04/05/2016

Saudade

saudade.jpgsaudade02.jpgAuteur : Fortu
Éditeur : Delcourt - Collection Shampooing
160 pages

Sortie : 30 mars 2016
Genre : Chronique sociale - Nouvelles graphiques

 

 

Si vous arrivez à vous représenter ce que peut éprouver une ancre marine qui se serait fortuitement éprise d'un drone de passage, vous êtes mûr pour vous plonger dans Saudade et goûter la quintessence de sa douce amertume.

Si vous hébergez en votre âme tourmentée ce cancer de la joie de vivre qu'est la dépression, doublez vos doses de pastilles magiques avant de le lire, ou fuyez.

Saudade, c'est ce mot portugais parmi les plus difficiles à traduire, situé quelque part entre la mélancolie et la nostalgie, stigmate de l'exil, compagnon du temps des regrets, du manque ou des remords, empreinte persistante des amours anciennes ou impossibles et des amitiés perdues.
Les images sont jolies, sans doute, mais leurs effets sont douloureux...

Fortu, sur son blog, est plutôt d'humeur rieuse en temps normal.

Qu'est ce qui lui a pris de nous livrer ces sombres saynettes, parfois autobiographiques avec l'histoire de son père ayant fui la misère du Portugal en 1965, et constatant des années plus tard qu'il ne se sent plus vraiment Portugais ni tout à fait Français ; perte ou absence d'un enfant, précipice abyssal de la retraite, incommunicabilité, déliquescence des racines, vocation contrariée...

J'ai été partagée entre l'envie de faire un câlin à l'auteur pour le consoler de la bonne dose de saudade qu'il doit renfermer pour être capable d'exprimer ainsi, à travers son dessin lisse et désincarné, toutes ces situations sans issue d'une façon à la fois aussi glaciale et aussi touchante, et celle de lui asséner un grand coup sur la tête avec son livre, pour avoir attisé quelques unes de mes émotions personnelles les plus négatives.

fortu,delcourt,shampooing,saudade,portugal,immigration,émigration,exil,identité,douleur,manque,dépression,mélancolie,deuil,chagrin,incommunicabilité,croisée des chemins,amertume

fortu,delcourt,shampooing,saudade,portugal,immigration,émigration,exil,identité,douleur,manque,dépression,mélancolie,deuil,chagrin,incommunicabilité,croisée des chemins,amertume

fortu,delcourt,shampooing,saudade,portugal,immigration,émigration,exil,identité,douleur,manque,dépression,mélancolie,deuil,chagrin,incommunicabilité,croisée des chemins,amertume

 

 a06-3e788fc.gif

 

Virgule

 

15/04/2016

Le bâtard des étoiles - Tome 1 - Le regard des autres

Couv_271801.jpgalbum-page-large-28881.jpgScénario : Raoul Cauvin
Dessin : Curd Ridel
Éditeur : Sandawe.com
48 pages

Sortie : 2 mars 2016
Genre : Humour

 

 

 " - Vous êtes cons, les Terriens.

- Pour une fois, je suis tout à fait d'accord avec vous !"

 

On ne présente plus le papa de Natacha, de Cédric, de Pierre Tombal, de L'agent 212, des Psys, des Femmes en blanc et des Tuniques bleues. Il devait s'ennuyer, car pour ses 77 ans il agrandit encore la famille, et cette fois c'est un Bâtard...

C'est-à-dire que Bernadette Collins, avec son petit nez retroussé, ses grands yeux verts et sa coiffure blonde d'un autre temps, dès qu'elle roule la nuit dans la campagne, un de ses pneus éclate. Et dès qu'elle change une roue, il lui arrive un truc hors du commun.

La première fois, c'est un extra-terrestre qui la met enceinte (allez raconter ça aux flics du coin, ils vont vous croire !) ; la deuxième fois elle rencontre le père et se fait enlever le fils, "crénomdîdjî" (en français dans le texte) !

Entretemps elle incarne l'amour inconditionnel d'une mère pour son enfant et se confronte au regard des autres, l'éternel problème...

Le voyeurisme de la télé-réalité, la course à l'audimat, la cupidité de scientifiques en mal de reconnaissance (pour ne citer qu'eux) et la dictature de la normalité sont allègrement taclés au long de cette aventure rebondissante, menée tambour battant, animée de dialogues et de gags savoureux, et habillée d'un dessin tonique et expressif qui lui va comme un gant à trois doigts !

9782390140191_p_6.jpg

La question subsidiaire est : Pourquoi Raoul Cauvin a-t-il eu recours au financement participatif pour faire éditer cette série ? Peut-être pour le plaisir de vivre une expérience du troisième type ?

 

a08-3e78906.gif

 

 

Virgule

14/04/2016

Huck Finn

huck finn,olivia vieweg,glenat,mark twain,huckelberry finn,tom sawyer,halle-sur-saale,saale,école buissonnière,liberté,marginalhuck finn,olivia vieweg,glenat,mark twain,huckelberry finn,tom sawyer,halle-sur-saale,saale,école buissonnière,liberté,marginalAuteure : Olivia Vieweg
D'après l'oeuvre de Mark Twain
Éditeur : Glénat  - 1000 Feuilles
144 pages
Sortie : 9 mars 2016
Genre : Roman graphique - Aventure

 

 

Une adaptation contemporaine d'un chef d'oeuvre de la littérature américaine, transposé dans l'Allemagne d'aujourd'hui.

A Halle-sur-Saale en Allemagne, Huck Finn mène une vie sauvage avec ses copains. Mais la nuit il rentre régulièrement chez sa mère adoptive, une veuve qui s'occupe bien de lui et essaie malgré tout de le "civiliser". Mais Finn, épris de liberté, a d'autres objectifs : il est clair qu'il ne va pas rester encore très longtemps ici...

 

"... nulle part sur terre, on n'est mieux que sur un radeau."


Connaissez-vous Les aventures d'Huckelberry Finn, l'original ? A la différence de celles de Tom Sawyer, elles ne sont pas vraiment une histoire pour enfants, leur récit est une terrifiante plongée au plus sombre de la nature humaine, une violente remise en cause des normes sociales entre autres.

Dans sa fiction Olivia Vieweg colle assez bien à la source pour commencer, puis remplace l'esclave noir Jim par Jin, une adolescente d'origine asiatique qui fuit la prostitution, et le radeau de nos héros prend complètement son autonomie par rapport à l'oeuvre maîtresse.

Et puis, si on ne connaît pas du tout le récit de Mark Twain, ça n'a aucune importance, en fait.

Le ton est plus léger ici, quoiqu'il se passe des choses plutôt transgressives et agressives, il y a tout de même des meurtres notamment. On se prend assez facilement à suivre les aventures du jeune Finn sur son Mississipi germanique, la Saale. On s'attache à la paire d'amis qu'ils forment avec Jin. On tremble pour eux et avec eux, et on observe avec bienveillance les doutes et les évolutions psychologiques du héros, entre soif de liberté, recherche identitaire, errances, quête d'un modèle, d'un père, d'une famille...
On regrette aussi, vers la fin, qu'il semble y avoir des grosses ellipses dans la narration, ou des mailles un peu irrégulières dans le scénario, qui donnent une espèce de queue de poisson en pirouette finale, comme si l'auteure s'était lassée de l'histoire et s'était trouvée pressée d'en finir...

Je ne suis pas à proprement parler séduite par le dessin, par les traits des personnages en particulier, mais l'impression générale n'est pas désagréable, elle est même plutôt chaleureuse, la bichromie en bruns orangés y est sans doute pour beaucoup. Les pauses narratives offertes par quelques pages contemplatives sont, ma foi, bienvenues.

huck finn,olivia vieweg,glenat,mark twain,huckelberry finn,tom sawyer,halle-sur-saale,saale,école buissonnière,liberté,marginal,vie sauvage

 

Une petite escapade intéressante et divertissante hors des sentiers battus...

 

 a06-3e788fc.gif

 Virgule

11/04/2016

Requiem Chevalier Vampire - Tome 2 - Danse macabre

requiem chevalier vampire,danse macabre,pat mills,olivier ledroit,glenat,vampire,gothique,dark fantasy,enfer,satan,satanismerequiem chevalier vampire,danse macabre,pat mills,olivier ledroit,glenat,vampire,gothique,dark fantasy,enfer,satan,satanismeScénario : Pat Mills
Dessin : Olivier Ledroit
Éditeur : Glénat
56 pages
Sortie : 23 mars 2016 (réédition)
Genre : Dark fantasy

 

 

Avec cette réédition, la série culte plébiscitée par les amateurs de Dark Fantasy se refait une couverture et s'enrichit, pour chaque tome, d'un cahier de 8 pages d'esquisses et de dessins inédits. L'occasion de (re)découvrir une oeuvre majeure et la version sombre de l'époustouflant graphisme en couleur directe de l'un des meilleurs artistes de sa génération.


Synopsis - Tome 1 :

Pendant la seconde guerre mondiale, un soldat allemand trouve la mort. Il est alors projeté sur Résurrection, un monde chaotique où les terres et le temps sont inversés, et où il découvre qu'il est un vampire plongé dans un conflit cosmique sans répit entre des dieux étranges et leurs armées dantesques.

Tome 2 :

Tandis que les forces vampires ont plongé dans la bataille contre les Dieux des Limbes, le raid sur Londres voit l'apparition de nouveaux belligérants : les Goules, avec à leur tête la redoutable Mère Terreur. Après une lutte acharnée les vampires rentrent à Nécropolis et une cérémonie de la danse macabre est organisée. L'occasion pour Requiem de rencontrer tout le gratin de la société vampire...

 

requiem chevalier vampire,danse macabre,pat mills,olivier ledroit,glenat,vampire,gothique,dark fantasy,enfer,satan,satanisme

 

Quand cet ouvrage est arrivé à la maison, je me suis dit qu'il allait encore falloir faire exorciser la bédéthèque et y suspendre des tresses d'ail, et que décidément, la "fantasy", qu'elle soit "heroic" ou "dark", m'était sournoisement hermétique.

J'ai feuilleté la chose. J'ai aperçu un sombre capharnaüm  peuplé de visages exsangues et grimaçants, avec des yeux rouges ou phosphorescents, des rideaux, des chaînes, des crânes, des colonnes vertébrales, des fourches caudines et des lueurs infernales. Quelque chose entre l'imaginaire de Jérôme Bosch et le décor du train fantôme, à la fête foraine, vous savez, celui où finalement on n'a pas peur du tout mais où on rigole bien.

 

requiem chevalier vampire,danse macabre,pat mills,olivier ledroit,glenat,vampire,gothique,dark fantasy,enfer,satan,satanisme

Mon sang n'a fait qu'un tour, je me suis dit : "J'y vais".

(Vous avez remarqué ? C'est un alexandrin...)

 

"Elle est expirée ! Son sang a été empoisonné !
- Qui a fait ça ?
- Eh bien, les Borgia sont là,
mais franchement ça pourrait être n'importe qui..."

 

Ma témérité a été récompensée, j'ai souri quelques fois, ce qui, me concernant, fait marquer des points à tout album. Il y a de l'humour, là-dedans, et des tas de références et de clins d'oeils à l'Histoire et au Cinéma. Dans ce tome, une créature, très laide par ailleurs, est représentée agrippée sur Big Ben tel King-Kong sur l'Empire State Building.

Quant à l'univers et aux diverses castes de personnages qui se fréquentent, s'affrontent, ou se boivent les uns les autres, il y a de la recherche, faut reconnaître. Les Vampires, les Goules, les Lémures, les Archéologistes, les Succubes... C'est drôlement compliqué. Heureusement, les auteurs ont attribué une couleur de fond aux phylactères en fonction de la caste dont les personnages relèvent. Ça leur fait un genre de dossard, c'est pratique pour suivre les combats ou les conversations.

Je terminerai sur le dessin. Olivier Ledroit est quand même le Philippe Druillet de notre génération. Je n'en dirai pas plus. On se doit de passer au moins autant d'heures à décortiquer les détails esthétiques et surréalistes de leurs oeuvres qu'ils n'en ont passé à les dessiner.

requiem chevalier vampire,danse macabre,pat mills,olivier ledroit,glenat,vampire,gothique,dark fantasy,enfer,satan,satanisme

Cela dit, je ne passerai pas des heures à contempler les détails des autres tomes de Requiem. Je laisse ça au public acquis des Gothiques et autres amateurs du genre.

Olivier Ledroit, moi, je le préfère quand il dessine des Fées et des Elfes...

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Virgule