09/06/2017

Monument Amour Tome ½ - Chiens de guerre

cov.jpg1.jpgScénario : Didier Quella-Guyot

Dessin : Arnaud Floc’h

Editeur : Bamboo

Collection : Grand Angle

48 pages – cartonné

Parution : 10 mai 2017

Guerre -réalisme – drame - aventure

 

Présentation de l’éditeur :

Au fond de sa tranchée. Camille vit plutôt bien la situation. Le conflit lui a permis d'échapper aux graves ennuis qu'il avait avant-guerre, lorsqu'il était sculpteur. Au moment où il achève de graver un corps de femme sur une douille, un obus l'ensevelit. Extirpé de la terre par un chien, il est hospitalisé, mais il se mure dans le silence, ne parlant qu'à Bounty, son sauveur qui ne le quitte plus. Envoyé en convalescence dans un centre de dressage de chiens de tranchée, il se révèle doué pour cette discipline. Lorsque sonne l'armistice, hommes et chiens sont démobilisés. Camille angoisse. Accompagné de quelques bêtes, il part vers Nantes retrouver son atelier d'artiste, mais aussi son passé qui le hante et que d'autres n'ont pas oublié...

2.jpg

Mon avis :

Vous allez me dire : « encore une histoire qui se déroule pendant la guerre de 14-18 ! » Eh bien oui, encore une. Et une excellente d’ailleurs ! Le scénariste, Didier Quella-Guyot, a déjà fait ses preuves et remet le couvert avec brio. Son histoire se lit d’une traite. Il faut dire que les ingrédients de son récit (les chiens de tranchées, l’art de la sculpture, une haine mystérieuse, un amour désespéré) se combinent avec beaucoup d’habileté pour nous livrer une intrigue dont la tension psychologique n’a d’égale que la violence des tranchées. A la fois prenant et original, ce premier tome d’un diptyque surprend par son côté maîtrisé dans la montée lente et puissante vers le secret de cet homme taciturne, blessé et terriblement humain. On sent le drame en train de se construire à chaque case.

3.jpg

Ce bel hommage au travail artistique et à la créativité méritait un dessin adapté à son projet. Et là aussi, on peut dire que c’est réussi ! Le trait épais mais académique d’Arnaud Floc’h colle non seulement parfaitement au personnage mais également au climat du contexte de l’après-guerre et aux valeurs esthétiques abordées. De la toute bonne BD classique !

4.jpg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

Inhumans - L'intégrale Tome 1 : 1967-1972

81W6x39H+qL.jpgScénario : Roy Thomas, Jack Kirby
Dessin : Neal Adams, Jack Kirby
Éditeur : Panini comics
240 pages
Date de sortie : 14 juin 2017 
Genre : Super héros

 

 

Présentation de l'éditeur:

Les Inhumains ont été créés, il y a des millions d'années sur la Terre, par les Krees, une race extra terrestre, dans le but de former une armée de surhumains invincibles qui leur servirait dans leurs guerres incessantes contre les Skrulls, ennemis héréditaires. Délaissés par leurs créateurs, ils ont survécu et bâti une civilisation complexe, au sein du Grand Refuge, à l'abri des regards des humains.

Capture 1.PNG

Mon avis:

Tous les passionnés des comics Marvel savent que l'éditeur français Panini ne publie des intégrales des personnages que pour profiter de la sortie d'un film ou d'une série T.V Capture.PNG(pognon, pognon quand tu nous tiens...). Voici dont la première intégrale des INHUMAINS en attente de leur feuilleton; ce groupe d'êtres vivant sur terre et cachés de l'humanité est apparu pour la première fois dans la série Fantastic Four (à le merveilleux album paru chez Lug en 1973 "Les inhumains sont parmi nous"). Au début des sixties, Stan Lee, le scénariste, et Martin Goodman, l'éditeur de Marvel, surfent sur la gloire provoquée par leurs créations ! ils n'arrêtent plus d'imaginer des personnages qu'ils essayent de lancer. Comme Marvel est limitée dans le nombre de publications, ce groupe d'êtres issus de manipulations génétiques extra-terrestres et ayant fondé une civilisation cachée va apparaître en seconde partie de diverses publications et avoir un succès immédiat. Les personnages de la famille royale dirigeante que sont Black Bolt (Flèche Noire in french !) au cri destructeur, Médusa à la chevelure vivante, Triton l'amphibie, Karnac l'expert en arts martiaux, Gorgone au coup de sabot destructeur, Crystal qui contrôle les molécules et Gueule d'Or, le chien qui se téléporte, vont devenir des personnages récurrents de "la maison des idées".

Capture 3.PNG

Cette intégrale assez intéressante nous propose les origines de la famille royale, dessinées par Jack Kirby, parues en seconde partie du magazine THOR et quelques épisodes dessinés par le magnifique Neal Adams issus du magazine Amazing Adventures Vol. 2. Nos Héros affrontent des méchants comme, Maximus (frère aliéné de Black Bolt) Le Mandarin, des Avengers comme Thor et sont même confrontés à des luttes raciales dans l'Amérique de l'époque. L'album est complété par une parodie dessinée aussi par le grand Jack Kirby dans Not Brand Echh, la revue satyrique de Marvel (et semblable à Mad). Notons que certaines de ces histoires sont déjà parues en France en petit format et noir et blanc dans les années 70 chez Artima.

Cependant, force est de noter que Les Inhumains est une série dont les personnages sont plus profonds et les aventures plus intenses dans les épisodes récents que dans ceux des sixties! Cet ouvrage reste tout de même une belle acquisition pour tous les passionnés de l'univers Marvel !

JR

Amazing Adventures Vol 2.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

08/06/2017

Innocent Rouge T.1

 

Innocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameScénario : Shin'Ichi Sakamoto
Dessin :  Shin'Ichi Sakamoto
Éditeur : Delcourt
208
pages
Date de sortie : 26/04/2017
Genre : Seinen, Histoire, drame

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

Dans Innocent Rouge, place à la révolution française vue à travers les yeux de Charles-Henri Sanson.

À l’aube de la Révolution, Charles-Henri Sanson, maître des hautes œuvres de Paris, règne sur la famille des exécuteurs de France. Sa jeune sœur Marie-Josèphe, en charge de l’office de Versailles, devient incontrôlable à la mort d’Alain, son premier amour. Elle se jure de le venger en éliminant son assassin et ne recule devant rien pour renverser le système injuste qui lui a coûté la vie.

 

Innocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, Drame

Mon avis :

Ça y est, je suis morte, j'ai succombé à la guillotine en première page d' « Innocent Rouge » et je suis au Paradis ! Parce que ce manga, CE MANGA : c'est la classe ultime ! Vous vouliez connaître un ouvrage qui me traverse de part en part, qui ébranle mes sens, me donne la chair de poule et l'inlassable envie de lire la suite. Voilà. C'est ça. C'est INNOCENT !


Innocent rouge est le second volet d'une saga qui traite d'un pan de l'histoire de France. Plus précisément, nous découvrons la vie de celui qui va, le 21 janvier 1793, décapiter Louis XVI, dernier roi de France. Dans « Innocent », Charles Henri Sanson, alors jeune adolescent, se refuse à suivre les traces de son père – bourreau de Paris. Cette fonction de grande importance est également sujet à superstition. Pour le petit peuple, être bourreau, être de la famille Sanson qui exécute les hautes œuvres de la ville de Paris depuis quatre générations, ça porte malheur. Tant aux détenteurs de ce nom qu'à ceux qui toucheraient l'un des membres de cette famille maudite.

Innocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, Drame

Innocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameInnocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, Drame

Dans « Innocent rouge », la révolution est en marche. Du moins, elle se dessine. Ça se sent. Ça se voit. Petit à petit, des personnages clés de ceux qui feront l'Histoire apparaissent. Et parmi eux : Marie Josèphe Sanson, sœur de Charles Henri et bourrelle aussi rebelle que son portrait en couverture. Car oui, Messieurs, Dames, c'est une femme en couverture. Fière, farouche, sournoise et machiavélique. Un tempérament qui s'est forgé au fil des années où elle devait lutter pour sa réputation face à son frère toujours plus apprécié et reconnu dans son art. Face à sa situation de femme dans ce monde où les hommes sont les grands seigneurs. Face à l'injustice sous toutes ses formes... comme celle qui mène à la révolution.

Innocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, Drame

Les textes, les dessins, ... tout est juste PARFAIT. L'innocence peut bien prendre toutes les couleurs de l'arc-en-ciel si cela peut me permettre de me délecter toujours un peu plus du talent de Shin'Ichi Sakamoto. Primé à maintes reprises pour ses différentes œuvres, son style n'est plus à définir. Ses personnages sont élancés, beaux, parfois même – souvent – androgynes et très, très expressifs. Il n'y a parfois pas besoin de mot pour comprendre ce qui traverse l'esprit d'un personnage, ni même de plan pour tenter de reconnaître les lieux qu'il dessine. Shin'Ichi, c'est la méticulosité, c'est le détail, c'est l'élégance et la finesse, tout comme il peut être minutieux dans l'horreur, la torture et le sang.

Innocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, Drame

Vous l'aurez compris, je ne peux être objective avec Innocent, ni avec Innocent rouge qui ne fait pourtant que débuter. Mais comme parlerait mon cher Coq de Combat : « mais qu'est-ce que c'est bon ! » C'en est presque jouissif de lire un tel manga.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

10_10.png

Innocent rouge, Shin'Ichi Sakamoto, Delcourt, Seinen, Histoire, DrameAlors pour ma part, vite vite la suite !

Ça va être long d'attendre le 7 juin...

euh... attendez voir... mais c'est aujourd'hui !

Du coup, je file. Ne fermez pas les magasins, 

J'arrive !!

ShayHlyn.

Back Street Girls T1

album-cover-large-33226.jpgAuteure : Jasmine Gyuh

Éditeur : Soleil

160 pages

Sortie : le 24 mai 2017

Genre : Humour

 

 

Avis de l'éditeur :

Pour les punir d'une faute, un chef yakuza décide de forcer trois de ses hommes à devenir un groupe d'idols. Kentarô, Ryô et Kazu vont alors devenir Chika, Maru et Airi, les Gokudolls !

 

Mon avis :

Ils ont commis l'irréparable! Leur chef les punis magistralement: leur choix est simple : soit ils changent de sexe et deviennent des "idols" pour gagner un  max de fric (qui reviendra de fait au boss), soit ils vendent leurs organes un à un, démembrés et souffrant le martyr...

 

Quel dilemme! Sachant que leur vie bascule du tout au tout, des yakuzas durs de chez durs se retrouvent à jouer à la poupée, boire des jus de fruits multi-vitaminés, et signant des autographes à des types en sueur...

On pourrait presque croire que ce titre est une réussite en soi, puisqu'il a le mérite d'exister...Détrompez-vous, malgré un début d'ouvrage qui mérite un quelconque intérêt, la lassitude s'installe fort vite.

Maintenant, tout dépend du public concerné : classé en tant que seinen, on a droit ici à un manga presque fleur bleue. Démarrant pourtant comme Ladyboy vs Yakuzas (l'excellente série en 5 tomes ou un yakuza ayant trompé la femme du boss, se retrouve métamorphosé dans un corps de femme, plutôt bien foutue, sur une île composée de 100 maniaques à ses trousses - série recommandée par la même occasion!), on constate qu'on atteint avec cette nouvelle série Back Street Girls des sommités de la stupidité.

Donc, oui, peut-être que les jeunes demoiselles pourront trouver un certain entrain à lire cette série, grâce notamment à un humour juvénile, des larmes de crocodile de la part des protagonistes transformés en "idols" et de "héros féminisés". Par contre, on ne peut que finalement se rendre à l'évidence que le public adulte et masculin aura certainement des difficultés à répondre aux attentes.

Les foules qui suivent les "idols" ne sont que des types louches. Où sont donc les vrais fans, ces jeunes filles qui en temps normal vivent pour leurs muses? Quant à la qualité graphique, celle-ci également laisse plus qu'à désirer.

On ressent une certaine similitude avec Prison School, (également vivement conseillé!), notamment avec l'effigie du Boss racoleur. Mais la comparaison est de courte durée. Les nanas sont fades, les yakuzas paraissent des empaffés finis. On s'emmerde à jouer avec des oursons...

Certes, nous sommes en plein délire, mais rien ne colle....ou si, justement, tout colle par rapport au titre, au contenu!

Le pire dans ce récit : les anciens yakuzas jouent petit à petit le jeu, deviennent des petites filles bien légères, et on espère presque qu'elle se feront violer dans le second tome (c'est d'ailleurs ce qui est prévu par leur Boss, qui semble être le seul à tirer profit d'un tel carnage!)

Certainement, l'un des pires désastres de ces derniers temps!

 mqdefault.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

back street girls,jasmine gyuh,soleil,510,humour,052017

 

back street girls,jasmine gyuh,soleil,510,humour,052017

 

 Coq de Combat