16/08/2017

Hibakusha

hibaskucha.jpghibakusha.jpgScénario : Thilde Barboni.
Dessin : Olivier Cinna
Editeur : Aire Libre
Sortie:mai 2017
63 pages
Genre : drame.



Le résumé.
Ludwig Mueller est un traducteur-interprète allemand aux ordres du parti hitlérien. Alors que la Seconde Guerre mondiale entame un virage inquiétant, ce mari désabusé et père peu préoccupé par sa famille est envoyé à Hiroshima afin de travailler sur des documents confidentiels, au contenu crypté.

« Je connais quelqu'un qui pourra rééquilibrer les flux de douleur qui te persécutent. »

Mon avis.
Incroyable mais vrai, une chronique Aire Libre chez SambaBD. Vu comment les attachés de presse nous snobent chez Dupuis , rien d'étonnant non plus surtout que cette chronique ne va rien arranger.

Le sujet de Hibakusha (les survivants des 2 bombes atomiques) est réellement intriguant et intéressant. En effet, on a rarement mis le focus sur les collaborateurs allemands au pays du soleil levant pendant la 2e guerre mondiale. Il s'agit en fait d'une adaptation d'une nouvelle de Thilde Barboni( la scénariste, on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même) intitulée Hiroshima,fin de transmission. L'ensemble se veut assez mélancolique, dramatique mais aussi prévisible.Fatalement ,on sait ce qui va en devenir en août 1945 à Hiroshima.
Néanmoins, on est séduit par la poésie du récit et du dessin. Un trait à fois sensuel et très sombre en fonction des circonstances.
Par contre, j'ai toujours pas compris l'utilité de la scène d'ouverture avec cette étrange femme sortie de nulle part tel un spectre. En plus,j'ai eu comme l’impression qu'une page manquait en lisant ce passage. Bref, c'est certainement pour instaurer l'ambiance mais j'aurais mieux aimé plus de contenu sur la vie de ces exilés au Japon en contrepartie.
Mais là ne vient pas mon principal reproche, c'est la froideur des dialogues qui empêchent littéralement aux émotions de passer. Je sais bien qu'on est au Japon où tout est contenu mais...quelle froideur nucléaire au final.

hiba.jpg


Samba.

PS : Là encore si vous parcourez le net, vous ne trouverez que des critiques dithyrambiques pour ce titre.Sur ce coup là, on sera donc encore un vilain mouton noir.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a06-3e788fc.gif


Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : cinna, hibakusha, barboni, dupuis, 052017, drame |  Facebook | |

14/08/2017

Le jour où elle a pris son envol.

le jour où elle a pris son envol.jpgle jour ou.PNGScénario : Beka.
Dessin : Marko
Éditeur : Bamboo
Sortie : 23 août 2017
72 pages.
Genre : philosophie.


Le résumé.
Depuis sa rencontre avec Antoine, le sage-épicier, Clémentine a changé pas mal de choses dans sa vie. Mais elle n’a toujours pas trouvé ce qu’elle cherchait : le bonheur et l’apaisement.

« Toutes les décisions comportent un risque...et une possibilité d'être plus heureux. »

Mon avis.

Le jour où elle a pris son envol est donc la suite du jour où le bus était reparti sans elle. Mais ce tome peut se lire individuellement sans trop de soucis. Donc notre Clémentine prend son envol et explose son empreinte écologique vu qu'elle traverse quasiment la moitié du globe. Mais bon, c'est pour la bonne cause, c’est pour entrevoir tous les chemins de la vie possibles qui s'offrent à elle. Une fell-good BD aux accents très optimismes qui fera certainement plaisir aux jeunes femmes. Les autres trouveront tout ça assez bavard et très utopiste surtout d'un point vue pécuniaire( on aurait pu appeler ce tome le jour où elle a explosé son compte en banque) et des obligations sociétales et familiales. Mais bon, quand on est une jeune cadre dynamique sans enfant , rien ne semble impossible. Qui ne rêve pas de visiter notre monde de façon authentique et avoir un petit boulot sympa ?
Bref, une BD toute jolie (tout comme le trait de Marko), positive, magique et spirituelle mais qui m'a laissé au bord de la route avec une sensation d’enfoncer des portes ouvertes.

le jour.PNG

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

  a07-3e78901.gif  

a06-3e788fc.gif

09/08/2017

Parallèle T2 Donnant donnant.

parallèle.jpgparallèle t2.jpgDessin:Laval Ng
Scénario : Philippe Pelaez.
Éditeur : Sandawé.com
Sortie : 21 juin 2017.
48 pages.
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Dans le tome 1, on découvrait l'équipage d'un vaisseau spatial, Hybris, attaqué par des monstres sur une planète hostile. Ils avaient réalisé à leur grand effroi qu'ils étaient prisonniers d'un univers parallèle, sur une planète Terre désolée, et que les monstres qu'ils affrontaient... étaient leurs propres doubles.


« -Commandant..Y a-t-il un truc que vous n'ayez jamais fait dans votre vie ?
-Mourir ,je crois ... ! »


Mon avis.
Quand on parcourt le net pour trouver des infos aux sujets de cette série « Parallèle », on tombe sur de très nombreux avis élogieux .
Une brillante variation sur le thème du paradoxe temporel, vibrant hommage aux classiques du genre.
Un récit habile et haletant.
Un dessin époustouflant de virtuosité et une construction en « parallèle » pour la couverture et pour de nombreuses pages à l'intérieur.
C'est certainement ce dernier point qui est le plus marquant. Mais bon ce n'est pas une première, Schuiten par exemple avait utilisé ce procédé d'une façon magistrale dans sa série les terres creuses(NOGEGON).
L'univers post apocalyptique créé par Laval Ng est en effet de plus prenant ( brrr on se gèle les couilles) mais mon dieu que tous ses personnages masculins se ressemblent hormis le chef des zombies. Et oui, encore des morts vivants....ils sont décidément redevenus à la mode ceux là.
Bref, on ne peut pas dire que c'est si original que ça !
Et pour être franc, ça m'a vite ennuyé cette énième lutte pour sauver la veuve et l'orphelin et la Terre par la même occasion surtout que question empathie pour les personnages, mon curseur est resté à zéro.
Ah oui, un détail m'a quand même amusé.On entend nos héros dire de faire attention où ils marchent car l'eau est radioactive . Que croyez-vous qu'ils font deux pages plus loin ?
Pas sûr que Sandawé aie trouvé son 2e Sara Lones avec ce titre ?

PlancheA_305950.jpg

Samba le septique.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a05-3e788c9.gif

01/08/2017

Gung Ho T3 Sexy Beast.

gung ho.jpggung ho3.jpgScénario : Benjamin von Eckartsberg.
Dessin : Thomy von Kummant..
Éditeur : Paquet.
Sortie : juin2017.
84 pages.
Genre : science-fiction.

 

 

Le résumé.
Les enfants obtiennent officiellement le droit de porter des armes et sont donc autorisés à quitter Fort Apache sans adultes. Mais une attaque des Rippers va remettre cette décision en cause.

« Il est encore loin, ce putain de poste de sécurité ?. »

Mon avis.
Avant de commencer ma chronique, sachez que je vais vous parler de la version classique, pas du tome 3,1 , ni 3,2 et encore moins du HS . Paquet a eu le nez creux en déclinant cette série sous différentes versions, il a attiré le collectionneur qui sommeille souvent chez un amateur de BD.
Bon, Gung Ho est une série qui doit à mon avis cliver pas mal les différentes générations.
Les jeunes la trouveront certainement géniale. Il faut dire que les ados y ont le beau rôle : intrépides, courageux, épris de justice et cerise sur le gâteau, intègres. Le dessin ( sans encrage apparent) doit aussi participer à cet élan de modernité. Rajoutez y une action quasiment permanente et l’affaire est dans le sac.
Pour les plus vieux, âgés, les grabataires quoi, le graphisme passera normalement sans soucis, l'univers post-apocalyptique version « campagne » est des plus crédibles et franchement l'immersion est réussie. Par contre, ils trouveront les réactions des jeunes assez désinvoltes dénuées de toutes intelligences ou de subtilités. On fonce, point barre et on fait les cons. Mais n'attendez pas que les adultes relèvent le niveau, ils sont aussi dans le même moule des « neurones en moins ». C'est très Amérique profonde comme attitude (oh le cliché Samba !). En plus, j'ai l’impression qu'à l'instar d'un Walking dead que cet univers n'est qu'un prétexte, un danger qui ne sera jamais vraiment expliqué et que la course sera sans véritable but si ce n'est celui de survivre (oh deuxième supposition éhonté Samba !) .
Voilà chef d’œuvre d'anticipation pour les uns ou série B pour les autres.
A vous de choisir votre camp ... retranché.

Verso_306046.jpg

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

 

26/07/2017

Julia Von Kleist T1 Allemagne 1932.

julia von kleist.jpg9782889320608_pt4.jpgScénario : Jean-Blaise Djian.
Dessin : Bruno Marivain..
Editeur :EP éditions.
Sortie juin 2017.
48 pages.
Genre : historique.

 

 

Le résumé.
Allemagne, 1932. Nous faisons la connaissance d'une famille de riches industriels, les Von Kleist. La femme, Julia Von Kleist, est l'héritière de l'usine et a épousé un jeune aristocrate désargenté et ancien pilote de la Grande Guerre, Ulrich. Ils ont deux enfants, Siegrfred et Baldur, dont l'un est très proche de son père, extrêmement fier de lui. L'autre, plus introverti, est proche de sa mère. Ulrich était, pendant la Première Guerre, un ancien coéquipier de Göring, le futur ministre de la propagande d'Adolf Hitler.

« Nous comptons utiliser ce Hitler pour ramener l’ordre dans l’Allemagne en crise, et écraser les communistes avant qu’ils ne s’emparent de nos usines. »

Mon avis.
EP éditions qui fait maintenant partie du groupe Paquet continue sa série de rééditions de l’ancien catalogue Emmanuel Proust. Julia Von Kleist est sorti initialement en 2009 et a comporté 3 tomes avec une fin bien ouverte comme j’ai pu le lire sur certaine chronique.
Je dois avouer que cette série m’était passée sous le nez à l’époque pourtant avec autant de bottes qui claquent sur la couverture, j’aurais dû l’entendre.
Cette BD historique nous narre l’émergence du nazisme en Allemagne dans les années 20-30 en suivant en parallèle une intrigue sentimentale. Ce pitch ne vous fait pas penser à une autre série ? Bien-sûr que oui, à Amours fragiles surtout que le dessin de Bruno Marivain (Barbara Wolf) est dans la même veine de la ligne claire. Et la comparaison fait un peu mal car aussi bien le scénario que le dessin sont un cran en-dessous de la série éditée chez Casterman.
La lecture est agréable mais on a du mal à cerner les intentions et le jeu des personnages. Le focus sur Hermann Goring est intéressant mais comme on mélange faits historiques et fiction, on n’a du mal à être clairement captivé par cette histoire. En plus, on ne peut pas dire que le dessin transpire d’émotion. Un tome qu’on qualifiera d’introduction, j’attends la suite pour me forger un avis plus approprié sur Julia Von Kleist.
A noter la disparition d’un dossier de 8 pages sur la montée du nazisme par rapport à l’édition originale… dommage !

 

julia_von_kleist2_plaatje2.jpg

Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

24/07/2017

Urban T4 : Enquête immobile.

urban t4.jpgurban.jpgDessin : Roberto Ricci
Scénario : Luc Brunschwig.
Editeur : Futuropolis.
Sortie : juin 2017
62 pages.
Genre : anticipation.


Résumé.

Après l’attaque terroriste qui a plongée la ville de Monplaisir dans le noir, Springy Fool trouve des boucs émissaires à sacrifier pour calme la foule des plaisanciers. Zacchary est mis à pied pour n’avoir pas tué Ronald, le magicien, coupable idéal du meurtre du petit Neil. Chez lui, grâce à son accès à A.L.I.C.E ,le système d’exploitation de Monplaisir, il mène l’enquête qui l’amène à la naissance même du parc d’attraction…

 

« Dorénavant, les robots devront arborer des signes qui les distinguent des humains !»

Mon avis.

Vous allez me prendre pour un fou, mais pour moi Urban, c’est le game of thrones version anticipation. Plusieurs éléments m’ont fait penser à ce rapprochement osé. Il faut dire que j’avais les batteries cérébrales plutôt vides lors de ma lecture.
La violence d’abords, on ne compte plus les scènes où les morts se ramassent à la pelle. Pour info, mangez léger avant la lecture de ce tome 4. Le sexe ensuite est pour le moins explicite, on ne compte plus les belles poitrines exposées. Certains personnages sont plus que détestables, on ne compte plus les bons névropathes qui jalonnent cet album. On est vite pris d’empathie pour les autres, on ne compte plus les « allez buzz » qu’on a assené pendant la lecture. Notre bon Buzz assigné à résidence, ce qui va lui permettre de lever un coin du voile sur pas mal d’informations statistiquement improbables mais oh combien sensibles.
On reconnait vite la touche Luc Brunschwig qui aime tisser sa toile scénaristique méticuleusement vers l’ultime tome 5 et son dénouement de nœuds gordiens.
Mais que serait Urban sans le dessin du talentueux Roberto Ricci ? Pas grand-chose car c’est lui qui a su installer cet ambiance si caractéristique dans cette ville « divertissement » à la fois resplendissante et crasseuse. Sans oublier un décorum soigné et des personnages très typés, on y voit même des super-héros, c’est vous dire !
Bon pour ma part, il est grand temps que je prenne des vacances pour mon plus grand plaisir.

urban t.jpg

Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Les Tomes 1-2 et 3 ICI.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : urban, brunschwig, ricci, futuropolis, 062017, 810 |  Facebook | |

18/07/2017

Niklos Koda T15 : Le dernier masque.

niklos koda t15.jpgniklos koda.jpgDessin : Olivier Grenson.
Scénario : Jean Dufaux.
Editeur: Le Lombard.
Sortie : 19 mai 2017.
72 pages.
Genre : Fantastique.

 

 

Le résumé.

Niklos est de retour à Paris tout comme Mlle Ferouz pour retrouver des vieilles connaissances. Mais les apparences sont trompeuses et pleines de mystères.

« Et bien, il en a de la chance notre homme ! Au début, je ne voyais en lui qu’un séducteur, belle gueule, de passage, vite oublié. Il cachait bien son jeu. Il attirait la lumière, le regard des femmes, ça, on ne peut le nier. 
Sauf que…la lumière a disparu, Niklos s’est effacé dans une ombre qui le dévore et je crains que plus personne ne puisse le sauver de ce gouffre où il s’est perdu volontairement. »

Mon avis.
Ce retour en métropole parisienne était de bon augure, on avait l’impression de retrouver l’atmosphère des premiers tomes. On y voyait de la séduction et du charme (ah Aïcha !). Et puis, notre Jean Dufaux national y rajouta ses ingrédients habituels comme l’orgueil, le remord et des illusions et tout a fini par nous échapper. Mais peut-on amadouer quelqu’un qui porte un masque ? Il n’empêche que pour comprendre quelque chose à ces affaires de magie et de spiritisme, il faut se lever tôt ou avoir un décodeur. Un rien regrettable car le scénariste belge reste un maître dans son style littéraire bien caractéristique (et bien supérieur à la moyenne).
Bref, j’ai acheté cet album pour deux bonnes raisons, le dessin d’Olivier « la classe » Grenson et pour compléter ma collection. On ne va pas s’arrêter au tome 14(déjà un album bien mystérieux) alors qu’il s ‘agit de l’ultime tome.
Voilà, bye bye l’énigme Niklos Koda. Par contre Mlle Ferouz vous revenez quand vous voulez.

alb_214313_alb_214313_edito-koda-59158ddca4f94-592d6182138f7.jpg

Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

05-3e731b2.gif

 

a06-3e788fc.gif



Inscrivez-vous à la newsletter.

10/07/2017

Oldman T1/4

oldman.jpgoldman t1.jpgAuteur : Chang Sheng.
Editeur : Kotoji.
Sortie : 29 janvier 2016.
176 pages
Genre : fantastique.

 

 

Le résumé.

Début du XVIIème siècle, dans un lointain royaume. En recueillant et élevant des orphelins, la reine prouve à ses sujets que même les gens du peuple pourront un jour prétendre à la couronne. Les années passent, et la reine, dont le visage aurait dû se couvrir de rides, retrouve une seconde jeunesse. Quel est donc le secret de sa jouvence ? Le magicien OLDMAN, emprisonné par la reine, détient la réponse à ce secret.

« Vous êtes le ministre le plus incompétent que j’aie jamais vu ! Oldman est toujours en vie, comment se fait-il que vous ne soyez pas mort ?»

Mon avis.
C’est la couverture au style très réaliste qui a attiré mon attention sur ce titre. L’intérieur est plus classique au genre mais on y note une élégance naturelle pour les personnages, des regards prenants et un soin tout particulier pour les costumes. On y rencontre aussi des visages connus comme Sean Connery (Oldman) ou comme Cate Blanchett dans le rôle de la vilaine reine…Elisabeth.
Ce tome 1 se révèle particulièrement étrange. Une reine qui ne vieillit pas, un prestidigitateur à la fois arnaqueur et magicien qui en sait visiblement beaucoup mais qui nous dit rien, une femme tronc aux membres de mannequin avec un titre grandiloquent de déesse de la guerre, un docteur grivois et exubérant et enfin, roulement de tambour, une autoproclamée prophétesse.
Avouez que le mélange est détonnant. En plus, on ne peut pas dire que le scénario joue la carte de la crédibilité. Voyez plutôt, le mec, le Oldman, il s’évade des geôles de la reine avec un beau tour de passe-passe. On pourrait croire qu’il la joue profil bas. Mais non, le mec donne un spectacle de magie sous son vrai nom juste à côté du château. On y croit !
L’action devient d’ailleurs vite rocambolesque et c’est avec un œil amusé qu’on termine l’album vu que l’humour y est très présent.
Vraiment un album très étrange qui mélange le burlesque, la magie, la vengeance, la gaudriole dans un univers médiéval assez envoûtant.
Tellement étrange qu’on a envie de continuer l’aventure. Allez savoir pourquoi ?

oldman-2-ext-1.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a06-3e788fc.gif



Inscrivez-vous à la newsletter.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : oldman, sheng, kotiji, manga, seinen, 012016 |  Facebook | |

29/06/2017

Lady Whisky

lady whisky.jpglady whisky pl.jpgAuteur : Alessandra
Editeur : Casterman.
136 pages.
Sortie : 14 juin 2017
Genre : carnet de voyage.

 

 

 

Hommage à la grande dame du whisky, voyage en terre écossaise.

Critique experte internationalement renommée dans le domaine du whisky, Helen Arthur meurt brutalement alors qu'elle était à la recherche, pour sa propre marque, d’un malt aux arômes inédits. 
Joël Alessandra est affecté par la disparition de son amie. Découvrant des notes laissées dans ses carnets, il décide d’honorer la mémoire d'Helen en partant à la recherche de ce nectar unique et parfait ! Commence alors un voyage initiatique en Écosse, qui le conduit à enquêter auprès des plus grandes marques de whisky de l’île d’Islay…

 

« Les whiskies mûrissent au minimum trois ans dans des fûts de chêne que l’on récupère chez des producteurs de vin. »

Mon avis.
Cette BD hommage à la mémoire de Helen Arthur, célèbre critique et autrice de nombreux best-seller sur le whisky, fait inévitablement penser à un carnet de voyage illustré. On sent vite à travers les premières pages toute la tendresse et l’amour qu’avait Alessandra envers sa tante par alliance. On y aborde un univers très masculin, celui d’un breuvage qui s’il s’avère extraordinaire, vous fera parler écossais. Une boisson qui, sirotée au casino, servira d’excuse pour perdre, je parle bien évidemment du WHISKY.
Et pas n’importe lequel, le Single Malts tourbé et iodé de l’île d’Islay avec des distilleries aux noms qui sentent bon l’Ecosse comme Bruichladdich, Bunnahabhain, Laphroaig, Kilchoman, Caol Lla.
Avec Lady Whisky, vous connaitrez tous les secrets de fabrication de cet alcool sans oublier un cours de géographie et d’histoire. Et pourquoi ne pas terminer avec une bonne dégustation pour conclure ce reportage dans les meilleures conditions. D’ailleurs, ce que le beurre et le whisky ne peuvent soigner est incurable.
Sinon, cet ouvrage est quand même destiné un peu aux amateurs de cabines rouges téléphoniques au milieu de nulle part terriblement so british (rien que pour admirer les belles aquarelles de l’auteur de Errance en mer Rouge, Louise etc) mais surtout aux professionnels de cette boisson qui aiment visiter les distilleries écossaises, revisiter les distilleries écossaises, rerevisiter les distilleries écossaises…
En tout cas, retenez ce titre comme cadeau potentiel pour fortifier votre foie ou celui d’un ami mais attention, jamais avec un glaçon (la dilution est une mauvais idée) !

Santé !

lady w.PNG

 

 

Sambmalt.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a06-3e788fc.gif



Inscrivez-vous à la newsletter.

27/06/2017

La geste des chevaliers dragons T24 : Les nuits d’Haxinandrie.

la geste t24.jpgla geste des CD.jpgScénario : AnGe
Dessin : Stéphane Collignon.
Éditeur : Soleil.
48 pages
Date de sortie : 14 juin 2017.
Genre : héroïc-fantasy

 


 
Le résumé éditeur.
Tarek est une fripouille. Rien ne semble sacré à ses yeux. Rien, si ce n’est l’amour de sa vie, celle qui fût un CD et pour qui il donnerait tout. Lorsque celle-ci est assassinée, il n’y plus rien.

« Plus tu parles, moins tu cours, plus tu mouilles ».
Et ce n’est pas un avis de Christophe Rochus.

Mon avis.
Ahh voiles sur les filles, barques sur Nil, je suis dans ta vie, je suis dans tes bras, Haxinandra Haxinandrie.
Oui, je sais maintenant vous avez cette chanson de Claude François en tête. Mille excuses à la confrérie des fans des Chevaliers Dragons. Car, si vous êtes au tome 24, c’est que vous êtes des mordus, des aficionados, des experts d’Ishtâr et si je vous demande le nom de l’héroïne du tome 17, vous me répondez illico presto : Amarelle.
Tiens, je me rappelle dans une ancienne chronique que j’avais demandé une ligne temporelle pour mieux situer les albums et depuis quelques tomes, c’est le cas. Vous croyez que les scénaristes Ange nous lisent ?
Bon revenons à nos batards, un tome 24 qui se lit facilement. Ici pas de politique, ni de questionnements philosophiques, ni de visions religieuses, on a une bonne vengeance basique simple à suivre (une bonne lecture détente en somme). On y trouve aussi quelques influences venant de GOT quand on parle d’humiliation par exemple. Sinon, je ne serais pas contre un petit combat épique contre un dragon, ça fait longtemps qu’ils sont relégués au second plan ceux-là !
Pour le rendu graphique, on est aussi dans la moyenne. On a déjà vu mieux mais aussi bien pire. Ce qui m’a le plus frappé, c’est le changement de physionomie des personnages (notamment au niveau des visages anguleux). Parfois on a un rendu très flatteur et parfois moins.
En tout cas, ce tome demande une suite ou sinon Tarek va tout casser !

 

la geste des chevaliers dragons,collignon,ange,soleil,heroic fantasy,062017


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

  a06-3e788fc.gif

Inscrivez-vous à la newsletter.