01/02/2012

Bienvenue à Hoxford

Bienvenue à Hoxford CouvertureBienvenue à Hoxford PlancheBienvenue à Hoxford

  • Scénario/Dessin et Couleurs : Templesmith, Ben
  • Dépot légal : 08/2011
  • Editeur : Delcourt/Collection : Contrebande
  • ISBN : 978-2-7560-2754-8
  • Planches : 144

 

Résumé :

Enfant battu, adolescent à problèmes, militaire traumatisé, Raymond Delgado n'a pas eu une vie facile. Condamné à perpétuité pour meurtres avec actes de barbarie, il fait partie d'une population carcérale à haut risque que le système pénitencier américain ne parvient plus à gérer. Lui et ses congénères vont être transférés à Hoxford, un établissement privé russe aux méthodes uniques et radicales...

Vol au-dessus d’un nid de psychopathes :

J’ai découvert ce one-shot grâce à la preview de BDGest. J’ai été assez intrigué pour feuilleter le bestiau en librairie. J’ai été très désagréablement surpris, le pitch étant relativement simple: lycanthropie et univers carcéral, bof bof, rien de bien novateur. Je ne pensais pas l’acheter. Pis comme j’avais un peu de temps devant moi, j’ai lu la petite préface de Ben Templesmith et là j’ai vu son travail sous un autre angle et finalement j’ai fait chauffer la carte bleue.

Amis du politiquement correct, culs bénis et autres vierges effarouchées ne poursuivez pas plus en avant la lecture de cette chronique !!! Ce Comics n’est absolument pas pour vous !!! Ici, vous ne trouverez que violence, haine, folie, décadence, bestialité, vulgarité ….. Je vous aurai prévenu.

Comme Ben Templesmith l’explique fort bien dans son introduction, les loup-garous, c’est nul ! Alors pourquoi faire une histoire autour de ces bestiaux peut-être afin de laisser libre court à la violence/bestialité que peut engendrer la rencontre de deux univers la prison et la lycanthropie ?

Ici point de héros, que nenni, vous avez affaire à une bande de sales types plus antipathiques les uns que les autres. Bref, la lie de notre société, tueurs en série, prêtre violeurs d’enfants, cannibale, nécrophage …. Que des gens que vous rêvez d’inviter pour le baptême de votre petit dernier. Si vous pensez que les gardiens de prisons relèveront le niveau, détrompez-vous. Ici aussi point de salut pour vos âmes, que noirceur et sang. Le seul rayon de «lumière » de ce Comics vous sera apporté par le Doc Jessica Ainley, la psychiatre qui suit Raymond Delgado. 

Belle brochette de fous furieux


Voilà le décor est planté, bienvenue à Hoxford !!!!

C’est ici que Ray Delgado vient d’être transféré après avoir encore commis un nouveau meurtre, un de trop pour le système normal. Ray notre « héros » se prend pour Kronos seigneur des Titans, il pense avoir été enlevé par des extraterrestres. Il parle avec une souris qui n’est autre que sa mère, il entend des voix… Bref, il est complètement à la masse et à une sale manie, il égorge ses codétenus avec ses dents. La seule personne avec qui il entretient un semblant de normalité est sa psy.

 

Un compagnon des plus charmant



Cette histoire débute par une séquence flashback qui nous permet de nous rendre compte de ce que Ray a enduré et ce n’est pas joyeux. Nous sommes de suite dans le bain de ce Comics, folie, violence et barbarie et cela ne fera qu’empirer tout au long de la lecture.

 

Sympa le papa



L’ambiance de ce Comics est pesante, glauque, dérangeante, violente ce que les dessins de Ted Templesmith rendent parfaitement. Ici pas de place pour les fioritures, les petits détails travaillés à l’extrême, rien que l’essentiel. Les dessins vous sautent au visage comme s’ils voulaient vous mordre. La mise en couleur est très réussie et colle parfaitement aux diverses ambiances de cette histoire, voir l’utilisation du rouge lors de scènes sanguinolentes/gore.


Les dessins et la mise en couleur sont en parfaite adéquation avec l’histoire mais ils peuvent aussi rebuter nombre d’entre vous. Je pense qu’ici, il n’y a pas de juste milieu soit on adore, soit on déteste.

Vous vous trouvez en présence d’un récit très violent visuellement et que dire de certains dialogues, qui d’un seul coup « dérapent » avec des passages ultra grossiers. S’il fallait trouver un rapprochement cinématographique, je dirais la rencontre d’Hannibal Lecter et de Quentin Tarantino.

 

Revedefer

Ma note 8.5/10


Dessins/colorisation : 9/10


Scénario : 8/10


C'est qui qui cause

27/01/2012

Ralph Azham T 1. Est-ce qu'on ment aux gens qu'on aime ?

Ralph Azham1g.jpgRalph Azham1p.jpg• Scénario : Trondheim, Lewis
• Dessin : Trondheim, Lewis
• Couleurs : Findakly, Brigitte
• Dépot légal : 03/2011 (Parution le 11/03/2011)
• Editeur : Dupuis
• ISBN : 978-2-8001-4992-9
• Planches : 46

Résumé :

Dans son village, Ralph Azham est considéré comme un bon à rien indiscipliné et insolent. Doté d'étranges pouvoirs (il voit les naissances et les morts), Ralph se met à dos tout le village très régulièrement. Pressenti, lorsqu'il était enfant, pour être l'Élu que tout le village attendait, Ralph Azham n'a pas été reconnu par l'oracle……

Looser or Winner ???

Je tiens tout d’abord à préciser que je ne suis pas un aficionado de Trondheim. J’ai lu deux Lapinot qui ne m’ont pas emballé et essayé de lire Donjon Zénith que j’ai refermé tellement je n’accrochais pas.
C’est dire si Ralph Azham était pour moi la dernière des Bds que j’attendais en 2011 et surtout il n’y avait aucune chance que je l’achète.
Ben comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, j’ai changé. La faute à mon libraire qui faisait l’article une fois que j’étais chez lui et je me suis laissé convaincre. Bien m’en a pris, cette Bd est tout simplement génialissime !!!!
Les dessins sont simples et expressifs et servent parfaitement l’histoire.
Le scénario peut paraitre simpliste, un enfant qui aurait dû être l’élu et qui finalement est un looser, rien de bien neuf sous le soleil me direz-vous. C’est là que Lewis Trondheim est fort, son histoire est très bien tournée avec de nombreuses scènes de flashback qui amènent quelques réponses au schmilblick et nous en font poser d’autres. Ce qui donne envie d'en connaitre plus sur ce monde et ses personnages. Les différentes relations entre les protagonistes sont très biens rendues, ce qui aide à bien pénétrer cet univers.
Ce premier tome est rempli d’humour, de situations cocasses et de moments franchement drôles, je me suis surpris à rire en lisant.
Je n’ai eu qu’une envie en refermant ce tome, découvrir la suite. Ralph Azham est une très agréable surprise, un véritable coup de cœur. Il ne me reste plus qu’à dire merci à mon libraire et à acheter le tome 2.

Ma note 8/10

Dessins 7/10

Scénario/ambiance 9/10

Ralph Azham1.jpg


Revedefer.

Écrit par Samba dans Revede BD | Commentaires (12) | Tags : ralph azham, trondheim, dupuis, 032011, 810, humour |  Facebook | |

31/10/2011

Escobar Le dernier Maya T1:1. L'esprit de la forêt

escobar.jpgEscobar Le dernier Maya1.jpg•    Scénario : Louis
•    Dessin : Louis
•    Couleurs : Daviet, Véra
•    Dépot légal : 06/2011 (Parution le 24/06/2011)
•    Editeur : Le Lombard
•    ISBN : 978-2-8036-2823-0
•    Planches : 56


 
Résumé de l'album :

Si, à l'instar des crânes de cristal, certaines légendes mayas sont tout juste bonnes à amuser les touristes, d'autres, moins connues, ont des conséquences bien plus réelles... et tragiques. Ainsi, la lutte qui oppose l'inquiétant Rosario à Ché-é, incarnation animale des forces de la nature, dure depuis les temps où Mexico s'appelait Tenochtitlan. La récente résurgence du monstrueux félin laisse présager de nombreux dommages collatéraux. Que pourra bien faire Escobar, ennemi déclaré de Rosario et protecteur de la forêt, pour empêcher que ne disparaisse une nouvelle civilisation... ? Depuis la nuit des temps, une guerre sans merci oppose les Gardiens, entités protectrices de la nature, aux Incarnés, issus des dépravations de l'âme humaine.

Mon avis :

J’ai découvert cette série avec  la preview de BDGest. Ayant accroché, je me suis décidé à l’acheter et  n’ai pas regretté cet achat.

Le scénario est bien construit alliant l’action, une pointe d’humour avec le personnage d’Hijö, et le fantastique. Louis utilise judicieusement les flashbacks pour nous faire découvrir le passé du héros, un ancien Conquistador.  Pour une mise en bouche, c’est particulièrement réussi et à la fin de la lecture, je n’avais qu’une envie : connaître la suite.

Les dessins sont particulièrement réussis. Le rendu de « el diablo negro », sorte de loup-garou, est tout simplement impressionnant, plein de grâce et de fureur animal, une vraie réussite.  Les scènes d’actions sont époustouflantes, pleines d’énergie, de vitesse,  de fureur, de rage animale.


La mise en couleurs de Véra Daviet est particulièrement réussie et sert pleinement les dessins de Louis pour venir rehausser ceux-ci et ajouter la petite touche finale, la cerise sur le gâteau, qui permet à cette Bd d’être une réussite d’un bout à l’autre.


Un seul conseil achetez cette Bd et laissez-vous emporter par cette magnifique histoire superbement dessinée. Une vraie bonne surprise et un coup de cœur pour ma part.

Ma note : 9/10    Scénario 9/10  -  Dessins 9/10

Revedefer.

Escobar Le dernier Maya1v.jpg

25/10/2011

Caktus T1 : le masque de vert.

Caktus1.jpgCaktus1p.jpgScénario : Pothier, Nicolas
•    Dessin : Pilet, Johan
•    Couleurs : Gilles, Stéphane
•    Dépot légal : 05/2011 (Parution le 01/06/2011)
•    Editeur : Glénat
•    Collection : Treize étrange
•    Taille : Format normal
•    ISBN : 978-2-7234-7401-6
•    Planches : 48

Résumé de l'album :
En vert et contre tous ! Dans la ville de Santa Pé, un gang de bandits masqués, les Pasamontas, terrorise les habitants et brûle régulièrement les bâtiments publics. Le gouverneur de la ville, Don Cordoba, profite du climat de peur pour asseoir son pouvoir et augmenter les impôts de la population déjà bien pauvre. Pour contrer ces ennemis sournois, un métis rusé et nonchalant décide d'agir secrètement. Le jour, il se fait passer pour le domestique du vieux Diogène, le nouveau blanchisseur ivrogne, et la nuit, il devient Caktus, le héros masqué aux cent couteaux tout de vert vêtu !
Qui s’y frotte s’y pique :
Nicolas Pothier, le génial scénariste  de Ratafia et de Junk nous revient avec une nouvelle série  et nous ne pouvons que nous en réjouir.   Dans celle-ci, il mélange l’humour  présent dans Ratafia au western de Junk et cela nous donne un bon western gratiné d’humour.  Cette série nous fait penser  immédiatement  à Lucky Luke ou aux Tuniques Bleues pour la Bd (il y a pire comme référence), et à Zorro pour le cinéma ou la TV.
Nicolas nous a ciselé un p’tit bijou de scénario qui allie aventure, humour, jeux de mots, parsemé de références au cinéma, à la musique et au monde politique.  Il a réussi à recréer une ambiance digne des meilleurs scénarios de Goscinny.
 Les dessins de Johan Pillet, qui m’avaient déjà enchanté dans Barzoon Circus, sont agréables et servent magnifiquement le scénario. Ils nous font immédiatement penser au grand Morris (Lucky Luke).  Les scènes d’actions sont très  réussies.   
Autant le dire tout de suite, cette nouvelle série est une réussite !!!! Un véritable coup de cœur  à consommer sans modération et à partager en famille de 7 à 77 ans.  
Ma note : 8/10          Scénario 8/10 - Dessins 8/10

Revedefer.

Caktus1v.jpg