09/04/2008

Interview de ...Samba.

C'est une sorte de retour de manivelle, Marco pour l'avoir outrageusement interviewé la semaine passée a fait de même avec moi.Quelle idée .Clin d'oeil

Samba m'a récemment fait l'honneur de m'interviewer. Aujourd'hui, je lui rends la pareille. Découvrez un blogueur et forum-master sympa qui, en matière de BD, nous aide toujours à distinguer le "vrai Dufaux".

Test-micro... 1-2 ! 1-2 !

1. Je me rappelle un peu quand tu as créé ton site. Je dois avoir été l’un des premiers visiteurs. Pourquoi as-tu décidé à ce moment de t’exprimer sur le Web via un blog ? Pourquoi as-tu choisi ‘Samba Bugatti’ plutôt qu’un autre pseudo ?

14 juillet 2006, début de mes vacances et c’était l’occasion de se lancer dans une nouvelle aventure. Et pourquoi pas un blog tout beau tout neuf ? J’avais depuis 6 mois mon premier PC, il était temps de l’utiliser. Un grand défi car je n’y connaissais vraiment rien. D’ailleurs souvenez vous, j’avais marqué sur le blog au début « Soyez indulgent, je débute ».  Dans les premières semaines, j’ai tâtonné : BD, sport, musique, activité personnelle,…Le blog n’avait pas vraiment de ligne directrice et puis, petit à petit, c’est le 9ème art qui a pris l’ascendant. Autant parler de ce qui me passionne le plus ! Et puis une autre raison de créer ce blog était que je trouvais les critiques sur les sites dédiés aux BD souvent trop complaisantes. Je constate néanmoins que ça change.

Pour le titre du blog, il fallait un titre en rapport avec la BD. Comme je suis fan de Jean Dufaux, j’ai tout de  suite pensé à ses séries mais elles sont nombreuses. Santiag ? Non. Murena ? Non. Les voleurs d’Empire ? Non. Samba Bugatti ?… Ah mais c’est pas mal ça comme titre ! Par la suite, c’est carrément devenu mon pseudo sur le Net. Autant assumer son choix.

2. Il est évident que tu as une extraordinaire passion pour la BD. Te rappelles-tu ta première BD et/ou celle qui a déclenché cet ‘amour des planches’ ?

La toute première BD, et c’est un de mes plus vieux souvenirs, j’avais 6 ans. C’était « Objectif Lune » d’Hergé. Tout jeune, c’était une tradition de lire un bon Tintin avant de s’endormir. Puis vinrent les Astérix, Lucky Luke, Barelli, Gaston, Bob et Bobette, etc. Puis bien plus tard, XIII, Largo Winch et… celle qui m’a fait basculer du côté obscur, Jessica Blandy. Mais l’album-clé qui a fait que je suis devenu un grand collectionneur de BD, c’est Santiag de Dufaux et Renaud.

3. Ta passion et/ou ton blog t’ont-ils permis de faire des rencontres intéressantes ? As-tu une anecdote savoureuse et/ou touchante ?

Je suis toujours surpris de voir la visibilité qu’a mon petit blog sur Google (si si ! Essayez avec un nom d’un album dont moi ou un de mes chroniqueurs avons fait la critique, c’est assez étonnant). Sinon, j’apprécie toujours un commentaire même un de Miss Chikita ou de Choupette disant qu’elle ne l’a pas lu par exemple. Je taquine ! Ceux qui sont des habitués du blog et du forum savent qu’il y a une petite communauté très « Friends » qui s’est créée et c’est certainement ma plus grande satisfaction avec ce blog. Quand on fait un blog, c’est justement pour y faire des rencontres même virtuelles. Et puis, à force de cracher mon venin, mes avis « positifs » sont souvent mis sur le site du Graphivore. Encore une satisfaction. Oulala, on va bientôt atteindre l’overdose !

Comme anecdote, il faut savoir que je reçois souvent la visite de personnes voulant en savoir plus sur les ‘escort girls’.Tout ça à cause de Venus H, une Bd où l’on parle d’une agence d’escort girls. Comme quoi... tous les chemins mènent à Samba Bugatti !

4. Comment qualifierais-tu le monde de la BD à l’heure actuelle ? Y a-t-il une tendance particulière ? Une évolution ?


Pléthorique (j’aime bien ce terme). Normalement, vu le nombre incroyable de BD qui sortent par mois, tout le monde devrait trouver son bonheur en fonction de ses goûts. Mais je trouve que les éditeurs ont tendance à trop exploiter certains thèmes. Par exemple, après les succès du 3ème testament et du Triangle secret, on a vu une déferlante d’histoires ésotériques, la même chose avec tous les sosies de Largo Winch ou l’overdose de récits d’Heroic Fantasy. J’ai l’impression que parfois, on rentre dans un moule où tout se ressemble trop. Heureusement il reste parfois de jolies perles. C’est le rôle du blog de les dénicher.

5. Arrives-tu à concilier vie privée et bédéphagie ? Reste-t-il un petit coin chez toi pour les bibelots de la famille ?


C’est assez simple : de bonnes bibliothèques et j’arrive à condenser le tout dans une seule pièce ! Sinon, dans la vie, j’en parle assez peu sauf avec les autres passionnés.

6. Pourrais-tu me donner ton Top 10 des BD cultes qu’il faut avoir lues avant de mourir ?

Ouille, la question à 1.000 euros. Dans le désordre : Quartier lointain, Le sursis, Le 3ème testament, Aldebaran, Murena, Djinn, Girls, Giacomo C, Les cités obscures et Le chant des stryges. Ouf.

7. As-tu une autre passion que la BD ?

Le ski, les randonnées VTT, le squash, les voyages, regarder la Nascar et le biathlon, le jardinage et j’allais oublier mes deux rayons de soleil : Gaëlle et Manao, mes filleuls.

8. Lis-tu aussi des romans ? Si oui quel genre, si non pourquoi ?

Harry Potter, j’aime aussi les romans de Michel Pagel et Marion Zimmer Bradley  mais plus trop le temps avec toutes ces BD que m’apporte André. C’est facilement une à deux par jour.

9. Je connais aussi ton forum. Peux-tu nous en parler ?

Je dois dire que j’étais plutôt déçu par l’atmosphère sur pas mal de forums. Alors autant en créer un soi-même. Et c’est franchement un endroit où, je pense, une petite communauté aime s’y retrouver. C’est simple, convivial, amusant grâce notamment à Miss Chikita (notre grande animatrice) et aussi intéressant par les informations qui s’y trouvent. Le blog est d’ailleurs plus qu’une porte d’entrée pour se précipiter sur ce forum. Une réussite assurément !

10. Comment envisages-tu l’avenir de ton blog ?

On va déjà lui souhaiter de perdurer. Qui sait si un jour son créateur trouvera que le temps qu’il lui consacre n’en vaut plus la peine ? J’aimerais un peu plus de commentaires, pourquoi pas de nouveaux chroniqueurs et aussi des possibilités de modification du design. Bon ça, c’est des considérations techniques mais le principal, ce sera de futures rencontres enrichissantes. Alea jacta est.

Ai-je oublié de te poser une question ?

Pas vraiment, mais une grande pensée à la famille d’Hiro qui traverse actuellement des moments difficiles. Cela me rappelle que certaines choses me paraissent bien futiles  par rapport à l’amour de ses proches et à l’amitié.

Le questionnaire de Proust

10a. Qui aimerais-tu être ?


Nicolas Hulot : engagé, sportif et voyageur.

10b. Où aimerais-tu vivre ?

En Provence pour le climat et aussi pour les habitants, que je trouve nettement plus relax qu’ici.

10c. Pour quelle faute as-tu le plus d’indulgence ?

Le mensonge.

10d. Quel est ton héros de roman préféré ?

On va dire de BD alors. Giacomo C. Dur et fragile, passionné et rusé.

10 e. Quel est ton principal trait de caractère ?

Tolérant.

10f. Qu’apprécies-tu le plus chez tes amis ?

Leur intelligence, ça leur fera plaisir.

10g. Quel est ton principal défaut ?

Soupe au lait.

10h. Ta fleur préférée ?

Les orchidées.

10i. Que détestes-tu le plus ?

Les prétentieux.

10j. Ta devise ?

Désolé mais je n’en ai pas.

10k. Comment aimerais-tu mourir ?

Le plus rapidement possible une fois la fin inéluctable.


Et voilà, l'entretien se termine. Deux adresses incontournables :

http://www.sambabd.be
http://samba.xooit.be/index.php

Écrit par Samba dans Portrait. | Commentaires (11) | Tags : auto, portrait, interview, marco, bd |  Facebook | |

05/04/2008

Marco , vous connaissez?

photo2fu4


Marco ? Vous connaissez, un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout ?

Une interview qui va lever le voile sur cet homme intrépide aux célèbres jeux de mots.


1. Peux-tu nous raconter la genèse et tes motivations qui t'ont poussé à faire un blog ?

Au départ, voici quelques années, j'écrivais de temps à autre des poèmes et j'avais noué des contacts avec une Québécoise (Sophie.net) dont le message était fort similaire au mien. Elle avait accepté d'héberger mes textes sur son site et comme notre amitié virtuelle devenait très forte, je lui permettais de les adapter à sa manière, plus libre et moins ‘classique'. J'avais néanmoins envie de m'exprimer dans mon propre espace mais la complexité des systèmes de l'époque pour créer un site me faisait un peu peur. Un jour, j'ai invité une amie, la créatrice du blog ‘Amaretto', à la maison et elle m'a montré à quel point les skynetblogs étaient faciles à créer et à gérer. Le soir même, je retournais voir son blog et j'essayais de réaliser le mien.

C'était d'abord une sorte de journal où je racontais ma vie, mes soucis, mes joies puis j'ai eu le tort de le faire connaître à quelques personnes qui en ont trop su sur ma vie privée et j'ai alors décidé de le limiter à la poésie. J'ai ensuite découvert le blog de Nola, qui faisait un jeu de mots presque chaque matin et je m'amusais à en rajouter via ses commentaires. L'inspiration poétique s'est tarie et j'ai demandé à Nola s'il verrait un inconvénient à ce que je poursuive mon blog exclusivement sur le thème des jeux de mots. Il n'y voyait aucun problème de ‘concurrence'. Peu à peu, les chroniques de livres sont venues s'intercaler et ont fini par devenir le noyau de mon blog.

2. Quelles sont tes plus belles satisfactions que ce blog t'a apportées ?

Il y en a quelques-unes. La première est qu'il a débouché indirectement sur ma rencontre avec mon épouse, qui m'a donné le plus bel enfant du monde (évidemment !), mais c'est mon petit jardin secret. La seconde, ce sont les autres rencontres qu'il m'a permis de faire, notamment toi (ben oui) et DePa, le créateur du personnage Sumoups. Peut-être cela va-t-il déboucher sur une première édition... ?

3. Des regrets aussi peut-être ?

Peut-être le fait de ne pas y connaître grand chose en HTML, Flash, Java... car j'aurais aimé personnaliser mon blog au maximum. A part cela, je pense que ce blog ne m'a apporté que du bon.

4. Que souhaites-tu maintenant à ton blog ?

De continuer sur sa lancée. Je lui souhaite aussi que je trouve le temps de m'intéresser au Webdesign ou que je tombe sur une bonne âme qui pourrait m'aider gracieusement à le rendre plus attrayant ;)

5. Parle-nous un peu de ce projet avec DEPA.

Cela faisait longtemps que je désirais illustrer mes jeux de mots et j'avais essayé de le faire via deux personnages - Angelo et Belzébuth - mais je ne suis pas un dessinateur et cela me prenait énormément de temps, sans oublier que cette idée était assez manichéenne. J'ai donc inséré un petit message sur mon blog pour demander une collaboration, mais cela n'a rien donné. Un certain Samba m'a alors transmis l'adresse e-mail d'un groupe de dessinateurs. J'ai lancé un appel et j'ai reçu deux réponses qui, au final, n'ont rien donné.

J'ai donc décidé de prospecter les blogs pour voir s'il n'y avait pas un dessinateur susceptible de travailler avec moi. Je me suis souvenu de DePa et je me suis dit ‘pourquoi pas ?'. Je lui ai proposé une collaboration et il a directement accepté.

Je dois dire qu'il s'agit d'une belle rencontre car nous nous comprenons parfaitement. Il a l'art de trouver rapidement la façon dont on pourrait illustrer mes textes, parfois de façon inattendue. Je sais pertinemment que mes mots d'esprit ne sont pas tous de la même qualité, mais je pense que les meilleurs d'entre eux pourraient avoir leur place dans l'édition. De toute façon, c'est un rêve et il faut y croire ! Nous travaillons d'ailleurs dans ce sens et certains dessins ont été remaniés presque une dizaine de fois, jusqu'à ce que nous soyons tous les deux d'accord. Depa doit à présent les refaire pour les colorier à l'aide d'un logiciel qui les rendra plus compatibles avec l'esprit BD. Nous ne nous arrêterons d'ailleurs pas là car son personnage se prête à merveille à la réalisation de cartes pour diverses occasions.

Le résultat final de notre collaboration devrait être un mélange de dessins et de jeux de mots que nous avons qualifiés de ‘difficilement illustrables' avec son personnage. Celui-ci est, en effet, plutôt sympathique, rigolo et bon enfant alors que certains de mes textes sont plus mordants, croustillants, érotiques, voire crus. Il y aurait donc un décalage s'ils sortaient de la bouche de Sumoups.

Nous travaillons à un rythme soutenu. Le plus difficile reste toutefois à venir...

6. Les livres sont ta grande passion, mais comment fais tu pour en lire autant ?

Je n'en lis pas autant que je voudrais malheureusement (notamment parce que j'aime les 'briques' et que le nombre de pages réduit le nombre de livres :) ), mais je profite de chaque instant disponible pour lire. Ainsi, je ne vais jamais aux toilettes les mains vides :) Et le soir, il m'arrive même d'utiliser des boules Quiès pour ne pas être dérangé par la télé. Si je dois aller à la Poste, à la banque, chez le médecin, bref partout où je suis susceptible d'attendre, j'emporte un livre avec moi. De plus, je me suis rendu compte qu'en général, les livres étaient bien meilleurs et plus profonds que leur adaptation cinématographique. Donc, je fais l'effort d'imaginer au lieu de laisser l'écran me mâcher la besogne. Enfin, vu mon métier de traducteur, la lecture est en quelque sorte un outil de travail.

7. Je sais que tu es ceinture noire de Kung Fu, une philosophie de vie aussi ?

Tout à fait. Cet art martial chinois vous apprend l'humilité, mais aussi le courage, la persévérance et ‘l'accomplissement de soi'. C'est d'ailleurs la traduction de ‘kung fu'. Ainsi, tu peux développer ton ‘kung fu' en cuisine, en dessin, dans ton travail... D'après ce que je vois, tu devrais être au moins ceinture noire dixième DAN en lecture de BD ! ;)

C'est tellement ancré en moi qu'après avoir déménagé de Bruxelles, je n'ai plus qu'une seule solution pour progresser : ouvrir ma propre salle et enseigner. C'est aussi un projet en cours, qui devrait démarrer au mois de septembre.

8. Tu adores jouer avec les mots, d'où te vient cette facilité à trouver autant de jeux de mots ?

Une grande partie d'entre eux viennent des textes que je traduis : il m'arrive souvent de tomber sur un mot et de me dire ‘Tiens, ça pourrait donner tel jeu de mots'. Je pense aussi que c'est la nature de mon humour. Certains savent raconter des blagues, d'autres faire des farces. J'utilise simplement ce que je connais. Comme je suis dans le langage du matin au soir, c'est ma façon de décompresser. J'ai aussi très souvent la tête dans mes ‘nuages'.

Mon mécanisme se présente un peu comme ceci : je vois le mot ‘nourrir' dans un texte. Un tas d'expressions défilent alors dans ma tête, comme un ‘feu nourri', puis je pense au champ sémantique du mot ‘nourrir' et la ‘faim' vient à mon esprit. De là, ‘affamer' puis la phrase se forme et cela donne, par exemple :

‘Les tyrans qui affament leur peuple
meurent souvent sous un feu nourri'.

J'essaie toujours de faire une phrase en deux parties qui peut se lire dans le sens ‘normal' ou dans le sens ‘jeu de mots', lequel vise à entraîner un sourire ou une réflexion.

9. Revenons aux bouquins, quel est ton livre fétiche ?

Je dirais qu'il y en a trois :

Au-delà de nos rêves, de Richard Matheson, l'une des plus belles histoires que j'aie lues.
Va au bout de tes rêves d'Antoine Filissiadis, qui a vraiment changé ma façon de voir la vie.
Où es-tu, de Marc Lévy, qui m'a fait pleurer mais parce que le sujet ressemblait fort à ce que je vivais à l'époque.

10. Est ce que tout jeune tu dévorais autant les bouquins ?

Absolument pas. Je détestais même cela, à cause des livres imposés par le programme scolaire, qui me semble totalement inadapté. En ce qui me concerne, je pense que les professeurs de français devraient donner envie de lire à leurs élèves et ce n'est pas en leur infligeant du Zola, du Balzac, etc. qu'ils y arriveront. Tout est une question de timing. Les amateurs arriveront bien d'eux-mêmes vers ces auteurs s'ils correspondent plus à leur goût mais la façon d'écrire et les intrigues proposées sont tout sauf palpitantes. Et dégoûtent les jeunes à tout jamais. C'était le cas à mon époque et j'espère que mon fils ne devra pas lire ces outrages... pardon : ouvrages - que certains peuvent aimer mais que je trouve absolument ringards, dépassés et pénibles à lire. Il s'en est fallu de peu pour moi. Un jour, un collègue de travail m'a apporté ‘Sauvez la fille' de San-Antonio et m'a dit ‘Ça, tu vas aimer !'. J'ai effectivement adoré et depuis lors, ma bibliothèque a accueilli plus de 800 bouquins. Evidemment, du San-A au secondaire, ça ferait mauvais genre, mais le choix ne manque pas.

11. Un petit questionnaire de Proust pour finir.

Qui aimerais-tu être ?

Moi-même en plus grand, en plus jeune, avec plus de cheveux, plus riche, avec un corps de rêve,... mais serait-ce encore moi-même ? :)

Où aimerais-tu vivre ?
N'importe où du moment qu'il fasse plus chaud que dans la province du Luxembourg et qu'on y mange à sa faim.

Pour quelle faute as-tu le plus d'indulgence ?
La bêtise : les personnes atteintes ne s'en rendent pas compte...

Quel est ton héros de roman préféré ?
J'aurais plutôt un type de héros : Monsieur tout-le-monde qui tombe dans le pétrin et doit s'en sortir par ses propres moyens.


Quel est le trait principal de ton caractère ?
L'excès.

Qu'apprécies-tu le plus chez tes amis ?
Leur fidélité.

Quel est ton principal défaut ?
Je suis hyper rancunier. Je me souviens toujours du type qui me terrorisait à l'école quand j'avais 15 ans, donc voici...24 ans, et je rêve en secret d'aller lui demander de recommencer pour voir.

Ta fleur préférée ?

Je suis anosmique donc je ne sens pas l'odeur des fleurs.  Esthétiquement, j'aime beaucoup la rose rouge.

Que détestes-tu le plus ?
Le froid.

Ta devise ?

La vie n'est jamais que ce qu'on en fait.

Comment aimerais-tu mourir ?
Dans mon lit, sans m'en apercevoir.

12. Une question que tu aurais voulu avoir mais que je ne t'ai pas posée ?
Oui, la chose dont je suis le plus fier : mon fils Florian ! Son prénom vient du café Florian à Venise, symbole de l'amour, qui trône sur la place... Saint-Marc  :)


Merci Marco pour cette interview qui pour ma part fut très agréable à réaliser.


dyn010_original_468_61_jpeg_15498_35b54b95cae45070f9ea080127bd5824


Écrit par Samba dans Portrait. | Commentaires (10) | Tags : marco, mots, blog, question, interview |  Facebook | |

26/01/2008

Manboou.

0000006420Manboou, alias Audrey Fasquel, est née en 1981 à Calais
Elle est diplomée de l'académie des Beaux-arts de Tournai.
En 1999, elle crée le fanzine Freestyle, qu’elle réalise entièrement seule. Elle participe au concours de fanzine organisé dans le cadre du festival BD expo. Remportant ce concours, elle a l'occasion de rencontrer son futur éditeur, Delcourt, qui participe à l'organisation par l'intermédiaire de son magazine Pavillon Rouge.
Elle participe régulièrement au magazine WITCH.
À partir de 2005, elle publie chez Delcourt la série Fred & Sophie.
Elle réalise ensuite avec Remi(pas celui qui est sans famille) les portes du ciel . Une interview des 2 compères ICI.
9782505002604Son nouveau projet sortira le 1 er février chez Dargaud, R .comportera 3 tomes avec comme titre le nom d’un personnage débutant par la lettre R. On commence avec Rachel.

J’avais bien apprécié la chronique sociale de Fred et Sophie montrant le quotidien de jeunes adultes essayant de trouver un cap à leur vie.
Les portes du ciel, malgré que le dessin de Manboou soit très attractif, là, j’ai nettement moins apprécié.
Par contre R. me semble assez prometteur. On jugera à l’autopsie.ICI.
 Je vous invite aussi à visiter son blog très richement illustré .Un petit bonheur à voir. ICI.

 

14086329_m

m-couverture_A3_bis
m-triste



 

Écrit par Samba dans Portrait. | Commentaires (1) | Tags : manboou, r, portrait, rachel, fred et sophie |  Facebook | |

23/01/2008

Christophe Dubois.

Christophe Dubois.
167526_2752629Né le 22 Décembre 1969 en Suisse,
Christophe Dubois manifeste très tôt un intérêt pour la bande dessinée, mais choisit finalement de se tourner vers les Arts appliqués. En conséquence, il devient graphiste, métier qu’il exerce pendant dix ans au sein d’une même agence.
Aujourd’hui, il revient à ses premières amours, sans pour autant délaisser le graphisme. De sa rencontre avec le scénariste Nicolas Pona est né «Le Cycle d’Ostruce», sa première bande dessinée accueillie au sein de la collection «Portail» du Lombard.

Interview chez Planet BD ICI.
Un autre pour l’express ICI.

Fond d’écran ICI.
Bande annonce du tome 1 ICI
Projet sur la couverture du tome un ICI.

9782803621576cm19782803623754cm1Le tome deux du cycle d’Ostruce,Héria, sortira le 1  er février (excellente idée ça) .Déjà que j’avais bien apprécié le tome initial, je me réjouis de lire la suite de la guerrière Drak surtout que je trouve très réussie la pochette du tome 2. Allez plus qu’une semaine à attendre.

 

 

 

 


personnage
le-cycle-d--ostruce
G_5806_02