17/08/2017

Nains T6 et T7

61JnvVUYZGL__SX362_BO1,204,203,200_.jpg51ylbUOr8bL__SX362_BO1,204,203,200_.jpgScénariste : Nicolas Jarry

Dessinateur : Stéphane Créty

Éditeur : Soleil

56 pages / Tome

Genre : Heroic Fantasy

Sortie : le 19 avril 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Quinze années se sont écoulées depuis l'incendie qui a ravagé Fort Druz. L'ordre du Talion n'a pas été détruit. Le pouvoir a seulement changé de mains, passant de celles des archivistes à celles des seigneurs de la banque de Pierre. Pourchassé par les maîtres assassins de la loge Noire, Ordo a renoncé à sa vengeance... Jusqu'au jour où la belle et mystérieuse Derdhr, l'un des plus puissant seigneurs de la banque de Pierre, vient le trouver pour lui proposer de terminer ce qu'il a commencé...

Mon avis :

Après le ravage de Fort Druz, nous avons droit ici à un récit davantage porté sur des conspirations, une corruption familiale que centré sur une essence fantasy, bien que conservant malgré tout une touche authentique de l'univers Celtic.

Derdhr, un des 7 seigneurs de la Banque de Pierre, deuxième fortune mondiale après Urus d'Ettorn, père d'Ordo, chez qui elle se rend et lui propose un marché.

D'une part, Derdh, la conspiratrice, aussi belle que douée en affaires commerciales veut étendre son pouvoir et pour ce faire utilise le fils pour faire tomber le père - Une alliance scellée dans le sang entre la Loge Noire et la Banque de sang. D'autre part, Ordo de Talion n'est pas née de la dernière pluie. Fin stratagème qui a fréquenté le gratin de haut rang, rois et généraux de tout standing, semble douter de l’honnêteté de son hôte.

Donc, une diablesse qui tente d'utiliser un fin stratège... cela semble astucieux de la part des auteurs.

Néanmoins, malgré une intrigue plutôt efficace, dés les premières pages, on comprend le verdict de ce récit. Nul besoin d'avoir la science infuse pour s'en rendre compte.

Scénario et dessins combinent. La lecture fluide permet de s'attarder longuement sur les détails, même si ce récit offre énormément de bulles de lectures par rapport aux tomes précédents.

La confrontation en paroles entre père et fils (Le Nain du Talion et son fils Ordo) valent le déplacement. Personne n'est blanc comme neige, qu'il s'agisse de la belle Derdhr, ou des autres protagonistes.

Fourberie et corruption sont les maîtres mots de l'histoire.

Certaines répliques telles que : "la gobe-foutre"; une suce-queutar qui se lubrifie le nénuphar au Saint Doux en comparaison avec une bavette, apportent leurs lots d'émotions.

Enfin, notons que la fin d'album est gratifié d'un glossaire avec ces mots, ce jargon , et sa traduction en français courant, afin d'éclairer nos lanternes.

 

PlancheA_301826.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 nains,créty,jarry,soleil,710,fantasy,042017

Coq de Combat

 

 

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : nains, créty, jarry, soleil, 710, fantasy, 042017 |  Facebook | |

10/08/2017

Gambling School T1 & T2

51oVkMHHQML__SX345_BO1,204,203,200_.jpg51NZLpsONbL__SX350_BO1,204,203,200_.jpgScénariste: Homura Kawamoto

Dessinateur : Toru Naomura

Éditeur : Soleil

Seinen

240 pages / Tome

Genre : Jeux / Domination

 

Avis de l'éditeur :

Dans cette école, ce ne sont ni les résultats scolaires ni les performances sportives qui comptent, mais les prouesses aux jeux de hasard. Des sommes parfois colossales peuvent être pariées. Les élèves les plus forts sont enviés, les plus faibles persécutés. Yumeko, une nouvelle élève, est immédiatement placée sur la liste des personnalités à surveiller. Étrangement, elle ne semble pas être là pour "gagner", mais par pur amour du jeu et de l'excitation...

Mon avis :

Les japonais ont décidément une obsession à ce qui touche au domaine de domination "Maîtres - Esclaves".

Gambling School en est la preuve unilatérale, poussant le vice dans ses retranchements.

Dans cette école, composée de la future élite du pays, ces jeunes pour la plupart issus de familles riches, s'adonnent aux jeux de hasard, sous toutes ses formes...si bien, que les moins fortunés terminent rapidement au bas de l'échelle, portant autour du cou, une pancarte de chien - chat, en fonction du sexe, totalement dévoués, esclaves à plein temps envers leurs "chefs".

Les terreurs de l'école tiennent les rênes du pouvoir jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle, dont l'attitude décomplexée semble irriter l'assemblée.

Un excellent manga sur le rythme infernal des joueurs et leur attitude autodestructrice, les faisant grimper au paradis ou basculer en enfer.

Le véritable joueur se reconnaîtra dans cette lecture sombre, prenante et diabolique.

L'animé sous son nom officiel "Kakegurui" est vivement conseillé. La 1ère saison compte 12 épisodes.

Adrénaline et sensations fortes garanties pour tout amateur de jeux de hasard!

 

PlancheA_306465.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

Coq de Combat

 

07/08/2017

Requiem Chevalier Vampire T5 et T6

61m045a+u9L__SX373_BO1,204,203,200_.jpg61EXBCQ4hRL__SX373_BO1,204,203,200_.jpg9782914420013_pg.jpgScénariste   : Pat Mills

Dessinateur : Olivier Ledroit

Éditeur : Glénat

56 pages / Tome

Genre: Épouvante

Sortie : le 31 mai 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Le bal de Dracula bat son plein. Pourchassés par Otto et ses hordes de dragons sanguinaires, Rebecca et Requiem tentent de retrouver leur amour perdu dans un déluge de feu. Mais lors de l'affrontement, la personnalité de Thurim, combattant légendaire et ancien bras droit du Comte, refait son apparition, permettant aux amants de s'en sortir sans dommage. Pendant ce temps, alors que plane la rébellion de Mortis et Black Sabbath, les goules attaquent une cargaison d'Opium noir afin d'affaiblir les chevaliers vampires...

Mon avis :

Requiem Chevalier Vampire rassemble le gratin des horreurs. Chaque héros ou anti-héros, selon la vision personnelle que l'on a des protagonistes, renferme une identité chaotique, un passé lourd de tribulations, certains voués à la torture éternelle, d'autres aux délices les plus aphrodisiaques.

De suite, à la vue des premières pages, voire même des plats de couverture, le lecteur se sentira poussé ou répulsé par cette lecture sombre et apocalyptique.

C'est la guerre sur Résurrection! L'équipe de médiums noirs est cruellement rationnée, dû au manque d'opium, qui leur permet d'augmenter leurs pouvoirs psychiques.

Des goules, des vampires, des gobelins, des créatures malfaisantes, Dracula et ses nymphomanes diaboliques, de la drogue à outrance...le monde établit par Mills et Ledroit façonnent les enfers comme on souhaiterait certainement le reluquer.

Car ces enfers là offrent une distraction de premier choix : le pouvoir, l'immortalité, la luxure, les plaisirs, les souffrances... très proche finalement de notre monde humain, avec une touche de fantaisie à l’extrême.

Clin d’œil, à la vampire Claudia, qui s'adonne dans les cales de Satanik à la luxure débauchée, au kamasutra vampirique. Notons que les albums de Claudia auront également leurs versions améliorées d'ici peu, également prévu chez Glénat.

Visuellement, on se reçoit une claque en plein visage, si toutefois on apprécie ce style graphique, fort appréciable pour les admirateurs de séries telles que le Fléau des Dieux ou Arawn aux éditions Soleil.

La fin de chaque album offre un glossaire montrant l'attirail de chaque personnage, en bonus par rapport à la précédente édition.

Mélange d'un porno gore tout à fait immoral : à savourer ou à renier, à vous de voir!

 

PlancheA_52196.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

requiem chevalier vampire,ledroit,mills,glénat,710,épouvante,052017

 

requiem chevalier vampire,ledroit,mills,glénat,710,épouvante,052017

 

requiem chevalier vampire,ledroit,mills,glénat,710,épouvante,052017

 

Coq de Combat

04/08/2017

L'homme invisible T2

61XXLPWdvAL__SX373_BO1,204,203,200_.jpg71lYspeBzFL.jpgD'après HG Wells

Scénariste : Dobbs

Dessinateur : Christophe Regnault

Éditeur : Glénat

Science-Fiction

Sortie : le 14 juin 2017

Avis de l'éditeur:

 

Sous ses légers bandages se cache un lourd secret...

Alors que le paisible village d Ipen imagine qu il est hanté par un fantôme, Griffin, l Homme invisible, est violemment chassé. Trouvant refuge chez le docteur Kemp, il décide de lui confier son histoire. Mais ce dernier, prenant peur, décide de dénoncer son ancien condisciple aux autorités locales. À la fois profondément trahi et subjugué par sa propre puissance, Griffin se laisse envahir par la mégalomanie. Kemp et son maudit village seront les premières victimes de sa folie. Le reste du monde suivra...

 

Mon avis :

 

La partie tant attendue dans le tome 1 arrive enfin. En trouvant refuge chez le médecin Kemp, l'homme invisible - Griffin - dévoile genèse de sa transformation.

Au long de quelques pages aux teintes ambrées du souvenir, il explique comment ses recherches l'ont amenées  à transformer un tissu, puis un chat en molécules transparentes...jusqu'à lui-même cesse de refléter la lumière pour le rendre translucide.

Mais bien que détenteur d'un pouvoir presque divin, être invisible a aussi ses imperfections, comme la nudité qui le rend vulnérable aux aléas de la météo.

Pire encore, le Docteur Kemp réalise combien son ancien camarade d'université est devenu fou. Imbu de lui-même, suite à sa transformation sans précédent, Griffin veut asservir le monde sous sa coupe. Faire régner une atmosphère de terreur, et de mort autour de lui. Ce qui est inadmissible pour l'homme de bien qui l'écoute...les desseins de l'un et de l'autre vont alors prendre forme. Entre l'envie de mort de l'un et la course poursuite de l'autre, pour empêcher la folie humaine de prendre de l'ampleur.

Encore un bel ouvrage mêlant teintes ocres, glauques et sépia. Des personnages soigneusement détaillés, des expressions vivantes et un texte riche.

Ce second tome qui clôture ce diptyque est à la hauteur des espérances exigées par un public admirateur de l’œuvre originale.

 

l'homme invisible,regnault,dobbs,glénat,810,science-fiction,062017

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

l'homme invisible,regnault,dobbs,glénat,810,science-fiction,062017

Coq de Combat

 

 

28/07/2017

Bianca de Crepax

516CUHH7o9L__SX377_BO1,204,203,200_.jpgbiancapl.jpgAuteur : Crepax

Éditeur : Delcourt

272 pages 

Érotique

Sortie : le 24 mai 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Suivez Bianca dans ses voyages fantastiques, scabreux, sensuels et oniriques. De la planète Van Diemen à Brobdingnags, d'Houyhnhnm à l'île de Laputa qu'elle parcourt à la manière de Gulliver, ou encore d'Odessa en 1905 jusqu'aux pièces surréalistes d'une maison folle, vous prendrez rapidement conscience que le lieu importe peu. Vous n'aurez d'yeux que pour Bianca la brune.

Mon avis :


Voici l'un des auteurs qui a marqué une génération de lecteurs, avides de femmes filiformes, durant les années 70.

Les éditions Delcourt ressortent une belle édition au format intégral de Guido Crepax, cet artiste italien, décédé en 2003 dans sa ville natale de Milan.

Avec du recul, on sent néanmoins que son style graphique n'est plus du tout à la mode de maintenant. Déjà ses femmes comme il les dessine ont à peine la peau sur les os, mannequins certes, mais à l’extrême ( à peine de la poitrine, fesses inexistantes, visages creusés...), contre- courant entre deux époques totalement opposés.

Même si ce récit ne pointe pas au rire, les visages des protagonistes féminins tirent une tronche désespérante de bout en bout, et pourtant l'une des forces de l'auteur s'oriente justement à soigner des morceaux du corps comme l'illustre fort bien le 1er plat de couverture.

Crepax jongle avec le génie lorsqu'il retranscrit à sa sauce personnelle les diverses tortures sado- masochistes. (tout de même fortement influencées par "Le Marquis de Sade" pour lequel il illustre les protagonistes de "Juliette" et de "Bianca", ou pour d'autres de ses récits dont "Emmanuelle Arsan" ou encore "Georges Bataille")

D'un point de vue scénaristique, le lecteur se perd dans un dédale incompréhensible d’informations, n'ayant queue ni tête, ne cohabitant guère les unes avec les autres. C'est tout simplement une histoire érotique sous LSD, mélangée à d'autres psychotropes hallucinogènes. Impossible avec de l'eau plate d'en saisir son sens.

De la 1ère case à la dernière, on suit le parcours étrange, fascinant, morbide et inquiétant de cette drolasse, qui se retrouve propulsée d'un monde à un autre, sous d'affreuses tortures. Un déchirement du corps mais surtout de l'esprit, car la jeune femme ne maîtrise en rien son sort, mais semble tout de même prédisposée à la soumission et l'obéissance.

Un jeu du voyeurisme défile sous nos yeux. Perversion et cruauté? "Peut-être". Jouissance et quintessence sexuelle, "sans aucun doute"!

Chimères de l'esprit, fantasmes enfouis, cette BD adulte plaira par son raffinement. A l'heure du libertinage, où les expressions sexuelles s'affirment avec intensité.

D'une part enfoui dans le temps, et de l'autre précurseur sur son époque, tout comme Manara, Serpieri et Pichard l'auraient abordés : Crepax grave sa marque avec style et grandiloquence.

 

On aime ou on reste indifférent. Faites votre choix!

 

album-page-large-32949.jpg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

bianca,crepax,delcourt,710,érotique,052017

 

bianca,crepax,delcourt,710,érotique,052017

 

bianca,crepax,delcourt,710,érotique,052017

Coq de Combat

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : bianca, crepax, delcourt, 710, érotique, 052017 |  Facebook | |

25/07/2017

Elfes T17 : le sang noir des sylvains

sans-titre.pngPlancheA_304035.jpgScénariste : Nicolas Jarry

Dessinateur : Gianluca Maconi

Éditeur : Soleil

56 pages

Sortie : le 17 mai 2017

Genre : Heroic Fantasy

 

Avis de l'éditeur :

 

Ilaw a sept ans quand ses parents l'abandonnent. C'est à son oncle, un bâtard de Sylvain et de Bleu, capitaine de navire, que revient la tâche de l'élever. Au fil des années, le jeune elfe oublie tout de sa vie dans la forêt. Après plus d'une décennie passée en mer à voguer de port en port, son oncle se fait tuer. Ilaw est alors livré à lui-même.

 
 
Mon avis :
 
Véritable phénomène incontournable de l'univers de l'Heroic Fantasy, Elfes persévère sur sa belle lancée. Nous voici plongés dans un nouvel arc, suite à celui de la Nécromancienne, qui fût porteur de son lot sanguinaire.
 
Nous suivons le parcours d'Ilaw, un jeune sylvain livré par son propre père à son oncle pour le former dés ses huit ans. Des démons intérieurs relativement puissants le consument peu à peu, laissant germer un cavalier sombre qui tente de le dominer.
 
Un long parcours du combattant l'attend, déchiré entre la tentation de céder à ses penchants ou de résister à la folie.
 
D'un point de vue graphique, Gianluca Maconi privilégie les portraits des personnages aux décors plutôt maigres en consistances. Des héros relativement bien dessinés si ce n'est le personnage central, Ilaw, pas gâté pour un sous.
Ses traits approximatifs et son changement omniprésent d'allure, empêchent radicalement de le mettre en valeur.
 
 
 La série Elfes demeure une valeur sûre, tout comme Nains pour les admirateurs de fantasy.
 

elfes,gianluca maconi,nicolas jarry,soleil,810,heroic fantasy,052017

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

elfes,gianluca maconi,nicolas jarry,soleil,810,heroic fantasy,052017

Coq de Combat
 
 
 
 
 

21/07/2017

Dragon Ball Z - 7ème partie : le réveil de Majin Boo T6

61mMXZRj+0L__SX321_BO1,204,203,200_.jpgMajin_buu_2.pngAuteur : Akira Toriyama

Éditeur : Glénat

176 pages - Arts Martiaux

Collection Shônen

Sortie : le 7 juin 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

Le sacrifice de Végéta a été vain : Majin Boo a ressuscité ! Babidi se sert alors de la puissance du djinn pour retrouver Piccolo, Goten et Trunks afin de se venger.

 

Mon avis :

Nous y voici! Le règne de Majin Boo démarre! Vegeta a néanmoins tenté le tout pour le tout, se faisant exploser littéralement, augmentant son potentiel énergique jusque dans ses retranchements...Le prince des saiyans s'est sacrifié, comme l'aurais fait autrefois, Goku... et pourtant ce diable de Boo se recompose à partir de rien...

Entretemps, Piccolo, Goten et Trunks se réfugient chez Dendé, le très-haut, observant le triste spectacle de loin.

Goku reprend quelques forces après son douloureux combat face à Vegeta, et vu la situation on ne peut plus catastrophique, annonce la triste nouvelle à tous : Gohan et Vegeta sont morts, tués lors de l'affrontement avec Majin Boo.

Il ne reste alors qu'une hypothèse envisageable : la fusion! Fusion qui ne peut être efficace et complète qu'entre deux individus de même gabarit et de niveau semblable. Trunks et Goten feront l'affaire.

La journée de sursis parmi les vivants accordée à Goku s'achève à grand pas...La relève devra prendre place par Piccolo, qui peaufinera la fusion des garçons.

Par contre, en bas, le monde vit presque ses derniers instants. Babidi et Majin Boo saccagent à tout-va!

La fin du tome nous permet de savourer la 3ème transformation de Goku qui cherche à intimider Majin Boo.

Comme toujours, on se délecte face au concept de Toriyama, l'étendue de son univers, son aspect humoristique et tragique.

Un Must incontournable!

 

680816-thumb.png

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

akira toriyama,glénat,810,arts martiaux,062017

Coq de Combat

19/07/2017

Le Troisième Gédéon T2

sans-titre.pngPlancheA_305699.jpgAuteur : Taro Nogizaka

Éditeur : Glénat

Manga Seinen

208 pages - Historique

Sortie : le 7 juin 2017

 

 Avis de l'éditeur :

 

Pour rentrer auprès de sa fille, Gédéon est prêt à subir les pires tortures. Et pour venir au secours de celui-ci, Georges est prêt à défier la famille royale elle-même. Mais le passé qui lie ces deux hommes recèle encore de nombreux secrets. Pour Georges, qui a renoncé à être aimé, Gédéon est un être à part, un autre lui-même qui vit une vie qu'il ne connaîtra jamais…

 

Mon avis :

Quelle maîtrise! C'est tout bonnement jouissif de constater l'aisance et la fluidité avec lesquelles Taro Nogizaka démontre l'étendue de son talent!

D'un point de vue scénaristique, non seulement nous avons droit à une trame ô combien prenante, mais à d'incessants retournements de situations totalement fascinants.

Finalement, certains nobles pourraient provenir de la plèbe dés leur naissance, et vice versa...afin de leur donner une chance de salut, pour métamorphoser une France en décomposition.

Gédéon Aymé et le Duc de Loire ont chacun un passé qui dépasse le simple fait d'amitié, l'un a été recueilli orphelin, l'autre issu de famille noble, mais qu'en serait-il si les rôles venaient à s'inverser?!

Ce second tome révèle le potentiel déjà présent dés le début de série, tout comme pour La Tour Fantôme, on ne peut qu'être totalement aspiré d'intérêt par un tel phénomène.

D'un point de vue graphique, peu à redire, si ce n'est un encrage épais mettant en relief des protagonistes tâchés de violence, de colère et de fourberie, ainsi qu'un découpage altérant entre scènes figées et gros plans.

Tout simplement brillant, l'une des séries phares du catalogue mangas de chez Glénat.

 

Nogizaka%20-%20Le%203ème%20Gédéon%2001%20-%20Illustration%2004.JPG

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le troisième gédéon,taro nogizaka,glénat,910,historique,062017

Coq de Combat

 

13/07/2017

Travis T12 : Les tueurs de fer

sans-titre.pngPlancheA_303387.jpgScénariste : Fred Duval

Dessinateur : Christophe Quet

Éditeur : Delcourt Série B

Genre : Science-Fiction

Sortie : le 26 avril 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

Alors que les puissantes armées des narcotrafiquants étaient sur le point de prendre le contrôle total du Mexique, Vlad Nyrki parvient à retrouver son plus vieil ami mystérieusement disparu dans cette zone de guerre civile. Il y découvre alors Travis, réfugié dans la jungle du Chiapas chez les enfants de Marcos et engagé aux côtés des rebelles zapatistes pour le partage des terres mexicaines.

 

Mon avis :

Les Narcos contrôlent d'une main de fer tout le Yucatan. Seuls quelques résistants, les derniers enfants de Marcos tentent l'impossible. Travis et les siens sont poursuivis par le cartel de Merida et celui de l'Obsidienne, suite à une alliance d'intérêts communs.

 Afin que l'ONU puisse intervenir en leurs faveurs, il est impératif à Travis de prouver la complicité des Narcos dont le but est de détruire l'humanité à l'aide d'une intelligence artificielle.

Remontant les rivières du Rio Usumacinta, ils auront fort affaire face aux cyborgs, de sérieuses machines de guerre programmées pour anéantir les humains.

Ça canarde à tout va - on se sent aspiré par ce déluge de détonations, de combats terrestres et aériens.

Plutôt réalistes, d'ailleurs comme scènes de guerre, on se rapproche d'un film d'anticipation, et les protagonistes y vont bon train.

Les fans de Carmen Mc Callum auront certainement les mêmes ressentis, pareilles émotions, on se retrouve en situations semblables à un Call of Duty, ou l'honneur, la justice et la quête personnalisée est grandement valorisée.

Graphiquement, les décors sont sacrément mis en valeur, démonstration du talent de Christophe Quet, dont l'ambition consiste à nous en mettre plein la vue.

L'album est visuellement réussi, contenant peu de scènes de pénombre, davantage porté sur une qualité expressive de luminosité dont les couleurs lumineuses de Pierre Schelle rayonnent.

Notons également un clin d’œil au personnage de Machette (Dany Trejo) qui fera le bonheur de certains lecteurs.

Ceux qui souhaitent accentuer leurs connaissances sur cet univers, sachez que 4 séries parallèles existent :

 

- Carmen Mc Callum - Code Mc Callum - Carmen + Travis  - Travis Karamatronics

 

9782756080765_p_3.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

travis,quet,duva,delcourt,710,science-fiction,042017

Coq de Combat

 

 

 

 

 

08/07/2017

Samurai T11 : le Sabre et le Lotus

51J9LomG+bL__SX357_BO1,204,203,200_.jpg01.jpgScénariste : Jean-François Di Giorgio

Dessinatrice : Christina Mormile

Éditeur : Soleil

48 pages - sabre et épée

Sortie : le 7 juin 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

La vie de Takeo va être bouleversée. Il rencontre la belle Sekiyo, son amour de jeunesse. Mise en confiance par leur histoire commune, elle lui demande de l'aider à retrouver Kozaemon, son fiancé, disparu depuis peu. Takeo, en souvenir d'une romance passée, accepte et se lance à la recherche de l'être cher. Takeo ne réalise pas encore combien sa vie va bientôt être bouleversée...

Mon avis :

 3 lignées majeures de clans se déchirent le territoire : les Abe; les Haji et les Kusakabe.

Jiro Kusakabe, l'un des plus influents shogun du pays mariait son fils à la princesse Omi.

Les festivités allaient bon train, jusqu'à ce que des tueurs du clan Haji tentèrent d'assassiner la princesse. Fort heureusement, la fine lame de Takeo ne tremble pas face à l'adversité et réduit l'ennemi en bouillie.

Du coup, son excellence Jiro Kusakabe permet au samurai de travailler pour lui, en lui proposant le poste de maitre d'armes.

Cherchant à marier son fils quoi qu'il advienne, il informe Takeo d'un conclave des familles nobles, rien ne doit bouleverser l'équilibre des 3 familles.

Sa mission consiste à exterminer ces ninjas, déjà prêts à renouveller des offensives.

Travaillant en solitaire, il abandonnera temporairement sa bien-aimée, Sayuri. Cette dernière, méfiante qu'il s'agisse d'une autre femme le prend en filature jusqu'à ce que tous deux soient pris en tenaille par des ninjas...

La série Samurai s'impose comme une des meilleures séries du genre, du moins par des auteurs de chez nous.

Fidèle en tous points au style "sabre et épées", on retrouve les éléments qui contribuent à la réussite de cette saga :

Palanquins, geishas, duels sanguinaires, clans cherchant à gagner la moindre parcelle de territoire, saké, lotus, divinités bouddhiques...

Jean-François Di Giorgio relate une époque qui fascine notre mode de vide occidental. Proche du cinéma nippon, on ressent son influence tirée des maîtres du genre tels que Akira Kurosawa (Ran, les 7 samouraïs...); Takashi Miike ( Hara-Kiri...); ou encore proche d'un cinéma HK comme Tsui Hark, pour ne citer que lui.

Quant à Christina Mormile, on ne peut que longuement s’attarder sur ses dessins, tout simplement magistraux!

Quelle artiste de prestige! C'est bien simple, chacune de ses planches sont synonymes de pur chefs-d’œuvre!

Elle peint la misère et le crime avec une telle présence, donnant à ces situations délicates une âme à part. Une poésie extrême proche de la quintessence.

Et ses protagonistes rayonnent qu'ils soient du côté de la justice ou non. Petit clin d’œil pour ses geishas (qui d'après Takeo semblent être de bas étage mais qui donnent plus qu'envie...)

 

La saga Samurai est un Must dans son genre! A lire, à conseiller et à collectionner!

 

10.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

samurai,mormile,di giorgio,soleil,910,sabre et épée,062017

 

samurai,mormile,di giorgio,soleil,910,sabre et épée,062017

 

samurai,mormile,di giorgio,soleil,910,sabre et épée,062017

Coq de Combat