07/06/2016

Lovely Fridays - Tome 1

lovely fridays,arina tanemura,tonkam,shojo,978-2-7560-7847-2lovely fridays,arina tanemura,tonkam,shojo,978-2-7560-7847-2Auteure : Arina Tanemura
Éditeur : Tonkam
192 pages quand même mine de rien
Sortie : 9 mars 2016
Genre : shojo

 

 

Tachibana, seize ans, est en première année de lycée (en France, c'est la seconde).
Elle est raide dingue de Serizawa, dix-sept ans, qui est en deuxième année (en France, c'est la première). (Non, parce que, chez nous on compte à l'envers, à partir de la 6ème. D'ailleurs si on inclut la Terminale, ça fait sept ans en tout. Ça ne colle pas. Moi, ça m'a toujours chiffonnée.)

Le vendredi Tachibana s'occupe du CDI du lycée, et Serizawa, l'air dégagé, vient ce jour-là emprunter des livres, d'où le titre Rhâaa Lovely Fridays.

Jusque là, ça roulait bien. Mais c'est qu'il y a l'autre petit trublion, là, Nekota, dont je n'ai pas réussi à déterminer quel âge il avait ni dans quelle classe il était ; ce qui est sûr c'est qu'il est plus jeune que Tachibana, qu'il est raide dingue d'elle, jaloux comme un phacochère, méchant comme un troupeau de gnous, et envahissant comme un essaim de guêpes sur le raisin mûr.

Nous avons donc là un triangle amoureux isocèle, car Nekota n'est pas raide dingue de Serizawa, ni inversement.

Je ne sais pas comment vont s'appeler les tomes suivants. Fucking Saturdays et Bloody Sundays, peut-être.  Et en vérité je me désintéresse pas mal de la question.

Prenons un moment pour relever les sponsors de l'événement :
Mos Burger, chaîne de Fast Food japonaise ;
Les chocolats Godiva, on a même le prix du coffret : 2 100 yens (soit 15 euros), ce qui ne nous avance pas à grand chose car on ne sait pas combien de grammes il contient ;
La Fraise Chocolat Blanc de Rokkatei ;
La Glace Häggen Dasz "Chocolate Chip" ;
Et enfin, le Seiyoken, célèbre restaurant de cuisine française fondé en 1872.

On se goberge. Ça fait toujours ça à se mettre sous la dent, parce que pour ce qui est de la gaudriole, on repassera.

En revanche, cet ouvrage est à lui seul un remarquable traité sur l'exploration électrophysiologique diagnostique de la tachycardie.

La petite Tachibana, elle démarre au quart de tour. Que Serizawa ou Nekota bougent la paupière (qu'ils ont très haute, pour couvrir leurs conséquents globes oculaires), et  les  tours-minute  défraient  la  chronique :

"Quand les palpitations sont poussées au max, ça provoque un court-jus dans mon love-circuit et mon coeur fait boum".

Exactement le syndrome de Bouveret.

Qu'elle boive un grand verre d'eau glacée, ça marche très bien pour stopper net les palpitations.

J'en sais quelque chose.

a02-3e788b1.gif

 

Virgule

lovely fridays,arina tanemura,tonkam,shojo,978-2-7560-7847-2

- Ce genre d'histoires, on le connaît par coeur...
- Ouais. Et on n'en a rien à battre.

06/06/2016

L'herbe folle

l'herbe folle,maryse & jean françois charles,maryse charles,jean françois charles,glénat,hippie,beaux arts,le train bleu,paris,larzac,chèvres,amour libre,flower power,1968l'herbe folle,maryse & jean françois charles,maryse charles,jean françois charles,glénat,hippie,beaux arts,le train bleu,paris,larzac,chèvres,amour libre,flower power,1968Scénario : Maryse Charles
Dessin : Jean-François Charles
Éditeur : Glénat
128 pages
Sortie : 6 avril 2016
Genre : roman graphique

 

 

Chronique des années hippies dans la France des années 70

Entre deux trains, une vie...

"Paris, gare de Lyon, restaurant "Le Train Bleu".

Pierre, la soixantaine, a rendez-vous avec Rose, une Anglaise, qui voudrait en savoir plus concernant ses parents qu'elle a perdus et qui étaient des amis de Pierre lorsqu'ils étaient tous les trois étudiants aux Beaux Arts. Les souvenirs affluent : cette époque "Peace and Love" quand ils voulaient refaire le monde, l'Auvergne où Theda et Gilles, les parents de Rose, étaient partis faire du fromage de chèvre dans une petite ferme perdue des alpages.

Il y aura tout ce que Pierre pourra confier à Rose et tout ce qu'il devra taire."

 

M'ouais... Pas dupe la belle Rose, elle en sait plus qu'il n'osera lui en dire...
Et, sagaces que nous sommes, nous nous doutons bien aussi du fin mot de l'histoire tant il se voit comme le joint au milieu des lèvres, -encore que des doutes puissent subsister et qu'une glaçante surprise nous soit réservée dans une chapelle ardente...-

Mais plus que la destination, c'est le voyage qu'il faut apprécier ici.

Vous aurez envie de monter le volume de votre chaîne hi fi au maximum pour écouter Dark Side of the Moon, d'ouvrir les fenêtres, d'aller courir pieds nus sur l'herbe dans le jardin en jetant vos vêtements dans les arbres, et d'inviter vos voisins à fumer les hortensias !
(Car l'hortensia, voyez-vous, est réputé produire les mêmes effets que le chanvre. Il y en a de grands massifs partout, et c'est légal. C'est drôlement pratique.)

 

Quant à Theda Barrow, la maman de Rose...   Rhâaa !   Quelle belle femme ! Elle traverse l'album nue ou en mini-jupe, parfois bottée "jusques en haut des cuisses, et c'est comme un calice à sa beauté" (Merci à Serge & Brigitte).

l'herbe folle,maryse & jean françois charles,maryse charles,jean françois charles,glénat,hippie,beaux arts,le train bleu,paris,larzac,chèvres,amour libre,flower power,1968

L'atelier des Beaux-Arts avec ses modèles complaisamment représentés et les potaches d'artistes qui le fréquentent, le Paris et la province de ces années où nos parents pensaient refaire le monde, comme tout le monde, pour s'apercevoir quelques années plus tard que c'est le monde qui les avait refaits... Comme si vous y étiez, avec le style vestimentaire, les graffitis, les véhicules, les couleurs, les affiches de cinéma et le vent de liberté de l'époque qui vous souffle au visage même si vous êtes trop jeune pour l'avoir connu et n'en êtes qu'un fruit déjà mûr...

l'herbe folle,maryse & jean françois charles,maryse charles,jean françois charles,glénat,hippie,beaux arts,le train bleu,paris,larzac,chèvres,amour libre,flower power,1968

Et en un mot : les aquarelles de Jean-François Charles !!!
(Ça fait six mots, je vous l'accorde.)

Ne vous arrêtez pas aux pavés battus par la pluie de la première page.

Sous les pavés, des lumières, des images...

Magnifiques. Chaudes. Sensuelles. Mates. Fleuries.
Avec juste ce qu'il faut de frimas, parce que les auteurs n'aiment pas les fins trop tristes.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Virgule

 

 

 

 

26/05/2016

J'ai tué Marat

9782749307893.jpgtitle-1459721248.jpgScénario : Laurent Frédéric Bollée
Dessin : Olivier Martin
Éditeur : Vents d'Ouest
56 pages
Parution : 30 mars 2016
Genre : Historique

 

 

Marat, c'est le gars qui est célèbre pour avoir calanché dans une baignoire parce que la petite Corday a eu idée de venir affûter son couteau de cuisine entre ses côtes.

Tout le monde a en tête cette image :

j'ai tué marat,le bollée,olivier martin,vents d'ouest,marat,charlotte corday,terreur,révolution,david,guillotine,cénobite

Non ? Eh ben vous l'aurez, maintenant.

Dans ce temps-là, vu qu'on pouvait pas prendre de photos sur les scènes de crime, on faisait venir des peintres.

Là, vous m'excuserez du peu, c'est quand même David qui s'y est collé.

"Peindre vrai et juste du premier coup", il disait. J'ai mes sources.

Moi, je dis qu'il s'est bien foutu de notre gueule.

Parce que dans la BD, on voit très bien comment ça c'est passé en vrai.

Tiens :

photo.JPG

Dans le mille !

Et après :

mart.JPG

Admirez au passage les abdos de l'intéressé. A faire se pâmer la Donzelle. S'ils avaient pas été planqués sous l'écritoire, le cours de l'Histoire aurait peut-être pas été ce qu'il est. Ce que j'en dis.

 

marat1.JPG

Vous voyez le topo.

Alors maintenant, je vous remets le David :

marat.jpg

Faut quand même pas nous prendre pour des lapins de six semaines.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Virgule

 

 4.jpg

- On l'a perdue, cette fois, la Virgule, non ?
- Ouais. Complètement barrée.

 

12/05/2016

Morgane

morgane,delcourt,mirages,kansara,fert,arthur,graal,legende arthurienne,merlin,klimt,mary blairmorgane,delcourt,mirages,kansara,fert,arthur,graal,legende arthurienne,merlin,klimt,mary blairScénario : Simon Kansara
Dessin : Stéphane Fert
Éditeur : Delcourt - Mirages
144 pages
sortie : 6 avril 2016
genre : légende arthurienne revisitée

 

 A travers les yeux de Morgane, sorcière rebelle et insoumise, dans une interprétation très personnelle de la légende arthurienne par le duo Kansara-Fert, redécouvrez le cycle du Graal et de la mythologie celte !

 Ne craignez pas de vous aventurer sous les frondaisons maléfiques du Val Sans Retour, et d’y croiser le fourbe Merlin inculquant sa magie à celle qui dépassera un jour le maître…

 Arrêtez-vous aux abords du château de Tintagel, et voyez quelle promesse Morgane fit, enfant, à son père, et quels enchantements l’en éloigneront pour finalement mieux l’en rapprocher…

 Considérez au passage la délectable bêtise des chevaliers de la table ronde, qui n’est pas sans faire penser à certains de leurs descendants dans la série Kaamelott…

 On peut avoir beaucoup de mal à pénétrer les sous-bois ténébreux  de cette aventure au graphisme étrange, et craindre d’y perdre le sens commun.

 Lorsque la magie finit, assez rapidement d’ailleurs, par faire son effet,  on est toutefois précipité dans un kaléidoscope de couleurs  à nulles autres pareilles  dont,  même des plus froides, émanent de troublantes vibrations.

 Une mention spéciale pour le traitement burlesque et le délire façon vaudeville des amours incestueuses de Morgane avec son frère, adultères de Guenièvre avec Lancelot, improbables des uns avec des autres et réciproquement, enfin, pas tout-à-fait,  les apparences sont trompeuses…

 Tant d’influences artistiques se conjuguent par ailleurs, dans cet ouvrage, qu’un grand nombre de pages ou de vignettes sont un hommage magnifique à Klimt, Mary Blair, Gauguin, Matisse, Cézanne, et d’autres.

 « Ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha… » (55 fois "ha", en page 7, quand Arthur rit, recomptez vous-même), cela m’a semblé constituer une citation propre à ne rien déflorer de l’histoire.

  Esthétique et épanouissante lecture !

morgane,delcourt,mirages,kansara,fert,arthur,graal,legende arthurienne,merlin,klimt,mary blair

morgane,delcourt,mirages,kansara,fert,arthur,graal,legende arthurienne,merlin,klimt,mary blair

morgane,delcourt,mirages,kansara,fert,arthur,graal,legende arthurienne,merlin,klimt,mary blair

morgane,delcourt,mirages,kansara,fert,arthur,graal,legende arthurienne,merlin,klimt,mary blair 

 a07-3e78901.gif

 

Virgule

 

 * * *

 Le saviez-vous ?

Le mot morganatique a plusieurs acceptions en langue française.
On en retiendra une ici :

  • L'effet morganatique un phénomène optique aussi connu sous le nom de Fata Morgana ;
    Une Fata Morgana est un phénomène optique qui résulte d'une combinaison de mirages (perturbations des rayons lumineux au passage à travers un gradient thermique dans l'atmosphère).
    Les Fata Morgana sont assez rares mais ont lieu plus couramment dans certaines régions, notamment dans le golfe de Botnie, dans la mer Baltique, dans la baie de la Table (Le Cap, Afrique du Sud) et dans les régions polaires, mais aussi dans le détroit de Messine.

Origine du nom

C'est au Moyen Âge que ce phénomène a été rapporté pour la première fois, par des croisés qui, naviguant dans la mer Méditerranée, affirmaient avoir aperçu de fantastiques châteaux se refléter dans la brume près du détroit de Messine (entre l'Italie et la Sicile). Ils attribuèrent ce phénomène à la Fée Morgane (d'où le nom de Fata Morgana, « Fée Morgane » en italien, adopté par la suite), qui, d'après la légende arthurienne, avait le pouvoir d'élever des palais au-dessus des flots et d'agir sur le vent.