16/12/2016

Boulevard des SMS

Boulevard-des-SMS.jpg9782203120006_4.jpgScénario : Brigitte fontaine.
Dessin : Alfred.
Éditeur : Casterman.
100 pages.
Sortie : 21 septembre 2016.
Genre : Roman graphique, poésie.

 


Résumé :

Révoltée contre toutes formes de mort, l'oeuvre de Brigitte Fontaine est ponctuée d'illuminations, de divagations et de vérités trop humaines pour inspirer l'indifférence. Ce ping-pong entre textes et dessins tisse un dialogue inattendu, tour à tour profond et désopilant.


Mon avis :

Le quatre juillet de cette année, à 16h50, je reçois un mail comme j'en reçois habituellement contenant la sélection d'un éditeur quelconque avec un choix considérable d'albums à chroniquer. Ce courriel-ci portait sur le programme des éditions Casterman d'août et septembre. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf qu'en zieutant l'éventail, soudain, je me dis "non, Brigitte Fontaine, LA Brigitte Fontaine que la plupart connaît pour sa personnalité très décalée, très atypique (c'est pas rien de le souligner) s'est essayée à la BD". Elle qui est plutôt connue pour être à la fois chanteuse, comédienne, écrivain, dramaturge, parolière et non pas bédéaste. Du coup, quelle résultat pour cette "oeuvre"?

Les bédéphiles que nous sommes, au contraire, la dénommerait séance tenante comme un recueil de citations, maximes, proverbes poétiques illustrés à chaque fois par des dessins tantôt absurdes, tantôt pas. C'est curieusement comme un ouvrage pour enfant mais adapté pour adultes. C'est propre à l'écrivailleuse qui est manifestement plus passionnante à lire qu'à côtoyer (rires). Moi qui aime la poésie, je suis un peu servi. Je ne peux aussi que talocher la profondeur et la part de vérité de ce spicilège, même s'il arrive à la responsable des textes de partir en sucette. C'est à très facilement deviner à quoi elle aura carburé tout au long de sa vie, sans vouloir être méchant.

Concisément et en dépit de tout (surtout du dessin), il y a encore beaucoup de talent comme en témoigne la page 14, pour ne me chaloir que d'elle : "Dans une prison, tout le monde est prisonnier. Mais un geôlier, il ne pense pas à s'échapper".

9782203120006_2.jpg

 


a08-3e78906.gifScénario 

a05-3e788c9.gifDessin 


Mister Med.

 

Alban Dmerlu T.2 : Du vent dans les voiles

Couv_287827.jpgPlancheA_287827.jpgAuteur : Polpino.
Éditeur : Beaupré.
48 pages.
Sortie : 28 septembre 2016.
Genre : Humour.

 

 


Résumé :

C'est pas le premier venu qui peut s'inscrire au Vendée Globe! Ah ça, non! Il faut faire ses preuves parce que faire le tour du monde en solitaire, c'est réservé aux champions! Alban, lui, a fait la Transat en double et la Route du rhum en même temps!


Mon avis :

Señor Alban Dmerlu est de retour mais, prospérement, pas pour nous jouer des mauvais tours. Précédemment, il avait du sable entre les orteils. Désormais, il a du vent dans les voiles. Pour tout vous expliquer, ce qui devait être pris au deuxième degré l'a été pris au premier. Son ami Roland Goustine, qu'on retrouve dans ce second tome, a involontairement fait jaillir du cerveau de cette vieille canaille d'Alban l'idée de participer - à sa façon - au Vendée Globe. La stupéfaction ne tarde pas d'envahir Roland qui finira par le suivre dans sa lypémanie, particulièrement vu son âge!

Ce deuxième volet reste fidèle au "localisme lexical" et à son trait caricatural qui caractérise bien cette série mais l'humour, lui, commence à s'orienter vers un autre angle. Il se dirige plus vers une habileté aux jeux de mots plus prononcée. De ce point de vue-là, que du positif. Par contre, la leçon n'a pas été retenue pour les minuscules là où il devrait y avoir des majuscules. J'ajouterai aussi qu'on a pas vraiment l'avis de Miss Dmerlu sur cette passade, alors qu'elle a un toujours son caractère assez trempé.

Pour boucler la boucle, dès que j'ai commencé à compulser ce nouveau titre, j'ai eu peur qu'il soit moins désopilant que son prédécesseur. Or, tout compte fait, dans ce domaine, le niveau surnage (c'est le cas de le souligner (rires)). Hugues Aufray avait chanté "... 18 noeuds, 400 tonneaux ;..." Là, c'est plutôt "... Un vieux quinteux, 400 bistrots ;... (Re-rires).

Sans-titre-87.jpg

 


a07-3e78901.gifScénario 

a04-3e788e4.gifDessin 


Mister Med.

 

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : alban dmerlu, polpino, beaupré, humour |  Facebook | |

10/12/2016

Moyasimon-Il était une fois les microbes T.12

moyasimon-12-glenat.jpg9782344013687_pg.jpgAuteur : Masayuki Ishikawa.
Éditeur : Glénat Manga.
208 pages.
Sortie : 21 septembre 2016.
Genre : Seinen.

 

 


Résumé :

Alors que le séminaire Itsuki s'est enfin attelé à la production de saké, Madoka Nishino, la mystérieuse candidate du professeur à l'élection de Miss Fac Agricole, manifeste un dégoût profond pour cet alcool. C’est alors que Madoka se met en tête d'épouser Sawaki! Les problèmes de la jeune fille vont pousser les étudiants à s’interroger sur leur avenir et sur le sens d’être adulte et faire partie de la société.


Mon avis :

L'auteur nous sert, pour la douzième fois, un manga "cognitif". Si on lit entre les lignes en aspirant à décoder la babillarde qui se muche au revers de l'antienne du saké, on dénichera une élucubration à l'entour du désagrément de déchiffrer les adultes et le corps social. On sent que Masayuki s'évertue à ne pas distendre les choses, à bien les schématiser, à savoir déterminément où il s'achemine et à savoir sonder tout ça sans théâtralisme mais plutôt adéquatement en y assortissant systématiquement sa notule de dérision à laquelle il est tant boulonné.

Et quel en est le couronnement? Un volume hautement attrayant lorsqu'il s'avise à une approche de thématiques en vertu desquelles il a excessivement de choses à déclamer. Sourcilleux de ressortir intact de cette lecture qui est une des plus parachevées mais au summum de l'astreinte et pour cause : sa jaserie! Max Horkheimer, ancien philosophe et sociologue, attestait ceci : "Le développement à cessé d'existé. L'enfant est adulte dès qu'il sait marcher et l'adulte, en principe, reste dans l'invariabilité". À vérifier.

moyasimon-seg-temp.jpg

 


a06-3e788fc.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 


Mister Med.

08/12/2016

La Manufacture des belles enveloppes

manufacture_couv.jpgPlancheA_284788.jpgAuteur : Chris Oliveros.
Éditeur : Delcourt.
104 pages
Sortie : 17 août 2016.
Genre : Drame fantastique.

 

 


Résumé :

Jack Cluthers ne parvient plus à joindre les deux bouts. Effectivement, sa petite entreprise, qui fabrique de très jolies enveloppes, est vouée à disparaître face à la concurrence industrielle.


Mon avis :

C'est un strip bien fouille-au-pot qui nous provient de celui qui est non seulement l'élaborateur de cet effeuillage mais aussi à la tête de la maison d'édition Drawn And Quarterly depuis 26 ans. Grâce à quoi, il daigne à éditer en langue anglaise des auteurs français à l'instar de Baru, David B., Clément Oubrerie et éminemment Guy Delisle. À l'avenant, cette historiette encense la nébulosité, l'ineptie, l'affliction et la résignation.

La "bicolorité" noire et blanche du dessin au bornage de la délicatesse, revêtu de futiles motifs et tressaillements, devient abrupt et récurrent en un tour de main. 484 grammes de pages qui évoquent ces films alanguis, pas folichons pour un sous et qui convient à décrocher hâtivement.

Si l'on doit dogmatiquement se mémorer l'une ou l'autre chose avenue de ces plus de cent pages, c'est que dans les années 1950 (décennie de l'action) et de nouveau aujourd'hui, dans de nombreux pays, il est préférable pour l'homme de demeurer affranchi, en conformité avec les goûts en vigueur afin qu'il puisse subsister au coeur d'un monde sans condescendance. Une fabulation cafouilleuse à l'antithèse d'une affabulation harmonieuse.


a04-3e788e4.gifScénario 

a03-3e788b8.gifDessin 


Mister Med.