08/12/2016

La Manufacture des belles enveloppes

manufacture_couv.jpgPlancheA_284788.jpgAuteur : Chris Oliveros.
Éditeur : Delcourt.
104 pages
Sortie : 17 août 2016.
Genre : Drame fantastique.

 

 


Résumé :

Jack Cluthers ne parvient plus à joindre les deux bouts. Effectivement, sa petite entreprise, qui fabrique de très jolies enveloppes, est vouée à disparaître face à la concurrence industrielle.


Mon avis :

C'est un strip bien fouille-au-pot qui nous provient de celui qui est non seulement l'élaborateur de cet effeuillage mais aussi à la tête de la maison d'édition Drawn And Quarterly depuis 26 ans. Grâce à quoi, il daigne à éditer en langue anglaise des auteurs français à l'instar de Baru, David B., Clément Oubrerie et éminemment Guy Delisle. À l'avenant, cette historiette encense la nébulosité, l'ineptie, l'affliction et la résignation.

La "bicolorité" noire et blanche du dessin au bornage de la délicatesse, revêtu de futiles motifs et tressaillements, devient abrupt et récurrent en un tour de main. 484 grammes de pages qui évoquent ces films alanguis, pas folichons pour un sous et qui convient à décrocher hâtivement.

Si l'on doit dogmatiquement se mémorer l'une ou l'autre chose avenue de ces plus de cent pages, c'est que dans les années 1950 (décennie de l'action) et de nouveau aujourd'hui, dans de nombreux pays, il est préférable pour l'homme de demeurer affranchi, en conformité avec les goûts en vigueur afin qu'il puisse subsister au coeur d'un monde sans condescendance. Une fabulation cafouilleuse à l'antithèse d'une affabulation harmonieuse.


a04-3e788e4.gifScénario 

a03-3e788b8.gifDessin 


Mister Med.

07/12/2016

Les Papas en BD t. 1 : Papa un jours, papa toujours!

teaserbox_2470738457.jpg1.PNGScénario : Jacky Goupil.
Dessin et couleurs : Dentiblù.
Éditeur : Vents d'Ouest.
40 pages.
Sortie : 2 novembre 2016.
Genre : Humour.


Résumé :

Il y a les papas qui sont occupés, qui font des bisous, qui sont super forts, qui endorment les enfants, qui sont vraiment super cools, qui s'impatientent un peu mais pas trop, qui connaissent des choses,... Tous ces papas étonnant et plein d'autres encore sont réunis dans cet album d'humour parce qu'il ne faut jamais oublier que les papas sont formidables!

2.PNG


Mon avis :

Rien que la première page est touchante! Déjà, le deuxième de couverture dit ceci : "À compléter et à offrir au meilleur papa du monde"! Mais, de quoi s'agit-il? Eh bien, on en revient à la première page : il est question du diplôme destiné à ce fameux papa. C'est-y-pas mignon (rires)? Et ce n'est pas tout : on retrouve ce même message et ce même diplôme tout à la fin de la BD. L'auteur aurait-il pensé aux parents homosexuels (re-rires)? Ce premier tome commence ET finit fort parce que si on s'intéresse de plus près à ces diplômes (et oui, on est pas au bout de nos surprises), on peut y lire : "compte tenu que Monsieur Untel est beau (si, si), intelligent, sympa, rigolo, qu'il ne laisse pas traîner ses chaussettes sales ni ses vieux slips kangourous et qu'il sait faire des crêpes, le bureau officiel des papas certifie que Monsieur Untel est vraiment un papa trop génial. Fait le xx/xx/xxxx". Force est d'apparoir que l'humour s'impose incessamment!

Je ne peux que valider le formidable taf de Jacky Goupil qui a pu s'inspirer de situations dans lesquelles spécifiquement les papas mais aussi les mamans et les enfants pourraient d'abord identifier les patriarches avant de se reconnaître eux-mêmes. Ce serait oiseux de sortir nos boules de cristal pour savoir si cette série aura du succès tellement elle est aguicheuse!

Un autre labeur de précellence est celui des dessinateurs-illustrateurs-coloristes Dentiblù. En vérité, il est question de deux personnes, Stefano Bonfanti et Barbara Barbieri, formant un duo ayant emprunté un pseudonyme. Ils nous font don de couleurs et d'un dessin bien vif, bien clair. Les planches sont même plus belles que la couverture! D'ordinaire, c'est le contraire!

Un bel hommage pour ces papas qui, pour la plupart, rendent peut-être au surplus hommage à Pascal Obispo en chantant à leurs mômes pour qu'ils roupillent : "...Tu es mon millésime, ma plus belle année ; pour ce bonheur en prime que tu m'as donné ; je suis à jamais ta terre ; c'est ça, être père..."


a08-3e78906.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 


Mister Med.

 


9 types de papas (Pierre Croce feat... par HUMORESQUE2

10/10/2016

Fort Boyard T.1 : Les Monstres des Océans

fort-boyard-les-monstres-des-oceans.jpgbd-fort-boyard-2016-planche-2.jpgScénario : Benjamin Ferré.
Dessin : Christopher Lannes et Gildas Le Roc'h.
Couleurs : Joël Odone.
Éditeur : Soleil.
48 pages.
Sortie : 29 juin 2016.


Résumé :

Un groupe de cinq jeunes ados vient participer aux jeux du Fort Boyard. Mais un événement incroyable se produit : trois monstres marins venant d’une autre dimension fondent sur le fort dans le but de dérober le trésor de Boyard !

Dès lors, le jeu n’en est plus un : nos cinq héros devront affronter des monstres et des épreuves bien réels pour sauver le Fort Boyard.
Que l’aventure commence !

 

Mon avis :

 

Avant d'être une adaptation en bande dessinée, Fort Boyard, jusqu'à ce jour, reste le jeu télévisé français le plus exporté dans le monde depuis 26 ans ! Ce divertissement est, avant tout et fatalement, un des plus grands succès de l'histoire de la télévision française; dans la lignée d'Intervilles, du Grand Bluff, etc. Avec des pics d'audience allant, en moyenne, de 2.204.857 à 6.162.800 téléspectateurs chaque saison sachant qu'il s'agit de diffusions estivales (sauf cas exceptionnels) !

Si vous vous attendez à voir, lors de la lecture de cette BD, des "stars" du même acabit que Francis Lalanne, Laëticia Milot ou Arnaud Ducret avoir le trouillomètre à zéro en bravant serpents, araignées, cafards ou autres espèces, détrompez-vous. Il est plutôt question de cinq enfants : Liz, brillante et vive d'esprit ; Noa, altruiste et impavide ; Sam, impulsif et courageux ; Lou, vaillante et combative ; Léo, érudit et prudent.

On pousse encore loin le surréalisme enfantin vu le scénario mais le dessin, lui, est nickel avec des Passe-Partout, Passe-Muraille, Passe-temps et autres plus vrais que nature sans oublier un père Fouras plus expressif, vivace et vigoureux que l'original ! Ce qui devrait faire plaisir à Yann Le Gac. Vous l'aurez compris, c'est surtout aux plus jeunes que plaira cette série.

En gros, à travers ce premier numéro, vous verrez le fort le plus célèbre du monde comme vous ne l'avez jamais vu. Rien à voir avec l'authentique parce que là, on est vraiment moulé dans le surnaturel fantastique, l'heroïc-fantasy, avec plus de scènes d'action presque à chaque page que d'énigmes à proprement parler. Pour moi, ça sent quand même le carton sur les planches après le carton télévisuel. Je vous laisse avec cette phrase du père Fouras : "la partie va commencer alors préparez-vous à trembler, car vous êtes loin d'imaginer, ce qui va vous arriver (rires)".

visuel-fortboyardlesmonstresdesoceans-p18-2-39d5b.jpg

 


a05-3e788c9.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifGlobal 

 

Mister Med.

27/09/2016

Une histoire de l'île d'Errance T.2 : Macha

Couv_282371.jpgMachaUneAventuresurlIledelErrance_T2_pl2.jpgScénario : Flora Grimaldi.
Auteure : Maike Plenzke.
Éditeur : Glénat.
64 pages.
Sortie : 8 juin 2016.
Genre : Fantasy.


Résumé :

Lorsque les Humains découvrent l'île d'Errance, elle est peuplée de différentes Créatures qui vivent en parfaite harmonie. Celles-ci tentent d'abord avec bienveillance de laisser une place aux nouveaux arrivants. Mais avec les années, plus les Humains ravagent l'île, plus la guerre devient inéluctable, entraînant Macha et son amant Ronan.


Mon avis :

On avait "Bran", ayant commis l'énorme sottise de blesser mortellement une biche aux cornes d'or. Ce qui lui avait valu un sort le transformant en corbeau le jour pour redevenir humain uniquement la nuit tout en étant obligé de coopérer avec Macha pour trouver le remède absolu. À présent, on a justement cette dernière qui n'a pas bellement d'autres choix que de se battre contre les Humains semant la terreur sur l'île d'Errance, même si son aide aura été d'une très appréciable utilité envers l'un d'eux. Similairement à la BD "La Craie des Etoiles", on est de nouveau immergé dans une oeuvre qui nous point à nous géhenner sur l'humanisme. Sauf que cette fois, l'Humain est le méchant. Difficile de ne pas développer un sentiment de culpabilité, après la lecture de cet album. Facile, par contre, de comprendre cette histoire non pas simple mais simpliste! J'espère que l'auteure voulait nûment nous sensibiliser, rétrocéder un message. Occasionnellement de façon trash, comme on peut le voir à la page 20 où la cheffe des Créatures se fait abjectement couper la main par le chef des Humains. On aurait tort de qualifier cette série de "tout public", sans parler de la nudité qu'on y trouve. En dehors de ça, le dessin est accorte, presque époustouflant! Bravo à la dessinatrice. Pourtant, ça ne suffira pas à nous faire aimer le tome trois en cours. Parce qu'après "Bran" et "Macha", "Sarah" suivra.

ane__macha-page-15-5774d97d70155.jpg




a06-3e788fc.gifGénéral 


Mister Med.