24/12/2016

ORGUEIL & PRÉJUGÉS

 

orgueilEtPrejuges.jpgSans titre 1.jpgOrgueil & Préjugés (récit complet)

Scénariste : King Stacy

Illustrateur : PoTse

Éditions : Soleil Manga

Collection : Classiques

Série : ORGUEIL ET PRÉJUGÉS

368 pages

Genre : classique, shôjo, adaptation, romance

Parution le 23 novembre 2016

 

Résumé :

 

Retrouvez le Best-seller de Jane Austen, adoré par des millions de lecteurs à travers le monde, dans une magnifique adaptation manga !

 

Lorsque Monsieur Bingley, jeune homme riche et célibataire vient s’installer à Netherfield accompagné de son ami Monsieur Darcy, c’est Madame Bennet et ses cinq filles à marier les premières averties ! Car chacun sait qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier ! Découvrez cette superbe adaptation en manga du mondialement connu chef-d’œuvre de Jane Austen. Tout l’humour et le romantisme de l’original y sont parfaitement éclairés par un dessin riche et somptueux.

persobis.jpg

Mon avis :

 

Il est des lectures qui sont un véritable défi pour les chroniqueurs. Les œuvres qui n'ont pas été aimées, les œuvres majeures et celles qu'on connaît déjà tellement qu'on ne peut plus être entièrement objectif. « Orgueil & préjugés » est de ceux-là pour moi, ô grande fan inconditionnelle de Jane Austen depuis des années !

 

Objectivement, ce petit bijou paré de dorures est un magnifique shôjo dont les auteurs ont su, en prime, respecter l’œuvre originale. J'avoue même que certains personnages, à l'instar de Madame Bennet, Lydia Bennet ou Monsieur Collines qui sont aussi théâtraux qu'on puisse l'imaginer, ont été sondés, décortiqués et donc personnifiés magistralement. Avec néanmoins une touche personnelle de l'illustratrice afin de ne pas être une simple pale copie des films et séries donnant déjà vie à tous ces héros de l'ancienne Angleterre.

 

Et rien ne manque ! Toutes les séquences phares du roman y sont présentes. Le premier bal avec son premier lot de préjugés, les critiques de la haute société, l'orgueil de certaines personnes trop fières pour admettre leurs torts, ... et bien sûr, toutes ces amourettes tragi-comiques ! Le tout savamment orchestré pour que les jeunes femmes de notre époque puissent s'y retrouver sans difficulté.

 

À vous chères lectrices, serez vous la douce et timide Jane ? L'intrépide et fière Lizzy (la véritable héroïne de ce récit), ? Mary peut-être (vraiment ?) si droite et presque déjà acariâtre malgré son jeune âge ? Lydia, excentrique et insouciante ? Ou encore Kitty si jeune et influençable ? Je pense que chaque jeune femme s'y retrouvera et se délectera de ces pages où se succèdent des personnages tellement beaux – du moins presque –, attachants ou méprisables, dans des décors flamboyants ou rêve et réalité parviennent à se mêler pour rendre ce shôjo somptueux. Chaque page est une invitation à la lecture pour nos jeunes filles en fleurs, à n'en pas douter.

personnages.jpg

Pour les fans plus âgées, comme moi, je pense que « Orgueil & préjugés » manquera de maturité. Il est clair que ce manga vise nos jeunes adolescentes en quête de grand amour, avec le besoin de voir à quel point c'est réciproque entre deux héros sans pour autant tomber dans la facilité. C'est un cruel dilemme entre Lizzy Bennet et Monsieur Darcy que de vouloir être ensemble malgré tout ce qui les sépare.

 

Je déplore donc, et ce à cause de mon « grand » âge et ma trop grande passion pour l’œuvre originale, ces interludes où les demoiselles aussi belles soient-elles deviennent presque hystériques avec des petits cœurs partout autour quand Cupidon semble les avoir touchées de ses flèches, quand la nervosité les fait bouger dans tous les sens sous les traits de petits chibis (personnages adultes dessinés sous des traits de poupons), ...

chibi.jpg

Il faut savoir que le personnage de Lizzy a passé la vingtaine dans le roman de Jane Austen. Un âge où, à cette époque, les jeunes femmes commençaient déjà à se faire « traiter » de vieilles filles. Rappelons qu'à l'époque de Jane Austen, on ne vivait pas aussi vieux qu'aujourd'hui et il était courant pour les demoiselles de se marier avant l'âge de la majorité que nous connaissons. Ce n'était donc plus une adolescente, mais déjà une femme consciente de la difficulté de la vie et de la bienséance, une jeune femme belle et intelligente qui défiait les conventions dans le but de se marier non pas intérêt, mais par amour.

 

C'est donc pourquoi, tout en reconnaissant la qualité de l'ouvrage, la magnificence des dessins et le respect des dialogues, j'ai ressenti un sentiment de légère déception. Infime certes, mais bien présente car j'aurai aimé un manga plus mature à l'instar par exemple de la série « Innocent » qui allie beauté graphique, vocabulaire adapté et maturité de mise dans le cadre historique.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Mais quelle belle façon de faire découvrir ce classique aux plus jeunes !

ShayHlyn

 

17/12/2016

Des Fragments de l'Oubli

 

couverture.jpgPlanche2.jpgDes Fragments de l'Oubli (intégral)

Dessinateur : Serge Annequin

Scénariste : Serge Annequin

Éditeur : EP Media

144 pages

Genre : Fantastique, psychologique, compilation.

Parution le 7 décembre 2016

 

Résumé :

Une histoire forte et sombre dans laquelle des touches de fantastique viennent se mêler aux grisailles de nos villes impersonnelles. En Islande, un volcan se réveille et entre en éruption. Au même moment, en France, un homme à tête d'oiseau choisit de fuir en abandonnant Faustine, sa fille de 15 ans. 

planche1.jpg

Mon avis :

Disons-le d'entrée de jeu : on n'achète pas ce bouquin pour les dessins ! Pourtant, ce style simpliste aide à ne pas perdre les pédales face aux déboires dont Faustine, jeune adolescente de 15 ans, est victime et témoin.

Sur fond de poésie de Baudelaire (Léthée) et de psychologie, d'art et de surréalisme : je ne compte plus les fois où j'ai relu plusieurs pages, passé de ma lecture en cours pour plusieurs pages en arrière et m'écrier « wouah... ok... d'accord, je comprends mieux » et pour tenter de comprendre, il faut comprendre ! Tout s’emmêle, tout est lié, tout est alambiqué... le programme TV de la mamy de l'étage en-dessous, qui a « des choses à lui dire », le nouveau voisin tellement bruyant et fuyant... ah si Faustine savait qui il était ?!

Mais comme cette adolescente laissée à son sort pendant l'absence de son père, nous devons attendre que les pages se succèdent pour comprendre. Chaque jour, elle laisse des messages à sa maman via un dictaphone, elle se rappelle les souvenirs de son papa, parle de sa vie, des moments où elle ne veut voir personne, des jours d'été qu'elle déteste, sa voisine bien gentille, mais qui radote, ce nouveau voisin qui semble perturbé et qu'elle n'a pourtant pas rencontré...

Et Baudelaire, avec ses vers tellement incompréhensibles. Il est la trame de toute ces mésaventures psychologiques pour Faustine et surtout : son papa à la tête d'oiseau. Pourquoi ? Comment ? Découvrez-le dans cet ouvrage particulier, tordu et qui pourtant donne envie de lire la suite. J'ai été surprise de m'intéresser à ce bouquin au dessin peu attrayant à mes yeux.

Planche3.jpg

Alors accrochez-vous à vos neurones et bonne lecture braves gens.

a08-3e78906.gif

ShayHlyn

 

 

08/12/2016

In Love with my teacher

InLovewithMyTeacher.jpgIn Love with my teacher

Récit complet

Mangaka : Saki Aikawa

Éditions : Soleil Manga

Collection : Shôjo

192 pages

Genre : jeunesse, romance

Parution le 9 novembre 2016

 

 

Avis de l'éditeur :

Retrouvez une compilation d'histoires d'amours inédites de Saki Aikawa, l'auteure de shôjo préférée des lectrices !

Nozomi a menti sur son âge pour décrocher un petit job, mais très vite, son professeur principal Monsieur Sawamura, découvre la vérité. Contre toute attente, il gardera le secret de la jeune fille pour lui. Une relation particulière se met alors en place entre le professeur et son élève. Quand ils sont ensemble, le cœur de Nozomi se serre. Serait-ce de l'amour ? Pourquoi est-il si gentil avec elle, est-ce uniquement parce qu'elle est son élève ?

InLovewithMyTeacher.jpg

Mon avis :

Voici un manga léger, très léger, qui pourrait faire palpiter le cœur des jeunes filles qui commencent à ressentir les effets de l'amour sur leur corps. On y parle d'un amour entre une élève et son professeur, entre deux adolescents qui vont passer leur premier Noël en amoureux (chose importante au Japon), deux amis d'enfances, ... et autres petites amourettes que nous pourrions sans mal retrouver dans une célèbre revue pour ménagères dont je tairais le nom, mais qui est entièrement composé de romans photos à l'eau de rose.

Ainsi, je trouve que ce manga a un goût de trop peu, de trop vite. Les mini histoires recueillies dans cet ouvrage sont certes toutes mignonnes, mais pour les fans de shôjo : il faut au moins deux, voire trois tomes pour s'émerveiller de ce qui s'y passe et non pas quelques pages. C'est donc enchantée par les dessins, mais déçue par la brièveté des histoires que j'ai parcouru « in love with my teacher ».

J'ai bien compris l'idée de regrouper des petites histoires qui n'auraient jamais l'étoffe d'une saga, mais l'une d'entre elle – de l'aveu même de la mangaka – était prévue pour plusieurs tomes et cela se ressent, ce qui accentue l'impression de « trop peu ». C'est pourquoi je pense que « In love with my teacher » trouvera lectrices, mais pas des foules. Des fans de l'artiste à qui il faut reconnaître que son titre de « auteure préférée des lectrices » est totalement justifié car ses dessins sont lumineux et ses textes sincères et rafraîchissants.

Dommage qu'il s'agissait donc de petites nouvelles.

a06-3e788fc.gif

 

 

ShayHlyn

 

05/12/2016

LE CHATEAU DE MA MERE

le château de ma mère,marcel pagnol,bamboo,grand angle,serge scotto,eric stoffel,morgann tanco,adaptation,littérature,biographiele château de ma mère,marcel pagnol,bamboo,grand angle,serge scotto,eric stoffel,morgann tanco,adaptation,littérature,biographieScénaristes : Serge Scotto, Eric Stoffel
Dessinateur : Morgann Tanco
Éditions : Bamboo
Collection : Grand Angle Marcel Pagnol
80 pages
Genre : littérature, biographie.
Paru le 02 Novembre 2016


Avis de l'éditeur :

2015. À l'occasion du 120e anniversaire de la naissance de Marcel Pagnol, Grand Angle s'est lancé un défi titanesque : adapter les plus grands classiques de l'écrivain. Et par la même, tenter de remettre au goût du jour des textes plusieurs fois adaptés au cinéma, mais qui n'avaient encore jamais connu les honneurs du 9e art !
[...]
Fort du succès du lancement de la collection Pagnol, 2016 sera l'année de la confirmation, puisqu'il s'agira de s'attaquer à l'un des chefs-d’œuvre de l'écrivain, mais aussi l'un des plus évocateurs pour les lecteurs : Le Château de ma mère !

Après la Gloire de mon Père, la suite des souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol

La fin de l’été est un drame pour le petit Marcel Pagnol, obligé d’abandonner ses chères collines. Mais la famille monte dorénavant chaque samedi à La Bastide Neuve. Un matin, lors d’une partie de chasse dans la garrigue, Marcel fait la rencontre d’un jeune paysan, Lili des Bellons. Une nouvelle aventure s’offre à lui : celle de l’amitié. Pittoresque et truculent, voici après La Gloire de mon père, le deuxième tome des « Souvenirs d’enfance » de Pagnol.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol, Bamboo, Grand Angle, Serge Scotto, Eric Stoffel, Morgann Tanco, adaptation, littérature, biographie

Mon avis :


Comme pour beaucoup, moi y compris : Pagnol c'est la Garrigue, c'est Marseille, le soleil, les cigales et l'accent chantant du Sud, mais ce n'est pas tout ! Comme le font très bien remarquer les scénaristes dans la partie « bonus » de l'ouvrage : « C'est ainsi que parfois les zélateurs de Pagnol [...] le confissent en folklore ! Qui le confinent à la carte postale ! [...] Qui le réduisent au régionalisme comme si sa littérature ne valait pas davantage [...] Et c'est ainsi que la pagnolade finit par l'emporter sur le pagnolesque, qualificatif qui conviendrait davantage au plus grand raconteur d'histoires de la littérature populaire du XXe siècle. ».


Car oui, Pagnol est un auteur important de la littérature française, au même titre que d'autres issus de régions moins ensoleillées de Francophonie. Combien n'ont pas eu, dans leur liste de lecture scolaire, à lire ces grands classiques, qui n'a pas fini une soirée devant la tv, en famille, devant une de ses oeuvres ? Tout ça, Serge Scotto, Éric Stoffel et Morgann Tanco l'ont bien compris en revisitant « Le Château de ma mère » pour notre plus grand plaisir.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol, Bamboo, Grand Angle, Serge Scotto, Eric Stoffel, Morgann Tanco, adaptation, littérature, biographie


Une partie de mon enfance qu'il se fallait de traiter avec le respect qui lui est dû. Et, chapeau aux artistes : ils ont réussi. Le scénario a une grande place dans cet ouvrage, rappelant que Pagnol était un maître des mots avec lesquels ils jonglaient aisément. Des citations qui se retrouvent dans de grands phylactères n'assombrissant néanmoins pas les images gorgées de soleil... ou de pluie quand le temps n'était pas avec notre petit Marcel, découvrant ses chères collines avec son ami Lili.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol, Bamboo, Grand Angle, Serge Scotto, Eric Stoffel, Morgann Tanco, adaptation, littérature, biographie


Le dessin n'est d'ailleurs pas sans me rappeler, mais cela est évidemment un avis personnel, celui de feu l'artiste Mittéï dans l'adaptation des Lettres de mon Moulin d'Alphonse Daudet (aux éditions Dupuis, octobre 1979) avec une touche plus détaillée, plus précise dans les visages et surtout les expressions des personnages. Ce n'eut pas été Marcel Pagnol si les héros de cette aventure n'avaient pas été expressifs et attachants. Or, Morgann Tanco a réussi à rendre justice à chacun, leur donnant vie tandis que les scénaristes les faisaient parler tantôt en caractère « ordinaires » tantôt avec des lettres manuscrites quand les lèvres restaient closes pour laisser « parler » la plume du petit Marcel.


Bravo donc à cette équipe d'artistes pour m'avoir fait replonger non pas seulement dans l'enfance de Pagnol, mais également la mienne. Dans l'espoir que des plus jeunes découvrent eux aussi, par le biais de cette magnifique bande dessinée, le talent de Marcel Pagnol.

anim-3e7891e.gif


ShayHlyn