20/07/2016

Maudit Manoir T. 3 : Cocktail de saveurs

maudit manoir t5.jpgmaudit manoir t6.jpgScénario : Manu Boisteau.
Dessin : Paul Martin.
Éditeur : Casterman.
32 pages.
Sortie : 1er juin 2016.
Genre : Humour, jeunesse.


Résumé :

Dracunaze, Bernard le loup-garou et le professeur Von Skalpel sont des colocataires peu ordinaires. Avec eux, la proprio du Manoir n'arrive pas souvent à se faire payer le loyer. Quant à savoir qui va remplir le frigo, et surtout avec quoi, mieux vaut ne pas y penser!

Mon avis :

Après avoir été tourmentés par un ouvre-boîte dans le premier tome et après avoir essayé de gagner le cœur de leur propriétaire dans le deuxième, voilà que ces personnages inspirés des monstres les plus célèbres du cinéma (Dracula, Frankenstein, etc.) n'arrivent pas à joindre les deux bouts au point même de ne pas pouvoir manger à satiété. Sans doute la BD la plus courte que j'aurai eu à chroniquer mais loin d'être la meilleure! Le dessin me fait bizarrement penser au "Mariage pour les nuls", de Mademoiselle Caroline. Tout comme l'humour, il est en deçà d'être séduisant. Manu Boisteau (également graphiste et illustrateur depuis le début des années 1990, après avoir fait ses études à l'école Estienne) avait déjà créé avec Paul Martin "James Bonk", aux éditions Cornélius, et les aventures de "Thierry le ver de terre", aux éditions Bayard (pour info, Paul Martin, lui, ne conçoit pas non plus que des bandes dessinées mais aussi des jeux, même des livres-jeux, des histoires et des romans. Parallèlement, il apporte son écot à Astrapi, J'aime Lire et à des nombreux autres magazines). Concernant la série "Maudit Manoir", on sent que le duo d'auteurs ne fonctionne pas malgré leur expérience respective. Je n'irai pas jusqu'à penser que c'est un "maudit album" et que je me suis farci un "cocktail d'erreurs" mais sans du tout vouloir être méchant, il y a un manque de talent perceptible. Bienvenue chez les monstres mais, pour certains, vraiment pas sacrés ; car une remise en question doit impérieusement s'imposer!

maudit manoir.jpg


a03-3e788b8.gifGénéral 


Mister Med.

18/07/2016

Velo Maniacs T12

velo maniacs t12.jpgvelomaniacs t12.jpgScénario : Jean-Luc Garréra.
Dessin : Alain Julié.
Éditeur : Bamboo.
56 pages.
Sortie : 1 juin 2016.
Genre : Humour.


Résumé :

Il est vrai que le cyclisme est un sport exigeant mais le maire fait office de juge de paix avec une exemplaire impartialité. Du moins, il essaie, car il est aussi mordu de cyclisme que tous les habitants de ce petit village si particulier qu’est Pignon-sur-Rut, où la petite reine passe avant tout!

Mon avis :

Ça y est, cette success story a 10 ans. Entre le premier et le douzième volet se sont écoulés 150 000 exemplaires! Pas mal, non? Tout commence avec la rencontre à l'école primaire entre deux grands passionnés de BD : Julié et Garréra. Quelques années plus tard, ils projettent de donner corps à cette série publiée aux éditions Bamboo. Le douzième épisode nous offre un flashback centré sur l'enfance des héros, lorsqu'ils ont connu leurs premiers désagréments à biclou. Le noble désir de la part des deux auteurs de donner du cyclisme une image opposée à celle que donnent les médias, je pense forcément au dopage, transparaît et est tout à fait admirable. Même si cette triche malsaine est un énorme problème dans le monde du sport, la bicyclette n'en est pas réduite à ça. Il est aussi question, dans cette discipline, de hardiesse et de résignation. Alain et Jean-luc ont toujours veillé à faire partager aux lecteurs la joie des clubs de villages ou le plaisir d'aller faire du VTT dans les Pyrénées.

À propos de la ribambelle de gags (tantôt marrants, tantôt moins) qui attife les pages des "Vélomaniacs", le scénariste a certifié que les étapes du Tour de France étaient sa principale source d'inspiration, si on ne tient pas compte des anecdotes personnelles qu'on lui raconte, et qu'il n'en ratait pas une. De son côté, le dessinateur a affirmé que, contrairement à certains sports où l'on peut vite tourner en rond, le thème du vélo permettait d'alléguer de l'oxygène au propos et au dessin "gros nez", rond et clair (style presque classique, pour ce genre d'album). Il poursuit en expliquant qu'il est, de toute évidence, dans la caricature puisqu'un vélo, tel qu'il le couche sur papier, n'avancera pas. En somme, des planches qui méritent quand même qu'on s'y attarde. De quoi se remémorer le temps des BMX avec la selle pas toujours très fixe.


a08-3e78906.gifGénéral


Mister Med.

 

23/06/2016

Les Foot Maniacs - Tome 14

footmaniacs t14.jpgfootmaniacs.jpgScénario : Jenfèvre, Sulpice et Cazenove.
Dessin : Saive.
Éditeur : Bamboo.
48 pages.
Sortie : 18 mai 2016.
Genre : Humour, football


Résumé :

Le FC Palajoy voit se rapprocher une ancienne gloire du football devenue responsable d’une haute instance footballistique : Michel Flatini ! En s’intéressant à un petit club, Flatini espère redorer son image ternie par les affaires. Mais, ce qu’il ignore, c’est qu’il est l’idole absolue de Marcel Dubut, le plus insupportable des supporters du FC Palajoy. Le tout sur fond de championnat d’Europe des nations… Bref, encore un album de haute volée pour les champions des crampons !

Mon avis :

Cette quatorzième aventure qui se veut parodique, drolatique mais surtout, footballistique pourrait accessoirement (ou pas) remonter le moral aux mordus de foot en cas de défaite de leur équipe favorite au cours de l'Euro, immanquable événement bi-annuel. Tout particulièrement s'il s'agit du pays organisateur : la France (pour l'instant, on n'a pas vraiment de souci à se faire, elle a bien commencé).

Néanmoins, peut-on parler de puissance humoristique ? En réalité, on est entraîné dans une dérision aussi bien usuelle qu'alcaline. Étonnant de la part d'un scénariste de la trempe de Cazenove, surtout qu'ils s'y sont mis à trois pour combler les bulles de cette façon ! Lui qui avait fait un très bon taf avec Hervé Richez en apportant sa contribution pour "les fondus du Beaujolais nouveau", il me semble évident que sa collaboration avec Henri Jenfèvre et Olivier Sulpice ne soit pas si fructueuse. Hormis eux, il y a le dessinateur Olivier Saive qui donne libre cours à la touche "gros nez" (pas surprenant, vu ce genre de BD), l'accompagnant d'un ton malgracieux mais très sémillant.

Il ne faut pas non plus oublier de souligner, malgré tout, les clins d'oeil en concordance avec ce sport ainsi que la dégaine satirique de cette série. C'est-à-dire qu'il y a, par exemple, des allusions à l'immense joueur - dans tous les sens du terme - Zlatan Ibrahimovic qui là, se fait appeler "Zvatan" et Michel Platini qui a troqué son nom contre le pseudonyme Michel "Flatini", tous deux inspirés des auteurs de cette saga. Il y est fait mention d'une sorte de "what if" en rapport avec l'actualité de l'ancien footballeur international et coorganisateur de la Coupe du monde 1998 qui, pour rehausser sa réputation, doit impérativement s'intéresser aux "gens d'en-bas". Dans ce cas, il se penche vers un club inondé de défaites : le F.C. Palajoy. En guise de rappel, il faut savoir que, en octobre 2015, Michel PLATINI a été démis temporairement de ses fonctions de président de l'U.E.F.A. Même si cet opus français rend hommage à des icônes, ce quatorzième volet frôle le carton jaune.

 

Brasil-T12.jpg


a07-3e78901.gifGénéral 

 

Mister Med.

14/06/2016

Napoléon - Tome 1: De mal empire

napoleon.jpgnapoleon t1.jpgScénario : Lapuss'.
Dessin : Stédo.
Éditeur : Bamboo.
48 pages.
Sortie : 30 mars 2016.
Genre : Humour.


Résumé :

Début du XIXe siècle. Un petit homme s’apprête à changer le destin de la France et de l’Europe : Napoléon Bonaparte. Génie militaire au génie incompris, on le dit colérique, nerveux et sanguin, alors qu’il était en fait sanguin, nerveux et colérique. Des campagnes d’Égypte et de Russie à l’origine de sa fameuse main glissée dans sa veste, découvrez, comme vous ne l’avez jamais vu, Napoléon et son Empire… en pire. Le tout sur fond d’anecdotes plus ou moins véridiques.

Mon avis :

Incontestablement, celui qui fut le premier empereur des Français restera, pour des temps indéfinis, un des personnages les plus emblématiques de l'Histoire de France et du monde, en général. Enfin, même si cette BD ne dépeint pas un portrait prestigieux de cet ancien chef d'État, en dévoilant sa personnalité impulsive, ses phobies, les surnoms liés à son physique, etc. Toutefois, ce n'était pas chose aisée de traiter les péripéties de ce célèbre conquérant avec humour et pourtant, Lapuss' s'est assez bien débrouillé ! Stédo, quant à lui, n'a pas hésité à forcer le trait en persiflant Napoléon. A noter aussi que chaque gag est auguré par un titre 100% jeux de mots que je trouve, personnellement, pas terribles. Mais il fallait aussi expliquer les anecdotes, les faits historiques, burlesques (pas tous véridiques, contrairement à ce qu'on veut nous faire croire) que recouvrent les plus de quarante planches, évidemment. C'est pourquoi, s'accompagne à cela un dossier de 6 pages qui plaira aux férus d'histoire. Pour en revenir au scénariste, on peut constater qu'avec cette série, il aurait bien l'intention d'élargir sa cible de lecteurs vu qu'il n'a pas coutume d'employer ce type d'humour. En effet, le plus souvent, son style est plus discordant. Cédera-t-il lorsqu'il co-entamera les autres tomes? J'espère que non et j'espère également que le deuxième volet nous présentera une série de récits plus honnêtes, cohérents et réalistes les uns que les autres. Sinon, un album marrant mais très ordinaire centré sur celui qui aurait déclaré "l'avenir d'un enfant est l'œuvre de sa mère".

nap.PNG


a06-3e788fc.gifGénéral 

Mister Med.

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : napoleon, lapuss', stedo, humour, bamboo |  Facebook | |