10/05/2017

La vie en doll T.3

La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.Scénario : Junya Inoue
Dessin : Junya Inoue
Éditeur : Glénat
210 pages
Date de sortie : 05/04/2017
Genre : Shônen, magic girl, thriller.

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

L’organisation mystérieuse qui en veut à la vie de Kasumi a pour nom “Chandelier”. Dissimulée dans l’ombre, elle use des pouvoirs magiques des vierges afin d’exercer sa puissance et sa domination sur le monde entier. Lorsque Michael l’invite à se joindre à lui pour lutter contre l’organisation, Kasumi décide de prendre part au combat. C’est alors qu’elle reçoit un coup de téléphone de sa mère hospitalisée qui lui annonce que son père porté disparu est entré en contact avec elle ! Face aux deux nouvelles vierges sommées de les éliminer, Kasumi va devoir faire un choix décisif…

La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.

Mon avis :

Maintenant que nous savons que « La vie en doll » n'est pas comparable au grand succès de Junya Inoue (à savoir Btooom!) – assez souvent mentionné par mon prédécesseur dans les chroniques des tomes 1 et 2 – nous pouvons entrer dans le vif du sujet abordé par ce manga clairement féminin !

La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.

À l'instar de plusieurs héroïnes devenues magic girl par hasard (au fil des mangas traitant de ce thème), Kasumi est donc devenue une « vierge » à la différence qu'elle n'a pas intégré la terrible organisation secrète « Chandelier ». C'est un électron libre qui n'a qu'un seul désir : retrouver son père et comprendre ce qui se passe dans ce monde où des magic gothic lolitas traffiquent dans l'ombre pour avoir la main mise sur le pouvoir international de notre société.

Sauf erreur de ma part, c'est assez rare que les magic girls soient ainsi impliquées dans la politique et l'économie mondiale. Pour reprendre les plus classiques : Sailor Moon est une extra-terrestre venant de la Lune, Emi Magique se transforme en chanteuse pour égayer le monde, Sakura pourchasse des cartes pour devenir une grande magicienne. Jamais – ou alors très rarement – les magic girls se retrouvent imbriquée dans le « monde réel » comme c'est le cas ici. L'organisation « Chandelier » est une énième arme secrète à la solde des plus grands de ce monde.

Ce qui permet de mieux comprendre la profession du père de Kasumi – agent secret – et certainement la raison pour laquelle il a envoyé à sa fille – plutôt qu'à un collègue – les attributs de cette reine des vierges qui permettent donc à la demoiselle de se transformer en son altère ego combative et pleine de ressources magiques.

Je dois dire que c'est un concept intéressant et la trame de ce troisième volume m'intrigue quant à l'avenir de cette jeune fille qui se bat « seule » contre cette organisation de grande ampleur.

La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.

Ça se laisse lire et finalement, la magie n'intervient qu'à certains moments, ce qui évite d’alourdir le dessin d'ondes magiques partant dans tous les sens. Les demoiselles sont relativement jolies – merci au charme conféré par le style lolita – et je dois dire que, pour ma part : des magic girls au service d'une organisation secrète intervenant dans l'ombre pour les grands de ce monde (ou comment avoir la main mise sur notre société, telles des mafieuses sans vergogne). J'aime beaucoup ! Ça change des magic girl qui se retrouve dans des « mondes » parallèles ou des aventures n'ayant aucun encrage dans le monde réel tout en se déroulant malgré tout dans la capitale nippone.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.

 

La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.

 

La vie en doll, tome 3, Junya Inoue, Glénat, Shônen, Magic-girls, Thriller.

Mais comme notre ami chroniqueur « Coq de Combat » l'a si bien dit : c'est à peine un Shônen (pour adolescents). Car tout tend à plaire, plutôt, à la gent féminine ou, éventuellement à des accros de miss en jupon néo-victorien comme on peut en voir 30 à la douzaine dans des maid cafés et autres institutions purement nippones où ces messieurs sont accueillis pas des donzelles ainsi parées.

 

ShayHlyn.

09/05/2017

Warhammer 40000 : Volonté d'acier T1

image.jpgumt-hx0qwlKkLlvAzHkwgVXWu-E.jpgScénariste   : George Mann

Dessinateur : Tazio Bettin

Éditeur : Soleil

Genre : Guerre - Conquête spatiale

Sortie : le 26 avril 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Après plus de 10 000 ans, de violentes tempêtes cosmiques en chaîne se sont éloignées de la constellation Calaphrax, permettant qu'un nouveau front s'ouvre dans la guerre contre le Chaos. Des forces armées d'une puissance inouïe, dont les puissants Space Marines, troupes d'élites de l'Empereur, convergent vers ce secteur de l'univers, prêtes à en découdre pour s'emparer de reliques anciennes, de connaissances perdues et de puissantes armes de guerre oubliées depuis des siècles.

Mon avis :

 Calaphrax regorge de trésors multiples. Principalement l'une de ses planètes, Exyrion, qui va devenir le centre d'intérêt de l'"inquisitrice Sabbathiel", des "space marine" et principalement d'"Altheous", chapelain investigateur, fin stratagème et connaisseur du secret de cette planète. Des ennemis de longues date s'opposent et se tiraillent sans merci pour conquérir ce qui semble être le nectar le plus fin en matière de richesse et de puissance galactique.

Une claque! Voilà ce qu'il en est à la lecture agressive de ce Warhammer 40000. Les pages se dévorent, la lecture est à température ambiante, malgré le souffle des explosions, et les réacteurs des machines de guerre qui surplombent chaque recoin.

Des monstres terrifiants qui s'affrontent dans un déluge de violence; des humains guerriers revêtus de combinaisons robotisées pour la plupart, qui s'anéantissent dans un flot de casse, de sang à profusion et disparaissant pour l'éternité sous des carcasses de pierres.

On ressort presque assommé de cette lecture. Visuellement, la qualité est de mise! Tazio Bettin s'acharne autant que ses protagonistes à donner le meilleur de lui-même.

Les plans rapprochés absorbent le regard, tandis que les séquences en arrière-champ donnent une réelle dimension, palpables à souhaits, représentatifs d'une guerre totale, où même le lecteur dépasse son rôle d'observateur neutre, et s'enfonce littéralement vers les apocalypses, les entrailles obscures d'un chaos sans précédent.

Un album vivement conseillé, qui se lit trop vite certes, mais qui pénètre l'âme,  qui se meurtri et saigne avidement dans cette chimère troublée et raffinée.

Un grand moment de lecture!

 

warhammer40000-T1-4.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

Coq de Combat

BREIZH - Histoire de la Bretagne - 1 - Le Peuple indomptable

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; sbreizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; sScénario : Nicolas Jarry / Thierry Jigourel
Dessin : Daniel Brecht
Éditeur : Soleil
60 pages
Date de sortie : 22 mars 2017
Genre : Histoire

 

 

 

Présentation de l'éditeur

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; sIl y a 2500 ans, les peuples celtiques occupaient les deux tiers de l’Europe. Certains d’entre eux passèrent du continent à la grande île à qui ils donnèrent leur nom : la Bretagne. Les Bretons y vécurent libres jusqu’à l’arrivée des Romains. Malgré la résistance de grandes figures, telles Boudicca, la reine des Icènes, tout le sud de l’île fut assujetti à Rome. Mais à la faveur du morcellement de l’Empire, les Bretons reprennent leur indépendance. Certains d’entre eux sont alors appelés en Armorique pour combattre les pirates saxons. C’est le début des grandes migrations...

 

 

 

Mon avis

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; sJe vous préviens, je ne suis pas très porté sur les régionalismes. Ce serait même plutôt le contraire. Cette petite précision faites, je vais essayer de vous parler de ce premier tome de la Série Breizh – Histoire de la Bretagne avec le plus d’objectivité possible.

L’impression générale est globalement positive, avec pourtant quelques bémols. Deux choses sont néanmoins certaines : d’une part les auteurs ont bossé dur, et, d’autre part, ils maîtrisent leur sujet.

Cet ouvrage est donc une narration illustrée de type chronologique et événementiel sur une période d’environ un demi millénaire entre JC (Jules César) et le Vème siècle après JC (l’autre…). C’est d’ailleurs parfaitement assumé et précisé par Thierry Jigourel dans le texte d’introduction. En quelque sorte, on retourne en classe pour réapprendre l’histoire de France… Oups, my (jacobine) mistake… L’histoire de la Bretagne.

L’on y apprend que le fier et courageux peuple Breton s’est globalement toujours fait agressé par les autres, notamment les romains (puis les saxons), mais que eux, pacifistes et sympas comme tout, bien que vaillants guerriers, se sont régulièrement fait battre et n’ont jamais commencé la bagarre. On apprend également qu’ils ne formaient originellement qu’un seul peuple avec nos voisins d’Outre-Manche et qu’ils se sont réunis et retrouvés plusieurs fois au fil de l’Histoire (cette partie est d’ailleurs très intéressante).

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; s

Sans être extraordinaire, le dessin est plutôt pas mal, même si je ne suis pas un fan absolu des ciels « photos » sur lesquels sont « collés » les dessins. Que ce soit pour le scénario comme pour le graphisme, c’est très dense. Beaucoup de cases se superposent mais ce n’est pas gênant. En même temps, on ne raconte pas 5 siècles en 60 pages comme çaLe recours à des cases allongées, panoramiques, est peut-être un peu trop systématique mais correspond au type de récit (narratif et chronologique) utilisé par les auteurs.

Concernant la forme, on peut dire que les éditions Soleil se sont appliqués avec une belle charte graphique, un vernis sélectif pour la couverture et un très beau dos toilé. Une intro et un lexique très fourni encadrent également le récit. Un dernier point : je trouve vraiment dommage que la couverture soit réalisée par un autre dessinateur que celui qui œuvre à l’intérieur, ça fait un peu publicité mensongère, surtout quand on a un superbe visuel à la Rosinski en couverture et un dessin à la « pas Rosinski » à l’intérieur... Accessoirement, la jolie guerrière rousse représentée en couverture (Boudicca) est un personnage d’une importance relative qui n’apparait que sur trois pages et demi quand la BD en compte 60… Une illustration de Conan Meriadeg eût été, à mon sens, plus logique… Moins sexy, certes, mais plus logique… Bref…

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; s

Au final, si vous aviez piscine le jour où votre prof a fait un cours d’histoire sur la Bretagne, si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur cette belle région ou encore parfaire votre argumentaire autonomiste cette série est probablement pour vous.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; s

 

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; s

 

breizh - histoire de la bretagne - 1 - le peuple indomptable ; s

 

Odradek

08/05/2017

ROMANTIC MEMORIES T.1/4

 

romanticMemoriesT1.jpgVerso_303563.jpgScénario : Yukimo Hoshimori
Dessin :  Yukimo Hoshimori
Éditeur : Soleil Manga
192
pages
Date de sortie : 05/04/2017
Genre : shôjo, jeunesse, romance

 

 

Présentation de l'éditeur :

Il n’y a pas d’âge pour être nostalgique ! D’ailleurs, Sora et ses amis sont heureux de pouvoir se remémorer leurs souvenirs du passé… même les plus romantiques !

Sora est une jeune fille qui croque la vie à pleines dents. Elle aime passer ses journées avec son groupe d’amis qu’elle fréquente depuis le collège. Pour elle, l’amitié compte plus que tout, même plus que l’école et l’amour ! Cependant, elle n’est pas complètement insensible à Hacchi, son meilleur ami toujours perdu dans ses pensées. Il se serait même passé quelque chose entre eux… La nostalgie des bons moments passés avec lui la fera-t-elle craquer à nouveau ?

 

romantic-memories-visual-3.jpg

Mon avis :

 

Qui dit Shôjo dit lycée, premiers amours, premiers ébats... Or, pour changer un peu : il s'avère que notre héroïne a déjà eu un petit ami au collège. Nulle autre que l'un de ses meilleurs amis : Hacchi. Grâce à une petite coccinelle dans ses cheveux, elle s'était rapproché du jeune homme qu'elle connaissait à peine et en moins de temps qu'il faut pour le dire : il formait un petit couple de colégiens tout mignon. Sauf que rien n'était naturel, tout était dicté par les « codes d'usage » en la matière tels que pouvoir s'embrasser, se tenir la main, se consacrer à l'autre. Rien d'étonnant alors pour que Sora, surnommée Ten, décide de mettre un terme à cette amourette... jusqu'à cette rentrée scolaire au lycée ! Et si Hacchi était malgré tout fait pour elle ?

 

Ce n'est pas un style de shôjo que je lis tous les jours. J'ai été surprise. Agréablement. J'ai presque envie de dire que ce manga brise un tantinet les codes du shôjo habituel, du moins dans l'histoire. Car le dessin, ça reste un peu du pareil au même à chaque fois... mais j'aime toujours autant !

 

Dans Romantic Memories, les quatre personnages principaux sont assez typés sans pour autant entrer dans les clichés. Sora, dit Ten, est une jeune fille coquette, aux cheveux courts qui est assez franche dans sa façon d'être et de parler ; sa meilleure amie est tout ce qu'il y a de plus féminine ; un de leurs meilleurs amis est fashion et en quête de première petite amie et enfin Hacchi est beau et mystérieux : de quoi remplir le champ de vision de plein de paillettes, de bulles de savon et de parfum de fleurs.

 

Cela aurait donc été trop simple de remettre les deux amoureux face à face et décider qu'ils allaient recommencer leur histoire d'amour là où ils l'avaient laissé – heureusement d'ailleurs, que ça ne s'est pas passé ainsi, sinon je mourrais. C'est donc face au refus d' Hacchi que Ten va apprendre à mûrir et réfléchir à ses actes. De même que Hacchi va découvrir des faiblesses qu'il lui faudra surmonter s'il veut, comme Ten, aller de l'avant.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

6_10.png

 

6_10.png

 

6_10.png

Résultat : je suis mitigée sur ce manga ! C'est mignon – j'aime beaucoup le petit fil conducteur qui revient régulièrement en l'incarnation d'une coccinelle – et bien que le dessin soit plus enfantin que d'autres, me faisant penser un peu à « Peach Girl » de U-Jin, mais vraiment dans les grandes lignes (si ça se trouve, je serais la seule à voir une quelconque ressemblance, même de loin) comme si Yukimo Hoshimori, notre mangaka, s'en était vaguement inspiré pour faire le visage de ses personnages : j'ai un petit goût de « trop simple » en bouche. Mais je peux me tromper car le tome deux semble préparer des petits rebondissements... Comme si l'amour n'était pas déjà assez compliqué en général ! Affaire à suivre...

soratokimi.jpg

ShayHlyn.