23/02/2017

Roma

cov.jpg3.jpgTome 5 – à l’origine du mal

Dessin : Régis Penet

Scénario : Didier Convard, Gilles Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions Glénat

Collection Grafica

64 pages – cartonné

Parution : 01 février 2017

Péplum historico-fantastique

 

Présentation :

Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

306. Constantin Ier règne sans partage sur un empire s’étendant de la mer du Nord à l’Orient. Samère, Hélène, fervente chrétienne, le pousse à la conversion et à imposer la religion du Dieu unique à tous ses citoyens. Les familles Leo et Aquila sont toujours les gardiennes et les garantes de la stabilité du Palladium, mais elles doivent désormais célébrer leur culte de manière clandestine. L’Empereur vient de fonder une seconde capitale pour l’Empire Romain d’Orient : Constantinople. Sous la pression de sa mère, il impose la religion chrétienne. Pour ce faire, il crée auprès des Romains un épouvantail qui les poussera à embrasser sa foi : il invente le Diable ! Il trouve dans l’antique culte du Palladium un bouc émissaire tout indiqué, et monte une machination pour désigner cette ancienne croyance, ainsi que ses adorateurs, à la vindicte populaire. Mais Ker, la déité prisonnière de la statue, usera de tous ses pouvoirs maléfiques pour briser les plans de l’Empereur...

1.jpg

Mon avis :

Cet album clôture le premier cycle de la série, celui consacré à la période de l’Antiquité. Régis Penet qui était au dessin du 1er tome vient logiquement achever cette première période historique. Son style réaliste reste parfaitement adapté au propos.

2.jpg

Du côté du travail des scénaristes, mon point de vue n’a pas varié : le mélange de BD historique avec un récit fantastique passe parfois difficilement. Même si l’époque était très réceptive aux croyances et superstitions, parfois complètement extravagantes, l’association de ces deux genres ne me semble pas vraiment pertinente. C’est sans doute mon intérêt pour la culture antique traditionnelle qui conditionne ma lecture. Par ailleurs, l’éclairage historique du professeur Bertrand Lançon en fin de tome vient contrebalancer ma perception. Une fois de plus, son dossier apporte nuances et précisions sur le contexte, ce qui invite à une relecture plus attentive et plus sensible à la démarche des auteurs. La série est donc intéressante et ouvre des possibilités de questionnement sur l’état de nos connaissances historiques des grandes étapes de l’histoire romaine. Cette stimulation à la réflexion critique agrémente un récit dessiné de manière académique et dont la lecture reste un bon moment de plaisir.

4.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

Skippy

18/02/2017

Panini Comics

20 ans, 20 couvertures !

Initiative intéressante, pour ses 20 ans Panini Comics propose des éditions spéciales de récits iconiques avec des couvertures réalisées par des artistes de BD franco-belge.

12 comics seront concernés cette année.

4 sont disponibles depuis ce 08 février :

Bastien Vivès (Polina, Lastman, Le goût du chlore) pour Spider-Man « Un jour de plus »

1.jpg

Pénélope Bagieu(Les Culottées, Cadavre Exquis, California Dreamin) pour Miss Marvel #1

2.jpg

Lewis Trondheim (fondateur de L’Association et de l’OuBaPo) pour le comics Astonishing X-Men.

3.jpg

Boulet (l’auteur des Notes, le dessinateur de Donjon Zénith ou le scénariste de La Page Blanche) pour Deadpool « Il faut soigner le soldat Wilson » !

4.jpg

« Je suis Deadpool, et ceci est mon histoire. Enfin non, ceci est l’histoire de moi qui raconte mon histoire. Ou plutôt l’histoire de moi qui raconte mon histoire, racontée en BD par des gens dont le nom figure sur la couverture. En fait, ceci est vous, hallucinant ma voix dans votre tête en lisant le lignes écrites -par quelqu’un qui n’est pas moi- au dos de cet album. »

BOULET

 

 

16/02/2017

Lockgroove Comix

Couv_297773.jpgVerso_297773.jpgScénario et dessin : Jean-Christophe Menu

Editeur : Fluide Glacial

96 pages – cartonné

Parution : 18 janvier 2017

 

Autobiographie musicale dessinée

 

Présentation :

Une ode au disque vinyle et au rock'n'roll

Le Lockgroove, de l'anglais Locked Groove, est le « sillon sans fin » qui boucle chaque face d'un disque vinyle, habituellement silencieux mais parfois enregistré.

Le lockgroove désigne alors ce morceau de musique se bouclant sur lui-même et donc infini. Le symbole (∞) pour Jean-Christophe Menu est donc tout à la fois métaphysique et militant pour la cause de l'analogique ! Ce genre de fantaisies possible sur vinyls fait la joie des puristes qui apprécieront dans Lockgroove Comix cette ode au disque vinyle, à l'objet microsillon, et à la musique.

lgc2.jpg

Mon avis :

Compilation des albums aux mêmes titres parus à L’Association, Lockgroove Comix est une sélection de souvenirs de l’auteur avec comme fil rouge sa passion pour la musique, alternative de préférence. Cela tient plus du collage anachronique avec des flashs autobiographiques en guise de fixateur. Dans son style très personnel et très éclectique, J-C Menu va jusqu’à conférer à certaines stars du rock un statut de personnage à part entière. C’est le cas, par exemple, du déjanté David Thomas du groupe Père Ubu. Le chanteur Afric Simone est, lui, associé à Rama Yade, le tube Ramaya étant leur dénominateur commun!!!

LGC1.jpg

Loufoque, nostalgique, maniaque, érudit, passionnément bizarre, voire modestement prétentieux, ce bouquin est à l’image de son auteur, authentique pilier de concert :  attachant et irritant, tout à la fois.

De la contre-culture alternative en quelque sorte !

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

Skippy

15/02/2017

Pline

p cov 1.jpgp cov 2.jpgTomes 1 et 2

Scénario : Mari Yamazaki, Tori Miki

Dessin : Mari Yamazaki, Tori Miki

Editeur : Casterman

200 pages – broché

Parution : 18 janvier 2017

Manga historique

 

Présentation (résumé) :

Tome 1 : L’appel de Néron

20 ans avant sa mort dans l’éruption du Vésuve, Pline se rend en Sicile pour mesurer l’ampleur des destructions occasionnées par une éruption volcanique. Il y rencontre Euclès, jeune homme qui vient de tout perdre et qui, peu à peu, deviendra son scribe. Durant toutes les années qui suivent, et jusqu’à la mort de Pline, Euclès sera à la fois le témoin privilégié de son génie et le spectateur étonné de son quotidien rythmé par une curiosité insatiable, parfois au mépris des obligations propres à ses charges publiques.

p2.jpg

 

Tome 2 : Les rues de Rome

Après un long périple, Pline et Euclès arrivent enfin à Rome. Ce tome dépeint le quotidien des bas-fonds de Rome dans lesquels réside Pline, sur la rive du Tibre, où cohabitent cadavres, ivrognes et prostituées, alors que Néron se met à arpenter Rome la nuit pour commettre des purges politiques…

p7.jpg

 

 

Mon avis :

Après avoir clôturé Thermae Romae (succès international incontestable avec une dizaine de millions d’albums vendus), Mari Yamazaki et Miki Tori plongent dans les cendres du Vésuve pour retrouver la trace de Pline l’Ancien. Ce choix historique semble atypique et audacieux car l’auteur de la monumentale "Histoire naturelle", une encyclopédie de 37 volumes, reste plutôt difficile d’accès même pour les latinistes les plus motivés. Qu’importe ! On connaît peu de choses de la vie de Pline, à part les circonstances de sa mort racontées par son neveu. Il a vécu dans l’entourage des empereurs Néron et Vespasien, ce qui permet de laisser une large place à l’imagination quant à son rôle dans les affaires impériales. Du pain béni (et des jeux) pour les auteurs japonais qui peuvent ainsi tisser les fils d’une intrigue historique particulièrement captivante et développer leur passion pour la Rome antique. Passion partagée par ailleurs, tant ce récit m’a paru d’une intelligence rare dans le genre péplum. Le sens particulièrement aigu du détail et le soin minutieux apporté aux décors s’accordent en parfaite harmonie avec la lenteur étudiée de la progression de l’histoire. A la lecture, on sent la maîtrise du rythme narratif et l’érudition se conjuguer à la perfection, tout en jetant les bases d’une série que l’on souhaite aussi longue que riche.

p6.jpg

Cette biographie romancée, émaillée de citations, constitue une excellente introduction à la vie et à la civilisation romaine de l’Antiquité. Espérons qu’elle pourra aussi toucher de jeunes lecteurs et les sensibiliser à une passionnante période de notre histoire tout en les initiant aux codes des productions mangas.

p3 (2).jpg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Skippy

11/02/2017

Tintin au pays des Soviets

001.jpg2.jpgDessin et scénario : Hergé

Editeur : Casterman

144 pages - cartonné

Parution : 11 janvier 2017

Mythologie de la bande dessinée

 

 

 « Je vous assure que je ne comprendrai jamais le succès de Tintin. »

Cette déclaration d’Hergé faite à Numa Sadoul reste plus que jamais d’actualité. Plus de 30 ans après sa mort et 40 ans après le dernier album achevé, malgré les controverses autour de la gestion de son héritage, Hergé reste un artiste consacré par la critique, le public et les investisseurs. Même les plus réfractaires à son œuvre ont bien dû lire au moins quelques albums. La notoriété de Tintin est autant incontestable que rarissime. Ce mois de janvier aura connu une controverse de plus : fallait-il coloriser ce vieil album ? N’était-ce pas trahir les volontés de son créateur ? Les deux camps (Hugues Dayez/Etienne Pollet) se sont affrontés, arguments et documents à l’appui. Résultat de ce match passionnant et érudit : avantage à Pollet et à l’éditeur Casterman.

002.jpg

Personnellement, je trouve le résultat de cette mise en couleurs très pertinent et très réussi.

003.jpg

Au-delà de la thématique naïve de ce premier des trois albums-reportages, cette œuvre de jeunesse affiche bien sûr un style encore non-maîtrisé. Les décors réduits au minimum, la représentation simpliste des costumes et des uniformes, le manque d’exotisme, l’indigence du scénario (Tintin court d’une aventure à une autre sans répit) et le peu de réalisme en ont fait un cas à part. Là est pourtant tout le charme de la nostalgie. On y sent l’œuvre en gestation et certaines cases sont déjà des petits bijoux du sens du mouvement dont Hergé fera sa marque de fabrique. La limpidité du style, la précision du détail et le souci documentaire viendront par la suite.

Les couleurs apportent ici un surcroît de lisibilité à cette première aventure en renforçant la netteté du graphisme. En 1930, son jeune auteur de 21 ans ne se doutait pas qu’il venait de créer un nouveau mythe universel. Cet album rend hommage à un génie, certes controversé, du 9ème art.

1.jpg

 

 

 

 

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

Franquin, idees noires, humour noir, noir et blanc, fluide glacial

Skippy

03/02/2017

Sukeban turbo

cov.jpg1.jpgSisterhood

Scénario : Sylvain Runberg

Dessin : Victor Santos

Editeur : Glénat comics

144 pages – cartonné

Sortie : 11 janvier 2017

Thriller

 

Présentation :

Shelby Buckman, lycéenne newyorkaise de 17 ans, a déjà connu un parcours sulfureux. À la tête d'un gang de filles surnommées les "Sukeban Turbo", référence à un mouvement féminin radical japonais des années 1970, Shelby revend cocaïne, MDMA et amphétamine aux hipsters de Brooklyn pour le compte de Jared, un jeune caïd de 25 ans. Le look branché et la jeunesse de Shelby et ses copines leurs ouvrent toutes les portes des soirées tendances de la ville qui ne dort jamais, et la clientèle qui va avec. Toute son existence, Shelby n'a connu que le chaos. Et elle ne s'imagine pas vivre autrement. Mais bientôt, sa vie va prendre un autre tournant... La rédemption est-elle au bout du voyage ?

sukeban turbo,sisterhood,runberg,santos,glénat comics,11janvier 2017,thriller

Sylvain Runberg et Victor Santos vous proposent une plongée dans la jeunesse new-yorkaise d'aujourd'hui et les différentes cultures qui la composent, du plus underground et radical à travers le gang de Shelby qui sévit dans Brooklyn, au plus commercial avec les Urban Smile, inspiré du groupe One Direction en passant par Williamsburg, la capitale des hipsters.

Sukeban Turbo est la première création originale estampillée Glénat Comics ! Un thriller urbain contemporain et une métaphore sociale sur la rage adolescente. Une immersion dans la jeunesse de New York, ses cultures et ses sous-cultures.

5.jpg

Mon avis :

Que voilà une démarche originale ! Non content de publier des comics au rythme des parutions US, la collection Glénat Comics met pour la première fois sur le marché une création originale à exporter vers les States.

2.jpg

Pour le scénario, le lecteur a droit à un dosage élaboré de suspense et d’action violente sur un rythme qui laisse, sous forme de flash-backs, un peu de temps à l’introspection psychologique. Le dessin de Victor Santos garde un côté brut qui convient au contexte et ménage une place à un bel usage de l’aquarelle. Le tout fonctionne comme une mécanique parfaitement huilée. On lit avec un réel plaisir et on a l’impression que les pages se tournent toutes seules. Un dossier très intéressant vient compléter l’album avec les interviews des auteurs.

4.jpeg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

Skippy

12/01/2017

Les voyages d'Alix

couv.jpgLes Incas

Scénario : Jacques Martin

Dessin : Jean Torton

Editeur : Casterman

56 pages – cartonné

Sortie : 04 janvier 2017

Genre : Histoire – documentaire

 

Nouvelle édition mise à jour et enrichie de nouvelles photos.

 

Valeur sûre, la collection Les Voyages d'Alix invitent depuis des années les lecteurs à partager la passion de Jacques Martin pour l'histoire du monde antique, sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions. Chaque album est une invitation au voyage, à la découverte d'un peuple, d'un lieu ou d'une nation de l'Antiquité.

 

1.jpg

 

Les dessins sont parfaits et confèrent à l’ensemble de l'ouvrage un charme indéniable. L’aspect pédagogique est particulièrement bien dosé et bien réparti entre des illustrations très soignées. Les documents historiques, d'une grande rigueur documentaire, apportent un cachet didactique sérieux sans être jamais ennuyeux. 

2.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

22/12/2016

Un monde flottant

cov.jpgYôkai et haïkus

Auteur : Nicolas de Crécy

Editions Soleil

Collection Noctambule

Novembre 2016

Leporello (livre accordéon)

 

Au vu de la thématique choisie – yôkai et haïkus– la forme du leporello, proche de l’emaki (rouleau peint) résonne avec sens. Issus de la culture orale du Japon rural, les yôkai sont difficilement qualifiables : monstres, divinités, esprits… Émanations vivantes de la nature, ils ont survécu dans l’imaginaire par le biais du dessin. Nés des talents de Utagawa Kuniyoshi ou de awanabé Kyòsai, à l’époque Edo, ils ont été remis au goût du jour par le mangaka Shigeru Mizuki, ou encore par Hayao Miyzaki avec Le Voyage de Chihiro. Cet hommage à la nature se reflète aussi dans un autre champ de la culture nippone : la poésie, dont le haïku est la forme la plus sobre et la plus directe. S’inspirant des gravures sur bois – les Ukiyo-e– Nicolas de Crécy a souhaité réintégrer ces créatures dans l’univers contemporain de la ville, en l’occurrence de celles dont il a pu découvrir les architectures passionnantes : Tokyo et Kyoto.

1.jpg

Un magnifique hommage à la passion des peintres et des poètes : le voyage.

2.jpg

                     Enrhumé, sans flair

                     Le vieux chien du temple

                     N'a rien vu venir

 

a08-3e78906.gif    Textes et dessins

 

Le site internet des Editions Soleil : ICI

 

Skippy.

20/12/2016

Les voyages d'Anna

1.jpg4.jpgScénario : Sophie Michel

Dessin : Emmanuel Lepage

Conseiller artistique : Vincent Odin

Editions Daniel Maghen

120 pages – cartonné

Parution : 24 novembre 2016

Récit de voyage

Présentation

Entre 1885 et 1910, la jeune Anna sillonne le monde en compagnie de Jules Toulet, célèbre peintre voyageur. Anna, que Toulet appelait "sa muse", a aujourd'hui presque cent ans et, à mesure qu'elle parcourt les carnets que Jules lui a laissés, la vérité lui saute aux yeux : Jules l'aimait. Mieux vaut tard que jamais.... Anna décide de lui écrire la lettre qu'il a attendue toute sa vie. Ce faisant, elle va nous entraîner dans le récit d'un périple hors du commun.

2.jpg

Ce carnet de voyage relate l’histoire de Jules et Anna et leur extraordinaire périple d’Abou Simbel en Egypte à la rivière du Wouri au Cameroun, de la Mer de Chine à la magie de Venise en hiver, de l'Ile de Pâques aux terres gelées de l’Antarctique, autant de paysages fabuleux, d'une quinzaine de pays différents, brillamment restitués par les illustrations d'Emmanuel Lepage.

 

5.jpg

Mon avis

L’ouvrage a été initialement publié en 2005. L'album Les Voyages d’Ulysse a été un succès pour les auteurs et a remporté le Grand Prix ACBD 2017.Il paraissait donc logique de republier ce livre un peu particulier, cette somme d’illustrations. La nouvelle édition s’enrichit d’ailleurs de 40 pages supplémentaires avec des illustrations évoquant Mogador, le Japon et l’Amérique du Sud.  Avec ce carnet, le lecteur plonge littéralement dans un univers envoutant. Objet précieux, imprimé sur du papier de grande qualité, l'ouvrage contient de nombreux crayonnés et recherches de couleurs qui témoignent d’une parfaite maîtrise de la lumière. Des images panoramiques, qui peuvent se déplier, apportent une étonnante beauté au texte manuscrit d'Anna. Terriblement romantique et empreinte de nostalgie, la formidable épopée de Jules et Anna sont une irrésistible invitation au voyage, à l’amour au rêve et à l’aventure. 

3.jpg

Réservons une mention spéciale à Vincent Odin, conseiller artistique passionné, pour son travail d’une très grande sensibilité.

 

a08-3e78906.gif     Pour l'ensemble du projet

 

Le site internet des Editions Daniel Maghen : ICI

 

Skippy.

09/12/2016

Des comics et des artistes

cov.jpgPortraits

Les origines du Comics Américain

Textes : Christopher Irving

Photographies : Seth Kushner

Editeur : Muttpop

240 pages – cartonné

Ouvrage spécialisé

1.jpg

Réalisé par les auteurs de l’acclamé Graphic NYC, site web dédié aux comics, Des comics et des artistes lève le voile sur l’histoire de la bande dessinée américaine au travers de ses créateurs les plus emblématiques et les plus influents. Rédigé à partir de nombreuses heures d’interview et illustré par de superbes portraits photo et de multiples reproductions de planches et illustrations originales, cet ouvrage retrace le parcours des comics depuis leur origines comme sous-produit culturel naïf jusqu’à leur légitimité actuelle dans la littérature et la pop culture contemporaines. Une plongée fascinante dans l’envers du décor et l’intimité des plus grands artistes de la bande dessinée américaine.

2.jpg

De Jerry Siegel et Joe Shuster à Chris Ware, en passant par Brian Michael Bendis ou Art Spiegeman, c’est presque toute l'histoire des comics et de leurs créateurs qui défile dans une approche condensée mais inspirée. Les portraits particulièrement soignés, signés par le célèbre photographe Seth Kushner, donne un aspect dramatique de mise en scène et en lumière, avec pour toile de fond un New York fantasmé et sublimé. L’historien de la bande dessinée Christopher Irving a recueilli des anecdotes et des commentaires sur leurs points de vue artistiques auprès d’une cinquantaine d’auteurs. Cela donne un ouvrage intéressant pour tout amateur de comics, mais également une excellente introduction à cet univers graphique encore trop mal perçu en Europe.

Avec une préface de Benoit Mouchart.

Un beau livre donc, cadeau idéal pour les fêtes de fin d’année.

 

a07-3e78901.gif     Textes

a07-3e78901.gif     Photographies

a07-3e78901.gif     Moyenne

 

Le site internet de Christopher Irving : ICI

Le site internet de Muttpop : ICI

Skippy.