05/02/2016

Le Belge - Tome 3 - Le Belge parle aux Français

le belge.jpgle belge t3.jpgScénario : Edgar Kosma
Dessin : Pierre Lecrenier
Editeur : Delcourt
Sortie : 12 novembre 2015
96 pages
Genre : Humour

 

Résumé :

Nos camarades français nous demandent souvent en quoi consiste la spécificité du Belge. Pour simplifier sans généraliser, disons que le Belge est, grosso modo, comme un Français. Mais, en plus belge. Ou en moins français. Enfin, tout dépend du point de vue de chacun.

belge-03-le-belge-parle-aux-francais_3-thumb.jpg

Mon avis :

Un recueil parfumé d'un humour à la fois décalé, cocasse, un peu intelligent, absurde (pas étonnant de la part d'un ensemble d'anecdotes à la sauce belge) et naïf. J'ai quand même été miné par un désordre concernant la succession de chaque histoire. Même si certaines se concluent par une moralité joliment poétique, le lecteur risque de se perdre dans ce concentré d'effeuillages.


Si l'on se réfère à l'actualité, sachant que, particulièrement en France, les Belges que nous sommes ne sont pas les bienvenus (en tout cas, pour le moment), espérons au moins que cette BD n'encouragera personne à mettre en application les propos d'Eric Zemmour exprimés sur RTL France, il y a quelques jours disant : il faut bombarder Molenbeek. Evidemment, c'était une façon de parler de ce journaliste et, rassurez-vous, l'ouvrage ne pousse pas du tout à cette action-là (rire). Même si le premier degré jouxte le second.


Les auteurs, on peut clairement le constater, ne se sont pas seulement contentés d'intercaler des moralités poétiques purement textuelles après chaque série d'anecdotes mais aussi quelques pages lexicales au début et à la fin de l'oeuvre reprenant l'une et l'autre fierté, caractéristique nationale, partie du patrimoine national et au dedans de certaines sont exprimées des idées politiques, bien sûr erronées étant donné la complexité des choses. En effet, je comprends la critique de la politique, de la présidence française mais le fait que notre roi Philippe 1er soit mis sur un tel piédestal au point qu'il y ait volonté de faire envier à nos voisins Français la royauté belge, ça m'irrite. Soit, ce n'est que mon point de vue mais tant mieux si ce recueil est loin d'être totalement axé sur ce sujet.


Quitte à devoir parler des personnages, autant dire qu'ils sont, dans l'ensemble, sympathiques mais vides car un peu dépourvus d'expressions, de mimiques. Le dessin, lui, est beau malgré sa petitesse. A présent, je conclurai avec ceci : quand le Belge s'adresse aux Français, le Français a du mal à bien le comprendre. Pourtant, le Français serait surpris - et inversement - de savoir tout ce que du Belge, il peut apprendre.

 

le belge t.jpg

a08-3e78906.gifGénéral 

 

Mister Med.

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (4) | Tags : le belge, kosma, lecrenier, humour, delcourt, 810, 112015 |  Facebook | |

18/01/2016

Angry Bird - Tome 5 - L'aigle de Troie

angry bird.jpgangry 5.jpgAuteur : Rovio.

Editeur : Le Lombard.

Sortie : 6 novembre 2015.

48 pages.

Genre : Jeunesse.

Résumé :

Vous les avez catapultés à travers les airs sur vos smartphones et tablettes. Leurs rencontres explosives dans les épisodes du dessin animé vous ont fait rire à vous en décrocher le bec. Mais il est temps de passer aux choses sérieuses car cette fois, c'est certain, les Bad Piggies ont eu la meilleure idée de l'Histoire : l'aigle de Troie ! N'est-ce pas dans les vieilles poêles qu'on prépare les meilleurs oeufs ?


Mon avis :

Je pense que tout le monde, ne serait-ce que quelques secondes, aura déjà joué au moins une fois dans sa vie au jeu virtuel incontournable du même nom. Il faut déjà souligner que, avant l'idée du comic, est née celle du dessin animé. Etait-ce bien raisonnable ? Absolument ! D'ailleurs, actuellement, c'est la chaîne Gulli qui s'en délecte. Donc, pas étonnant que, poussé par un bel élan, on ait voulu donner naissance, au format A4, à ce qui est devenu trois ans après sa création plus qu'un divertissement électronique.

La "colère" de ces "oiseaux" en fait des personnages hauts en couleurs. Elle leur donne aussi assez de caractère, de force pour ne jamais renoncer face aux "méchants cochons" qui n'hésitent pas, cette fois-ci, à user de ruses si bien qu'on perçoit très vite l'hommage au roman à succès d'Alexandre Dumas : les trois mousquetaires. Sinon, une BD bien dessinée qui plaira surtout aux plus petits ; un univers bien coloré où les classiques reprennent vie.

angry.jpg


a07-3e78901.gifGénéral 


Mister Med.

02/12/2015

What a wonderful world !

2678968760.jpgzep.jpgAuteur : Zep.

Editeur : Delcourt.

Sortie : 21 octobre 2015.

175 pages.

Genre : Humour.

 Résumé :

Après Happy Sex et Happy Parents, Zep nous livre une nouvelle salve d'humour décapant! Au fil d'un journal de bord quotidien (publié initialement sur le site lemonde.fr), il traite de sujets intimes ou universels comme «pourquoi je me suis rasé la barbe», «le djihadisme amateur» ou «la sexualité compliquée des super-héros». Sous l'acuité du regard zeppien, le monde est une scène... de comédie!


Mon avis :

Voici un rassemblement, un regroupement des dessins publiés par l'auteur de Titeuf sur son blog zepworld.blog.lemonde.fr (si vous voulez vous faire une idée de cette ouvrage, impossible de vous donner meilleur conseil que de cliquer sur ce lien). De la cour de récréation étant le théâtre d'un mélange de situations et de réflexions hilarantes, on passe à une vision de l'actualité hilarante à certaines heures, bien sûr, mais aussi tournée à l'ironie, l'illusion, l'imaginaire... et avec beaucoup de naïveté!

Donc, un livre à déconseiller aux journalistes mais surtout, aux sociologues et aux philosophes! Même si l'auteur a, comme tout le monde, le droit de rêver, ses opinions sur les événements actuels, aussi bien politiques que sociaux frôlent l'âge de l'enfance. S'en suivent des images à caractère pornographique. Ce qui fait que d'autres types de publics sont encore à avertir : les enfants (bien évidemment) ainsi que ceux et celles dont la conscience est loin d'être marquée au fer rouge.

C'est dommage parce que, dès les premières bulles, on éclate de rire. Ensuite, ça part dans tout les sens. Même si le talent de l'auteur suisse est toujours aussi palpable, il est souvent gâché. Malgré ça, en plus d'être l'anti-héro de ses planches, il a au moins le mérite d'y introduire - sans "souillure" - sa famille. Lorsqu'il est question de sa femme, on reconnait bien là l'épouse qui fait redescendre sur terre un mari dont l'imagination peut faire perdre toutes notions de réalisme. Quant à ses enfants, fiers de leurs absurdités (rire), ils nous sont très familiers.

Enfin, le dernier aspect de cet album qui ne m'a pas échappé, c'est la nostalgie du personnage. Cette volonté de retrouver des sensations du passé qui, inévitablement, finit par s'écrouler dans un humour ironique causé par le retour à la réalité. Nul doute que l'auteur ait tenté de nous faire rire et de nous émouvoir à la fois. Ce qui, pour ma part, n'est pas totalement réussi nonobstant le potentiel de Zep. 175 pages, c'est trop long pour ce genre de bd. Alors les meilleurs dessins de l'auteur? Je ne pense pas. Car ils peuvent égayer les coeurs ou les rendre froid.


a06-3e788fc.gifGénéral 

 

zep 1.JPG

Mister Med.

26/10/2015

La dernière Targa Florio

targa florio.jpgPlancheA_255170.jpgDessinateur : Jean-Marc Krings.

Scénariste : Vincent Dugomier.

Editeur : Glénat.

Sortie : 2 septembre 2015.

48 pages.

Genre : Aventure.

 

Résumé :

 

En 1973, la Targa Florio, course automobile organisée en Sicile, vit ses dernières heures. Huit ans plus tôt Angelo et Rosalia avaient promis de se marier si leur idole, Nino Vaccarella, gagnait la Targa Florio. Enfin, jusqu'à ce que Rosalia ait une autre idée.

 

 

Mon avis :

 Compte tenu de mes origines siciliennes (de par ma mère), il était impensable pour moi de ne pas chroniquer cet album (même si j'ai été un peu déçu mais j'y reviendrai plus tard). Tout d'abord, un peu de culture. Pour ceux et celles qui ne le savent pas, qu'était cette Targa Florio? Eh bien, je m'en vais vous l'expliquer brièvement.

   

alfatarga.jpg

Il s'agissait d'une course automobile crée au début du siècle passé par Vincenzo Florio, inconditionnel de cette discipline, dont le succès était mitigé. Elle se courrait sur un circuit long de 70 kilomètres et qui comprenait 6000 virages! Une boucle de folie, presque impossible à mémoriser (il aurait fallu des années, pour ça) et qui reflétait, en partie, le peuple sicilien. Le vainqueur avait droit à un trophée gravé par le grand maître verrier et bijoutier de l'époque :  René Lalique. De 1955 jusqu'en 1973, cette course a même pu s'inclure dans le calendrier officiel du Championnat du Monde, au même titre que les 24 h du Mans ou les 1 000 km de Monza! Seulement voilà, certaines routes non conformes, abîmées, déplorables voire dangereuses étaient empruntées. Sans oublier les accidents qui ont coûté la vie non seulement à des pilotes mais aussi, à des tifos! Ce qui a amené, en 1977, à clôturer cette course.

 

Maintenant, revenons-en à ma petite déception. Il est clair que l'auteur est bien renseigné, bien informé sur cette compétition qui a fait la fierté des siciliens pendant 3/4 de siècle. Il a d'ailleurs introduit des flashbacks sur des moments marquants qui portaient sur des épreuves bien précises. Néanmoins, l'intrigue, le suspens et les dialogues sont sans plus. C'est le genre d'histoire dont on devine facilement la fin.

 

Ce qui est également dommage, c'est qu'un lecteur d'origine sicilienne ne peut pas vraiment s'identifier aux personnages chez qui les traits de caractères ne sont pas tout à fait à l'image de la mentalité sicilienne. Par exemple, la représentation de la "Mamma" n'est pas celle attendue, même si c'est un détail. Vincent Dugomier aurait pu jouer là-dessus sans pour autant tomber dans une mauvaise caricature, ni dans l'exagération, ni dans la méchanceté. Peut-être craignait-il de se retrouver dans des clichés ou bien craignait-il les représailles de la Mafia (rire). Par contre, si l'on en croit la page 29, le lecteur pourra constater que l'auteur ne s'est pas gêné à propos de la Belgique (rire). Or, connaissant la nationalité du scénariste, ce n'est pas étonnant.

 

ECO_Targa_Florio_02pop.jpg

Au sujet du dessin, c'est pas mal. Même si le dessinateur a opté pour le style "gros pif" et a eu du mal à bien faire vieillir ses personnages, la BD, de ce point de vue-là, n'est pas désagréable à feuilleter. Mais surtout, le point fort de celui-ci, c'est qu'il arrive à nous faire ressentir l'action et la vitesse des bolides avec brio. 

 

Pour terminer, j'ajouterai aussi que, malgré le fait que les dialogues mériteraient de faire une petite visite chez le garagiste, le scénario est quand même bien pensé, avec une pointe d'originalité et une romance qui donne un certain équilibre à ce one shot. Sinon, pour les amoureux d'automobile, ça reste un ouvrage intéressant à lire mais pour les amoureux de la Sicile, mieux vaut s'abstenir.

 

a07-3e78901.gifGénéral 

  

Mister Med.