29/08/2016

Arbos Anima T01.

arbos-anima-1-glenat.jpgArbos anima 3.PNGAuteur : Kachou Hashimoto.
Éditeur : Glénat Manga.
196 pages.
Sortie : 6 juillet 2016.
Genre : Shônen.




Résumé :

Noah a le pouvoir de «lire» les souvenirs des végétaux à travers leurs racines. Ce don présente cependant un danger : s'il est tiré de sa transe, l'esprit reste prisonnier des racines et meurt. Mais lui et Rudyard, un ex-pirate devenu garde du corps, ont une mission importante : retrouver un lys unique en son genre en Europe!


Mon avis :

Peu importe la scénographie ou le critérium diamétralement désaxé de ses protagonistes, Arbos Anima est une lecture qui cherche à apporter de la désaltération tant bien que mal. On se noie dans ce Cosmos pas si inaccoutumé que ça, au découpage maigrement farfelu où s'agglutine emballement, austérité et avarice. Car en ce bas-lieu du 19ème siècle, le marché de l'orchidée est en pleine crue, spécialement en Europe. Ce qui persuade de nombreux hommes et femmes rapiats à se précipiter dans une «ruée éperdue» vers cette plante.

Avec un coup de pinceau translucide et filtré, sans pour autant chicaner sur des broutilles, et les clashs persistants entre les interlocuteurs, ce manga s'acharne à complaire à tout prix. Toujours est-il que ce volet initial renferme tout de même maintes indigences, non moins que le dénuement de fluidité et le fait qu'on ait de temps à autre un peu de mal à colleter le lien entre certaines scènes ; ou encore, la lenteur de l'histoire à se mettre en route. Le second volet paraîtra déjà le cinq novembre. Rondement, une mécanique classique autour - cette fois - d'une odyssée écologique.

arbos_anima_1-2-0e979.jpg


a06-3e788fc.gifGénéral 

Le manga Arbos Anima débarque, chez Glénat!

Mister Med.

24/08/2016

Witchazel T1: le sort du Wlouf!

darnaudet,elric,Witchazel et le sort du Wlouf!,jeunesse,humour,paquet,kramiek,darnaudet,elric,Witchazel et le sort du Wlouf!,jeunesse,humour,paquet,kramiek,Scénario : François Darnaudet et Elric.
Dessin : Elric.
Couleur : Laure Durandelle et Elric.
Éditeur : Paquet (Kramiek).
48 pages.
Sortie : 15 juin 2016.
Genre : Aventure, jeunesse.

 


Résumé :

Nouvellement installée à Lagune, Hamamélis attend ses clients. Trop jeune pour être une sorcière crédible, personne ne la prend au sérieux et sa boutique de sorcellerie reste vide. Alors, elle décide de se grimer en Witchazel! Quand un mystérieux voleur se met à sévir dans les environs, elle devient la personne désignée pour trouver le coupable. Hamamélis pourra compter sur ses nouveaux amis, le chat Pristi et le Père Duchêne, pour résoudre cette énigme.

 


Mon avis :

C'est un nouveau chapitre qui commence dans la vie d'Hamamélis après une bien triste dispute avec sa mère. La Voilà qui part affronter la vie pour de bon, livrée à elle-même mais favorablement, et en deux temps trois mouvements, elle fait la connaissance d'un chat (Pristi) avant de faire celle d'un intrigant animal de la même race qu'elle : un mulot (le père Duchêne). Pour comprendre pourquoi j'ai employé le mot "intrigant", il faudra tout simplement se procurer cette "fable". Pristi, comme pas mal d'autres personnages, est sympa, attachant, un peu innocent et souvent de bonne humeur. Mais, au-delà de ça, il est naïf et collant envers la sorcière. Il n'a de cesse de lui offrir des fleurs alors que ça fait partie des choses qu'elle réprouve. Ce qui ne l'empêche pas, en bronchant à peine, de les accepter. Or, si ce félin à un faible pour la mulote, un lapin commissaire dont le nom n'est pas encore connu (ce sera peut-être le cas dans le prochain tome), lui, est épris d'un coup de foudre pour la "face B" : Witchazel. Tant mieux pour l'héroïne car cet inspecteur sera d'une toute grande utilité pour résoudre une affaire de vol à cause de laquelle Pristi est emprisonné malgré lui car, comme le dit l'enquêteur, "... quand la police ne sait pas quoi faire, elle arrête un chat!". Ce chat représente donc les minorités comme les personnes de couleur noire, d'origines maghrébines et autres.

Preuve que, sous ses faux airs de BD jeunesse, ce conte dénonce non seulement le racisme, le système judiciaire mais aussi les dérives sectaires par le moyen d'un autre capitan : la pie Lélectrique qui sera, avec certitude, une figure importante du quatrième tome à venir. À l'opposite du récit qui est lui plutôt pas mal, pas rébarbatif en matière de jeux de mots, s'il vous plaît, le dessin et les couleurs sont moyens, vieillots et pour changer, hors du style "gros pif" pour faire place au style "iris noires". L'album fait même penser aux vieux dessins animés Disney, nécessaire pour les nostalgiques. un début de saga que j'aurais dévoré à une époque. Toutefois, la magie doit encore opérer pour que la série puisse durer et qu'on ait le loisir de dire "le sort en est jeté"!

darnaudet,elric,Witchazel et le sort du Wlouf!,jeunesse,humour,paquet,kramiek,


a07-3e78901.gifGénéral 


Mister Med.

11/08/2016

Le Petit Prince : Hommages - Collectif - Glénat.

le petit prince.jpgpetit prince 1.jpgAuteur : Collectif.
Éditeur : Glénat.
56 pages.
Sortie : 25 mai 2016.
Genre : Aventure.




Résumé :

Le Petit Prince est l'une des figures les plus marquantes de la littérature moderne. Son univers a inspiré des artistes du monde entier. Cet ouvrage vous propose de retrouver une compilation des plus beaux hommages d'auteurs de BD dont les planches incarnent les valeurs universelles de ce personnage éternel et soulignent, une fois de plus, le génie de son créateur.


Mon avis :

L'indémodable est de retour en bande dessinée sous forme d'hommages exprimés en treize histoires de quatre pages chacune. De Mæbius (Blueberry, L'Incal, Arzach) à Didier Convard (Les Héritiers du soleil, Souvenirs de Toussaint, Finkel) en passant par Olivier Supiot (Erzurum, Le Narval, Tatoo), tous ont mis la main à pâte. Certains nous offrant un dessin de haut niveau, d'autres pas mais se rattrapant grâce à un sens de l'imagination scénaristique car, et c'est un fait, il y en a pour tous les styles! Ça aura donc été la première fois pour moi de chroniquer et d'évaluer un album aussi spécial.

On pourrait se demander ce qu'en aurait pensé Antoine de Saint-Exupéry. Il aurait forcément été touché par ces patentes mais sans toutes les admirer davantage. Heureusement, à l'encontre de toutes déceptions de ce regroupement, il existe toujours le roman qui laissera libre cours à la songerie indéfiniment. Une chose qui est frappante : septante ans après l'œuvre originale et au-delà de ses plus de 155 millions d'exemplaires vendus à travers le monde sans compter le nombre de langues dans lesquelles elle a été traduite, ce bijoux de la littérature, quel que soit son format, nous émerveille encore de sa sagesse, sa poésie, sa philosophie, sa pureté... Mais surtout de son dépouillement et sa profondeur qui sont les qualités par excellence de ce conte.

J'aimerais boucler mon jugement en me référant à une chanteuse, même si je ne l'aime pas. Il s'agit de Mylène Farmer qui, inspirée par le best-seller, a fredonné "dessine-moi un mouton, mon ciel est vide sans imagination ; [...] redevenir l'enfant que nous étions ; [...] le monde est triste sans imagination".

le petit prince 2.jpg


a08-3e78906.gifGénéral 


Mister Med.

28/07/2016

À Cheval! T.2 : Qui s'y frotte, s'hippique!

a cheval.jpga cheval t1.jpgScénario : Laurent Dufreney.
Dessin : Miss Prickly.
Couleur : Magali Paillat.
Éditeur : Delcourt.
41 pages.
Sortie : 11 mai 2016.
Genre : Humour, jeunesse.

Résumé :

Bijou, Gossbo, Flash et les autres apprennent à connaître Bella, la nouvelle jument très maladroite avec qui l'expression "tomber amoureux" prend tout son sens! Sur ce joyeux bazar, Balou, l'imposant cheval de trait débarque avec ses gros sabots! Pas sûr que ce renfort réjouisse tout le monde.

Mon avis :

Après le tome 1 qui avait pour but de présenter la bande éruptive d'équidés, qui en auront fait baver aux écuyers dès la rentrée au centre équestre, voici que l'histoire et les relations entre les personnages prennent de l'ampleur dans ce tome 2. Pour cause : deux nouvelles recrues. Une qui a tout pour plaire (Bella) excepté qu'elle porte la poisse et l'autre (Balou), un gentil animal mais sans discrétion ni délicatesse. Comme s'il n'y avait pas déjà assez de personnages aussi branquignols, dans cette histoire (rire). Effectivement, on a le paniqué à outrance Xanax, le dégueulasse Kamboui, l'hyperactif Flash, l'aboulique Smoussi, le goulafre Cookie et j'en passe! Mine de rien, c'est le seul reproche que je puisse faire à cette série : la réplétion de personnalités. Ça mis de côté, le dessin est très beau, mettant bien en évidence, en relief les expressions des personnages. Sans parler des gags qui sont plutôt marrants et qui, sans qu'on ne l'observe directement, permettent une certaine succession entre eux. Paraît-il qu'un troisième volet est en cours alors qu'on est même pas aux 2/3 de l'année! Je vous laisse imaginer dans dix ans! À cette allure-là, ceux et celles qui auront concouru à cette album feront mieux (en nombre de parutions, en tout cas. Le nombre d'exemplaires reste à voir mais vu le carton croissant, il y a de quoi être optimiste vis-à-vis de cet opus prometteur) que les géniteurs des "Vélomaniacs". Il est irrécusable qu'avec un scénariste comme Laurent Dufreney (cliquez ici, et ), qui a collaboré avec de grands réalisateurs en faveur du cinéma comme Luc Besson sur "Arthur et les Minimoys" ou Oliver Stone sur "Alexandre" et une dessinatrice émérite comme Isabelle Mandrou alias Miss Prickly (cliquez donc), à qui on doit le dessin de la faramineuse série jeunesse "Mortelle Adelle" aux Éditions Tourbillon, excusez-moi du peu, on ne doit pas être surpris du décollage imminent de ce début de saga chevaleresque. Chers lecteurs, lectrices, expressément les plus jeunes, rendez-vous chez votre libraire. N'y aller ni au pas ni au trot, ni au galop mais au triple galop!

a cheval b.jpg

 


a08-3e78906.gifGénéral 

 

Mister Med.