire rêver (Mon voisin Totoro, Le voyage de Chihiro, Porco Rosso,...). Ce dessin animé est l'adaptation d'un célèbre manga des années 80. Le tout est comme toujours porté à bout de bras par Hayao Miyazaki, véritable pilier des studios. La colline aux coquelicots est réalisée par son fils Goro Miyazaki qui, s'il a déjà prouvé qu'il était le digne fils de son père, n'a pas encore atteint son niveau. C'est peut-être pour cette année.


image_diaporama.jpgTatsumi (01 février 2012) a beaucoup de chance d'être le rendez-vous des cinéphiles les plus avertis. Ce film d'animation arrivera les bras chargés de quatre nominations au festival de Cannes 2011 dans la catégorie Un certain regard et une récompense au festival international de Tokyo 2011 (mention spéciale- Asie de sud-est). Tatsumi rend hommage au célèbre mangaka Yoshihiro Tatsumi et à son travail.


Sur la planète manga, le chantier à suivre en 2012 est sans hésitation l’adaptation américaine en prise de vue réelle d’Akira. Le chef d’œuvre de Katsuhiro Otomo se voit adapté par les studios Warner. Pour le moment, la production est chaotique et le tournage vient même d’être suspendu (annonce de ce début janvier). Des rumeurs parlent de scénario pas terminé et de budget revu à la baisse. La Warner revoit-elle ses priorités après le coup Paramount ? Une chose est sûre, 2012 va être une année charnière pour le studio. 


Sources:

www.IMDB.fr

www.premiere.fr

www.allocine.fr

www.zoom-cinema.fr

www.cinebel.be


Monsieur William

08/01/2012

INVINCIBLE, tomes 1-6

9782756027531v.jpg9782756027531_pl02.jpgLa sortie du tome 6 d’Invincible est l’occasion de tourner les projecteurs sur « l’autre » série de Robert Kirkman.

 

 

Mark Grayson est un adolescent pas comme les autres, enfin pas encore. Il attend avec impatience que se révèlent ses pouvoirs de super-héros qu’il a hérité de son père, Omni-man. Pour le moment son quotidien est surtout rythmé par les cours, son petit boulot, les amis, les BD, les filles, sa vie de famille avec sa mère femme au foyer s’occupant avec amour de son fils unique, et son père monopolisé par son emploi du temps de super-héros. Lorsque le grand jour arrive enfin, Mark est impatient d’enfin passer à l’action.

 

 

Invincible n’invente rien.

Il rassemble avec originalité tous les ingrédients qui font un bon comics.

 

 

On ne présente plus le scénariste Robert Kirkman. Celui qui s’est déjà réapproprié le mythe des morts-vivants (Walking dead) signe ici une saga de super-héros, hommage aux héros de son enfance. Il fait évoluer Invincible dans un univers dense, plein de super-héros et de super-vilains. C’est frais, jeune, drôle et original. La lecture rapide permet de passer sans concessions de l’action à l’intimité d’un adolescent. Car derrière le costume d’Invincible, Kirkman nous démontre qu’il a bien compris le No man’s land dans lequel se situe l’adolescence : trop grand pour être un enfant et trop jeune pour être un adulte. Il déploie tout son talent pour donner une réelle consistance à ses personnages.

 

 

Beaucoup comparent Invincible à Spider-man. C’est vrai qu’il s’agit de deux jeunes super-héros avec leur quotidien d’adolescent.

 

 

Le succès de cette série doit autant à Robert Kirkman qu’au dessin de Ryan Ottley. Invincible a vu le jour sous le crayon de Cory Walker avec un trait plus épuré et plus figé que celui de Ryan Ottley qui l’a réellement fait grandir. Il a su lui donner du mouvement et de la souplesse.  Le passage d’un dessin à l’autre, opéré sur le tome 2 (chez nous), s’est fait assez discrètement (certains n’y ont vu que du feu). On est loin de la transition au hachoir de Walking Dead.

 

Invincible.jpg

                    L’Invincible de Cory Walker…  et celui de Ryan Ottley.

 

 

Les éditions DELCOURT nous fournissent des albums au format comics standard et accompagnent chaque numéro (ou presque) d’une galerie d’illustrations (plus ou moins inspirées), mais surtout d’un sketchbook (sur le 5 et 6) qui permet d’admirer tout le talent de Ryan Ottley sur de magnifiques crayonnés commentés par Robert Kirkman. On est des petits gâtés.

 

 

Le + : Originalité, fraicheur, humour, Invincible est une vrai réussite très facile d’accès aux novices en super-héros et qui ne s’essouffle toujours pas au bout de six tomes. Le duo Ottley/ Kirkman fonctionne à merveille.

 

Le - : Invincible ouvre parfois trop de nouvelles pistes en même temps mais, au final, rien de vraiment dérangeant. 

 

 

Infos en vrac (tome 6)

 Série / recueil comics

 Prix : 14,95 euros

 Scénario : Robert Kirkman

 Dessin : Ryan Ottley

 Editions DELCOURT

 Parution: novembre 2011

 

www.editions-delcourt.fr

 

inv25cvr.jpg

 

 

P.S. : la rumeur parle d’une adaptation cinéma scénarisée par Robert Kirkman pour la Paramount.

 

 

 

Monsieur William

23/12/2011

LUPUS, l'intégrale.

9782940329908_1_75.jpgLupus--Int--Planche-2.jpgDe la science-fiction à des années lumières du space opéra.

 

Point de maladie auto immune ni de lycanthropie, Lupus est le nom du personnage principal d’une saga de science-fiction. Il parcourt l’espace avec son ami Tony dans un vaisseau-conteneur, acheté avec leurs économies,  pour des vacances version xxl. Ils visitent différentes planètes à la recherche des meilleurs endroits pour s’adonner à la pêche (version xxl aussi). Le voyage commence à devenir long lorsqu’ils rencontrent Sanaa au hasard de leurs escales. Elle désire les accompagner et laisser derrière elle son monde, qu’elle n’a jamais quitté, et partir à la découverte de l’univers pour voir … un arbre.  

 

Moins de « BIP…BIP » et plus de « snif ». 



Lupus1ex3.jpgLa saga Lupus est assez unique en son genre.La SF passe au second plan au profit des sentiments et des états d’âme des personnages.  En gros,  la SF est ce qu’elle aurait toujours dû être non pas le sujet principal mais uniquement le support. Ici pas de Battlestar ou d’Enterprise et encore moins de Romulien ou de Cylon, on suit une bande de biknits en vadrouille à travers l’univers dans leur vaisseau à 3 sous.  A la place des couleurs flash, on trouve un dessin noir et blanc servi d’un trait épuré accompagné d’un clair/obscur imposant qui, au fur et à mesure, s’éclaircit. Le scénario fait preuve d’originalité et est finalement assez fluide, ce qui permet une lecture rapide des 384 pages malgré quelques légers accros. Les éditions suisses ATRABILE ont eu le nez fin en dénichant Frederik Peeters, l’auteur, qui n’en est pas à son premier succès chez eux. L’édition intégrale rassemble les quatre albums de Lupus, parus entre 2003 et 2006, dans un volume aux belles finitions (couverture cartonnée avec un fin gaufrage, marque page,…). Un album sobre qui sera du plus bel effet dans votre bibliothèque.

 

 

Le+ : De la science-fiction au service d’un scénario, et pas l’inverse. Une belle saga  intimiste et une édition réussie.

 

Le- : Le clair /obscur du dessin cafouille parfois au début et le scénario bafouille parfois à la fin mais sans jamais créer véritablement de fausses notes.


Infos en vrac

Intégrale

Prix: 38 euros

Dessin et scénario: Frederik Peeters

Editions ATRABILE

Parution: octobre 2011

atrabile.org


Cette critique est également présente sur le site Myboox


Monsieur William