26/05/2017

Croquemitaines T.1/2

Sans titre 1.jpgSans titre 4.jpgScénario : Salvia
Dessin : Djet
Éditeur : Glénat
128
pages
Date de sortie : 12/04/2017
Genre : aventure, thriller, policier, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Les monstres, ça n’existe pas que dans la tête des enfants...

Passionné de lecture, Elliott a toujours eu une préférence pour les histoires de Croquemitaines, ces créatures monstrueuses qui, la nuit, se cachent dans l’ombre ou sous le lit pour effrayer les petits enfants. Il n’imagine pas à quel point elles vont changer sa vie... Témoin du meurtre sanglant de ses parents, il va découvrir qu’en réalité, les Croquemitaines existent bel et bien et que des codes très précis régissent leur existence. Lorsque l’un des plus puissants d’entre eux, le « Père-la-mort », se met en tête de le protéger, Elliott se retrouve plongé dans un terrible conflit au cœur d’un univers aussi terrifiant que fascinant dont il devient l’enjeu principal. Par une sombre nuit orageuse, le destin d’Elliott va s’accomplir...

Mathieu Salvia et Djet réinventent toute une mythologie de l’enfance dans un récit d’horreur tendre et un parcours initiatique sur le deuil et l’acceptation de la peur. Une aventure touchante et fantastique servie par un graphisme très moderne aux influences plurielles (jeu vidéo, animation, comics, manga).

En bonus : les dessous de la création de l’œuvre, des informations additionnelles sur le background et la mythologie des Croquemitaines, des recherches graphiques et une galerie d’hommages exclusifs par des grands auteurs du 9e art !

Sans titre 3.jpg

 

Mon avis

D'entrée de jeu, nous sommes plongés dans l'atmosphère lugubre qui nous suivra tout le long du tome 1 de Croquemitaines. Il pleut à verse, des éclaires zèbrent le ciel et dans cette nuit noire et terrifiante, le petit Elliott découvre avec horreur les corps sans vie de ses parents. Il y a du sang partout et une chose est sûre : ce n'est pas un homme qui a tué ce couple. C'est un croquemitaine !

 

Non pas LE croquemitaine mais UN. Car Salvia et Djet ont su réinventer la mythologie des croquemitaines. Avec brio, je dois dire !

Ce qu'on sait d'habitude de ces créatures, c'est qu'ils rodent la nuit, souvent dans la chambre des enfants – que ce soit sous le lit ou dans le placard – attendant le moment propice pour s'emparer de l'innocente tête blonde qui aura désobéi à ses parents. Mais rares sont les œuvres (tant cinématographiques que romancées) qui lui sont entièrement consacrées. Tout au plus fait-il une apparition, ou alors il porte un autre nom tout aussi terrifiant.

 

Donc c'est avec une curiosité malsaine que j'ai parcouru cet ouvrage aussi sombre que le présage la couverture. Avec l'innocence de ce petit garçon qui se retrouve en plein milieu d'une guerre opposant Anciens et Nouveaux croquemitaines !

 

Sans titre 6.jpg

Non contents de réinventer brillamment la légende du croquemitaine, Salvia et Djet ne s'arrêtent pas là. Alors qu'on pourrait imaginer une aventure en huis clos dans la maison du nouvellement orphelin, les deux auteurs nous entraînent dans un « road comic » (inspiré du style cinématographique « road movie » où le fil conducteur du scénario consiste en un périple sans fin sur les routes).

 

En effet, afin de sauver Elliott, Le « père-la-mort » un croquemitaine très ancien (et donc très puissant) accompagné de son « cauchemar » incarné par un chien diabolique, parcourt les routes pour échapper à une horde de croquemitaines plus diaboliques les uns que les autres, mais également pour amener le gamin en lieu sûr.

Mais pourquoi ?! Contrairement aux autres croquemitaines, le père-la-mort n'hésite pas à sauver cet enfant qu'il pourrait tout aussi bien terroriser pour se nourrir de sa peur, mais en plus : il va jusqu'à le sauver, le rassurer et tenter de l'éloigner autant que possible de leurs poursuivants. Tel un ermite, ce vieil homme charismatique entraîne ce petit bonhomme dans toute la ville, sans la moindre explication quant à son comportement inhabituel.

 

Une intrigue palpitante, rythmée par les sautes d'humeur d'Elliott qui est totalement perdu. Ce pauvre petit bonhomme qui a assisté à l'un de ses pires cauchemars – le massacre de ses parents – et qui se retrouve obligé de suivre la terreur de tous les enfants avec un chien qui pourrait le croquer en moins de deux.

 

Le tout mis en relief dans un rapport d'enquête surnaturelle et achevé par une partie bonus enrichissante sur la création de cet ouvrage. Comment Mathieu Salvia a eu cette idée de revisiter le mythe du croquemitaine, comment Djet a réalisé ses dessins tout en imaginant être à la place d'un enfant face au croquemitaine.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

9_10.png

 

9_10.png

 

9_10.png

Pour les amoureux des créatures fantastiques et d'aventures à rebondissements, je recommande « croquemitaines » qui associe mythologie et intrigue policière ; créatures d'un autre âge et époque contemporaine. Un vrai petit bijou du genre macabre.

ShayHlyn.

Sans titre 5.jpg

23/05/2017

La cité sans nom T.1/3

 

La cité sans nom, Faith Erin Hicks, rue de Sèvres, jeunesse, aventureLa cité sans nom, Faith Erin Hicks, rue de Sèvres, jeunesse, aventureTome 1 : Menace sur l'empire Dao

Scénario : Faith Erin Hicks
Dessin : Faith Erin Hicks
Éditeur : Rue de Sèvres
240
pages
Date de sortie : 26/04/2017
Genre : jeunesse, aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

Cité aux mille noms... et cité sans nom.

Chaque nation qui s’empare de la Cité la renomme. Siècle après siècle, des envahisseurs arrivent, s’installent et la Cité change de nom. Mais ses habitants ne se laissent pas prendre dans ces luttes incessantes : leur ville est la Cité sans nom, et toute personne qui cherche à la renommer est étrangère.

Kaidu est l’un de ces nouveaux arrivants, né d’une famille Dao, le dernier peuple à avoir pris le contrôle de la région. Rat, elle, est originaire de la Cité sans nom, et déteste Dao pour tout ce qu’il représente. La passion de Dao pour sa nouvelle ville, où il fait ses classes de soldat de la Citadelle, est la seule chose qui pourra peut-être les rapprocher. Espérons-le, car tandis que des complots se montent, le sort de la Cité sans nom repose entre leurs mains.

La cité sans nom, Faith Erin Hicks, rue de Sèvres, jeunesse, aventureLa cité sans nom, Faith Erin Hicks, rue de Sèvres, jeunesse, aventure

 

Mon avis :

À l'instar de « Avatar, le dernier maître de l'air », « La cité sans nom » s'ouvre sur un univers largement inspiré de l'Asie, tout en insufflant un peu de fraîcheur du nouveau monde (sachant que l'auteure est originaire du Canada). Il suffit de voir les portraits du grand maître de la cité qui ressemble à s'y m'éprendre à un empereur nippon. Ou encore la cité en elle-même qui s'inspire largement de la cité interdite de Chine. Ou encore les Dao qui sont l'incarnation de l'armée impériale, ... mais lorsqu'on rencontre Rate, jeune fille des rues de le cité, elle a un « je ne sais quoi » d'amérindien ou Inca peut-être.

 

Cette dualité entre cette jeune fille espiègle et agile et son nouvel ami Kaidu (très typé asiatique) renforce l'affrontement entre le peuple qui a toujours vécu entre ces murs, subissant siècles après siècles toutes sortes d'invasions, et les Dao, derniers envahisseurs en date. Les uns détestent les nouveaux maîtres de la cité tandis que les autres méprisent ces gens qui se laissent envahir sans broncher. Quelle base pour lier une amitié, n'est-ce pas ?

Quoiqu'il en soit, c'est intéressant de voir comment une amitié à première vue impossible va s'instaurer entre ces deux jeunes gens. Une rivalité bon enfant qui va pourtant mener leurs pas vers des problèmes bien plus grands qu'eux. Il en va de la sauvegarde de la cité et de la paix qui y règne.

 

En lisant ces pages, j'ai eu comme l'impression de lire un remake de plusieurs aventures célèbres imbriquées les unes entre les autres. Allez savoir pourquoi. Une jeune Rate qui pourrait interpréter le rôle de Mulan dans cette copie de cité Interdite chinoise, Kaidu qui a tout de l'apprenti soldat qui n'aime pas se battre (ça vous rappelle quelqu'un?) le tout avec une petite intrigue digne de la grande révolution française au cœur de l'Orient.

 

Donc bien que le dessin soit accrocheur et l'idée somme toute assez intéressante, ça reste gentillet et « banal ». Mais, car il y a un MAIS... ce premier tome est clairement un tremplin à tout et n'importe quoi. Tout peut encore arriver ! Ce premier tome a juste servi à mettre chaque élément clé de l'histoire en place. Le rôle de ces deux enfants que tout oppose, la vie au sein de la cité et entre les murs du palais et de sa caserne, la politique en place, les états d'esprits. Donc avec ça en main, je le répète : tout peut encore se jouer et nous pourrions être surpris de la suite des événements... 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

6_10.png

 

8_10.png

 

7_10.png

à suivre dans le prochain tome bientôt à paraître !

ShayHlyn

19/05/2017

Sa Majesté le chat (histoire complète)

 

Sa majesté le chat, histoire complète, Akihiro Kimura, Doki Doki, Biopic, jeunesse, animaux, chat.Sa majesté le chat, histoire complète, Akihiro Kimura, Doki Doki, Biopic, jeunesse, animaux, chat.Scénario : KIMURA Akihiro
Dessin :  KIMURA Akihiro
Éditeur : Doki Doki
144
pages couleurs
Date de sortie : 5 avril 2017
Genre : jeunesse, biopic, animaux, chat

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

À la maison... le roi, c'est le chat ! 

Chez Akihiro Kimura, auteur de manga, on comprend vite qui commande : ce sont ses chats ! Depuis ce jour où il a ramené chez lui un premier petit chaton tout mignon, les félins règnent sur son foyer ! Ils l'empêchent de travailler, n'en font qu'à leur tête, se battent pour un rien…  Ce sont eux les maîtres, et lui ne semble être là que pour les servir ! Découvrez le quotidien de cinq maîtres chats et de leurs dévoués serviteurs humains… Une vie avec ses joies et ses peines, et surtout pleine d’amour, de gaffes et de ronrons qui feront vibrer le cœur des amoureux des chats.

Sa majesté le chat, histoire complète, Akihiro Kimura, Doki Doki, Biopic, jeunesse, animaux, chat.



Mon avis :

Les mangas qui ont pour héros des chats sont légions.

Je suis d'ailleurs sûre qu'à la simple évocation du mot « chat » vous pensez inévitablement à Chi qui sans conteste la plus célèbre minette au pays du soleil levant. Dès lors, j'applaudis l'initiative de Akihiro Kimura de se contenter d'un one shot. Pourquoi ? Parce que sinon, ça finirait inévitablement par se ressembler alors qu'il s'agit d'une biopic « véridique ». Et petit bonus non négligeable pour un manga : c'est en couleur ! Ce n'est certes pas le seul, Chi précédemment citée l'est également, mais ça rend encore l'histoire plus attachante.

J'en ai presque eu envie d'aller dans un bar à chats pour faire plein de papouilles à tous les chats... mais perso, je dois faire 100 bornes pour accéder au bar à chats le plus proche.

Comme le témoignage d'un humain qui parle de ses maîtres les chats. Comme je pourrais vous faire un roman sur mes furets ou d'autres qui pourraient vous parler du matin au soir de leurs chiens. Dès lors : c'est mignon ! D'autant que Akihiro Kimura a joué la carte du « chibi » soit la version enfantine des personnages, même des chats. Parce que 18 ans les matous ! (Je veux le secret de longévité de ce mangaka ! Quasi tous ses chats ont approché la vingtaine!)

C'est ainsi que nous découvrons, avec amusement, la vie de ce couple et de ces chats trouvés le plus souvent dans la rue. Comment on peut vite devenir « esclave » consentant de ces petites boules de poils et que, malgré les bêtises : on les aime et on ferait tout pour leur bien être !

Sa majesté le chat, histoire complète, Akihiro Kimura, Doki Doki, Biopic, jeunesse, animaux, chat.

Je ne peux donc QUE recommander ce manga à tous les amoureux des animaux qui, comme Akihiro et sa compagne, sont prêts à tout pour leurs animaux. Même à braver les interdits (à savoir sauver un animal et le garder chez soi alors que c'est interdit dans l'immeuble) ou finir recroquevillé dans son lit car Sasuke, Kurumi, Kohaku, Arashi ou encore Sango – les chats de la maisonnée – ont décidé que le lit leur appartenait ! De même pour un peu tout le mobilier d'ailleurs... je suis sûre que tout ça parle à beaucoup de monde.

 

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Sa majesté le chat, histoire complète, Akihiro Kimura, Doki Doki, Biopic, jeunesse, animaux, chat.

Allez : bonne lecture et surtout bon amusement.

ShayHlyn

15/05/2017

Les châteaux de la Loire T.1

Les châteaux de la Loire, Cazenove, Larbier, Bamboo, Histoire, culture général, châteaux, architectureLes châteaux de la Loire, Cazenove, Larbier, Bamboo, Histoire, culture général, châteaux, architectureScénario : Christophe Cazenove
Dessin : Philippe Larbier
Éditeur : Bamboo
48
pages
Date de sortie : 29 mars 2017
Genre : Histoire, culture général, châteaux, architecture

 

 

Présentation de l'éditeur

Chenonceau, Chambord, Chinon, Amboise, Blois, Ussé, Langeais...

Des architectures formidables, du mobilier splendide, des toiles et des tapisseries uniques ne sont pas, loin s’en faut, le seul intérêt des châteaux de la Loire.Dans chacun d’entre eux se sont déroulés tant de faits historiques ! Tant de rois, de reines, de grands personnages s’y sont croisés, y ont comploté, s’y sont aimés, qu’il fallait bien une visite plus que privée pour vous en faire profiter.

Les châteaux de la Loire, Cazenove, Larbier, Bamboo, Histoire, culture général, châteaux, architecture

Mon avis

 

Je ne sais pas pour vous, mais j'ai toujours appliqué le dicton : « une image vaut mieux qu'un long discours ». Bien que j'aime lire de bons gros romans qui pèsent trois tonnes, je dois avouer que pour ce qui est d'expliquer un pan d'histoire, la science ou autres concepts bien pesant si on le théorise par écrit : je préfère que ce soit en images. Soit à l'écran, soit en photos, ... soit en BD comme ici !

 

Les caricatures royales, l'humour parfois grinçant et les décors fidèles à la réalité – il suffit de voir les photos des châteaux à chaque début de chapitre – rendent cette BD très instructive, avec des anecdotes si bien imagées qu'elles restent en mémoire. Je crois bien en avoir appris plus en lisant « Les châteaux de la Loire » par Cazenove et Larbier qu'en fouillant Wikipédia (et croyez-moi, pourtant, Wiki est mon ami!)

 

Certes, il faut aimer le style de Cazenove qui jongle aisément entre BD pour adolescents que pour adultes, sans entrer dans l' « interdit de montrer aux enfants ». Dès lors, même si cet ouvrage vise plutôt les plus de 18 ans (nooooon, il n'y a pas de scènes olé, olé!), tout parent peut aisément faire découvrir l'histoire de ces grands châteaux à leurs enfants et peut-être même éveiller la curiosité pour les sites moins connus. Parce que honnêtement, quand on me dit « châteaux de la Loire », ma culture personnelle s'arrête à Chambord (j'adore!), Saumur, château d'Amboise, de Chenonceau, de Blois... et c'est tout. Du moins l'était-ce avant la lecture de cette bande dessinée.

 

Qui plus est, n'étant pas française : je pourrais compter sur une main les noms des rois de France que je connaissais avant. Mais comme dirait la pub (chuuuut, on ne cite pas de nom) : « ça, c'était avant... ». En caricaturant de la sorte les grands noms de la monarchie française et de leurs contemporains, j'ai pu me faire une petite ligne du temps avec les monarques que je ne connaissais pas. Je n'irai pas jusqu'à dire que j'aurai 20/20 à une interro surprise, là, maintenant, tout de suite : mais j'ai bien appris ma leçon, maîtres Cazenove et Larbier.

Les châteaux de la Loire, Cazenove, Larbier, Bamboo, Histoire, culture général, châteaux, architecture

Donc merci aux artistes et aux éditions Bamboo d'avoir eu l'idée de cette série de bandes dessinées destinées à la culture générale qui, en tout cas pour les châteaux de la Loire, est une franche réussite avec ce tome 1.

 

Certains diraient que le dessin est peut-être un peu trop simple ou grossier, mais dans ce contexte riche en informations, la caricature est certainement la plus efficace. Accompagnée d'une bonne dose d'humour comme on l'aime (ou pas... mais moi j'aimeuuuh) : et vous avez de quoi épater la galerie avec de belles petites histoires à raconter sur les châteaux de la Loire.

 

Une BD que je vous conseille, voire même vous recommande si vous avez des enfants dont l'Histoire passe au-dessus de la tête, car on apprend vachement bien en s'amusant. Parole d'une femme qui a dévoré cet ouvrage.

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les châteaux de la Loire, Cazenove, Larbier, Bamboo, Histoire, culture général, châteaux, architecture

ShayHlyn

PS : quelqu'un peut me dire ce que G. Depardieu fait en page 26 ?