15/11/2017

Bidou, une vie de chien

Bidou une vie de chien, Eduardo Damasceno, Luis Felipe Garrocho, Glenat, Vents d'ouest,jeunesse, animaux, passion, tranche de vie. Bidou une vie de chien, Eduardo Damasceno, Luis Felipe Garrocho, Glenat, Vents d'ouest,jeunesse, animaux, passion, tranche de vie. Scénario : Eduardo Damasceno
Dessin : Luis Felipe Garrocho
Éditeur : Glénat / Vents d'Ouest
80
pages
Date de sortie : 18/10/2017
Genre : jeunesse, animaux, passion, tranche de vie.

 

 

Présentation de l'éditeur

Bidou, le plus chou de tous les toutous !

Bidou est un petit chien solitaire vivant dans un terrain vague plutôt tranquille. Dormant sur le toit d’une voiture abandonnée, il profite pleinement de sa liberté pour vagabonder dans le voisinage et mener ses petites affaires. Mais un beau matin, sa vie sereine bascule brutalement par l’apparition d’un énorme bouledogue qui le chasse de son territoire ! Après quelques jours d’errance à travers les rues, Bidou est recueilli et placé dans un refuge où il fera la connaissance de nombreux amis. Bien décidé à retrouver sa liberté, Bidou et deux de ses complices parviennent à s’enfuir. Mais après avoir goûté à la vie en communauté, Bidou n’imaginait pas que le retour à la solitude serait si difficile à surmonter. Heureusement, quelque part dans la ville, un jeune garçon n’espère qu’une chose : se trouver un nouvel ami à quatre pattes...

Une belle fable animale sur l’amitié et le courage venue du Brésil, dont le héros est la réinterprétation d’un petit chien créé par le célèbre dessinateur brésilien Mauricio da Sousa.

Bidou une vie de chien, Eduardo Damasceno, Luis Felipe Garrocho, Glenat, Vents d'ouest,jeunesse, animaux, passion, tranche de vie.

Mon avis

En ce moment, les auteurs et dessinateurs brésiliens ont la côte. Souvenez-vous déjà de « Brune », cette petite auto-biographie toute en finesse et poésie. Aujourd'hui, c'est au tour de « Bidou, une vie de chien » de faire la part belle à la douceur et la simplicité sous la plume touchante de Luis Felipe Garrocho et la prose d' Eduardo Damasceno.

« Ce que je vais vous raconter est banal, une histoire où parfois les choses finissent bien et d'autres fois non. Mais c'est la meilleure histoire que je connaisse : elle raconte comment j'ai rencontré mon meilleur ami ! » (Bidou, page 9)

Voici donc le récit de ce petit chien des rues, maître de sa destinée, vivant dans une vieille épave de voiture, chipant sa pitance chaque jour comme il peut. Et de l'autre côté : un petit garçon qui rêve d'avoir un chien. Mais pas n'importe lequel. Sans pouvoir se l'expliquer, malgré tous les chenils visités : il ne rencontre pas celui qui deviendra son meilleur ami.

Et encore une fois, la poésie latine m'a enchantée alors que maître Samba et consort me voyaient déjà en train de me creuser les méninges pour trouver quoi dire. Mais sous ces traits simples, assez typiques de l'Amérique du sud pour ce que j'en sais (beaucoup de courbes dans les représentations humaines, des jeux de couleurs pastelles et pourtant chatoyantes et des visages très expressifs)  et la majeure partie des phylactères remplis d'autres dessins à la place de dialogues : c'était agréable à lire.

Bidou une vie de chien, Eduardo Damasceno, Luis Felipe Garrocho, Glenat, Vents d'ouest,jeunesse, animaux, passion, tranche de vie.

Un ouvrage certainement plus destiné aux enfants qu'aux adultes, mais qui parvient à attendrir les cœurs des amoureux des animaux, avec ce petit toutou qui n'a pas la vie facile à l'instar des jeunes gens vivant dans les favelas. Un petit cabot qui connaîtra la peur de la fourrière, la douleur de croiser les crocs avec un molosse fugueur et sa vision de l'être humain réduite à sa plus simple expression : source de nourriture et/ou de coups.

Mais avec un brin de fantaisie, un peu de magie émanant de l'innocence des enfants et c'est un happy-end qui nous attend.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Bidou une vie de chien, Eduardo Damasceno, Luis Felipe Garrocho, Glenat, Vents d'ouest,jeunesse, animaux, passion, tranche de vie.

Je pense que cet ouvrage peut être un bon tremplin aux parents dont les enfants veulent un animal de compagnie. Une façon d'aborder les lois de l'adoption, de l'amour à apporter à un être qui dépend entièrement de nous et des aléas de la vie quand son meilleur ami à quatre pattes.

Amis parents : laissez-vous tenter.

ShayHlyn.

12/11/2017

Les chroniques courtes #148, Les Monstres attaquent 2/3, BTooom T22, Master & Slave T.1

Les Monstres attaquent 2/3

Couv_314203.jpgScénario : Cullen Bunn et autres
Dessin : Julián López et autres

Éditeur : Panini comics
152 pages
Date de sortie :  novembre 2017 (kiosque)
Genre : comics de super-héros

 

  

Mon avis:

Voici le deuxième opus de la série limitée Monsters Unleashed de Marvel. Les monstres continuent à pleuvoir sur la terre et les super-héros ont du mal à les contenir ! Spider-Man et le Doctor Strange ont bien du mal à éliminer une grosse bête furieuse, et les X-Men n'en mènent pas large. Mais des faits nouveaux arrivent: les vieux monstres terrestres (Fin Fang Foom et consors) s'unissent aux héros pour combattre les nouveaux arrivants, la chasseuse de monstres, Elsa Bloodstone à trouvé un gosse,Kei, qui a le pouvoir de faire apparaître les monstres qu'il dessine... Pourra-t'il les éliminer aussi ? Mais le vrai danger arrive du fin fond de l'espace...

Une belle mini-série qui me réconcilie un peu avec le nouveau monde Marvel. Des nouveaux dessinateurs et auteurs font ici leurs premiers pas mais la série principale est du prolifique Cullen Bunn qui nous montre encore ici son imagination débridée. Et puis quel plaisir de revoir les vieux monstres crées il y a des décennies au début de l'ère Marvel comme Googam, fils de Goom ou Xemnu.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

______________________________________________________________________

BTOOOM Tome 22

Les chroniques courtes, #148, btooom, Junya Inoue, Glénat, SurvivalLes chroniques courtes, #148, btooom, Junya Inoue, Glénat, SurvivalAuteur : Junya Inoue
Editeur : Glénat
210 pages
Genre : Survival
Sortie : le 4 octobre 2017

 

 

 

Mon avis :

Sakamoto vs Kida, dernier round entre deux des protagonistes centraux de Btooom. Malgré l’intervention à distance d’Ida, qui a temporairement pris le contrôle des bureaux de la maison mère, et qui communique par émetteur à chaque joueur toujours vivant, comme quoi la partie est terminée…cela ne semble pas calmer les ardeurs des concurrents restants. Ils cherchent à s’entretuer quoi qu’il advienne.

 

Les explosions se comptent par dizaines, à se demander comment Sakomoto ne soit que très légèrement blessé à l’épaule. Il évite les propulsions comme si il évitait des balles de tennis.

Hormis cela, on savoure encore et toujours cette agréable série survival. La série terminée au Japon compte 26 tomes…encore 4 épisodes avant la conclusion finale. La suite est prévue en février 2018…Patience !

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les chroniques courtes, #148, btooom,

 

Les chroniques courtes, #148, btooom,

 

Les chroniques courtes, #148, btooom,

Coq de Combat

______________________________________________________________________

Master & Slave tome 1

les chroniques courtes,#148,les monstres attaquent,cullen bunn,julián lópez,panini comics,super-heros,btooom,junya inoue,glénat,survival, Master & Slave, manga, shojô, romance, jeunesse Auteur : Ai Hibiki
Editeur : Soleil
Genre : Shôjo, romance, jeunesse
Sortie : le 11 octobre 2017

 

 

 

 

Mon avis :

 

Que se passe-t-il quand une richissime jeune fille devient pauvre et que, en prime : celui qu'elle a toujours considéré comme son esclave devient multimilliardaire et la traite à son tour comme une esclave ? C'est la fil conducteur de cette version moderne et moins candide de « princesse Sarah » au Japon ! Kanna, notre héroïne, se retrouve donc à répondre aux moindres exigences de son ancien larbin, non sans mal, jusqu'à découvrir.... qu'elle l'a toujours aimé ! C'est donc un sérieux bon petit manga pleins de rebondissements, même si certains points sont cousus de fils blancs pour nous, ô lectrices aguerrie de shôjô bien arrangés par une des maîtresses du genre à l'heure actuelle : Ai Hibiki.

Que du bonheur pour nous... et de la pagaille pour notre duo de charmes et de choc !

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les chroniques courtes, #148, btooom,

Affaire à suivre,

ShayHlyn.

09/11/2017

Monstress T.2/3

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.LA QUÊTE

Scénario : Marjorie Liu
Dessin : Sana Takada
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 11/10/2017
Genre : Heroic / Dark Fantasy, aventure, fantastique.

 

 

Présentation de l'éditeur

Mélange de steampunk, de fantasy et de Kaiju (terme japonais pour décrire des créatures étranges, voire monstrueuses), ce récit se déroule dans une Asie uchronique du début du XXe siècle, dans un univers influencé par le style Art Déco.

Après avoir survécu au massacre entre les humains et les Arcaniques, Maika Demi-Loup partage un lien psychique avec un monstre aux pouvoirs incommensurables. Elle doit affronter un fantôme issu de son passé, qu’elle pensait disparu. Maika, Kippa et Ren décident de se rendre à Thyria à la recherche de réponses…Pour finalement découvrir et devoir faire face à une nouvelle terrible menace.

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.

Mon avis

Pour ceux qui n'auraient pas lu le premier tome, L'ÉVEIL, Monstress nous plonge dan un nouveau monde d'heroic-fantasy où le personnage principal est une jeune femme dévastée par la guerre, mutilée et sans réels souvenirs de son passé. Dans cet univers tout droit sorti de l'esprit de Marjorie Liu et du talent graphique incontestable de Sana Takeda, cinq peuplades coexistent non sans mal : les Chats semblables à des moines archivistes, détenteurs du savoir ; les Humains... qui sont juste des humains ; les Anciens, espèces de divinités mi-humaines, mi-animales ; les Dieux Antiques, démons pour les autres peuplades et chassés voire exterminés autant que possibles et les Arcaniques (ou Sang-mêlés) dont fait partie Maika notre héroïne.

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.  Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.

Plus précisément, Maika demi-loup de son nom complet, est une arcanique croisée entre une humaine (sa mère) et chut... arrêtons là les confidences pour ne pas venir à vous spoiler dieu-sait-quoi sans le faire exprès. La pauvre, suite à une guerre terrible évoquée dans le tome 1, se retrouve amputée d'un bras et à la place, un dieu Antique y a élu domicile. Une présence maléfique qui tente de contrôler la jeune femme pour qu'elle verse dans le côté obscure en semant le chaos et la destruction autour d'elle.

 

C'était sans compter la force de caractère de Maika et de ses compagnons d'infortune qui iront jusqu'au bout des terres connues s'il le faut pour découvrir la vérité et résoudre l'énigme qui plâne au-dessus de l’existence même de Maika. Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Qui était cette femme – sa mère – et quel était son but en faisant de sa fille une héritière des dieux Antiques ? Tant de questions qui jalonnent ce second opus, tant de conflits avec les autres créatures de ce monde pour espérer avoir des réponses... Le tout, magistralement mis en image et en couleur par notre duo de choc : Marjorie Liu au scénario et Sana Takeda aux dessins.

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.

Un régal à chaque page, des créatures époustouflantes, comme ces Anciens, divinités vaguement similaires aux dieux égyptiens ou aux Kaiju japonais, ces chats savants marchant sur deux pattes, possédant une ou plusieurs queues selon leur degrés de connaissances, des sirènes, des hommes tigres, des femmes renards, ... et quelle précision, quelle finesse dans les traits ! On voit que miss Takeda a déjà travaillé dans de grandes sociétés comme SEGA (c'est plus fort que toi) père fondateur de Sonic le hérisson. Mais notons à l'actif de Sana Takeda : Ms Marvel, X23 ou encore des parutions dans les Marvel et Aspen Comics. De même pour la scénariste, d'abord avocate, Marjorie Liu a associé son nom des romans mais aussi plusieurs comics comme Dark Wolverine et X23 comme sa partenaire de choc dans Monstress.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

8_10.png

 

9_10.png

 

8_10.png

À lire, à regarder, à aimer...

ShayHlyn.

07/11/2017

Crush on You T.1

Crush on you, Chihiro Kawakami, Soleil, Shôjô, jeunesse, romanceCrush on you, Chihiro Kawakami, Soleil, Shôjô, jeunesse, romanceScénario : Chihiro Kawakami
Dessin : Chihiro Kawakami
Éditeur : Soleil
192
pages
Date de sortie : 13/09/2017
Genre : shôjô, romance, jeunesse.

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Elle voulait éviter les ennuis mais elle va devoir désormais gérer un adorable délinquant qui, derrière son effronterie de façade, cache bien des souvenirs douloureux…

Otowa Tatsushi sort d’une triste rupture. Alors qu’elle s’était beaucoup investie émotionnellement, son petit-ami a préféré mettre fin

 à leur relation afin de garder sa liberté. Depuis, elle se tient à l’écart des garçons. Mais le destin joue parfois des tours inattendus. Elle va se rapprocher de Narazaki, plutôt beau garçon, mais très franc et manquant un peu de finesse. Les ennuis peuvent commencer…

Crush on you, Chihiro Kawakami, Soleil, Shôjô, jeunesse, romance

Mon avis

Quand on voit Narazaki, héros masculin de cette nouvelle romance, en couverture : il y a de quoi se demander ce que nous allons lire. Va-t-on avoir droit à un shôjô plus relevé, traitant de vilains bad-boy ou... en regardant la quatrième de couverture : allons nous découvrir un yankee plus tendre qu'il ne laisse paraître de prime abord ?

 

Car oui, mesdemoiselles (et messieurs si vraiment un shôjô vous tente) le personnage masculin principal est juste un sacré gaillard, qui n'en loupe pas une à l'école, extraverti et pourtant solitaire. Un beau gosse qui a cumulé les conquêtes jusqu'à ce qu'il jette son dévolu sur.... la plus inattendue des demoiselles : timide, ordinaire, studieuse, sans histoire. Je veux bien entendu parlé de l'héroïne dont nous allons suivre les pensées comme fil conducteur : Otawa.

 

Elle qui ne voulait plus entendre parler des garçons, comme une certaine Shizuku dans « Cheeky love » souvenez-vous. La différence étant que cette dernière est dégoûtée des garçons, principalement beaux, parce qu'elle les voit tous comme des mufles ; ici, Otawa vient juste de rompre après s'être investie dans une relation amoureuse qui lui a brisé le coeur.

 

Autre différence de taille, dans « Crush on You », le héros semble véritablement épris de la demoiselle et se montrer galant, avenant et protecteur.. ce qui a de quoi perturber notre demoiselle qui, sous ses airs à ne pas y toucher, semble être finalement plus expérimentée que son nouveau prétendant. Ça cache quelque-chose, moi je vous le dis ! Et c'est en ça que je suis curieuse de lire la suite. La belle est-elle aussi ingénue qu'elle le laisse penser ? Le beau prince a-t-il raison de se poser les mêmes questions que nous, lectrices ? Et pourquoi est-ce que l'ex petit ami semble perturbé de voir celle qu'il a laissé comme une vieille chaussette avec un autre ?

Crush on you, Chihiro Kawakami, Soleil, Shôjô, jeunesse, romance

Un bon petit triangle amoureux, digne de ce nom quand on fait des shôjôs et des petits indices qui titillent la curiosité.

 

Sans conteste, une affaire à suivre...

Album_R_sf_txt_65px.jpg

7_10.png

ShayHlyn.

 

PS : oups, je n'ai pas parlé des dessins ? Vous y tenez ? Parce qu'à moins d'un style super exceptionnel qui sort du lot, je vous avoue que les dessins shôjô : ce sont des dessins shôjôs avec des demoiselles rougissantes, des sourires en coin pour ces messieurs, des fleurs et des cœurs, des atmosphères propices aux bisous et autres gestes tendres.... mais c'est bien quand même !! La preuve : 3 cœurs... et demi !

 

Allez, à la prochaine chronique les amis...