04/04/2017

LA FAMILLE FANTASTIQUE T.2

Sans titre 1.jpgSans titre 2.jpg

LES ORPHELINS DE TARGAS

Scénario : Lylian.
Dessin : Paul Drouin.
Éditeur : Glénat.
64 pages.
Sortie : 8 février 2017.
Genre : Fantastique, jeunesse.

 

 

Présentation de l'éditeur :

Certaines familles partent en vacances à la mer, d'autres préfèrent la montagne. Eux vont dans un monde lointain. Là où les cristaux sont chargés d'une étrange magie, où les mendiants deviennent des rois, où les rêves et les cauchemars des enfants deviennent réalité.

Sans titre 3.jpg

Mon avis :

Une famille somme toute ordinaire chavire à nouveau dans un monde fantastique. Ses membres avaient pourtant tout fait pour se tirer des flûtes du cataclysme interne de ce monde, même s'ils se sont révélés dans ce diptyque (voir le tome 1). Alors, pourquoi retournent-ils une nouvelle fois dans cette "valetaille" ? À cause du ravissement de Sarah, l'adolescente de la maisonnée, toute la smala y compris le père de la jeune demoiselle (en fait, il s'agit d'une marmaille recomposée), individu très taciturne, vont devoir retourner en Fantastica (et non, l'auteur ne s'est pas pris la tête, sur ce coup-là (rires)). 

Sans titre 4.jpg

Côté qualité du scénario, on est entre Narnia et L'Histoire sans fin. Mais, les dialogues sont à la fois avantageux et désavantageux. Avantageux parce que, si on a pas lu le tome introductif, les conciliabules nous permettent lar-ge-ment de rattraper notre retard. Désavantageux parce que ces dernières ne sont vraiment pas accrocheuses. C'est vrai qu'on cible ici un jeune public mais faut pas abuser, quand même ! Néanmoins, la teneur de cette BD réside dans le dessin qui se veut remuant, affriolant et avec de belles enluminures. Une troisième aventure n'est pas encore annoncée, comptons sur le futur en espérant être bien gâtés.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

5_10.png

 

10_10.png

 

7_10.png

 

Mister Med.

09/03/2017

Woodstock t. 15 - Asada

Woodstock_tome_15.jpgSans titre.pngAuteur : Yukai Asada.
Éditeur : Glénat Manga.
192 pages.
Sortie : 18 janvier 2017.
Genre : Seinen.

 

 


Résumé :

Le pays de l'Oncle Sam va enfin pouvoir découvrir le groupe Charlie, un véritable joyau musical. Mais une fois là-bas, Gaku devra faire face à son ancien partenaire : Psy (pas le chanteur sud-coréen (rires)). Le future du groupe, dont le personnage principal est le leader, dépendra de ces retrouvailles.


Mon avis :

Déjà, pourquoi ce titre, "Woodstock" ? Pour les plus jeunes d'entre nous, c'est en rapport avec une festivité chantante qui s'est tenu sur une propriété agricole de Bethel, dans l'Etat de New York, du 15 au 17 août 1969. Dépourvus de toute expérience, ses quatre promoteurs parviendront néanmoins à réunir le gratin de la scène rock, notamment Jimi Hendrix, Sly and The Family Stone, The Who, The Grateful Dead, Janis Joplin, The Jefferson Airplane, Country Joe and The Fish, Joe Cocker, Santana, Blood, Sweat and Tears, Crosby, Stills and Nash.

Peu de billets ont été vendus mais quelques 400 000 personnes se sont quand même présentées à l'ouverture (à noter que les estimations divergent) demandant pour la plupart à entrer gratuitement, revendication qu'ils allaient voir exaucée en raison de l'absence quasi complète de personnel de sécurité. La pluie battante avait transformé le site du festival en un véritable champ de boue mais le public ne semblait pas y prêter attention et le concert s'est poursuivi le plus naturellement du monde.

Si j'ai trois reproches à faire, petits dans l'ensemble, le premier porte sur les dialogues. C'est assez montagneux. On a de la crème mais, par moments, on a de la daube. Second reproche : quelques détails du dessin mais rien d'alarmant. Quand les musiciens sont en transe, absorbés par leur passion, ils dégoulinent exagérément. À part ça, je n'ai jamais été déçu par le dessin de n'importe quel manga ! Et on y vient, the last but not least, lorsque le groupe joue chez les 'Ricains, on voit beaucoup plus leurs concurrents faire exploser les guitares qu'eux-mêmes. Dommage. Par contre, ce qui n'est pas dommage, c'est la flatterie de l'auteur par des dessins apothéotiques à des artistes comme David Bowie, les Beatles ou même Iggy Pop, pour me limiter à ceux-là. Mélomanes, soyez ravis ; ces mégalomanes font tonner les amplis !

Sans ttitre.png

 

Mister Med.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a09-3e78912.gif

 

a07-3e78901.gif





Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : asada, woodstock, glénat manga |  Facebook | |

03/01/2017

Quelle Famille Formidable !

Capture.PNGCapture2.PNG

Dessin : Collectif.
Scénario : Jacky Goupil et Christian Godard.

Éditeur : Vents d'Ouest.
96 pages.
Sortie : 9 novembre 2016.
Genre : Humour.


Résumé :

Une famille formidable, c'est quoi ? Des frères, sœurs, belles-mères pas toujours belles, beaux-pères pas toujours beaux, etc. Mais qui sont-ils ? Les connaissez-vous bien ? Peut-on les choisir ? Grâce à cet album de BD, vous allez comprendre la famille, l'accepter et même rigoler avec elle. Un magnifique et hilarant album pour toute la famille !


Mon avis :

À ne pas confondre avec le feuilleton "Une Famille Formidable" qui, grâce à son succès, aura été diffusé durant des années sur certaines chaînes et, particulièrement, sur TF1. La série "Les Super Guides en BD" n'a, une fois de plus, pas chômé en enfantant un nouveau produit humoristique. Hélas, ça ne vaut pas "Les Papas En BD" mais ça ne vaut pas non plus "Maudit Manoir" (pardon pour Manu Boisteau et Paul Martin).

Étant issu d'une famille composée de frères, soeurs, demi-soeurs, beaux-frères, belles-soeurs et même d'une belle-mère (je sais, ça en fait du monde (rires)), je suis censé me sentir concerné. Pourtant, bien que cette bande dessinée traite de façon relativement complète cette thématique, je ne me suis pas boyauté de rire. Je ne me retrouve pas non plus dans la majorité des cases mais ça ne sera peut-être pas le cas des autres bibliomanes.

Inopportunément, le dessin est moyen. Il commence à y en avoir ras-la-casquette de ces albums dont seule la couverture est belle. Pourtant, il y a du monde sur le coup : Patrick Prugne dit Tybo, Cédric Ghorbani et Jean-Christophe Grenon. Sans gracier les coloristes : Camille, Isabelle Lebeau et l'Atelier Cerise (Cynthia Englebert et Gianluca Carboni). Ni, congrûment, le responsable de la couverture : Fabio Lai. Aucune sorte de famille n'est épargnée pour guère de franche rigolade à gorge déployée.

9782749308326_pg.jpg


a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 


Mister Med.

26/12/2016

Les Fondus du chocolat

1c.jpgPlancheA_288276.jpgScénario : Hervé Richez et Christophe Cazenove.
Dessin : Bloz.
Couleurs : Alexandre Amouriq et Mirabelle.
Éditeur : Bamboo.
48 pages.
Sortie : 31 août 2016.
Genre : Humour.

 


Résumé :

Saviez-vous que, pour séduire, une boîte de chocolat est plus efficace qu'une boîte de nuit? Que les vertus du chocolat noir prolongent l'espérance de vie? Depuis qu'ils craquent pour le chocolat, Les Fondus sont incollables sur cet aliment. Les Mayas furent les premiers à consommer le cacao et les fondus à en faire une BD.


Mon avis :

Avant toutes choses, j'aimerais confabuler d'une petite surprise de la part des auteurs à ma déférence qui m'a indubitablement touché (vous pouvez considérer ça comme un avant-propos). J'ai eu droit à un petit dessin sur la page qui précède celle du titre. On y voit un homme pignochant une tablette de chocolat et allégeant : "Ouais, ouais, 'vous inquiétez pas, Méhdi va faire sa chronique... Dès qu'on aura terminé de déguster le nouvel arrivage de chocolat! Praliné... Fourré... Ganache... Lait... Noir et tout ça [...] Bonne dégustation". C'est qu'il y avait beaucoup de cette mangeaille à déguster (rires). En tout cas, je ne dis pas du tout que c'était le but mais ça ne m'amadouera pas pour les cotes (re-rires).

Plus sérieusement, le schéma reste le même tant pour le dessin que pour le scénario quand on compare cet album aux autres de la série. Après tout, si la recette a toujours le vent en poupe, à quoi bon en changer les ingrédients?! Surtout lorsqu'il faut intransitivement révoquer, relativement à cette saga, l'aspect humoristique qui est, une fois de plus, au top niveau. Seul pépin, le ludisme. C'est tout à l'honneur de ce trio de ne pas viser à abrutir les bédéphiles que nous sommes, en incluant même un cahier pédagogique, mais trop de ludisme tue le ludisme. Enfin, c'est quand même mieux que d'idiotiser les masses. Une bande dessinée qui fera particulièrement saliver les fanas de cette saveur mais attention : à consommer avec modération pour esquiver l'indigestion.

9782818940068_005 (1).jpg

 


a08-3e78906.gifScénario 

a07-3e78901.gifDessin


Mister Med.