22/10/2017

Les chroniques courtes #145 : Crueler than dead T2,Splatoon T1, Die & Retry T.2

Couv_311139.jpgPlancheA_311139.jpgCrueler than dead T2

Scénario : Tsukasa Saimura
Dessin : Kozo Saimura
Éditeur : Glénat
224 pages
Date de sortie :  23/08/2017
Genre : action

 

Le Tokyo dôme devient un repère pour gens malades où se propagent infections et bactéries en tout genre. Les auteurs soulignent les disproportions sociales entre privilégiés et laissés pour compte. C’est le côté sympa du récit…ni plus, ni moins.

Autant l’annoncer de suite, Crueler than Dead ne vaut pas grand-chose, c’est entièrement réchauffé, n’apportant absolument rien de neuf sur l’univers des zombies. Même la qualité graphique lasse au bout de quelques pages (manque de finition des personnages – répétitions du découpage – sans aucune originalité) Pour une série en seulement deux tomes, on aurait pu s’attendre (surtout avec un tel titre) a du lourd… Car la seule cruauté de cet ouvrage… c’est de s’enliser en le lisant. A éviter !

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

chroniques courtes #145, Crueler than dead T2, Tsukasa Saimura, Kozo Saimura, Glénat, action

 

chroniques courtes #145, Crueler than dead T2, Tsukasa Saimura, Kozo Saimura, Glénat, action

 

chroniques courtes #145, Crueler than dead T2, Tsukasa Saimura, Kozo Saimura, Glénat, action

Coq de Combat.
_______________________________________________________________

Splatoon T1
chroniques courtes #145,crueler than dead t2,tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,actionchroniques courtes #145,crueler than dead t2,tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,actionAuteur : Hinodeya
Editeur : Soleil.
Sortie : octobre 2017.
Genre : Shonen.


Ce n’est pas la première fois ni la dernière fois que la rédaction de SambaBD reçoit des services de presse (des SP dans notre jargon) non demandés. Je me suis quand même posé la question à qui j’allais donner ce manga en pensant lui faire un sale coup, le pauvre ! Vu le sujet, une adaptation d’un jeu en ligne à succès, je ne voyais que mon filleul(Manao) de 10 ans pour me digérer une telle étrangeté. Car oui des êtres mi-hommes mi- calamars qui jouent à une sorte de paintball, je trouve ça bizarre. Et oh miracle, Manao connaissait déjà le concept (décidément, on devient des vieux cons !). Je commence la lecture avec lui comme c’est son premier manga, il faut bien lui expliquer le sens de lecture et je me dis que tout ça ne vole pas très haut, lui trouve ça sympa cette bande de loosers qui essayent de gagner un grand tournoi avec des attaques spéciales (perso j’ai rien compris à ses passages). Par contre, pour une histoire qui parle de recolorer ton nouvel appartement, un manga en noir et blanc, ce n’est vraiment pas idéal !
Je suppose que ce manga essaye de surfer sur le succès du jeu. Comme on dit : l’opportuniste fait le larron !

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a01-3e7889f.gif

 

a04-3e788e4.gif

 

a02-3e788b1.gif



Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

_______________________________________________________

tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil mangatsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil mangaScénario : Abe Masayuki
Dessin : Jun Miura
Éditeur : Delcourt / Tonkam
224
pages
Date de sortie : 20/09/2017
Genre : shônen, aventure, heroic-fantasy

 

Kail, dans son armure de dragon, est de retour 4 ans dans le passé avec sa troupe de futurs héros. Une seconde chance pour changer le futur qui ne s'annonce pas glorieux. Un manga assez banal aux dessins grossiers, sans le moindre souci du détail – à moins que ça m'aie échappé... par contre, impossible de passer outre les techniques de combats, leurs noms et leurs descriptions. Ce qui rend le manga un peu pénible. Sans compter l'aspect « déjà vu » de ce genre d'aventure. Avis aux amateurs uniquement donc... par contre, les romans m'intriguent du coup (car oui, cette série de manga est une adaptation d'une saga héroic-fantasy)

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga

 

tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga

 

tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga

 

Quand on lit Samba parlant de faire une sale blague à un chroniqueur en lui refilant un livre non demandé, il devait penser à moi avec ce manga ci, parce que franchement... même si je sais que les jeunes hommes adolescents sont le public cible, faut quand même aimer pour lire Die and Retry. 

 

ShayHlyn.

_______________________________________________________________

Hate - Chroniques de la Haine

tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga,die & retry,abe masayuki,jun miura,delcourt,onkam,shonen,heroic-fantasy,aventure, hate, Adrian Smith, chroniques de la hainetsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga,die & retry,abe masayuki,jun miura,delcourt,onkam,shonen,heroic-fantasy,aventure, hate, Adrian Smith, chroniques de la haineScénario & Dessins : Adrian Smith
Dépot légal : 05/2017
Editeur : Glénat
ISBN : 978-2-344-02272-6
NB Pages : 280





tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga,die & retry,abe masayuki,jun miura,delcourt,onkam,shonen,heroic-fantasy,aventure, hate, Adrian Smith, chroniques de la haineRésumé éditeur :
Dans un monde où le soleil gèle et la lune brûle, où les forts dévorent les faibles, un héros improbable va se lever pour affranchir Mère Nature de ses chaînes. Son chemin se trouve dans l’ombre. Ses ennemis sont légion. Son destin est celui d'un libérateur, et sa haine va tout ravager !

Un roman graphique de dark fantasy ? Quasi muet ? 280 pages ? En noir et blanc ? Écrit et dessiné par un illustrateur ?

On peut dire que la démarche est « couillu le caribou » et qu’Adrian Smith (plus connu pour ses illustrations chez Games Workshop) s’en sort avec les honneurs.

tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga,die & retry,abe masayuki,jun miura,delcourt,onkam,shonen,heroic-fantasy,aventure, hate, Adrian Smith, chroniques de la haine

 

tsukasa saimura,kozo saimura,glénat,crueler than dead,action;hinodeya,splatoon,soleil manga,die & retry,abe masayuki,jun miura,delcourt,onkam,shonen,heroic-fantasy,aventure, hate, Adrian Smith, chroniques de la haineVisuellement si on est client du style du ‘sieur le pari est réussi, c’est très dark, immersif et contemplatif. Les planches s’enchaînent avec plaisir et on est portés par les visuels et l’univers. Bon, pour l’histoire c’est rudimentaire au possible, mais je ne pense pas que le but recherché soit de nous livrer la meilleure histoire jamais lue. A feuilleter avant d’acheter, la note dépendra de votre amour ou non pour les dessins.


JaXoM

13/10/2017

Dialogues

Dialogues, Karibou, Delcourt, humourDialogues, Karibou, Delcourt, humourScénario : Karibou
Dessin : Karibou
Éditeur : Delcourt
130
pages
Date de sortie : 06/09/2017
Genre : humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Des héros mythologiques aux grandes figures de l’histoire, en passant par des soldats, des démineurs ou des hommes politiques, tout est sujet à débat, surtout si c’est absurde, et que ça parle beaucoup.

Peut-on négocier avec Charon pour passer le Styx à moindre coût ? Socrate et Platon peuvent-ils se disputer sur les ombres chinoises ? Vincent van Gogh aime-t-il trop les tournesols ? Doit-il y avoir un règlement intérieur à votre culte satanique ? Disputes, quiproquos, digressions et incompréhensions sont les bases de ces dialogues fous, décalés, anachroniques et terriblement drôles.

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

Mon avis

 

Dans la terrible saga des « au secours maman ! Mes yeux, ils brûlent... » voici DIALOGUES ! Je peux vous dire que là, j'ai atteint mon quota annuel de désinfectants oculaires suite à cette succession d'ouvrages « bêtes » (et méchants pour « y a pas de miracle »). Si le prix de la bêtise devait être accordé à quelque-chose, ça serait sans aucun doute ce « truc » qui remporterait la palme d'or avec ces références à des grands classiques auxquels l'auteur a modifié les répliques, souvent cultes, par des expressions inqualifiables de la jeunesse actuelle.

 

Si on ajoute à ça, que j'ai pu entendre ce même genre de vulgarités dans la rue en allant promener mes chiens après avoir tué mes neurones avec cette lecture : le compte est bon pour aujourd'hui...

 

Vous l'aurez compris, autant j'ai pu trouver de l'objectivité à chroniquer « Y a pas de miracle » autant là, là... je ne peux pas. C'est juste insultant pour les grands noms pris à parti. Je pense notamment à James Bond, les mythologiques grecques et romaines, Dieu, Jésus et même les vikings en ont pris pour leur grade... et autant vous dire que tout ce petit – beau – monde a pris cher. Très, très, très cher. Pas un dialogue pour rattraper l'autre, quant au dessin : si ce dernier a eu le mérite de me rappeler les illustrations qui accompagnaient les livres de jeux tels que mots mêlés, mots fléchés, etc... (honte à moi de ne pas me souvenir du dessinateur... mais comprenez que mon cerveau soit, à l'heure où je vous écrit : complètement en bouilli). Voilà à peu près le seul point positif de cette horreur aussi insipide que la couleur blanche qui prédomine durant toutes ces longues, interminables, nauséabondes 130 pages.

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

Alors de deux choses l'une : soit cet ouvrage sert à ouvrir les yeux au monde quant au langage actuellement usité par la majorité des moins de 30 ans, qu'il faut abolir, interdire quitte à créer une nouvelle inquisition pour prôner la beauté de la langue française, soit ces mêmes moins de 30 ans sont la cible de ce « torchon » afin de peut-être espérer qu'il se demande « cé ki se keum ? » (ça fait mal rien que de l'écrire...) si tant est qu'ils devinent qu'en page 5, nous avons affaire à un Jules César (lobotomisé, si vous voulez mon avis).

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

 

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

 

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

Sur ce, si vous me cherchez : il faut vraiment que j'aille récurer mes globes oculaires au plus vite.

Quelqu'un a une éponge métallique ?

 

ShayHlyn.

 

 

Écrit par Jeanne Salve dans ShayHlyn BDfouine | Commentaires (2) | Tags : dialogues, karibou, delcourt, humour |  Facebook | |

Y a pas de miracle

Y a pas de miracle, Davy Mourier, Fluide Glacial, humour noirY a pas de miracle, Davy Mourier, Fluide Glacial, humour noirScénario : Davy Mourier
Dessin : Davy Mourier
Éditeur : Fluide Glacial
96
pages
Date de sortie : 13/09/2017
Genre : humour noir

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

Quand l'auteur de La Petite Mort décide de s'attaquer à Dieu, ça donne un livre bête et méchant mais terriblement drôle.

Dieu, finalement, est un homme comme les autres, un vieux con vicelard, malveillant et capricieux. Sauf que Dieu, lui, est omnipotent. Tout comme la bêtise de l'auteur qui le met en scène. 


Soyons clair, cet album n'est ni une proposition sur le renouveau de la pensée agnostique, ni une démarche néo-iconoclaste ni même un manifeste sur l'athéisme moderne. 
Cet ouvrage n'est que bêtise et drôlerie !

Y a pas de miracle, Davy Mourier, Fluide Glacial, humour noir

Mon avis :

Quand Davy Mourier vous dit qu'il n'y a pas de miracle, il n'y en a pas ! Faut pas chercher... sauf peut-être du côté de la Sainte Vierge qui n'a pas l'air si... si... il n'y a pas de mot pour la comparer à Dieu sur ce coup là. Dans ce volume ô combien bête et méchant (c'est pas moi qui le dit, c'est l'éditeur), Marie est un peu la voix de la raison... sauf que Dieu s'en bat les roupettes et s'éclate en jouissant (dans tous les sens du terme) de son omnipotence pour faire ce que bon lui semble.

Autant vous dire que cet humour noir (à un point que même le noir n'est pas assez sombre) : je n'aime pas beaucoup. Voire pas du tout, du tout ! Pourtant, si on tente de rester objectif face à ce défilé de blasphèmes en tous genres : Davy Mourier a atteint son but en créant un Dieu à l'image du pire qu'il puisse exister sur Terre. Ce genre d'homme qu'on traite immanquablement de pervers, de détraqué (sexuel, mental, ... à vous de choisir le qualificatif une fois que vous aurez lu ce florilège d'ignominies). Ce genre d'homme qu'on croit qu'il a touché le fond et BAM il en rajoute une couche pour que le dépit se lise sur nos visages blêmes.

Y a pas de miracle, Davy Mourier, Fluide Glacial, humour noir

Un dicton veut que « où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir ». Autant vous dire que Davy Mourier – et par extension : Dieu – ne s'est pas gêné. Même la zoophilie est évoquée au détriment des dinosaures. En bref, le pire, du pire, du pire, ... puissance infini avec le seul dessin « digne » d'accompagner cet humour : la caricature. Simple et efficace.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

soit on aime, soit on n'aime pas...

Il est maintenant grand temps pour moi d'aller me laver les yeux à l'eau de javel pour être sûr de bien les décrasse.

 

Aller, Amen comme on dit.

ShayHlyn.

PS : enfants, croyants et âmes sensibles s'abstenir n'est-ce pas... à vos risques et périls (au pire, me reste de la javel pour laver vos yeux...)

11/10/2017

7th Garden T.1&2

7th Garden, Mitsu Izumi, Delcourt, Tonkam, shônen, dark fantasy7th Garden, Mitsu Izumi, Delcourt, Tonkam, shônen, dark fantasyScénario : Mitsu Izumi
Dessin : Mitsu Izumi
Éditeur : Delcourt / Tonkam
Date de sortie : 30/08/2017
Genre : Shônen, dark fantasy

 

 

 

Présentation de l'éditeur

À une époque où les humains célèbrent Dieu et craignent les démons, des anges se livrent sur Terre une bataille impitoyable… Un récit de Dark Fantasy pour ados/adultes mêlant amour, trahison et vengeance.

Depuis qu’Awyn, jardinier dans un petit village, a libéré Vyrde qui prétend être une démone, cette dernière ne cesse de lui proposer de signer un pacte avec elle. Mais le jour ou une purge est ordonnée et son petit village attaqué, la bien-aimée d’Awyn se retrouve en danger. Il accepte alors de vendre son âme et de déchaîner sa colère…

7th Garden, Mitsu Izumi, Delcourt, Tonkam, shônen, dark fantasy

Mon avis

Et si les anges n'étaient pas les gentils ? C'est la question qu'on vient à se poser en lisant « 7th Garden » car il est difficile d'imaginer ces enfants de Dieu ordonner des purges sur des villages pieux, où chaque habitant va à l'église, ... Rien que ça, j'adhère complètement étant donné que j'aime qu'on bouscule un peu les règles établies quand il existe une faille dans le système en place.

 

Un avant goût de la tragédie qui semble poursuivre le jeune Awyn devenu jardinier après avoir perdu son père, chevalier accusé à tord et donc exécuté pour haute trahison, et sa mère emportée par la maladie. Comment encore croire en Dieu dans de telles conditions ? Comment songer qu'un être suprême puisse veiller sur l'humanité s'il peut être aussi cruel ? Alors quand les chevaliers représentant l'ordre céleste s'attaquent à son village et à la jeune femme qu'il aime : c'en est trop !

 

Voilà comment Arwyn va devenir le serviteur de Vyrde, une démone qu'il a trouvé emprisonnée par des lierres grimpants, au cœur de la forêt. Pour sauver celle qu'il aime, le jeune jardinier va accepter de combattre les anges, de devenir le bras qui brandira la lame noire de la vengeance démoniaque.

7th Garden, Mitsu Izumi, Delcourt, Tonkam, shônen, dark fantasy

Une série haletante, remplie de personnages attachants et beaux gosses en plus de ça ! Un héros qui en ferait fondre plus d'une et des demoiselles tantôt timides, tantôt affriolantes, dans un design digne des meilleurs shôjô, la classe de certains grands titres seinen, le tout abordable pour les plus jeunes. Le tout agrémenté de très belles finitions. Petit bémol peut-être pour les cases représentants les combats où l'image semble floue, brouillonne comme si les émotions avaient pris le pas sur l'artiste, comme sur le héros combattant.

 

Une nouvelle adaptation, donc, sur la hiérarchie céleste et les guerres entre anges et démons. Avec cette petite touche particulière où tout ce qui est « lié à dieu » porte des noms négatifs comme l'ordre antichevalersque chargé de protéger le royaume, ou encore l'antichristianisme qui est la religion en place... ça fait réfléchir : et si Vyrde avait raison ? Mais qui est-elle au fait ? Pourquoi les anges l'appellent autrement ? Serait-elle la version féminine, vue par Mitsu Izumi, de Lucifer ?

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

7th Garden, Mitsu Izumi, Delcourt, Tonkam, shônen, dark fantasy

 

7th Garden, Mitsu Izumi, Delcourt, Tonkam, shônen, dark fantasy

 

7th Garden, Mitsu Izumi, Delcourt, Tonkam, shônen, dark fantasy

Je ne me lasse pas de ce genre de récits en tout cas et j'attends avec impatience le tome 3. Affaire à suivre, sans aucun doute !

 

ShayHlyn.

09/10/2017

Medicis T.3/5

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intriguesMedicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intriguesDe l'or à la croix

Scénario : Olivier PERU
Dessin : Lucio LEONI & Emanuela NEGRIN
Éditeur : Soleil
74 pages
Date de sortie : 23/08/2017
Genre : Histoire, intrigues, Renaissance, aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

Une fresque violente et passionnée, mêlant histoire de l’art, guerre, amitiés, amour et trahison. Oubliez les livres d’histoire, écoutez la voix de Florence, revivez l’épopée de ceux qui l’ont écrite... la saga des Médicis.

Pierre de Médicis qui gouverne Florence, ne voit pas venir le danger que représente

 le moine Savonarole, visionnaire pour les uns, fou pour les autres, il tente de chasser les Médicis de Toscane. Depuis Rome, les Borgia veulent la mainmise sur l’Église mais ils ne sont pas les seuls arbitres de ce conflit... L'esprit le plus vif de ce siècle semble bien décidé à prendre part au destin de sa patrie : Nicolas Machiavel.

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Mon avis :

 

L'histoire de Florence continue tandis que les Médicis ne se ressemblent pas. Après « Cosme l'ancien » et « Laurent le Magnifique », c'est au tour de Jules de prendre la tête d'affiche, à défaut de prendre la tête de la glorieuse famille. Ce qui explique peut-être pourquoi l'aventure de cet ouvrage part un peu dans tous les sens, en suivant un peu tout le monde. C'est qu'il y en a du beau monde dans ce tome 3 ! Quatre Medicis, le pape Borgia et ses célèbres enfants – principalement César – et Nicolas Machiavel. Sans oublier le prédicateur à la voix d'or, dont on a déjà pu lire la verve dans le précédent tome et dont le rôle sera encore plus important : Savonarole.

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Encore et toujours, je loue le génie de Peru quant à faire parler la célèbre ville de Florence. Quelle belle narratrice que celle-là, sachant allier les mots pour en devenir une délectation. Savourant chaque phrase, chaque paragraphe tandis qu'en phylactères, les jurons de Jean de Medicis fleurent bon le naturel. Les textes sont vivants, animés ; les complots sont sournois comme nous pouvions l'espérer de Machiavel et des Borgia.

 

À croire que Monsieur Peru a lu ma précédente chronique : « [...] face au moine Dominicain Savonarole, le jeune Nicolas Machiavel. L'un fervent catholique à la langue venimeuse envers les Médicis et l'autre, philosophe à l'esprit cynique. Aaaah que j'aimerais des BD qui parlent de tous ces gens (Monsieur Olivier Peru si vous me lisez...). »

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Car ce tome 3 met en valeur chaque intervenant majeur, à défaut de pouvoir mettre l'accent sur Jules. Pourquoi ? Simplement parce qu'il n'est qu'une pièce dans le grand échiquier qui se joue sous nos yeux demandeurs. De fines stratégies en trahisons sévèrement punies : encore du bonheur à la lecture, de même pour les dessins qui sont nettement plus attrayants que dans le précédent tome : « la plume de Eduard Torrents n'est, à mon sens, pas assez détaillée, pas suffisamment précise... dès lors, certains visages sont déformés. On ignore si certains rient ou pleurent... c'est dommage. ». Au contraire de leur homologue, Leoni et Negrin rendent leurs personnages expressifs de sorte que les gros plans sont un régal tandis que les quelques scènes d'actions ressemblent plus à des fresques immobiles et intemporelles.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

 

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

 

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Une narration envoûtante accompagnée d'un style graphique proche de celui de Giovanni Lorusso (Medicis T.1) qui laissent espérer que la prochaine collaboration pour le tome 4 sera encore meilleure.

 

Affaire à suivre,

ShayHlyn.

06/10/2017

AfteRz

 Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.Après tous, la vie est plus belle avec toi

Scénario : Charles Berberian
Dessin : Charles Berberian
Éditeur : Fluide Glacial
112
pages
Date de sortie : 23/08/2017
Genre : roman graphique, chronique sociale

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Afterz, c'est après. Tous les après. Le temps qui passe. « Et si notre époque n'était qu'une immense after ? Et si on était tous nés après la fête ? »

 

Berberian dresse le portrait d'une génération.

 

Deux amies presque inséparables, un chat qui dort, des clubbers en grappes et des âmes solitaires, un garçon flanqué d'un chien qui n'est pas le sien... 

Ils se cherchent, se frottent, se séparent et parfois se retrouvent. Leurs afters sont plus réussies que leurs nuits. Ou pas.

Les strips verticaux de Berberian s'enchaînent comme des perles et entraînent les personnages au cœur de la nuit, jusqu'aux tréfonds d'eux-mêmes, dans ce qu'ils ont de plus secret et d'intime. La poésie calme de Berberian nous rappelle qu'après la nuit, après l'insouciance et la fête, le petit jour porteur d'espoir se lève enfin...

 

Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.

Mon avis

 

Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.« ça me déprime », « toujours aussi chiant », « j'en ai marre », « je suis en train de gâcher ma vie », ... voilà qui en dit long sur la pensée actuelle de beaucoup de monde. Tout tourne autour d'Internet, savoir qui est IN, qui est OUT, les catastrophes qui se passent dans le monde à chaque seconde et qui sont automatiquement relayées sur la toile. On obtient tout, tout de suite et finalement... c'est lassant. La vie perd son sens, le goût doux amer qui lui est propre. Dès lors, bien que ce roman graphique tourne autour de l'apathie de ses personnages, que seule la mise en page égaie un peu notre lecture : on se prend au jeu. Parce que finalement, ne nous posons-nous pas, nous aussi (ou du moins certains d'entre nous) ces questions existentielles ? Ne cherchons-nous pas l'amour ? Les émotions fortes ? L'envie de plus ?

 

Voilà ce que Charles Berberian nous dépeint au fil des pages qui se ressemblent tout en étant différentes. La façon de réagir à une idée, une décision ou une action ; la façon d'être de chacun ainsi que leurs façons de penser. Même les animaux de compagnie y vont de leurs remarques sur l'existence... comme quoi, ne dites jamais à votre chat :

 

« Tu as vraiment la belle vie, toi. Pas de problèmes d'argent, de poids, de cœur, de peau... tu vieillis sans que ça se voie. Ton but dans la vie, c'est de manger et de dormir... » (Afterz, Charles Berberian, p.9)

 

Parce que finalement, vous n'êtes pas dans sa tête, ni dans celle du chien qui ne s'y retrouve plus avec tous ces humains qui gravitent dans son cocon familiale au point de ne plus savoir qui est son maître, ni même se rendre compte que ce dernier est parti, le laissant aux soins d'un ami :

 

« Est-ce que, par hasard, cet inconnu chercherait à se faire adopter ? » (Afterz, Charles Berberian, p.71)

 

« Les humains sont compliqués. Entre eux c'est encore plus compliqué, alors ils s'attachent à nous... une laisse, c'est quand même plus simple que des liens. » (Afterz, Charles Berberian, p.85)

 

Tant de pensées et de réflexions qui se font affalés dans un canapé entre amis, les yeux rivés chacun sur leur smartphone ; en soirée, entourés de célébrités éphémères, saugrenues, m'as-tu-vu, ... ou encore dans un lit, avec un partenaire d'un soir dont on ne sait plus quoi faire.

Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.

Une invitation à la réflexion pour laquelle il faut faire attention de ne pas tomber dans le pessimisme ou la dépression. Tenter de voir plus loin que les constats de cet ouvrage pour s'ouvrir un avenir plus clément, plus radieux... et des rêves plus colorés que ceux du chat souvent représentés dans cet ouvrage. Des dessins aussi ternes que les pensées évoquées... mais un autre graphisme n'aurait-il pas dénaturé l'idée majeure de cet ouvrage ?

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.

 

Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.

 

Afterz, Après tout la vie est pus belle avec toi, Charles Berberian, Fluide Glacial, chronique sociale, roman graphique.

À méditer.

ShayHlyn.

05/10/2017

Les cochons dingues

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.Scénario : Laurent Dufreney
Dessin : Miss Prickly
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 23/08/2017
Genre : jeunesse, passion, animaux, humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Ils sont très mignons et aiment grignoter, dormir, faire de drôles de petits bruits, grignoter et dormir encore. Ce sont…les cochons d’Inde ! Une BD qui va bouleverser l’idée que l’on se fait de ces adorables rongeurs.

César, petit cobaye tout gris, débarque de sa campagne pour  arriver dans le parc des cochons d’Inde d’Enzo et Sarah. Ses nouveaux compagnons à poils sont vraiment très étranges… L’un roupille, l’autre râle, un troisième est accroc aux fils électriques. César n’a qu’une idée en tête : s’évader ! En attendant, il faudra bien que tout ce petit monde arrive à cohabiter, malgré des caractères très différents...

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.



Mon avis

Excellent !! Moi qui adore les petits animaux, je dois dire que j'ai pu visualiser ces conversations entre cochons d'Inde comme s'ils avaient été les miens (sauf que j'ai des furets et que les deux ensemble, ça ne fait pas bon ménage). Toutes ces petites boules de poils avec tant de points communs et pourtant si différents, ce contraste « cobaye de ville et cobaye de campagne », les centres d'intérêt de chacun...

 

Ceux qui ont des animaux, et mieux encore : qui ont des « chonchons » comme on dit dans le jargon des amoureux des rongeurs, ne peuvent qu'aimer cette BD où les héros n'en loupent pas une !

 

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.

Tout commence avec l'arrivée d'un nouveau membre dans la tribu : César, tout droit venu de sa ferme, n'a qu'une idée en tête : s'évader ! Ce qui n'est pas gagné quand il découvre que ses nouveaux camarades sont habitués à la vie en appartement et qu'en prime : ils y trouvent leur bonheur...

 

Des textes désopilants, des cochons d'Inde complètement dingues mais tellement adorables et un dessin clair et net (comme clarinette) avec cette petite touche de « mignonitude » qui donne envie d'avoir un cobaye à soi, lui faire des câlins, des bisous, lui donner à manger et... bref, vous aurez compris : ça rend accro aux petites bêtes !

 

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.

Mieux encore, à la fin des aventures tordantes de notre petite troupe, nous retrouvons une partie éducative en fin d'ouvrage qui explique simplement, mais très clairement, ce qu'est un cochon d'Inde, sa nature, ses besoins, ... et pleins d'autres petites informations enrichissantes et qui responsabilisent quiconque craquerait pour un cobaye.

 

Je n'aurai qu'une chose à dire : à quand un prochain tome ou pourquoi pas, un ouvrage aussi délirant sur les furets ? S'il y a besoin d'idée sur le sujet, je suis là !

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion. 

À bon lecteur (ou bon entendeur, c'est comme vous voulez), salut ! Et à la prochaine chronique.

ShayHlyn.

 

je vous recommande cette chaîne YouTube et tout ce qui va avec. C'est que du bonheur.

02/10/2017

Lady Di & Me T.1

Lady Di & Me, Jean-CLaude Bartoll, Yishan Lee, Glénat, roman graphique, biographieLady Di & Me, Jean-CLaude Bartoll, Yishan Lee, Glénat, roman graphique, biographieScénario : Jean-Claude Bartoll
Dessin : Yishan Lee
Éditeur : Glénat
104
pages
Date de sortie : 23/08/2017
Genre : roman graphique, biographie

 

 

 

Présentation de l'éditeur

30 août 1997. Une foule de paparazzi s’amasse devant l’hôtel du Ritz à Paris. Tous espèrent obtenir une photo de l’une des plus grandes stars de son époque : Lady Diana. Parmi eux, Marie-Linh, journaliste franco-vietnamienne, suit les faits et gestes de la princesse de Galles depuis le milieu des années 1980. Avec le temps, elle est même devenue sa confidente. Plus que de simples clichés, Lady Di lui a livré ses états d’âmes jusque dans les détails les plus intimes. Mais ce soir, Marie-Linh n’arrive pas à la joindre au téléphone. Elle le sent, quelque chose ne tourne pas rond...

À travers les yeux de cette journaliste fictive et grâce au dessin délicat de Yishan Li, Jean-Claude Bartoll trouve le ton juste pour retracer le destin romanesque de Lady Diana, probablement l’une des plus grandes icônes « people » de son temps. L’auteur – qui avait couvert le drame à l’époque – se permet même une interprétation toute personnelle des circonstances de sa disparition tragique, qui reste dans toutes les mémoires.

Lady Di & Me, Jean-CLaude Bartoll, Yishan Lee, Glénat, roman graphique, biographie

Mon avis

20 ans déjà que Lady Di, la reine des cœurs, nous a quitté. Impossible donc de passer à côté de cette grande dame, tant dans les médias que dans les écrits. Une raison, sans doute parmi tant d'autres de faire une bande dessinée sur sa vie. C'est ainsi que nous rencontrons Marie-Linh, personnage fictif mais qui nous servira de guide et de personnage principal dans ce roman graphique.

 

Par le biais de cette jeune journaliste, nous découvrons le récit d'une vie, narré par l'ancienne princesse de Galles elle-même. Une histoire bouleversante dans laquelle la princesse ne rencontre pas vraiment le prince charmant, mais un homme déjà amoureux d'une autre et loin de cacher qu'il aime encore sa maîtresse.

 

Avec « Lady Di & moi » nous plongeons dans les coulisses d'une vie de couple tragique. À ce jour, nous connaissons tous les grandes lignes du mariage à trois de Diana, le prince Charles et Camilla. Mais imaginez-vous un instant à la place de cette jeune institutrice fiancée au futur roi d'Angleterre. Vous êtes belle, innocente, fragile... Tout semble trop beau pour être vrai. Et c'est le cas ! Charles ne l'aime pas, il aime Camilla. Maîtresse dont il a des photos dans son agenda. Amante dont il porte les boutons de manchettes aux initiales C&C... ne deviendriez-vous pas stressée, boulimique, malade ?

Lady Di & Me, Jean-CLaude Bartoll, Yishan Lee, Glénat, roman graphique, biographie

Voilà l'histoire de la reine des cœurs, somptueusement mis en valeur par un dessin réaliste et délicat, comme l'était Lady Di.

 

La narration personnelle permet à chacun de, non pas s'identifier aux personnages, mais à les comprendre, les aimer ou les haïr. Ces moments de vie choisis qui rendent le conte de fées moins rose, comme cette lune de miel loin d'être idyllique. J'en aurai vomi avec Diana en lisant ces quelques pages. Alors imaginez le reste, imaginez la suite... cette autre femme toujours présente entre le couple princier, ce sentiment de solitude, d'impuissance.

 

Le contexte, les personnages, les répliques qu'on peut supposer avoir été réellement dites, ... ce roman graphique est comme un film qui se dévoile devant nos yeux. Ici, pas d'acteurs qui ressemblent plus ou moins aux protagonistes : non, les dessins sont réalistes, comme une multitude de portraits en action, des photos recopiées à la plume pour lui donner une autre dimension. C'est à mon sens, un bel hommage rendu à Lady Di qui nous a quitté trop vite, et une subtile enquête sur sa vie et ce qui aura causé sa mort.

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Lady Di & Me, Jean-CLaude Bartoll, Yishan Lee, Glénat, roman graphique, biographie

 

J'ai véritablement hâte de lire la suite, parce que même si les tabloïds en ont fait leur chou gras pendant des années, je trouve cette façon de revisiter la vie de Lady Di plus humble, subtile et touchante. 

ShayHlyn.

 

23/09/2017

Coffee & Vanilla T.1

Coffee & Vanilla, Akegami Takara, éditions Soleil, Shôjo, romance.Coffee & Vanilla, Akegami Takara, éditions Soleil, Shôjo, romance.Scénario : Akegami Takara
Dessin : Akegami Takara
Éditeur : Soleil
Date de sortie : 16/08/2017
Genre : Romance, shôjo

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Elle manque d’expérience, mais il est prêt à lui enseigner bien des choses ! Ainsi se crée l’harmonie entre la douceur de la vanille et l’amertume du café.

Bien que particulièrement mignonne, Risa, une jeune étudiante de vingt ans, n’a toujours pas connu l’amour et tous pensent qu’elle a un petit ami.

Elle rencontre au détour d’un café, Fukami, un homme d’une trentaine d’année, particulièrement riche et prévenant. L’alchimie entre eux est immédiate et Risa succombe au charme de ce bel apollon. Ainsi commence une histoire d’amour où l’inexpérience de Risa et la différence d’âge auront toute leur importance.

Coffee & Vanilla, Akegami Takara, éditions Soleil, Shôjo, romance.



Mon avis

Vous l'ignorez peut-être, mais bon nombre de jeunes femmes dans la vingtaine n'ont encore jamais connu l'amour. C'est le cas de Risa, charmante étudiante universitaire qui, bien qu'ayant tout pour elle, n'a jamais été conquise par un jeune homme. Trop timide, elle décline chaque invitation jusqu'au jour où le hasard lui présentera Fukami ! Il est beau, stylé, avenant... dans la trentaine !

 

Autant dire qu'avec une telle différence d'âges, on ne va pas faire dans le shôjo classique. Celui-ci, bien que mettant en scène une jeune ingénue, est plus mûr que la plupart des shôjo que j'ai pu lire. Et pour une lectrice ayant le même âge que le héros masculin : ça fait plaisir ! On repense à nos premiers ébats, les sentiments qu'on a pu ressentir, les papillons dans le ventre et surtout... surtout ! On savoure le fantasme que beaucoup d'entre nous ont eu adolescentes : être avec un homme, un vrai, qui sait ce qu'il fait et ce qu'il veut (bon, certes, même passé l'adolescence, on veut toujours ça, mais chuuuut... y a des hommes qui lisent, ici).

Coffee & Vanilla, Akegami Takara, éditions Soleil, Shôjo, romance.

Et si vous aviez encore des doutes quand à la maturité de ce shôjo : voyez la couverture ! Elle est plus qu'explicite. Nous sommes loin des pages romanesques où l'héroïne s'inquiète de savoir s'il faut ou pas tenir la main de son amoureux ou pas. Ici, c'est un cran au-dessus tout en gardant l'innocence d'un premier amour et les dessins typiquement « shôjo-esques ».

Album_R_sf_txt_65px.jpg

7_10.png

 

Une chouette lecture, émoustillante et rafraîchissante... à ne pas mettre entre toutes les mains, cela dit et avec, il faut bien l'avouer : un homme un peu trop possessif. Affaire à suivre donc...

 

ShayHlyn

22/09/2017

Château Narumi T.1/2

chateau-narumi-1-komikku.jpg21730947_10154731457031746_8694624590567116464_n.jpgScénario : Tomomi Sato
Dessin : Tomomi Sato
Éditeur : Komikku
Date de sortie : 14/09/2017
Genre : Œnologie, tranche de vie, passion

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Mako est la fille unique du Président de Narumi Inc, une grande société japonaise qui importe du vin au Japon. Alors qu'elle s'apprête à aller étudier en France, ses parents disparaissent tragiquement dans un accident d'avion. Seule et désemparée, Mako est manipulée par le bras droit de son père qui profite de sa détresse pour lui dérober le contrôle de l'entreprise. Elle se rend alors dans une petite propriété viticole où les souvenirs familiaux la submergent et elle décide sur un coup de tête de redresser ce domaine pour sauver l'héritage de ses parents. Takamori, le vil président de Narumi Inc accepte ce pari insensé et y ajoute des conditions quasi irréalisables : elle aura une année pour produire 40 000 bouteilles, sans employer de nouvelles personnes, sans se séparer du personnel actuel et en devant obtenir un prix pour son vin. Si elle échoue, Mako devra lui donner toutes ses parts de la société. Transportée par la passion et le souvenir de ses parents, Mako va tout donner pour réussir l'impossible. Pourra-t-elle surmonter son amateurisme et la dureté de ce milieu ? Le compte à rebours est lancé !

21457801_10154720254791746_2134925192499325434_o.jpg

Mon avis

Elle est belle, intelligente et dans un an, la France va lui ouvrir les bras pour un cursus universitaire. Mais c'était sans compter le coup du sort qui en décida autrement. Suite à la mort tragique de ses parents lors d'un accident d'avion : Mako se retrouve seule face à un vile homme d'affaires qui prétendait être le meilleur ami de son père. Takamori, profitant du désarroi de la jeune femme, va prendre les rennes de la société Narumi – société créée et dirigée jusqu'alors par le père de Mako – et décider de fermer le Château Namuri, le vignoble familiale à l'origine de la société du même nom.

 

Sauf que Mako y tient à ce vignoble ! Armée de tout son courage et de l'attachement qu'elle porte à ces lieux, Mako va laisser tomber l'avenir qui lui était tout tracé pour devenir PDG du Château Namuri et prendre le risque de tout perdre en acceptant les conditions de Takamori, à savoir : réussir à vendre 40,000 bouteilles de vins, obtenir mieux qu'une médaille de bronze à un concours de vins, le tout en un an et sans qu'aucun employé ne quitte le Château sans quoi Mako devrait vendre toutes ses actions dans la multinationale créée par son père 25 ans plus tôt.

21462474_10154726930276746_3533374520923759773_n.jpg

Voici donc un manga qui se laisse lire, même quand on n'aime pas le vin (comme moi). De quoi enrichir sa culture générale avec des connaissances en œnologie, en cultures viticoles et en relation humaine dans une région campagnarde du Japon. Le tout agrémenté d'un dessin attrayant et assez réaliste. Minutieux également quand l'auteur nous gratifie d'explications précises sur la façon de travailler les vignes...

 

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

7_10.png

Bref, un bon moment de lecture. Même si c'est quand même plutôt destiné à des fans de vin.

Allez, santé !

 

ShayHlyn.